Envoyer un livre audio à un(e) ami(e)


Envoyez le livre audio 'TREILLE, Christine - Des amours malades' à un(e) ami(e)


* Champ obligatoire






Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)



Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)


E-Mail Image Verification

Envoi en cours ... Envoi en cours ...

41 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. LE GRAND Christine le 16 avril 2014

    Un grand merci pour ce livre si tendre et émouvant, et aussi plein d’enseignements.

  2. Christine Treille le 16 avril 2014

    Merci à vous chère Christine pour avoir pris la peine de me lire. Je suis très heureuses que l’histoire vous ait émue.

  3. Emilie le 16 avril 2014

    Bonsoir,

    Merci à vous pour cette nuit de lecture ( j’écoute les livres audio durant mon travail nocturne ). Ce livre est assez bouleversant, j’ignorais encore certains aspects de l’amour. Cela fait 2 jours qu’il me trotte dans la tête, merci encore pour votre lecture.

  4. Christine Treille le 16 avril 2014

    Emilie, votre commentaire me touche énormément. Je suis heureuse d’avoir pu vous toucher et vous faire connaitre des aspects pas toujours connu de l’amour.

  5. Latifa le 17 avril 2014

    Salut tout le monde
    Un grand MERCI chère Christine.C’est magnifique et plus encore parce qu’il est écrit et lu par vous j’ai beaucoup aimé.et incarnez les personnages d’une manière très réussie.C’est très émouvant BRAVO

  6. Christine Treille le 18 avril 2014

    Je suis très heureuse Latifa que vous ayez aimé cette histoire et votre commentaire m’encourage tant à la lecture qu’à l’écriture. Un grand merci à vous!

  7. Ahmed le 18 avril 2014

    BONSOIR ,
    Y a-t-il un sujet audio de philosophie prévu ?
    Cordialement
    Ahmed

  8. Christine Treille le 19 avril 2014

    Bonjour Ahmed, je crains que votre commentaire ne soit pas à la bonne place! La philo n’est pas ma tasse de thé!

  9. André le 19 avril 2014

    Il est souvent question – et c’est normal – de la souffrance des « femmes battues », mais on oublie encore souvent l’existence de femmes-monstres qui, bien qu’amoureuses de leur partenaire, éprouvent une jouissance extrême à l’humilier à tout propos, à le torturer moralement, voire à le blesser physiquement. C’est ce type de relation, d’ « amour malade », que nous décrit Christine Treille dans ce roman bouleversant, dont l’originalité tient à la manière très progressive dont nous sont dévoilées la cause et l’origine du mal-être et des malaises du héros. Une bonne connaissance évidente du milieu hospitalier permet à l’auteur de créer des personnages attachants ou antipathiques, aussi vrais que nature, et des situations d’un réalisme sans faille.
    La lecture est parfaite, et son talent de comédienne permet à Christine d’individualiser la voix des principaux personnages. Mes félicitations s’adressent à l’auteur et à sa très belle interprétation de ce texte poignant, qui donne à réfléchir.
    Bien amicalement.
    André

  10. Elise debard le 19 avril 2014

    C’est magnifique en ce weekend pascal !
    L’écriture quel souffle! Merci infiniment.

  11. Christine Treille le 19 avril 2014

    Je suis contente Elise que vous vous soyez arrêtée ici pour ce commentaire et que vous ayez apprécié ce texte.

    Quant à vous André, un seul mot: merci. Pour tout.

    Outre à être un roman d’amour, ce texte aborde un sujet pour lequel j’ai fait de nombreuses recherches, un sujet rarement traité, en un mot tabou. Il s’agit de la violence conjugale perpétré par la femme sur l’homme. Une violence dont on rit la pensant impossible, ridicule, exagérée. Mes recherches m’ont fait découvrir un monde inconnu où la souffrance morale et physique endurée par certains hommes est indicible…et méconnue.

    Je suis heureuse que ce texte comme le prouve les commentaires puisse toucher et aider à mieux faire connaître cette terrible maladie d’amour.

  12. St3r3o le 19 avril 2014

    Je suis tombé sur votre oeuvre en regardant ce que vous aviez fait en dehors des 1001 Nuits.

    Je dois avouer que je ne suis pas fan des romans contemporains réalistes. Mais je trouve que vous écrivez de façon très agréable, et que votre lecture est égale a elle même, soigné et claire. Bref, bravo :D

  13. Christine Treille le 19 avril 2014

    Merci St3r3o d’avoir pris la peine d’écouter ce roman bien que votre goût ne vous y porte pas vraiment. Je suis heureuse que malgré tout vous y ayez trouvé quelque plaisir.

