Livres audio gratuits de la catégorie 'Histoire' :


SAND, George – Lettre aux membres du Comité central (1848)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 25min | Genre : Histoire


Alcide-Joseph Lorentz - George Sand

La IIe République venait d’instaurer le suffrage universel mais, on le sait, uniquement masculin. À la faveur des élections d’avril 1848, les femmes choisirent George Sand pour les représenter à l’Assemblée nationale, sans consulter l’intéressée. Une manipulation qu’elle n’apprécia pas. En outre, elle n’était pas favorable au vote des femmes dans l’état actuel de la société, comme elle le répète plusieurs fois.

Le contenu de Lettre (inachevée) aux membres du Comité central (avril 1848) se relit avec une attention particulière à la lumière des droits acquis ou refusés aux femmes depuis la seconde République.

« La femme étant sous la tutelle et dans la dépendance de l’homme par le mariage, il est absolument impossible qu’elle présente des garanties d’indépendance politique, à moins de briser individuellement et au mépris des lois et des mœurs, cette tutelle que les mœurs et les lois consacrent. […] Je dirai toute ma pensée sur ce fameux affranchissement de la femme dont on a tant parlé dans ce temps-ci. Je le crois facile et immédiatement réalisable, dans la mesure que l’état de nos mœurs comporte. Il consiste simplement à rendre à la femme les droits civils que le mariage seul lui enlève, que le célibat seul lui conserve ; erreur détestable de notre législation qui place en effet la femme dans la dépendance cupide de l’homme, et qui fait du mariage une condition d’éternelle minorité. »

« En y réfléchissant, on trouverait beaucoup d’autres fonctions auxquelles les femmes sont appelées par la nature et la Providence ; mais lorsqu’il s’agit de leur attribuer des droits politiques de la même nature que ceux des hommes, il y a beaucoup à dire, pour et contre.
Les femmes doivent-elles participer un jour à la vie politique ? Oui, un jour, je le crois avec vous, mais ce jour est-il proche ? Non, je ne le crois pas, et pour que la condition des femmes soit ainsi transformée, il faut que la société soit transformée radicalement. »

Lettre aux membres du Comité cental.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 386 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CHAMPAGNAC, Jean-Baptiste-Joseph – L’Assassinat de Paul-Louis Courier

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 25min | Genre : Histoire


Paul-Louis Courier

« Paul-Louis Courier ou plus exactement Paul-Louis Courier de Méré, était un pamphlétaire français, né à Paris le 4 janvier 1772, mort assassiné près de Véretz (Indre-et-Loire), le 10 avril 1825. [...] II se distingue à la fois comme helléniste et comme écrivain politique. On lui doit en outre le traité de Xénophon Sur la Cavalerie (1813) et quelques autres travaux d’érudition. Lors de l’instruction de son second procès, Courier est présenté comme un maître dur au caractère difficile. Mais cette assertion est maintenant battue en brèche : avec ses proches, il était bon, tendre et doux. Dans le domaine public, il était prodigieusement agacé par le climat de flagornerie instauré par le pouvoir napoléonien, puis sacralisé par la monarchie restaurée et par l’hypocrisie sociale. » (Wikipédia)

L’Assassinat de Paul-Louis Courier nous raconte toutes les circonstances mystérieuses ayant entouré sa mort et le déroulement du procès qui mit cinq ans avant d être clos (juillet 1825-juin 1830).

« Un témoin était présent à l’assassinat de Courier : il avait vu tout ce qui s’était passé dans cet horrible moment. Il avait gardé le silence lors du premier procès, et tout porte à croire qu’il eût continué à se taire, sans un événement, peu important en apparence… »

L’Assassinat de Paul-Louis Courier.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 370 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TORQUET, Charles – L’Oncle Sam et l’oncle Tom, frères ennemis

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 22min | Genre : Histoire


L'Oncle Sam et l'oncle Tom, frères ennemis

L’Oncle Sam et l’oncle Tom, frères ennemis de Charles Torquet (1864-1938) connu surtout comme traducteur de russe se réfère à l’Abolition de l’esclavage aux États-Unis en 1865.
Quelques précisions historiques : malgré les idées abolitionnistes de Jefferson et Washington, la Constitution de 1787 est muette sur l’esclavage et le reconnaît en fait implicitement. Officiellement, le Congrès abolit la traite en 1808, et le trafic cesse à partir de cette date, hormis une traite clandestine relativement négligeable. Mais l’esclavage n’en prospère pas moins, se déplaçant à l’Ouest vers l’Alabama, le Mississippi, la Louisiane puis le Texas. En 1830, on estime le nombre d’esclaves à 2 millions, et à 4 millions en 1860. Le 9 avril 1865, le général Lee capitule. La victoire du Nord met fin à presque 250 ans d’esclavage : le XIIIème amendement adopté la même année abolit l’esclavage sur tout le territoire (« Ni esclavage, ni servitude involontaire, si ce n’est en punition de crime dont le coupable aura été dûment convaincu, n’existeront aux Etats-Unis ni dans aucun lieu soumis à leur juridiction »).

