Livres audio gratuits de la catégorie 'Arts' :


RODIN, Auguste – L’Art (Sélection)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Arts


Auguste Rodin - Ève

Le critique Paul Gsell (1870-1947) publia en 1917 L’Art, série de 11 entretiens qu’il eut avec le sculpteur Auguste Rodin dont notre site a présenté le Testament en 2007.

Vous ne regretterez pas la lecture ou l’audition des deux chapitres La Beauté de la femme et Le Mystère dans l’art où l’artiste s’exprime en poète.

À la fin de La Beauté de la femme, l’artiste rejoint son ami Victor Hugo.

« Le corps humain, c’est surtout le miroir de l’âme et de là vient sa plus grande beauté. » (Rodin)

« Chair de la femme, argile idéale, ô merveille,
O pénétration sublime de l’esprit
Dans le limon que l’Être ineffable pétrit,
Matière où l’âme brille à travers son suaire,
Boue où l’on voit Les doigts du divin statuaire,
Fange auguste appelant les baisers et le cœur,
Si sainte qu’on ne sait, tant l’amour est vainqueur,
Tant l’âme est, vers ce lit mystérieux, poussée,
Si cette volupté n’est pas une pensée,
Et qu’on ne peut, à l’heure où les sens sont en feu,
Étreindre la Beauté sans croire embrasser Dieu ! » (Hugo)

Illustration : Auguste Rodin, Ève.

La Beauté de la femme.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 456 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

POURTALÈS, Guy de – Chopin ou le poète

Donneur de voix : Cyprien | Durée : 5h 15min | Genre : Arts


Eugène Delacroix - Portrait de Chopin

Homme de lettres d’origine suisse et grand mélomane, Guy de Pourtalès consacra des biographies à quelques-unes des plus grandes figures de l’histoire de la musique romantique : Liszt, Wagner, Berlioz et Chopin. Des quatre, Chopin est sans doute le plus intimiste, le moins spectaculaire, le plus pudique et le plus perfectionniste. Pourtalès retrace avec précision et sensibilité la trajectoire du musicien depuis sa Pologne natale jusqu’à sa carrière en France, ses idylles malheureuses, son histoire d’amour mouvementée avec George Sand, sa mort précoce à 39 ans. Laissant la part belle aux informations de première main sur la vie de l’artiste, il donne à entendre de larges extraits de la correspondance de Chopin et de George Sand, mais aussi du journal de Delacroix.

« Le seul malheur, écrit Chopin, consiste en ceci : que nous sortons de l’atelier d’un maître célèbre, quelque Stradivarius sui generis, qui n’est plus là pour nous raccommoder. Des mains inhabiles ne savent pas tirer de nous des sons nouveaux, et nous refoulons au fond de nous-même ce que personne n’en sait tirer, faute d’un luthier. »

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 488 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

GUILLAUMET, Gustave – Tableaux algériens

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 34min | Genre : Essais


Tableaux algeriens.gif

La Nouvelle Revue a publié ces quatre Tableaux algériens du peintre orientaliste Gustave Guillaumet (1840-1887) en 1879. Le recueil complet sera édité en 1891 par la librairie Plon.

Le début : « Dans les vastes plaines qui se développent entre les massifs montagneux de notre frontière marocaine, le soleil a des splendeurs sans égales. Il règne en roi superbe sur ces pays étranges où l’homme tient si peu de place. Il les égayé de ses éclats, il les couve par sa chaleur, il leur donne une éternelle sérénité.
Voici l’aurore. Une lueur pale se lève et blanchit l’horizon. Les étoiles, une à une, se fondent dans le rayonnement qui précède le retour du soleil et prépare sa venue. Les ondulations du jour naissant courent sur le ciel nacré. L’air gris s’agite et remue de légères paillettes d’or, tandis que la terre sommeille encore dans une nuit transparente.
Soudain, resplendissant, le soleil s’échappe des montagnes obscures ; mille flèches ardentes traversent en même temps les zones de l’éther radieux, et la fête lumineuse commence. Les crêtes donnent le signal et s’illuminent. Le bleu et le rose s’opposent avec d’audacieux contrastes ; peu à peu les violences s’harmonisent. Les ombres sont larges ; elles s’allongent, veloutées, imprégnées d’azur, indéfiniment. »

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 552 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

FLAT, Paul – Les Larmes de Fra Angelico

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 16min | Genre : Essais


Les Larmes de Fra Angelico

Ce court mais fervent essai de Paul Flat (1864-1918) sur le peintre du Quatrocento Guido di Pietro (en religion Fra Giovanni, postérieurement connu sous le nom de Fra Angelico), est extrait du recueil Figures de rêve.