  14. St3r3o le 20 avril 2014

    Oui, beaucoup de plaisir, car les thèmes abordés sont peu courants, et surtout l’intrigue a un développement intéressant. Bref ce n’est pas cousu de fil blanc, et donc c’est prenant :D

  15. David le 26 avril 2014

    Il y a dans votre roman tous les éléments d’un drame à l’antique. J’ai surtout apprécié la deuxième partie après avoir eu un peu de mal à rentrer dedans. J’aurais peut-être aimé que le personnage de Léa soit plus développé, creusé. Comment est-elle devenue ainsi? J’imaginerais bien une « suite », le Monde de Léa, écrite à la manière des Bienveillantes de Jonathan Littell. Les monstres ont beaucoup de succès en librairie, et surtout ils nous aident à comprendre la part d’ombre qui est en nous.
    Bonne continuation!

  16. Christine Treille le 26 avril 2014

    Merci beaucoup David pour votre critique. Pour ce qui est des difficultés à « entrer » dans le roman, cela peut être du au fait que le début est un peu technique et que pour expliquer l’écroulement d’Alexandre j’ai eu recours à la descriptions de cas médicaux qui peuvent effectivement donner un peu de mal à accrocher.
    Quant à expliquer pourquoi Léa est devenue ainsi c’est justement ce que je ne désirais pas. Hélène vers la fin du roman essaie de donner plusieurs explications, la mère de Léa aussi aimerait comprendre et cherche à savoir si elle et son mari sont responsables. Mais peut-on toujours expliquer la violence? A-t-elle toujours une raison bien définie? Sincèrement je ne le crois pas. Comme la schizophrénie maladie encore très mal connue, je crois que la violence est muti-factorielle. La génétique, l’environnement, le neurobiologie, la société (elle a toujours bon dos) etc. Qui sait si Léa se serait comportée ainsi avec un autre homme, qui sait ce qui aurait pu arriver si au lieu de supporter, Alexandre s’était rebiffé ou s’il avait convaincu Léa à voir un psychologue, ou encore si Laurent n’était pas arrivé.
    Je ne connais pas le roman que vous citez mais je suis allée me renseigner et il me semble extrêmement intéressant. Plus qu’une suite il pourrait y avoir un roman parallèle, celui des impressions et des sentiments de Léa. Je crois qu’il existe aussi beaucoup de souffrance en elle et qu’elle est, elle-même, victime de ses propres sentiments. Comme vous le dites nous avons tous des zones d’ombres et travaillant en psychiatrie je vous prie de croire que je me suis convaincue qu’aucun d’entre nous n’est à l’abri de basculer et de voir ces zones devenir de plus en plus importantes et avoir toujours plus d’emprise sur nous-mêmes, qu’il s’agisse de violence ou d’autres sentiments.
    Encore merci!

  17. jean-claude le 29 avril 2014

    Bravo Christine.jolie littérature.vérité,danger cela fait assez peur.Mais véridiques.jolie voie.Merci.un grand ecrivain vous etes a la stendal a la desforge,Jolie prose. Jean-Claude.

  18. christine treille le 30 avril 2014

    Je crains fort jean Claude que vous soyez beaucoup trop excessif mais je retiens que le roman vous a plu et cela me fait très plaisir!
    Un immense merci!

  19. Mireille le 4 mai 2014

    Bonjour, je viens d’écouter votre livre et cette histoire ne me quitte plus depuis. Je l’ai dans la tête et elle ne me lache pas.Par moment j’ai même pleuré ce qui est très rare lorsque j’écoute un livre audio. Les sentiments sont exprimés avec tant de justesse, et votre voix!!! Un vrai plaisir!!! J’espère que vous nous ferez la joie, un jour, d’un autre roman. Merci beaucoup pour la plaisir que vous m’avez procuré.

  20. christine treille le 5 mai 2014

    Bonjour Mireille, votre commentaire me touche profondément. Le sujet pour moi très important à faire connaitre avait remué en moi de nombreux sentiments et je suis heureuse d’avoir pu vous les communiquer.

  21. Trollus le 9 mai 2014

    Bonjour,

    Suite à ma petite insomnie d’hier, j’ai fini le roman.
    J’avais déjà écrit un long mot hier, mais celui-ci ne semble pas y être…?
    Bref celui-ci sera plus court,
    Gorge nouée, yeux humides, coeur touché.
    Triste humanité… RHaaa… Belle humanité.
    Magnifiquement écrit, merveilleusement lu.
    Déjà vos autres lectures étaient superbes, mais ici on sens encore plus une part de vous même et cela prend vraiment le petit palpitant.
    Merci beaucoup pour ces émotions, cette narration et pour ce superbe partage!!!