Washington est le plus célèbre des penseurs noirs au début du XXème siècle. En formant des jeunes gens polis et acquis au mode de fonctionnement de la société américaine, Washington pense désarmer l’hostilité blanche. Il recommande également en ce sens aux Noirs de rester à la campagne. Il convainc certains Noirs en leur promettant un progrès économique et ne dérange pas excessivement les Blancs, puisqu’il donne son aval à la ségrégation raciale en ne la remettant pas directement en cause.

L’Oncle Sam et l’oncle Tom, frères ennemis.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 333 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

STAËL, Germaine (de) – Considerations sur la Révolution française (Quatrième Partie)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 4h 50min | Genre : Essais


Germaine de Staël

« C’est presque toujours après de longs troubles civils que la tyrannie s’établit, parce qu’elle offre à tous les partis épuisés et craintifs l’espoir de trouver en elle un abri… »

Dans cette 4ème Partie, Madame de Staël évoque de son style net et alerte, les événements historiques en France, depuis le Retour d’Égypte, jusqu’à la première abdication et les Adieux à Fontainebleau de Napoléon, en avril 1814, avec : le 18 brumaire (9 novembre 1799), les guerres, le despotisme, la religion (« Plus les sentiments sont beaux par leur nature, plus ils inspirent de répugnance quand l’ambition et l’hypocrisie s’en emparent »), la censure, l’exil (« Quiconque prévoit en politique le lendemain, excite la colère de ceux qui ne conçoivent que le jour même »), la résistance des peuples, russes et surtout espagnols, les Lumières, la Monarchie constitutionnelle à laquelle l’auteure est favorable, avec l’Angleterre.

Madame de Staël évoque également les écrits de son père, Jacques Necker, et ses derniers moments, en avril 1804, à Coppet (Suisse), alors qu’elle se trouve elle-même à Berlin.

Ce sont de très belles pages sur la liberté, exprimées avec force.

Chateaubriand, dans ses Mémoires d’outre-tombe, et surtout dans son Livre 22, cite Germaine de Staël. La bien tristement célèbre « Affaire du Duc d’Enghien », du Livre 16 des Mémoires d’outre-tombe, est aussi rappelée ici par Germaine de Staël.

Victor Hugo, dans son ode Buonaparte, traite sur un mode poétique, ces pages de l’Histoire.

Illustration : Madame de Staël, par Henri-Joseph Hesse.

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 662 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

L’ENCYCLOPÉDIE – Autorité politique

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 23min | Genre : Histoire


Georges Rouget - Henri IV et l'assemblée des notables à Rouen, le 4 novembre 1596

Aujourd’hui, en France, nous re-discutons beaucoup sur les vrais pouvoirs de l’État ; il est intéressant de voir l’évolution de l’Histoire concernant les étapes de la notion d’Autorité politique. L’article de l’Encyclopédie qui lui est consacré est signé Diderot.

« Toute autorité vient d’une autre origine que de la nature. Qu’on examine bien, & on la fera toûjours remonter à l’une de ces deux sources : ou la force & la violence de celui qui s’en est emparé ; ou le consentement de ceux qui s’y sont soûmis par un contrat fait ou supposé entr’eux, & celui à qui ils ont déféré l’autorité. »

Ceux que ce problème « travaille » sont invités à enrichir leur étude par la lecture sur le même sujet du livre Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu, vingt-cinq dialogues de deux morts redevenus très vivants grâce à la plume de Maurice Joly (1828-1878), ici lus en 2012-2013.

