Livres audio gratuits de la catégorie 'Contes' :


LECONTE DE LISLE – Dianora

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 45min | Genre : Contes


Dianora

Dans le sixième de ses Contes en prose (1847), Dianora, Leconte de Lisle prend bien soin d’indiquer qu’il a évité tout jugement personnel dans la relation de cette histoire de duel au treizième siècle en Italie ; il insiste :

« Le récit suivant appartient à un obscur chroniqueur des faits et gestes d’Antelminelli Castruccio, seigneur de Lucques. Nous le reproduisons dans sa forme naïve et sans développements.

Nous ne nous chargerons point d’expliquer comment il se fit que Dianora eût si promptement oublié le serment fait à Puccinelli de ne jamais appartenir qu’à lui. Cette histoire n’est nullement de notre imagination, mais bien une fidèle narration d’événements véritables

Ici, le chroniqueur italien, auquel nous devons le récit de ce drame, fait la réflexion suivante que nous traduisons littéralement : « II en est ainsi, comme chacun sait, des femmes de notre Italie. Celles de France sont grandement fausses et inconstantes ; celles d’Allemagne froides et apathiques ; celles d’Angleterre romanesques ; mais les Italiennes sont d’un sang plus irritable ; elles détestent, elles aiment avec fureur. Il est aussi dangereux d’être leur amant que leur ennemi. Il n’est pas d’homme qui ait l’haleine assez longue pour porter jusqu’au bout le poids de leur haine ou de leur amour. Du reste, les hommes sages doivent éviter les femmes ; car, en général, ce ne sont point de bonnes créatures. » Telle est l’opinion de notre chroniqueur ; nous la livrons au lecteur pour ce qu’elle vaut. »

Curieux !

Illustration : Manuscrit médiéval du début du XIVe siècle.

Dianora.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 438 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DUMONT, Émile – Deux Contes de l’Eure

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 13min | Genre : Contes


Le phare de Fatouville en 1873

Émile Dumont (1827-1889), né à Pont-Audemer, publiciste, romancier, mémorialiste, nous a laissé des Contes et légendes de l’Eure.

Voici deux brefs récits du terroir qui sentent bon la Normandie !

Le Bonhomme de Fatouville

« À cet arbre s’attache une histoire touchante, le récit d’un vie de dévouement et d’abnégation. »

La Petite Fileuse d’Appeville

« Il y avait autrefois à Appeville-dit-Annebaut une petite vieille bonne femme, qu’on appelait la mère Jeanne, et plus communément, la petite fileuse d’Appeville. De tous temps on l’avait vue assise à son rouet, et filant, car elle était bien pauvre ! Il lui fallait pour vivre qu’elle travaillât tout le jour et une partie de la nuit.
La mère Jeanne vint à mourir. »

Illustration : Le phare de Fatouville en 1873.

Le Bonhomme de Fatouville.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 434 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VOLTAIRE – Zadig, ou La Destinée (Version 2)

Donneuse de voix : Brigitte84 | Durée : 3h | Genre : Contes


Voltaire

Voltaire s’est d’abord défendu d’être l’auteur de ce conte publié pour la première fois en 1747, et inspiré d’un conte persan intitulé Voyages et aventures des trois princes de Serendip, .
Ont été ajoutés deux chapitres que Voltaire n’avait pas souhaité publier de son vivant et qui figurent dans l’édition papier publié dans la collection Grands Écrivains choisis par l’Académie Goncourt.

> Écouter un extrait : Chapitre 00.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 324 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TWAIN, Mark – La Fête dispendieuse du colonel Moses Grice

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 43min | Genre : Contes


Affiche de cirque au États-Unis (1899)

Le Grand Cirque Universel fin de siècle, si apprécié à Londres, à Paris et à New-York s’installe un jour dans la toute petite cité de Dukesborough (« le directeur du cirque avoua, à sa grande honte, qu’il n’avait jamais entendu parler de cette localité »).
On imagine l’événement, l’émoi de la population, toutes les complications que provoqua La Fête dispendieuse du colonel Moses Grice que nous conte Twain avec sa verve habituelle.

