Livres audio gratuits de la catégorie 'Histoire' :


ZÉVACO, Michel – Le Rival du roi

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 13h 15min | Genre : Romans


Michel Zévaco - Le Rival du roi

Le Rival du roi est la suite de La Marquise de Pompadour, roman publié sur le site il y a quelques mois.

Il peut paraître surprenant d’entendre quelques phrases évoquant la marquise de Pompadour : « L’âme pure et candide de cette vierge » ou « ses sentiments si purs et si désintéressés » ou encore « Jeanne a fait vœu de n’appartenir à aucun homme, à tout jamais ».

Un texte, beaucoup plus historique, a été publié sur le site. Il fait partie de la série de Gobineau : Les Cotillons célèbres.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 164 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

L’ENCYCLOPÉDIE – François, ou Français

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 23min | Genre : Histoire


Charles le Chauve

L’article François, ou Français est consacré au Français (origines et évolution de l’homme de Gaule et de France) et au français (débuts et mutations de la langue).
Ces lignes de L’Encyclopédie sont de la plume de Voltaire, rédigées dans la langue de Molière qu’on dit aussi, depuis, « langue de Voltaire » !

Développement historique, très documenté, à lire ou à écouter.

« Les François avoient été d’abord nommés Francs ; & il est à remarquer que presque toutes les nations de l’Europe accourcissoient les noms que nous alongeons aujourd’hui. Les Gaulois s’appelloient Velchs, nom que le peuple donne encore aux François dans presque toute l’Allemagne ; & il est indubitable que les Welchs d’Angleterre, que nous nommons Galois, sont une colonie de Gaulois. »

« A la fin du dixieme siecle le françois se forma. On écrivit en françois au commencement du onzieme ; mais ce françois tenoit encore plus du romain rustique, que du françois d’aujourd’hui. [...] On commença au douzieme siecle à introduire dans la langue quelques termes grecs de la philosophie d’Aristote ; & vers le seizieme on exprima par des termes grecs toutes les parties du corps humain, leurs maladies, leurs remedes : de-là les mots de cardiaque, céphalique, podagre, apoplectique, asthmatique, iltaque, empième, & tant d’autres. »

François, ou Français.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 696 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Le 10 AOÛT 1792 – Deux Illustrations littéraires

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 20min | Genre : Histoire


Henri-Paul Motte - La Prise des Tuileries, 10 août 1792

L’insurrection, au son de La Marseillaise et ses conséquences sont communément appelées « le 10 août », « journée du 10 août », « prise des Tuileries », « insurrection du 10 août » ou « massacre du 10 août ».

La journée du 10 août 1792 (il y a 222 ans aujourd’hui) est le jour où l’Assemblée législative vote la suspension des pouvoirs du roi Louis XVI, qui va ensuite être emprisonné avec sa famille. Cette révolution est due à l’insurrection des Parisiens, et des divers patriotes volontaires venus de province, très en colère contre les menaces des envahisseurs prussiens. Ils sont également furieux du refus du roi d’accepter de mettre en application les lois votées qui mettaient en place les mesures militaires et politiques permettant de répondre à la situation dramatique de la France.

Nous vous présentons deux versions partisanes qui évoquent des faits assez semblables, mais interprétés très différemment par Jules Clarétie, dans Ruines et fantômes en 1873, et en 1875 par Georges de Cadoudal (neveu du général chouan, Georges Cadoudal guillotiné en 1804) dans l’article Le Dix Août.

Version Clarétie :
« Dans la nuit du 9 août 1792, à minuit, le tocsin sonna. C’était le signal. Paris se soulevait en masse et marchait sur les Tuileries. Il y avait fête aux faubourgs. Au quartier général des Enfants-Rouges, on était joyeux en respirant par avance l’odeur de la poudre. La rue de Lappe, le faubourg Saint-Antoine, le faubourg Saint-Marceau, étaient illuminés. Aux municipalités, la foule était grande. Pâles, mais souriants, les présidents des sections annonçaient au peuple que l’heure était venue de vaincre ou de mourir. [...]
C’est le monde ébloui, c’est la parole de liberté, d’égalité, de fraternité traversant l’espace comme une bouffée d’air pur, c’est la souveraineté nationale reconnue, imposée, c’est l’effarement du passé devant ce présent irrésistible, c’est la France, enfin, notre pauvre et bien-aimée France, c’est la patrie sauvée, affranchie, délivrée, maîtresse d’elle-même, et, par sa grande idée de sacrifice et de dévouement, maîtresse aussi du monde. Vive la France ! »

