Livres audio gratuits de la catégorie 'Contes' :


GOGOL, Nicolas – La Place ensorcelée

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Contes


Alexei Ivanovich Korzukhin - Le Retour de la foire

Les Veillées du hameau près de Dikanka (1832) est un recueil d’une douzaine de contes dont le dernier, La Place ensorcelée est une « histoire véritable racontée par le Sacristain de l’église de ….ski ». Elle a pour héros des tchoumaks (voituriers pour ramener sel ou poissons) qui un jour rencontrent leur vieil ami grand-père dans une bachtane (plantation de melons, pastèques, concombres), font la fête dans un kouren (cabane en chaume), se régalent de galouchki (boulettes de pâte cuite) et pourraient honorer la table d’un Pan (seigneur polonais). Le grand père danse une Kozatchka, perd un peu la tête et fait la rencontre de Satan, vrai sujet du conte « histoire véritable ».

Et Gogol… rigole bien de cette histoire russe.

Traduction : Henri Chirol (1899).

La Place ensorcelée.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 200 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MAUPASSANT, Guy (de) – Châli

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 29min | Genre : Contes


Chali

Châli est le nom d’une petite fille de 8 ans offerte en présent par le Rajah Maddan à son hôte amiral français qui nous relate la cruelle destinée de cette fillette. La présentation du souverain nous donne une idée de la suite :

« Puis j’atteignis enfin le terme de mon voyage, la ville de Ganhara, autrefois une des plus prospères de l’Inde centrale, aujourd’hui bien déchue, et gouvernée par un prince opulent, autoritaire, violent, généreux et cruel, le Rajah Maddan, un vrai souverain d’Orient, délicat et barbare, affable et sanguinaire, d’une grâce féminine et d’une férocité impitoyable. [...] Sur son ordre, deux hommes parurent, nus, cuivrés, les mains armées de griffes d’acier ; et ils s’attaquèrent aussitôt, cherchant à se frapper avec cette arme tranchante qui traçait sur leur peau noire de longues déchirures d’où coulait le sang.
Cela dura longtemps. Les corps n’étaient plus que des plaies, et les combattants se labouraient toujours les chairs avec cette sorte de râteau fait de lames aiguës. Un d’eux avait une joue hachée ; l’oreille de l’autre était fendue en trois morceaux.
Et le prince regardait cela avec une joie féroce et passionnée. Il tressaillait de bonheur, poussait des grognements de plaisir et imitait avec des gestes inconscients tous les mouvements des lutteurs. »

Pauvre petite Châli, victime de cette cruauté…

Châli.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 500 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VOLTAIRE – L’Histoire de Jenni, ou Le Sage et l’athée

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 2h 30min | Genre : Contes


Histoire de Jenni

Histoire de Jenni, ou Le Sage et l’athée par M. Sherloc, traduit par M. de la Caille est un conte en prose de la vieillesse de Voltaire (1775), situé au début du XVIIIe siècle et ayant pour cadre successivement l’Espagne, l’Angleterre et l’Amérique.

Le héros, Jenni, fils du pasteur anglican Freind, est un beau jeune homme entraîné par les idées et les manières à la mode et qui tourne mal. Son père pasteur très éloquent emploie tous ses efforts à remettre son fils dans le droit chemin, mais celui-ci est aussi « travaillé » par son ami athée Birton.
Après de longues discussions théologiques, le Sage prédicateur réussit, en combattant le matérialisme, à vaincre l’athéisme des jeunes gens et à les convertir au déisme. La lutte est difficile et les auditeurs du débat penchent tantôt d un côté, tantôt de l’autre.

« Je vous ai prouvé que la machine du monde est l’ouvrage d’un être souverainement intelligent et puissant : vous, qui êtes intelligents, vous devez l’admirer ; vous, qui êtes comblés de ses bienfaits, vous devez l’aimer. Mais les malheureux, dites-vous, condamnés à souffrir toute leur vie, accablés de maladies incurables, peuvent-ils l’admirer et l’aimer ? Je vous dirai, mes amis, que ces maladies si cruelles viennent presque toutes de notre faute, ou de celle de nos pères, qui ont abusé de leurs corps, et non de la faute du grand fabricateur. »

Dieu existe-t-il ? Si oui, est-il bon ? Après la mort, le néant ou la résurrection ? Toutes questions éternelles avec leurs réponses contradictoires…

> Écouter un extrait : Chapitres 01 à 05.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 767 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

GAUTIER, Judith – Les Sévérités du khalife – L’Entêtement de Zobeïde

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 38min | Genre : Contes


Georges Jules Victor Clairin - Entrant au harem (1870)

À la mort du prophète de l’islam Mahomet en 632, le khalife (« successeur ») prend le commandement des musulmans.

Judith Gautier nous raconte des épisodes de la vie de deux khalifes.

Le khalife Omar est parfois irrité, mais c’est un modèle de vertu :
« À cette époque les khalifes étaient pauvres et intègres ; ils ne détournaient pas encore pour leur usage un seul denier du trésor public et travaillaient, pour vivre, au métier qu’ils savaient faire, pendant les heures que leur laissaient les soins de l’État.
Donc Omar faisait des briques. » (Les Sévérités du khalife)

Le khalife Haroun-el-Raschid aime trop les jolies esclaves, mais sa femme Zobeïde est jalouse et sa vengeance cause une tragédie. (L’Entêtement de Zobeïde)

Voilà donc sur le site douze des dix-huit Fleurs d’Orient de Judith, la fille de Théophile Gautier.