Autorité politique.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 105 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MERLE D’AUBIGNÉ, Jean-Henri – Histoire de la Réformation du seizième siècle (Tome 1)

Donneur de voix : ThéoTeX | Durée : 14h 54min | Genre : Histoire


Jean-Henri Merle d'Aubigné

C’est en visitant le donjon du château de la Wartbourg, où Luther, mis à l’abri de la persécution par l’Électeur de Saxe, avait traduit la Bible en langue populaire, de 1521 à 1522, que Jean-Henri Merle d’Aubigné, alors âgé de 23 ans, conçut le dessein d’écrire une grande histoire de la Réformation ; une histoire qui fût à la foi savante, profonde, et qui montrât que le but de cet ébranlement majeur de l’Europe avait moins été de détruire les superstitions, que d’insuffler une vie nouvelle en recréant la foi. Le rêve de ce jeune étudiant en théologie, issu de deux grandes familles protestantes, les Merles de Nîmes, et les fameux d’Aubignés de l’Histoire de France, deviendra la grande affaire de sa vie, pour se concrétiser en treize gros volumes, qui ont fait passer son nom à la postérité. Cinq se regroupent sous le titre général d’Histoire de la Réformation au seizième siècle ; ce sont les plus connus, notamment les quatre premiers centrés autour de Luther, le cinquième étant consacré à l’Angleterre.

> Écouter un extrait : Préface.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 689 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LONDRES, Albert – La Chine en folie

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 2h | Genre : Histoire


Shanghai.jpg

« Laissez donc la Chine dormir, car lorsque la Chine s’éveillera le monde entier tremblera ». Napoléon aurait proféré ces mots prophétiques en 1816 à Sainte Hélène. Alain Peyrefitte, plusieurs fois ministre, s’est saisi de cette phrase pour en faire le titre de son livre en 1973 qui explique que « la Chine d’aujourd’hui ne prend son sens que si on la met en perspective avec la Chine d’hier ». Sa thèse principale est que compte-tenu de la taille et la croissance de la population chinoise, elle finira inexorablement par s’imposer au reste du monde dès qu’elle maîtrisera une technologie suffisante.
Trente ans après, nous savons à quoi nous en tenir.

Nous vous faisons connaître aujourd’hui un livre surprenant du grand journaliste reporter Albert Londres (1881-1932), paru neuf ans avant sa mort et relatant des faits qui n’ont pas encore un siècle.
Ce reportage enlevé à fière allure, intitulé La Chine en folie, choses vues est composé de huit chapitres qui se succèdent dans cet ordre : La Chine en folie, Fantastique histoire de Tsang-Tso-lin, Une assez curieuse journée à Pékin, Une conversation inattendue, Où il faut huit démarches pour voir clair, L’éloge de l’anarchie, Une veillée d’armes à la chinoise, Un monstre : Shanghaï.

Albert Londres n’épargne rien. Pas un mot gentil à l’égard des Chinois ! Il a même des entretiens avec un dictateur coupeur de têtes !

« Chine : chaos, éclat de rire devant le droit de l’homme, mises à sac, rançons, viols. Un mobile : l’argent. Un but : l’or. Une adoration : la richesse. »

« Si vous désirez rajeunir, soyez satisfaits : nous retournons à sept siècles en arrière. Le territoire est livré aux grandes compagnies. Nous sommes revenus à l’époque de Du Guesclin, mais Du Guesclin n’apparaît pas !

Vingt et une provinces, vingt et un tyrans Les villages moins malins sont ravagés. Les dames qui ont horreur de l’imprévu dans le plaisir se jettent dans les puits pour échapper au rut déchaîné. (Que les puits sont étroits ! Qu’elles doivent avoir de petits corps !)
Il ouvre une porte, les otages sont alignés.
- Où est ta femme ? Celle-ci ? Parfait.
De son sabre, il la coupe en deux.
Voici ta part, quand tu rapporteras cinquante dollars, tu auras l’autre moitié. »

SI la satire, l’humour noir et l’outrance désinvolte n’étaient répandus, la lecture serait insoutenable mais quelle richesse de documents pour un historien !

> Écouter un extrait : Première Partie.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 943 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

NADAUD, Marcel et PELLETIER, Maurice – Un drame paysan

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 28min | Genre : Nouvelles


Granges-sur-Vologne, la gare

Commentateurs d’erreurs judiciaires, Marcel Nadaud (1889-19?) et Maurice Pelletier (18?-19?) nous relatent en 1926 Un drame paysan survenu en 1905, apparemment resté sans verdict définitif :

« Une enquête en révision s’impose.

Elle s’impose d’autant plus qu’âgée de 70 ans, impotente, l’unique survivante du drame, ruinée par les frais de justice, n’a plus d’asile que par la charité d’amis compatissants.

N’aura-t-elle pas avant de mourir la joie de se voir rendre l’honneur et de voir réhabiliter le pauvre enfant, mort de chagrin et de honte dans la froide et triste cellule où l’avait confiné l’immonde et basse vengeance de trois misérables ? »

Un lecteur de Gérardmer aurait-il des précisions à nous communiquer ?

Un drame paysan.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 550 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Histoire :