Auguste Rodin - par George Charles Beresford, half-plate glass negative, 1902

L’Art (Sélection)

Le critique Paul Gsell (1870-1947) publia en 1917 L’Art, série de 11 entretiens qu’il eut avec le sculpteur Auguste Rodin dont notre site a présenté le Testament en 2007.

Vous ne regretterez pas la lecture ou l’audition des deux chapitres La Beauté de la femme et Le Mystère dans l’art où l’artiste s’exprime en poète.

À la fin de La Beauté de la femme, l’artiste rejoint son ami Victor Hugo.

« Le corps humain, c’est surtout le miroir de l’âme et de là vient sa plus grande beauté. » (Rodin)

« Chair de la femme, argile idéale, ô merveille,
O pénétration sublime de l’esprit
Dans le limon que l’Être ineffable pétrit,
Matière où l’âme brille à travers son suaire,
Boue où l’on voit Les doigts du divin statuaire,
Fange auguste appelant les baisers et le cœur,
Si sainte qu’on ne sait, tant l’amour est vainqueur,
Tant l’âme est, vers ce lit mystérieux, poussée,
Si cette volupté n’est pas une pensée,
Et qu’on ne peut, à l’heure où les sens sont en feu,
Étreindre la Beauté sans croire embrasser Dieu ! » (Hugo)


Consulter la version texte de ce livre audio.
Illustration :

Auguste Rodin, Ève.

Livre audio gratuit ajouté le 19/05/2018.
Consulté ~4683

Lu par René Depasse

Suggestions

1 Commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.