Les Sévérités du khalife.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 679 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

POE, Edgar Allan – Ne pariez jamais votre tête au diable

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 33min | Genre : Contes


Un pont couvert aux États-Unis

Ne pariez jamais votre tête au diable est bien souligné « conte moral », parce qu’ Edgar Poe tient à s’y défendre et répondre à ses détracteurs : « Il n’y a aucune justice dans l’imputation lancée contre moi par certains ignorants, qui prétendent que je n’ai jamais écrit de conte moral ou, plus précisément, de conte qui eût une morale. Mes dénigreurs, tout simplement, ne sont pas les critiques prédestinés qui doivent m’interpréter et faire ressortir mes tendances vertueuses. Voilà le secret. »

Il dit ailleurs : « Un romancier, par exemple, n’a nul besoin de se creuser la cervelle au sujet de sa morale. Elle est là, c’est à dire elle est quelque part. La morale et les critiques n’ont qu’à s’arranger entre eux. Quand le moment sera venu, tout ce que ce Monsieur a voulu dire et tout ce qu’il n’a pas voulu dire, seront mis en pleine lumière dans le Quotidien et la Revue du temps, à ne pas oublier tout ce qu’il aurait dû vouloir dire et tout ce qu’il avait évidemment l’intention de vouloir dire ; en sorte que finalement tout ira pour le mieux. »

« J’offre à mes détracteurs la triste histoire qui va suivre, histoire dont la moralité ne peut être mise en doute, puisque celui-là même qui se contenterait de parcourir superficiellement mon œuvre, serait forcé de lire dans les lettres capitales du titre, la leçon qu’elle comporte. »

Traduction : Émile Hennequin (1858-1888).

Ne pariez jamais votre tête au diable.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 669 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOCCACE, Jean – Le Quiproquo, ou Le Pèlerin

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h | Genre : Contes


Le Quiproquo, ou Le Pèlerin

Le siècle (1350) des deux grands amis Boccace et Pétrarque était encore bien trop religieux pour vouloir nuire à la religion. Rien dans le Décaméron n’est contraire à la foi chrétienne et si Boccace montre son animosité avec virulence contre les moines dans Le Quiproquo, ou Le Pèlerin, nouvelle VII de la troisième journée, il précise que ce sont les mauvais moines seulement qu’il attaque.

« Les religieux étaient autrefois de savants et pieux personnages ; mais aujourd’hui la plupart n’ont de commun que l’habit avec leurs illustres prédécesseurs… Les religieux des premiers temps ne désiraient que le salut des âmes : les modernes ne cherchent que le plaisir et les richesses… Mais ceux qui déclament en chaire le plus violemment contre la fornication sont les plus ardents à courtiser, à séduire, à débaucher, non-seulement les femmes du monde, mais même des religieuses. »

Le reste du conte, qui frise parfois l’invraisemblance, est le récit d’un quiproquo sur l’identité d’une victime qui n’était pas le pèlerin déguisé.

Traduction : Antoine Sabatier de Castres (1742-1817).

Illustration : Le Quiproquo, ou Le Pèlerin dans l’édition du Décaméron de 1846, aux éditions Barbier.

Le Quiproquo, ou Le Pèlerin.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 475 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

JANIN, Jules – Les Duellistes – Rambouillet

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 40min | Genre : Histoire


Duellistes

Ces deux Contes fantastiques et littéraires complètent la liste déjà enregistrée.

Les Duellistes décrit deux duels très différents : l’un pour rire, l’autre sur un bateau avec jet d’un cadavre en mer…

Rambouillet est un récit historique de Jules Janin, qui ne cache pas son hostilité à la famille d’Orléans, le lendemain des Trois Glorieuses de juillet 1830, quand la France est passée de Charles X à Louis-Phiippe.

« Un peuple qui revient d’une révolution et qui se promène dans les bois au clair de la lune, mettant sur son chapeau les vers luisants du chemin, en attendant une cocarde. Hélas ! d’autre part, un pauvre vieux roi qui s’en va, pensant à la France, à son peuple ! Et le peuple oublieux déjà des absents ! »

Les républicains en querelles d’aujourd’hui ont du mal à se représenter les problèmes de nos ancêtres !

Les Duellistes.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 523 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

FLEURY, Jean – Quatre Contes du bocage normand

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 48min | Genre : Contes


Jean-François Millet - L’Église de Gréville

Jean-Joseph-Bonaventure Fleury (1816-1894) est un écrivain normand qui fut professeur à Paris, nommé lecteur en langue et littérature française à l’université impériale de Russie, poste qu’il occupa durant 20 ans pour se consacrer ensuite à la littérature régionale. Il est le père de l’écrivaine Henry Gréville (23 textes sur notre site).

Il n’est pas l’auteur de ces quatre contes du bocage normand, mais il les a recueillis et leur a donné forme.

Le Langage des bêtes est « conté par la mère Georges, âgée de 72 ans ; elle est repasseuse à Cherbourg, mais elle a été élevée à la campagne,et c’est là qu’elle a appris ce conte. »

Jacques le voleur commence ainsi : « Une femme avait un fils qu’elle avait fort mal élevé. C’était un fainéant et qui ne voulait rien faire.
Quand il fut en âge de choisir un état, sa mère lui demanda ce qu’il voulait être.
- Je veux être voleur
- Bon Dieu ! bonne Vierge ! mais ce n’est pas là une profession ! Je ne te permettrai jamais d’être un voleur.
- Eh bien ! allez consulter la bonne Vierge. Si elle dit comme moi, il faudra bien que vous consentiez. »

Dans La Fille sans mains, une mère jalouse de la beauté de sa fille lui fait couper les mains (elles repousseront).

Les Voleurs volés est d’un goût douteux, mais il fut « conté à Gréville par Jules Fatôme, âgé de onze ans, qui tenait ce conte de sa mère ».

Illustration : Jean-François Millet, L’Église de Gréville (1871-1874).

> Écouter un extrait : Le Langage des bêtes.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 727 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Contes :