  22. christine treille le 9 mai 2014

    Cher Trollus, je suis heureuse de vous retrouver ici et plus heureuse encore d’avoir su vous toucher. Le monde des sentiments n’est jamais connu tout à fait et chaque jour il est possible de découvrir de nouvelles situations qui nous touchent profondément. Le monde des hommes battus est un de ces mondes et je dois dire qu’il m’a bouleversée raison pour laquelle sans doute j’y ai mis comme vous le dites une part de moi-même.
    Merci Trollus pour cet émouvant commentaire!

  23. Diane le 12 mai 2014

    Bonjour…
    Merci pour cette interprétation, merci aussi surtout pour ce terrible roman, qui m’a prise aux tripes… et, qui, heureusement pour mon cœur battant, se termine « bien » ! Puisse cela être le cas pour tous ceux qui vivent une telle situation…
    Je m’interroge pourtant… le « lecteur » (moi y compris) serait-il aussi choqué si les sexes étaient inversés ? La violence conjugale masculine n’est-elle pas, dramatiquement, quelque peu mieux acceptée par tous ?
    Bonne continuation !

  24. anne le 12 mai 2014

    Merci Christine, votre livre m’a ému, j’ai souvent eu la larme à l’œil… quel beau roman, quel sujet difficile!
    Je vous écouterai encore…

  25. Trollus le 13 mai 2014

    La violence conjugale me fait toujours horreur! Quelle soit masculine ou féminine…
    Je n’accepte ni l’une ni l’autre!
    Enfin cela reste très personnelle mais bon.

    Je viens de finir les 1001 nuit avec l’histoire d’Aladin plus encore une autre histoire, et depuis, ce roman me trotte toujours dans la tête à un moment ou l’autre de la journée.
    Non seulement il m’a touché, mais bien marqué en plus!
    Encore MERCI.

  26. Christine Treille le 20 mai 2014

    Merci à vous Diane, Anne et Trollus!
    LA violence sur la femme est une violence quotidienne et malheureusement passe un peu trop inaperçue car on y est comme habitué, c’est affreux à dire. On critique tant certaines sociétés pour leur attitude envers la femme mais nos pays si bien développés tuent une femme tous les 3 jours et ce au sein de la famille.
    La violence sur l’homme est encore un tabou et en parler est plus percutant.
    Toutefois comme le dit Trollus, aucune n’est tolérable. La violence familiale (que ce soit sur l’homme, la femme ou l’enfant) même lorsqu’elle n’arrive pas au meurtre et de toute façon un homicide car une personne trahie par l’une de ses proches ne peut plus affronter le monde ou elle-même sans d’énormes difficultés. On l’a tuée dedans. C’est la même chose pour le viol.
    Comme je le disais au début on s’habitue trop à cette violence et souvent parce que cela se passe au sein de la famille, les gens alentours ne dénoncent pas (« qu’ils s’arrangent entre eux après tout! ») Il faut donc être bien conscient que cette (ces) violences existent et ne pas hésiter à les dénoncer, ne pas tourner la tête de l’autre côté en faisant semblant que cela ne nous regarde pas.

    Je suis donc heureuse de vous avoir émus et touchés tous les trois et vous remercie encore pour vos chaleureux commentaires!

  27. Cocotte le 26 juillet 2014

    Chère Christine
    Je viens de finir l’écoute de votre livre: il est magnifique. Par moments, j’étais émue aux larmes et obligée de m’arrêter.
    On voudrait que toutes ces anecdotes ne soient que le fruit de votre imagination. Hélas, elles sont certainement vraies. C’est vraiment affreux!
    Bravo à l’auteur et à l’interprète. Ce roman est très bien écrit, fluide, facile à lire et à écouter, et passionnant. Vous abordez avec beaucoup de tact des sujets délicats.
    Avez-vous écrit autre chose? J’ai tellement envie de vous écouter encore dans vos œuvres! La suite, peut-être?
    Merci, chère Christine: grâce à vous, j’ai passé quelques heures dont je garderai toujours le souvenir.
    Amitiés
    Cocotte

  28. Christine Treille le 26 juillet 2014

    Chère Cocotte, je suis vraiment très touchée par votre commentaire. Merci infiniment. Je suis heureuse que le thème abordé ait su malgré sa tristesse vous interpeler.
    Les anecdotes relatées dans le livre sont toutes vraies malheureusement et proviennent de témoignages d’hommes ayant réellement vécu le calvaire d’Alexandre.
    Je n’écrirai pas de suite à ce livre mais j’ai quelques petites nouvelles que je pourrais proposer sur le site. Toutefois comme elles ont été écrites pour pour des concours littéraires en Italie, pays où je réside, il me faudra les traduire ce qui me demande du temps.. ah avoir des journées de 36 h! J’essaierai de m’y mettre et vous tiendrai au courant.
    Encore un immense merci et à bientôt.
    Amicalement.
    Christine

  29. Aymeric le 23 septembre 2014

    Wow !
    Merci Christine, pour cette histoire.
    C’est magnifiquement écrit, et merveilleusement lu.
    J’ai réécouté deux fois les premiers chapitres pour bien m’imprégner des personnages, tant leur personnalité est forte et subtile…
    Une histoire qui ne laisse pas indifférent, et qui laisse une marque à l’âme !

