Livres audio gratuits de la catégorie 'Contes' :


LORRAIN Jean – La Princesse Neigefleur

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 13min | Genre : Contes


La Princesse Neigefleur

« Quand la reine Imogine sut que la princesse Neigefleur n’était pas morte, que le lacet de soie qu’elle lui avait serré elle-même autour du cou ne l’avait qu’à demi étranglée et que les gnomes de la forêt avaient recueilli ce doux corps léthargique dans un cercueil de verre, pis, qu’ils le gardaient invisible dans une grotte magique, elle entra dans une grande colère : elle se dressa toute droite dans la stalle de cèdre où elle songeait, assise dans la plus haute chambre de sa tour, déchira dans toute sa longueur sa lourde dalmatique de brocart jaune enrichie de lys et de feuillages de perles, brisa contre terre le miroir d’acier qui venait de lui apprendre l’odieuse nouvelle et, saisissant de mâle rage par la patte de derrière le crapaud enchanté qui lui servait pour ses maléfices, elle le lança à toute volée dans la flamme de l’âtre où il fit frisst, grisst et prisst et s’évapora comme feuille sèche… »

La Princesse Neigefleur est un des Contes de givre et de sommeil.

Illustration : La Princesse Neigefleur, par Manuel Orazi (1898).

La Princesse Neigefleur.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 392 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOCCACE, Jean – L’Avare corrigé – La Caspienne, ou La Nouvelle Convertie

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 24min | Genre : Contes


La Caspienne, ou La Nouvelle Convertie

L’Avare corrigé (Première Journée, Nouvelle 08) contient une satire de son temps d’un ton assez rare chez Boccace :

« Arriva à Gênes un courtisan français, nommé Guillaume Boursier ; c’était un gentilhomme plein de droiture et d’honnêteté, parlant avec autant d’esprit que d’aisance, généreux et affable envers tout le monde. Sa conduite était fort opposée à celle des courtisans d’aujourd’hui, qui, malgré la vie dépravée qu’ils mènent et l’ignorance dans laquelle ils croupissent, ne rougissent pas de se qualifier de gentilshommes et de grands seigneurs, et qui auraient plus de raison de se faire appeler du nom de ces animaux à longues oreilles, dont ils ont, pour la plupart, les mœurs et la stupidité, plutôt que la politesse de la cour. »

La Caspienne, ou La Nouvelle Convertie (Journée III, Nouvelle 10) n’est pas pour toutes les oreilles. L’assimilation de l’acte sexuel et de l’expression de amour de Dieu (L’Homme-Diable et la Femme-Enfer) n’est pas à écouter par tous, d’autant plus que Boccace ne nous épargne aucun détail !
Le mot « pornographie » n’existait pas encore en 1350 : il aurait bien convenu !

Traduction : Antoine Sabatier de Castres (1742-1817).

Illustration : La Caspienne, ou La Nouvelle Convertie (Éditions Barbier, 1846).

L’Avare corrigé.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 590 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LORRAIN, Jean – La Princesse Ottilia

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 13min | Genre : Contes


La Princesse Ottilia

« Dans la vaste chambre tendue de tapisseries de soie, un groupe de suivantes tourmentait doucement les cordes des théorbes et de grands archi luths, emplissant toute la cour octogone d’un vague et délicat murmure que la jeune fille n’entendait pas, car elle était sourde et muette de naissance. »

La Princesse Ottilia est le premier volet des Princesses d’ambre et d’Italie.

Illustration : La Princesse Ottilia, par Manuel Orazi (1898).

La Princesse Ottilia.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 079 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VILLIERS DE L’ISLE-ADAM, Auguste (de) – La Machine à gloire

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 50min | Genre : Contes


La Salle Le Peletier pendant une représentation de l'opéra « Robert le Diable » (1832)

Les 27 Contes cruels occupent déjà une grande place sur notre site.

Villiers de l’Isle Adam imagine dans La Machine à gloire que l’ingénieur Bottom (ainsi appelé parce qu’il va au « fond » des choses ?) met au point un nouveau système de « claque » au théâtre.

« Nous constatons et affirmons, nous, que plus une œuvre dramatique secoue la torpeur publique, provoque d’enthousiasmes, enlève d’applaudissements et fait de bruit autour d’elle, plus les lauriers et les myrtes l’environnent, plus elle fait répandre de larmes et pousser d’éclats de rire, plus elle exerce, – pour ainsi dire, de force, – une action sur la foule, plus elle s’impose, enfin, – plus elle réunit, par cela même, les symptômes ordinaires du chef-d’œuvre et plus elle mérite, par conséquent, la gloire. »

Trois questions se dressent a priori :
1° Qu’est-ce que la Gloire ?
2° Entre une machine (moyen physique) et la Gloire (but intellectuel) peut-il être déterminé un point commun formant leur unité ?
3° Quel est ce moyen terme ?

Cette super claque électrique révolutionnaire ne semble pas avoir vu le jour depuis 1893 !

Illustration : La Salle Le Peletier pendant une représentation de l’opéra Robert le Diable (1832).

La Machine à gloire.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 136 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOCCACE, Jean – Le Mari cocu, battu et content – Le Valet joueur

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Contes


Le Mari cocu, battu et content

Fin de Le Mari cocu, battu et content (Septième Journée, Nouvelle 7)

« Depuis cette aventure, Egano crut avoir et la femme la plus vertueuse et l’intendant le plus affectionné qu’il fût possible de trouver. Béatrix et son amoureux rirent plus d’une fois de cette scène singulière. L’aveugle prévention du mari les mit dans le cas de se voir en toute liberté. Et ils en profitèrent pour multiplier leurs jouissances tout le temps qu’Hannequin demeura à Florence, d’où il ne partit que pour aller à Jérusalem. »

Le Valet joueur (Neuvième Journée, Nouvelle 4) :

« Les dangers du goût du jeu et l’amour du vin… Fortarigue jura qu’il renoncerait à l’un et à l’autre »,mais il n’y renonça pas !