« Le Cirque Universel comportait aussi une petite ménagerie d’animaux qui devait être exhibée au public dès l’ouverture des portes. Il y avait un chameau, un zèbre, un lion, une hyène, deux léopards, un porc-épic, six singes, un vautour et quelques perroquets. Pendant le défilé de la cavalcade, il fallait voir avec quelle rapidité les curieux arrivés en retard dans leurs voitures firent faire demi-tour à leurs chevaux par crainte de la musique et de l’odeur des bêtes fauves. »

Traduction : François de Gail (1910).

Illustration : Affiche de cirque au États-Unis (1899).

La Fête dispendieuse du colonel Moses Grice.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 542 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

FÉVAL, Paul – Contes de Bretagne

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 5h 45min | Genre : Contes


Hortensia

Ce recueil Contes de Bretagne se compose :

- d’une Introduction, Job-Misère :
« Ceux qui ont voyagé par les sentiers étroits, mêlés, croisés, qui se coupent, qui se bifurquent, qui se replient sur les landes du pays de Redon, comme le volumineux et bizarre paraphe d’un garde-notes de l’ancien régime, ont pu rencontrer parfois le vieux Jobin de Guer, que les bonnes gens de l’Ille-et-Vilaine appellent indifféremment Job-Misère ou Job le Rôdeur.
[...]
Ce n’est pas un mendiant. Il ne demande rien.
[...]
Les paysans lui offrent une botte de foin dans la grange, l’été ; l’hiver, un coin de la salle commune et place à table.
Il paie cela en histoires racontées aux veillées… »

- Et de trois contes :

Le Joli Château

Nous sommes dans les environs de Dinan.
« Il était une fois un gentilhomme qui avait nom M. de Plougaz. Il était seigneur de Coquerel, Coatvizillirouët, Kerambardehzre et autres lieux. Son château de Coquerel était bien le plus beau qu’on pût voir à dix lieues à la ronde et même plus loin. On en parlait en Bretagne et aussi à Paris… »

Anne des Îles.

Ceci se situe en mer d’Iroise, la Pointe du Raz, les îles de Sein et d’Ouessant offrent leur décor grandiose.
« Il y a bien longtemps, près du lieu où fut bâtie la ville d’Audierne, au département du Finistère, en Bretagne, il y avait un village dont on ne sait plus le nom. Ses dernières maisons touchaient à la grève et baignaient dans le flot le galet de leurs murailles quand venaient les grandes marées d’équinoxe. D’un côté du village était la mer, de l’autre la lande : la lande aride comme la mer, immense comme elle… »

La Femme blanche des marais.

Nous voici près de Redon et de Malestroit, la rivière de l’Oust, affluent de la Vilaine, est le théâtre des agissements d’une bien étrange Femme blanche.
« C’est, dit-on, une noble châtelaine, madame Ermengarde de Malestroit, qui revient visiter de nuit ses anciens domaines, et glisse, sans radeau ni barque, sur les eaux tranquilles des marais de l’Oust. Elle est grande, belle, majestueuse. Son corps est souple et ondule avec grâce au souffle de la brise. Sa longue chevelure se déploie et l’entoure comme un vaste manteau… »

Des notes insérées informent de quelques croyances ou coutumes bretonnes.

Illustration : Photo personnelle « Hortensia ».

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Introduction.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 995 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DUMAS, Alexandre – Le Nain du lac et la dame Noire

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 35min | Genre : Contes


Léon Sabatier - Le Mummelsee

Le Nain du lac et la dame Noire est le titre unique donné par Alexandre Dumas père à deux légendes de deux endroits voisins de la Forêt noire.

Le Nain du lac

« Au bout d’une demi-heure, le jeune homme vit remonter le sac de peau à la surface du lac, il l’attira à lui avec le crochet de son bâton de montagne, et l’ouvrit : le petit sac était plein de perles, de branches de corail et de morceaux d’ambre, que son père alla vendre à Strasbourg, et avec le prix il acheta de magnifiques prairies, qui, depuis cette époque, sont dans sa famille.
C’était le paiement de l’hospitalité que le pauvre chenevier avait donnée au petit homme des eaux, qui ayant, à ce qu’il paraît, retrouvé sa femme dans le Mummelsée, n’a plus depuis ce moment quitté le lac, qu’il habite toujours, mais sur les rives duquel il se montre par malheur plus rarement aujourd’hui qu’autrefois. »

La Dame Noire

« Que veux-tu faire de cet arbre ? demanda la dame Noire.
– Madame, dit Wilhelm en la regardant avec étonnement, car il ne l’avait pas vue venir, et il ne pouvait deviner d’où elle sortait ; madame, j’en veux faire une table et des chaises, car je me marie à la Saint-Martin prochain avec Roschen, ma fiancée, que j’aime depuis trois ans.
– Promets-moi d’en faire un berceau pour ton premier-né, répondit la dame Noire, et je lèverai le charme qui défend cet arbre contre la hache du bûcheron.
– Je vous le promets, madame, dit Wilhelm. »

Illustration : Léon Sabatier, Le Mummelsee (XIXe).