  30. Jean-Pierre Baillot le 23 septembre 2014

    Très belle lecture.
    Chapeau très bas, Christine !
    Jean-Pierre

  31. christinetreille le 24 septembre 2014

    Merci infiniment mon cher Aymeric, vos appréciations me vont droit au cœur.Plonger dans ce monde n’a pas été facile mais je suis heureuse d’avoir aidé à le faire connaitre et heureuse que mes personnages aient su provoquer de telles émotions.
    Merci à vous aussi Jean Pierre pour vos encouragements qui me sont très précieux;

  32. Ricou le 8 juin 2015

    Bonjour Christine,

    Merci.

    C’est ainsi que commencent presque tous les commentaires : je ne voulais pas faire autrement.
    Comme je suis surpris de constater qu’entre le 24 septembre 2014 et aujourd’hui, plus personne n’a jugé bon d’ajouter d’autre avis à ce qui a été dit, je n’ai pas de scrupule à me montrer plus long que vous ne le désireriez probablement : je profite un peu du silence des autres…
    Votre préférence penche, si je le devine bien, vers une poignée de main furtive, un échange rapide de regards silencieux, humides peut-être, quelques syllabes articulées du bout des lèvres plus que d’une voix trop sonore : tout cela comme à la clôture de la conférence d’Augustin, si émouvante. Comme toute son histoire d’ailleurs.

    Au risque de vous décevoir, je voudrais pourtant essayer de vous dire « merci » plus longuement qu’en m’en tenant à ce si petit mot « magique », plus « gros » qu’il n’y paraît. En cela, je suis d’ailleurs la trace de la plupart de ceux qui postent un commentaire sur ce très beau site.

    Une fois n’est pas coutume, j’avais lu les commentaires de vos lecteurs-auditeurs avant de l’écouter moi-même. Je ne fais pas cela d’habitude, car j’aime garder un terrain vierge et me réserver la première impression. Cette fois cependant, les commentaires m’ont aidé et encouragé.
    Celui d’André, du 19 avril 2014, a attiré mon attention. En répondant à André, vous nous expliquez que ce « roman » est le fruit de nombreuses études.
    En « refermant » ce beau livre personne n’en douterait une seconde.
    On croit deviner aussi votre admiration pour ce fameux service « dépotoir » où les patients sont si bien entourés, écoutés, respectés dans leur humanité. Oui, par ces particularités, et pas son personnel pour le moins original, vous communiquez si bien votre estime d’un tel service « dépotoir » ! Ce livre n’est donc certainement pas seulement le fruit « d’études » à proprement parler, si longues et minutieuses furent-elles, mais aussi, j’en suis sûr, celui de longues et patientes heures d’écoute et d’attention à l’égard de ceux dont vous avez reçu les douloureuses confidences, puisque vous dites vous-mêmes à David avoir travaillé en psychiatrie.