Traduction : Antoine Sabatier de Castres (1742-1817).

Illustration : Le Mari cocu, battu et content (Éditions Barbier, 1846).

Le Mari cocu, battu et content.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 717 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SAINT-LAMBERT, Jean-François (de) – Les Deux Amis

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 30min | Genre : Contes


Les Deux Amis

Jean-François, marquis de Saint-Lambert (1716 -1803), est un militaire, philosophe, conteur et poète lorrain. Voltaire le soutint quand il se présenta à l’Académie française et il fut l’auteur anonyme de quelques articles de L’Encyclopédie.

Les Deux Amis, conte iroquois, parut en 1770.
(Les Iroquois (ou Haudenosaunee) nations amérindiennes de langues vivaient historiquement dans le Nord de l’État de New York aux États-Unis, au sud du lac Ontario et du fleuve Saint-Laurent.)

« Les Iroquois composent une nation peu nombreuse, mais guerrière ; et qui a conservé son indépendance au milieu des Français et des Anglais. Les Iroquois vivent rassemblés dans des villages, où ils ne sont soumis à l’autorité d’aucun homme ni d’aucune loi. Dans la guerre,ils obéissent volontairement à des chefs ; dans la paix, ils n’obéissent à personne. »
C est pourquoi Les Deux Amis Tolho et Mouza, inséparables et amoureux de la belle Erimé, ne peuvent s’unir à trois légalement.

Conclusion :
« La passion des deux amants éveillée de temps en temps par un peu de jalousie, se conserva longtemps dans sa force ; Érimé ne parut pas se refroidir ni pour l’un ni pour l’autre de ses époux. Tous trois… jouirent de la paix et des douceurs de l’amitié. Érimé devint un nouvel ami que s’étaient donné Tolho et Mouza : toujours aussi intimement unis qu’ils l’avaient été dans l’enfance.
L’heureuse Érimé fut toujours vigilante, douce, attentive, laborieuse, et le modèle de la fidélité conjugale. »

Illustration : L.-F. Labrousse, Une Iroquoise (1796).

> Écouter un extrait : Les Deux Amis (Début).

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 503 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SADE, Marquis (de) – L’Instituteur philosophe – Le Talion – La Marquise de Telême

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 40min | Genre : Contes


L'Instituteur philosophe

Ces trois nouvelles sont extraites des Historiettes, contes et fabliaux, manuscrit de 1788 du Marquis de Sade.

L’Instituteur philosophe
« Persuader par exemple à un jeune homme de quatorze ou quinze ans que Dieu le père et Dieu le fils ne sont qu’un, que le fils est consubstantiel à son père et que le père l’est au fils etc., tout cela, quelque nécessaire néanmoins que cela soit au bonheur de la vie, est plus difficile à faire entendre que de l’algèbre. »

Le Talion
« Mme d’Esclaponville, dis-je, était une blondasse un peu fade, mais fort blanche, d’assez jolis yeux, bien en chair, et de ces grosses joufflues qu’on appelle communément dans le monde de bonne jouissance. »

La Marquise de Telême, ou Les Effets du libertinage
« Ce qui vient de vous arriver, madame, dit-il en s’adressant à la marquise, a dû vous paraître fort extraordinaire, et n’est pourtant que la chose du monde la plus simple ; venue à Paris sans crédit, sans ressources, sans protection, à peine âgée de dix-sept ans et une trop jolie figure, vous deviez nécessairement être dupée, ce n’est pas votre faute. »
(Note : La fin du conte est endommagée par la corruption du manuscrit)

Illustration : Mr l’abbé Coco faisant un tour de promenade au jardin du Roi, avant diner avec son élève (XVIIIe).

> Écouter un extrait : L’Instituteur philosophe.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 706 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BERGERAT, Émile – Un duel darwiniste – La Trouée – Une femme libre

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 50min | Genre : Contes


Carl Spitzweg - Le Naturaliste

Trois Contes de Caliban (1909) d’Émile Bergerat :

Un duel darwiniste
« Aussi ne faut-il pas croire les journaux allemands, ni quand ils disent que la mort du célèbre Lutz de B… a eu une cause futile, ni quand ils disent autre chose. »

La Trouée
« Et il éclata d’un si bon rire, avec une joie si naïve, que je me sentis ému jusqu’au fond de l’âme. « Brave passementier, héros inconscient de cette Iliade moitié bouffonne et moitié navrante, sois béni ! pensai-je ! car toi, du moins, tu as fait ton devoir jusqu’au bout. Grâce à toi et à tes rares pareils, quels qu’aient été ses torts et quels qu’ils soient encore, la bourgeoisie s’est rachetée à jamais sur les sombres coteaux de Montretout et de Buzenval. »

Une femme libre
« Les peuples héroïques et modèles des civilisations antiques, disparues, mais qui reparaîtront, je vous le jure, n’ont point connu l’aberration fatale qui, depuis deux mille ans à peine, a dévoyé l’humanité et semé dans les champs de la nature l’ivraie de cette tristesse sociale qui empoisonne jusqu’aux remparts de la cité moderne. La sagesse ancestrale ne demandait pas aux yeux de la femme plus de ciel qu’ils n’en peuvent tenir. Le baiser n’y mesurait que sa joie instantanée et furtive, payée aux dieux par les douleurs sacrées de la maternité, aussi longues que la vie des mères vénérables. »

Illustration : Carl Spitzweg, Le Naturaliste, ou Le Chasseur de papillons (1836-1837).

> Écouter un extrait : Un duel darwiniste.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 585 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Contes :