« En art, savoir n’est rien, sentir est tout : – ainsi pourrait se formuler l’idée. Et n’est-ce point préciser la cause de nos modernes impuissances ? N’allez pas chercher ailleurs : elle est toute en ceci. Nous nous mourrons de trop de science, et les belles énergies qui soulevaient les âmes d’alors sont refusées à nos cerveaux débilités par cet apport de notions froides où ne circule plus la vie.
Édifiant et magnifique exemple, celui de ces maîtres à qui la Tradition n’avait rien légué et qui durent tout tirer d’eux-mêmes ! Dans la sincérité de leur foi, dans l’impérieux besoin d’exprimer au dehors ce qui tant émotionnait leur âme, ils trouvèrent la puissance d’invention qui maintenant nous déconcerte, comme ils surent se créer de toutes pièces une forme expressive ou condenser leurs rêves. »

Les Larmes de Fra Angelico.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 736 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BLAZE DE BURY, Henri – Mozart et la Flûte Enchantée

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 1h 39min | Genre : Essais


Mozart et la Flûte Enchantée

C’est avec verve, passion et érudition que Henri Blaze de Bury (1813-1888), écrivain, critique artistique et compositeur, nous entraîne dans les mystères de la création de l’un des plus grands chefs-d’œuvre de la musique.

Extrait : « Qu’on imagine ce qu’une nature ainsi douée devait produire en musique dans un temps où la sensibilité règne partout, dans la philosophie, dans la politique, et tellement abuse de l’heure présente que l’avenir, écœuré, n’en voulant plus, raiera le mot de ses tablettes. Mozart même en tel milieu n’eut pas d’égal. Son être tout entier n’est que sensitivité, à ce point que les facultés d’observations, d’entendement, d’imagination, sembleraient, chez lui, n’exister uniquement que pour donner à la chose ressentie la forme et l’expression d’une œuvre d’art. L’émotion le gagnait au moindre prétexte, sa propre musique tirait des larmes de ses yeux. Aimer, se croire aimé, était son besoin, sa passion. »

> Écouter un extrait : Chapitre 00.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 195 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MIRBEAU, Octave – Des artistes (Saison 1)

Donneur de voix : Christian Dousset | Durée : 3h 39min | Genre : Arts


Claude Monet - Les Coquelicots à Argenteuil

« Un peintre qui n’a été qu’un peintre ne sera jamais que la moitié d’un artiste ». (21/03/1885)

On connaît les œuvres littéraires et théâtrales d’Octave Mirbeau, mais ses engagements esthétiques nous montrent un critique à la plume particulièrement sans complaisance. Des artistes réunit les articles publiés dans différents journaux et consacrés aux peintres et sculpteurs. Si son admiration pour Claude Monet ou Auguste Rodin s’exprime avec chaleur, il n’en est pas moins impitoyable à l’égard de ceux qu’il considère comme des sclérosés de la tradition ou des coureurs de médailles.

Cette « saison 1 » rassemble les critiques parues du 7 février 1885 au 31 mars 1891 et répond à une suggestion de lecture.

Illustration : Claude Monet, Les Coquelicots à Argenteuil (1873).

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Aquarellistes français.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 184 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ROLLAND, Romain – Vie de Beethoven (Version 2)

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 1h 5min | Genre : Biographies


Vie de Beethoven

Cette Vie de Beethoven a été publiée pour la première fois, en janvier 1903, aux Cahiers de la quinzaine.

Extrait : «  Beethoven est la grande voix libre, la seule peut-être alors de la pensée allemande. Il le sentait. Souvent, il parle du devoir qui lui était imposé d’agir, au moyen de son art, « pour la pauvre humanité », pour « l’humanité à venir » (der künftigen Menschheit), de lui faire du bien, de lui rendre courage, de secouer son sommeil, de flageller sa lâcheté. « Notre temps, écrivait-il à son neveu, a besoin de robustes esprits pour fouailler ces misérables gueuses d’âmes humaines.» »

Vie de Beethoven.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 6 739 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MONTÉGUT, Émile – Un dialogue sur l’influence de la musique

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 30min | Genre : Arts


Émile Montégut

Émile Montégut (1825-1895) nous a laissé une œuvre abondante de notes de voyages, d’esquisses littéraires et esthétiques, une traduction de Shakespeare sans oublier les Mémoires d’un hypocondriaque.

Un dialogue sur l’influence de la musique est riche en réflexions sur cet art que l’auteur rapproche de la prière :

« Pour moi, bien loin de voir dans la musique un piège du diable, j’y verrais plutôt un présent de Dieu ; loin d’y voir un instrument de destruction morale, j’y verrais un des plus puissans instrumens de civilisation qui ait jamais été à l’œuvre en ce monde.

Non, jamais les germes du bien ne furent semés avec plus de prodigalité qu’il ne le sont de nos jours par la musique.
La musique est à notre vie morale ce que l’industrie est à notre vie matérielle.
Quel que soit l’éclair de joie qui traversera son âme, il se dira : J’ai entrevu des joies plus radieuses dans les mélodies de Rossini ; quelle que soit la douceur qui l’enivre, il se souviendra qu’il en a ressenti une plus grande encore dans les mélodies de Mozart ; quelles que soient les douleurs qu’il éprouvera, il se dira qu’elles ne sont rien à côté des douleurs vers lesquelles a été portée son âme par les symphonies de Beethoven. »

On comprend la souffrance de Montégut entendant son interlocuteur proclamer :
« La musique est le seul des beaux-arts qui soit vraiment corrupteur, et le seul aussi qui soit corrupteur impunément. Aucun autre ne possède cet équivoque privilège que possède la musique de pouvoir faire naître en même temps des pensées nobles et des pensées malsaines. »

Illustration : Émile Montégut.

Un dialogue sur l’influence de la musique.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 516 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Arts :