    Votre livre est simplement bouleversant. Oui, le cœur de l’homme est compliqué et souvent malade. Mais vous nous ouvrez des chemins pour nous y aventurer avec plus de confiance, avec l’espoir sans prix de rencontrer sur ces chemins des amitiés (extra)ordinaires qui nous guident, selon ce qu’elles sont. À vous lire, on sent que nous pouvons tous nous aider les uns les autres, ce qui, dans la maladie, est extrêmement réconfortant.
    C’était pour moi la première occasion d’écouter un auteur lire sa propre œuvre. Quelle réussite !
    Bien que je craigne de verser dans l’orgueil, je voudrais vous demander si votre titre s’est imposé à vous de façon claire et sans hésitation : « des Amours Malades » ?
    Ne s’agit-il pas, au fond, d’Amours plus belles à la fin du livre que des Amours simplement « malades » ? Ne sont-elles pas « des Amours guéries » ? Ou mieux encore « des guérisons d’Amours », cette dernière formule laisserait entendre que ces amours sont guéries, certes, mais qu’elles sont aussi sources de guérisons. Car si je confesse que les larmes n’ont pas manqué sur mes joues (masculines!), les larmes d’indignation et de tristesse se mêlaient imperceptiblement aux larmes de tendresse et de consolation devant la victoire progressive du pardon, de l’écoute, de l’attention à l’autre, de l’amitié, de la compassion, bref, je pense, de l’amour sain, de l’amour vrai, du seul amour digne de ce nom. Et si l’on ne peut s’empêcher de pleurer à la fin de ce roman, n’est-ce pas devant la beauté de la victoire du bel amour sur l’amour malade, sur sa puissance de cicatrisation ?
    Christine, les scènes de violence conjugale que vous décrivez sont terribles. Pourtant, à l’image d’Augustin, vous arrivez à les décrire (avec un grand talent, ne vous en déplaise) sans accuser personne. Soyez sincèrement remerciée de cet exemple. Devant l’injustice intolérable de la situation, la révolte est là dans le cœur de Laurent. Mais l’excuse et le pardon sont là aussi dans le cœur d’Augustin. Vous montrez, si je ne me trompe, que l’action conjuguée de ces différents éléments est rendue nécessaire pour cautériser au mieux ces blessures du cœur que nous portons tous.
    En « refermant ce livre », vous semblez nous laisser la liberté de choisir nous-mêmes s’il aurait mieux valu, oui ou non, qu’Augustin vécût autrement sa relation avec Léa.
    Mais, dans la vie, il est souvent inutile de se demander ce « qu’on aurait dû faire » ou ce « qu’on n’aurait pas dû faire ». Tout votre contexte est un contexte médical, et j’oserais dire un contexte de guérison. Si le fil conducteur est « désaxé ». Tout ce qui gravite autour de ce fil central n’a qu’un objectif, c’est de le redresse peu à peu. Le résultat est, c’est le moins qu’on puisse dire, très émouvant.
    Même si toutes les blessures ne peuvent disparaître complètement, vous nous donnez une bonne leçon salutaire : on peut toujours, on « doit » toujours apprendre à re-vivre avec elle, malgré elle, et parfois, grâce à elle car elles nous conduisent parfois sur un chemin sur lequel elles seules pouvaient nous engager.
    Si la violence conjugale d’une femme sur un homme m’a profondément ému (comme toute forme de violence) elle n’était cependant pas une révélation pour moi. Vous en montrez très bien tout le mystère et la complication.
    Par contraste vous montrez mieux encore la beauté et la force de l’amour vrai. Quels échanges poignants entre Augustin et Laurent, entre père et fils. Quelle sincérité dans la recherche du bien de l’autre, dans la guérison de l’autre, facteur de la guérison de soi-même, bien que cela « fasse mal » par où ça passe. Au lecteur de votre livre, l’amour laborieusement reconstruit paraît plus solide et meilleur que l’amour perdu.
    Et cela contribue à ce que les dernières larmes à rouler soient presque des larmes… de joie.

    Personnellement, je respecte profondément le choix que vous avez fait d’être discrète sur l’enfance et les causes du caractère de Léa. Vous nous en dites assez. Par contre votre réserve sur le passé de Micha excite infiniment plus ma curiosité ! D’où lui vient l’estime de la plus grande partie de son entourage, masculin comme féminin, enfant, jeune ou plus mûr ? Comment a-t-il acquis cette amitié douce et indéfectible, son désir pur de venir en aide (à sa manière toute personnelle) à la blessure qu’il est le premier à découvrir, quitte à lui sacrifier d’autres amitiés et à en recevoir un tabac… Je suis tout prêt à le croire, chère Christine, mais je voudrais malgré tout votre confirmation : Micha incarne-t-il un personnage aussi réel que les autres protagoniste de votre roman, ou l’avez-vous légèrement « mystifié » ? Je demande cela sans ironie, et avec beaucoup de respect ! Sa personnalité, clé de tout le roman, le rend pour le moins attachant. Le peu d’éléments que vous dévoilez sur sa jeunesse, jusqu’à la fin de ses études, n’en éveille que davantage mon attention.

    Je suis sûr que ce livre, comme son auteur dans sa vie professionnelle, aidera bien des lecteurs-auditeurs à poser un regard différent sur ceux qui les entourent. C’est en tout cas désormais le cas pour moi.
    Je n’ai rien dit sur les qualités de voix, d’expression et de diction, car toutes trois sont simplement parfaites.

    Chère Christine, Je tiens à terminer en répétant mon premier mot qui contient tout : Merci !