Le Nain du lac et la dame Noire.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 750 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MORISSETTE, Joseph Ferdinand – Quatre Contes au coin du feu

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 42min | Genre : Contes


Au coin du feu

Joseph Ferdinand Morissette (1858-1901), écrivain québecois a fondé plusieurs journaux éphémères. Mort dans une extrême pauvreté à Montréal, il a publié en 1883 le recueil Au coin du feu d’où sont extraits ces quatre récits.

Avis! Écoutez Un revenant et Le Bal du Diable, maintenant si vous voulez. Mais réservez L’Enfant perdu :

« Ses cris redoublent. Maman ! bonne maman ! venez donc me chercher, j’ai froid, oh ! maman que je souffre… Il tombe sur la route, privé de connaissance. La neige s’amoncelle autour de son corps et le recouvre bientôt. »

et Douleurs et larmes :

« Décrire la douleur que ressentirent Arhtur et son épouse est impossible. Celui-là seul qui a eu l’incomparable malheur de perdre un de ses enfants comprendra leurs souffrances. Au moment où commence notre récit, le médecin venait de les informer que tout espoir de guérison était impossible et que l’enfant allait mourir dans le cours de la nuit. »

à des moments où vous accepterez des lectures tristes, désespérantes et dépourvues de tout humour.

> Écouter un extrait : Un revenant.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 713 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOCCACE, Jean – Grisélidis, ou La Femme éprouvée – À femme avare, galant escroc

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 36min | Genre : Contes


Grisélidis, ou La Femme éprouvée

Grisélidis, ou La Femme éprouvée (Journée X, Nouvelle 10) est la dernière des cent nouvelles du Décaméron (72 sur le site déjà publiées).

« Un des plus illustres et des plus célèbres descendants de la maison de Saluces fut un nommé Gautier. Sans femme, sans enfants, et n’ayant aucune envie de se marier ni d’avoir des héritiers, il employait son temps à la chasse. Cette façon de penser et de vivre déplaisait fort à ses sujets ; ils le supplièrent si souvent, et si vivement de leur donner un héritier, qu’il résolut de céder à leurs prières. Ils lui promirent de lui choisir une femme digne de lui par sa naissance et ses vertus. « Mes amis, leur dit-il, vous voulez me contraindre de faire une chose que j’avais résolu de ne faire jamais, parce que je sais combien il est difficile de trouver dans une femme toutes les qualités que j’y désirerais, et qui établiraient la convenance entre deux époux. Cette convenance est si rare, qu’on ne la trouve presque jamais. Et combien doit être malheureuse la vie d’un homme obligé de vivre avec une personne dont le caractère n’a aucun rapport avec le sien ! »»

Pauvre Grisélidis !

À femme avare, galant escroc (Journée VIII, Nouvelle 1) :

« Croyant avoir remarqué qu’il ne déplaisait pas, il se hasarda à lui faire parler, pour la prier de payer d’un tendre retour les sentiments qu’elle lui avait inspirés, lui promettant de s’en rendre digne par son empressement à faire tout ce qui pourrait lui être agréable. La belle, après bien des façons, consentit à se rendre à ses désirs, à condition qu’il garderait un secret inviolable, et qu’il lui donnerait deux cents écus dont elle avait besoin.

Gulfart fut si choqué de l’avarice de la dame, dont il ne l’aurait jamais soupçonnée, que peu s’en fallut que son amour ne se changeât en aversion ; cependant il se radoucit, et résolut de la tromper. »

C’est bien fait pour Ambroise !

Traduction : Antoine Sabatier de Castres (1742-1817).

Illustration : Grisélidis, ou La Femme éprouvée (Éditions Barbier, 1846).

Grisélidis, ou La Femme éprouvée.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 725 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Contes :