Version De Cadoudal :
« La Révolution du 10 août n’a pas été l’œuvre du peuple. Elle est le fait d’une minorité infime et abjecte dirigée par un petit groupe de scélérats presque inconnus qui préparent tout dans l’ombre et se cachent au moment de l’action. [...] Dans la nuit du 9 au 10 août, à minuit, le tocsin retentit tout à coup dans les tours des différentes églises de Paris. C’était le signal de l’insurrection. Au tocsin succède le bruit des tambours. On entend à la fois battre la générale et le rappel, le rappel au nom de l’ordre légal, la générale au nom de l’émeute. [...]
Redisons-le avec tristesse, la journée du 10 août n’a pas été seulement la journée des bandits et des cannibales, elle a été la journée des lâches. »

Heureux anniversaire pour les uns, triste pour les autres…

Illustration : Henri-Paul Motte, La Prise des Tuileries, 10 août 1792 (détail).

Jules Clarétie – Le 10 Août 1792.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 616 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BERNÈDE, Arthur – Bonnot, Garnier & Cie

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 4h 45min | Genre : Histoire


L'Attaque de la Société Générale à Chantilly

Deux ans avant l’affaire Landru, « la bande à Bonnot » passionna la France en 1912. Arthur Bernède, à l’aide des actes d’accusation et des extraits de journaux de l’époque, reconstitua toute cette affaire sous le titre Bonnot, Garnier & Cie.
C’était la première fois qu’une auto était utilisée pour commettre un braquage, et l’événement eut un retentissement considérable, accru par la blessure grave de l’encaisseur de la Société Générale. Le lendemain, l’événement fit la une des journaux qui surnomma les braqueurs « la bande en automobiles » ou « les bandits tragiques ». La police découvrit que le braquage était lié au milieu anarchiste, ce qui augmenta encore le retentissement de l’affaire.

Jour par jour (ou presque), nous apprenons le déroulement d’évènements sanglants et nous suivons les comportements des quelque 15 membres de cette société anarchiste.

Un lien entre les deux affaires : Me de Moro-Giafferi qui ne pourra rien faire, plus tard, pour Landru, avait pu en 1912 sauver la tête de Dieudonné… peut-être innocent.

> Écouter un extrait : Chapitres 01 et 02.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 737 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LA PRISE DE LA BASTILLE – Deux Illustrations littéraires

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 7min | Genre : Histoire


Bastille

Le même évènement « vu » par un témoin de 29 ans, Chateaubriand, et relaté dans les Mémoires d’Outre-Tombe, puis glorifié par Michelet (Histoire de la Révolution Française) un demi-siècle plus tard. Un témoignage et une célébration de deux grands auteurs romantiques ; la vérité historique et le retentissement symbolique…

François-René de Chateaubriand – La Prise de la Bastille.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 10 186 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOISSIER, Gaston – La Conjuration de Catilina

Donneuse de voix : Veski | Durée : 6h 23min | Genre : Histoire


Cesare Maccari - Cicéron et Catilina (Détails)

Rome, 63 avant J-C. L’époque est violente : la sanglante dictature de Sylla (une vingtaine d’années auparavant) a laissé des blessures, la République, qui vient d’être ébranlée par la révolte de Spartacus (73-71 avant J-C), est constamment menacée par les rivalités politiques et vit sa dernière génération.

Un jeune patricien dévoyé, Catilina, déçu dans ses ambitions politiques, fomente une insurrection et tente de renverser les institutions. C’est un complot de jeunes aristocrates désargentés et frustrés de pouvoir, sans réel programme politique. Mais les plans sont d’une violence extrême : il s’agit de massacrer le Sénat et d’incendier Rome. Cicéron, alors consul, l’affronte devant le Sénat (cf. Les Catilinaires) et parvient, difficilement, à déjouer la conspiration.
Au prix de condamnations à mort quasiment sans jugement.