    Ricou

  33. Christine Treille le 12 juin 2015

    Cher Ricou,

    J’ai mis quelques jours avant de vous répondre car votre commentaire étant si dense que j’étais un peu effrayée de vous décevoir en y apportant une réponse rapide. Je le crains encore à dire vrai!
    Tout d’abord merci à vous pour cette profonde et touchante analyse.
    Je dois avouer que si je connaissais un peu la violence sur la femme, je ne connaissais pas ou pratiquement pas son contraire. J’étais très curieuse de l’étudier et en le faisant j’ai eu envie d’en écrire. L’expérience sur ce problème est donc totalement indirecte. Par contre les personnages gravitant autour de François ont été imaginés pour l’occasion mais comme vous l’avez deviné ils ont le fruits d’un mélange de personnes réelles.
    Le « dépotoir » est lui aussi sinon réel du moins inspiré d’un service où j’ai commencé ma carrière. Un service où il nous arrivait de « tout » comme on dit et où l’on était confronté à d’innombrables problèmes, où il fallait changer d’optique à chaque fois que l’on changeait de chambre: on ne parle pas à un « suicidé » de 15 ans comme à un homme de 80 ans avec un ictus, comme à une femme de 30 ans qui vient de faire une fausse couche ou à une femme battue de 50 ans ou encore à un homme rongé par l’alcool de 45. J’ai en outre travaillé pendant 10 ans en pédiatrie où j’ai eu le plaisir de rencontrer un médecin totalement amoureux de son métier et de ses petits patients. Il en résultait pour nous des périodes très difficiles (plus que d’habitude) quand ce médecin était confronté à l’échec car alors il devenait intraitable mais nous lui pardonnions sachant qu’il souffrait et nous souffrions avec lui et….avec la famille de l’enfant.
    Bref mon expérience personnelle m’a donc beaucoup aidée à construire les contours de ce roman. Mes espérances aussi car rien n’est jamais rose dans les rapports humains et on aimerait souvent plus de patience, de respect qu’on en reçoit ou qu’on en montre. Il est illusoire de croire que l’amour est simple, souvent il est peu habile, trop timide, trop agressif, trop profond, trop étouffant mais il est indispensable de lutter pour lui si l’on vivre une vie digne de ce nom, si l’on veut vivre et re-vivre comme vous le dites. . Ici l’amour guérit et est guérisseur certes mais il passe par tant d’étapes douloureuses que je n’ai pu intituler ce livre que « Des amours malades ».

    Mischa. Mon Dieu! J’avais besoin d’un héros pour m’aider à affronter tous les problèmes rencontrés dans le livre et quand je dis que j’avais besoin, je parle de moi en tant que femme pas en tant qu’écrivain (si telle je puis me considérer!). J’avais besoin d’une épaule où appuyer François mais aussi où m’appuyer moi pour croire qu’il y avait du bon au milieu de toute cette souffrance, j’avais besoin d’un idéal, besoin de projeter mes désirs de perfection, besoin de croire qu’il existe quelqu’un prêt à se sacrifier, quelqu’un dont l’amour était inconditionnel
    Il n’est pas parfait mais sait ce qu’aimer veut dire, à tous les niveaux, professionnel et personnel. C’est si rare. François aurait pu être aidé par un simple ami, je voulais plus, pour lui et pour moi! Une confidence Ricou…non il n’existe pas, il ne s’appuie sur personne existant, seulement sur mon imagination. Dommage!
    Je vous laisse donc imaginer à votre tour ce qu’aurait pu être son enfance et le pourquoi il est comme il est. Je crois que ce la peut naitre tant d’une enfance dorée baignée d’amour que d’une enfance difficile. Si quelqu’un a dans son coeur les ressources nécessaires il peut faire jaillir l’amour de toute façon.

    Pour ce qui est du jugement à porter sur les actions des autres, ici sur l’amour de François pour Léa ou au contraire de la haine de Laurent pour sa mère, que dire. Il est aisé de juger, on le fait tous les jours, on se « met à la place de »…moi la première! Mais en fait on ne peut jamais se mettre à la place de quelqu’un d’autre, c’est selon moi absolument impossible. Nous sommes tous uniques, nos expériences, nos réactions le sont aussi. C’est flagrant dans les histoires de violence conjugales. Elle est idiote, moi je serais partie, je l’aurais dénoncé etc, etc. Non, nul ne peut savoir ce qu’il aurait fait, il faut être à l’intérieur d’une situation pour sinon la comprendre, du moins l’affronter. Cela vaut pour le suicide, pour la mort d’un enfant et beaucoup d’autres choses encore. Donc, non en fait je ne désire pas que le lecteur se demande ce qu’il aurait fait mais peut-être qu’il prenne conscience qu’il existe certaines situations simplement et que les affronter est extrêmement difficile, que juger ne sert à rien et qu’il est préférable de tendre la main, sans forcément tout comprendre, être là, aimer et respecter.

    Très amicalement

    Christine

  34. Diane le 12 juin 2015

    Je crois que tout ceci est un éloge des praticiens, ou de certains…
    Bravo à vous et à ces collègues-là, et bon courage !

  35. Christine Treille le 12 juin 2015

    Bonjour Diane et merci d’être passée par ici.

    Un éloge des praticiens?
    Je n’ai pas pensé à cela en écrivant cette histoire. Il en est des praticiens comme de tous les autres corps de métier. Si on a la chance d’en rencontrer un bon on aura un bon service, s’il est mauvais on en aura un mauvais.Le problèmes c’est qu’il ont à faire à des vies et des âmes humaines, eux!
    En trente-cinq ans de métier, j’ai rencontré d’excellents médecins comme des personnes terribles, sans humanité aucune. Et j’en rencontre aujourd’hui plus attachés à l’argent qu’à autre chose. Des administrations qui se moquent pas mal des patients et qui sont préoccupées par la caisse enregistreuse comme les médecins qu’ils ont dans leur staff.
    Je ne suis pas une sainte et j’ai moi aussi mes difficultés personnelles dans le travail. Mais fort heureusement il y a aussi des personnes valables, sachant aider et écouter.
    « Tout ceci » outre à exposer un problème réel voulait aussi instiller l’espoir et j’aurais difficilement atteint ce but en mettant en présence de François un médecin inhumain.
    Donc oui, certains médecins sont dignes d’éloges et je rends hommage à ceux que j’ai rencontrés.
    Je suis profondément triste pour les patients des autres cela ne fait aucun doute et croyez-moi, je sais ce que je dis!

  36. Ricou le 14 juin 2015

    Christine,

    Craindre de me décevoir par votre réponse ???
    Ben voyons, il ne manquerait plus que cela ! Si j’avais su que mon attente me vaudrait une telle récompense, je vous aurais suppliée d’éprouver ma patience une ou deux semaines de plus !
    C’est au nom de ceux qui auront la chance de vous lire (livre et commentaires) que je vous remercie. En me répondant, vous nous livrez à tous bien des détails qui méritent d’être connus pour éclairer les personnages et la trame du roman, mais par-dessus tout l’auteur elle-même. En tous cas, ils m’apparaissent tels à moi.
    Je ne veux rien ajouter à votre réponse, sinon qu’elle me donne l’envie de reprendre « l’audio-lecture » de votre roman dans un avenir proche (ce qui est une gageure, car je vois que vous publiez des lectures à un rythme très soutenu, et comme cela ne fait que quelques mois que j’ai découvert votre site, j’ai bien du retard à combler).

    Un détail pourtant : vous me parlez par trois ou quatre fois de votre héros (pas Mischa… mais son ami) en l’appelant « François ».
    Comme c’est curieux.
    J’avais en tête « Alexandre ». Et je suis allé réécouter des passages de votre livre pour m’en assurer… Est-ce de votre part un petit lapsus révélateur, comme on dit ? Confidence pour confidence, cela me fait sourire et me touche, car Alexandre, François (et Françoise) sont des prénoms qui ont beaucoup d’impact dans ma vie !

    Recevez encore tous mes encouragements dans votre effort pour nous offrir des lectures de si bonne qualité, sur le fond comme sur la forme!

    Ricou

  37. Christine Treille le 14 juin 2015

    Bonjour cher Ricou,

    Pourquoi François on se le demande…je fais bien du tort à mon pauvre Alexandre auquel je m’étais beaucoup attachée en écrivant son histoire!

    Merci encore pour votre intérêt et votre grande sensibilité.

    J’espère que vous trouverez d’autres lectures à votre goût sur L.A, j’en suis même convaincue car tous les donneurs de voix sont passionnés et aiment ce qu’ils font offrant ainsi un grand nombre de belles lectures. Je vous souhaite donc un bon voyage parmi toutes nos histoires et j’espère vous retrouver bientôt au hasard de vos choix.