Illustre latiniste, professeur au Collège de France et membre de l’Académie française, Gaston Boissier publie cette étude fouillée en 1905. L’époque est, elle aussi, troublée : souvenirs de la Commune de Paris, attentats anarchistes. Les allusions sont tentantes !
Son érudition, son style vivant et incisif brossent une fresque palpitante. Au premier plan s’affrontent les plus grandes personnalités de ce temps : Cicéron, César, Crassus, Pompée, Caton… G. Boissier les connait intimement, il explore les ressorts de leurs stratégies politiques, leurs espoirs, mais aussi leurs fragilités, leurs doutes. Et Rome revit dans sa violence, ses principes, et la solidité de ses institutions.

Illustration : Cesare Maccari, Cicéron dénonçant Catilina (1889, détails)

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 388 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BERNÈDE, Arthur – Landru

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 4h 50min | Genre : Histoire


Landru.

Quand l’immoralité donne l’immortalité !

Dans la collection Crimes et châtiments dirigée par Arthur Bernède, l’auteur de Judex, de Belphégor et de L’Homme au masque de fer, Landru est l’histoire d’un des plus grands criminels modernes, tueur en série, qui entre 1914 et 1919, assassina en les étranglant, avant de découper leurs cadavres pour les brûler ensuite dans la cuisinière de sa villa de Gambais (Seine et Oise), dix femmes (surtout des veuves) pour vivre et assurer le bien-être de sa famille ignorante de ses crimes.

C’était pendant la guerre de 14, mais toute la France se passionna pour cette « affaire » ; elle fit couler beaucoup de salive et d’encre, défraya la chronique, noircit, plus tard, des pellicules et fut filmée et télévisée.

Le Barbe bleue, sieur de Gambais n’eut jamais le moindre remords et sourit même en allant à la guillotine. La plaidoirie de Me Moro-Giafferi ne put lui épargner la mort.

(Quelques accidents de lecture dus à l’illisibilité de certaines lignes de ce journal numérisé demandent votre indulgence, ainsi que quelques longs extraits fastidieux : un romancier, par exemple, eût cité deux ou trois des 25 chefs d’accusation, mais le journaliste, ne voulant rien omettre, en donne la liste complète).

> Écouter un extrait : Chapitres 01 à 03.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 257 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LAFORGUE, Jules – Le Miracle des roses

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 45min | Genre : Nouvelles


Sainte Elisabeth de Hongrie

À la différence de Hamlet, ou La Piété filiale et des autres Moralités légendaires, Jules Laforgue situe la deuxième à l’époque contemporaine, sans doute à Baden-Baden. Le Miracle des roses est une œuvre complexe, où l’intention parodique est manifeste ; des éléments autobiographiques entrent dans cette fiction au décor réaliste, pleine de références intellectuelles et évoquant, selon certains, Sainte Elisabeth de Hongrie tenant toujours des roses à la main.
L’héroïne de ce faux miracle, Ruth, est « un être de crépuscule », à la fois tuberculeuse romantique (comme La Dame aux camélias) et femme fatale qui sème les morts sur son passage et se nourrit de ce sang versé pour elle (cf.  l’épisode de la corrida).
Un récit qu’il faut décrypter sans jamais oublier l’ironie du poète et son désir de désacralisation, quand il décrit cette charmante petite hystérique.

« Phtisique, hallucinée : quoi qu’il en soit du fond de tout ce romanesque, la jeune dame « n’en a pas pour longtemps », comme on se permet de le siffloter dans les sous-sols de l’hôtel, à l’office (cet étage est sans pitié). (sic) [...] Et voilà le grand secret lâché ! Cette Ruth, cette charmante agonisante, par une insondable fatalité, passe sa vie à répandre le suicide sur son chemin, sur son chemin de croix. »

Le Miracle des roses.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 657 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Histoire :