    Amicalement

    Christine

  38. Ricou le 14 juin 2015

    Bonsoir chère Christine,
    En fait, je n’en étais pas à mon premier livre lu par vous. Une certaine paresse de jeunesse, ou plutôt une option pour des activités moins littéraires et plus sportives, m’avaient « obligé » à négliger certaines oeuvres, ou certains chef d’oeuvre. C’est Pomme qui a réveillé mon intérêt en rendant possible un rêve jamais réalisé jusqu’alors: Les Misérables, du grand Victor… Combien de centaines d’heures ai-je passé alors à écouter la voix de Pomme, que je trouve bien douce, à écouter tout ce qu’elle a lu de Victor Hugo. Puis je me suis lancé dans Zola, puis d’autres… C’est Shakespeare qui m’a fait découvrir votre voix, avec Roméo et Juliette. Une enfant de 10 ans m’avait raconté pendant plus de 20 minutes, avec force détails, cette histoire émouvante, dont elle jugeait la fin « stupiiiiide ». Benêt comme j’étais, je ne pouvais la contredire puisque je n’en connaissais que les grandes grandes lignes, les clichés véhiculés sans précaution. Je suis donc arrivé dans votre « bibliothèque » ainsi, guidé par une gentille petite africaine de 10 ans… Aujourd’hui, je la bénis de tout mon coeur, car grâce à vous, je suis un peu sorti des sentiers battus (où j’aime pourtant encore me reposer un peu) et découvrir des livres (comme le vôtre ou comme « la maison de poupées » qui ne peuvent laisser l’audio-lecteur indifférent!
    Je vais de temps en temps pêcher à droite et à gauche, mais j’ai peur de me noyer, alors j’aime m’en tenir à une île où la vue est belle. Je suis sur la vôtre, et j’ai de quoi y rester un bout de temps, surtout si vous lisez un livre tous les deux ou trois jours!
    Il y a deux jours, j’ai bien aimé votre réponse à Diane. J’ai oublié de vous le dire dans mon commentaire de ce matin. Ne jouissant pas de la même expérience que vous, je vous rejoins pourtant dans vos appréciations. Merci pour tout, pour votre talent, votre dévouement, et même vos encouragements!
    A bientôt. Excusez mon bavardage…
    Ricou

  39. Trollus le 12 mars 2016

    Bonjour,
    Ayant chopé la grippe, me voilà coincé au lit avec pas mal de temps pour écouter des histoires…
    Bref…
    Deuxième écoute de votre roman avec toujours autant de plaisir, de douleurs et de joies.
    Bien que pour moi votre voix soit celle des 1001nuits, je prends toujours beaucoup de joie à vous écouter.
    Je viens donc vous remercier encore une fois pour cette lecture vraiment touchante et poignante.
    Vu votre talent pour l’écriture, j’irais jusqu’à souhaiter d’autres textes de votre plume. :-)
    Ceci-dit, encore merci et au plaisir de vous retrouver dans de nouvelles lectures.

  40. Christine Treille le 12 mars 2016

    Navrée pour votre grippe cher Trollus! Guérissez vite et au plaisir de vous retrouver au détour d’un enregistrement!

  41. Ricou le 13 décembre 2016

    Bonjour Christine,
    Décidément, il me semble que vous avez le don de nous apprendre à ne pas juger autrui, et aussi le don de nous réapprendre à aimer les autres et à nous aimer nous-mêmes, comme vous le dites quelque part.
    Votre fil conducteur est « dur ». Presque tous les commentaires à votre livre l’ont souligné. Cependant il est bien réel. Vous n’avez pas inventé votre trame, vous avez répondu à un audio-lecteur que c’était en fait le fruit de trente-cinq ans d’études et d’attention. Que d’heures à écouter avec compassion les souffrances que vous nous livrez. J’ai envie de vous dire merci au nom de ceux qui ont bénéficié de votre patiente et compréhensive écoute !

    J’ai une demande précise à vous faire, Christine. Votre héros, Alexandre, l’homme battu, est secouru par son assistant, le docteur Conrad. À un moment de l’histoire, « Micha » propose à Alexandre de lire un article qu’il a écrit sur l’anorexie masculine, phénomène mal connu, dit-il.
    Christine : cet article, existe-t-il en fait ? Faites-vous référence à un article précis que vous auriez lu, ou… écrit ?
    Le fils d’une amie tombe peu à peu dans la dépression, se nourrit de moins en moins, irrégulièrement. Il s’enferme des jours entiers. Il a environ vingt ans, a perdu son père il y a plusieurs années. Sa mère, mon amie, s’inquiète de plus en plus.
    Je ne suis ni médecin, ni en aucune façon familier des milieux hospitaliers. Mais il semblerait difficile de nier les symptômes de l’anorexie.
    Si donc vous faisiez allusion à un article bien précis, lorsque vous avez écrit votre livre, Christine, pourriez-vous m’en donner les références, s’il vous plaît ? Je voudrais mieux connaître cette pathologie, spécialement quand elle atteint des jeunes hommes, et ses conséquences. Je voudrais aider ce jeune et cette amie, l’ensemble de la famille qui souffre, mais je me sens pour le moins démuni.
    J’espère rencontrer votre compréhension, comme Alexandre a rencontré celle de Micha…
    Ricou

    Je n’ai pas trouvé votre nom dans la liste pour vous envoyer un mp, ce qui explique cette voie que vous me pardonnerez.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.