⚠️ Le site est (toujours) en lecture seule : vous ne pouvez plus poster ni commentaires ni messages sur le forum mais les livres restent disponibles à l'écoute !
Nous travaillons dur à vous préparer une refonte complète du site pour vous en proposer une version plus moderne pour les années à venir.
Pour plus d'informations, veuillez lire le message explicatif. Patience nous revenons en février !

Livres audio gratuits de la catégorie 'Philosophie' :


TCHOUANG-TSEU – Chevaux dressés

Donneur de voix : Ahikar | Durée : 9min | Genre : Philosophie


Tchouang-tseu

Tchouang-tseu 莊子 (Zhuāngzǐ en pinyin), dont les dates sont incertaines, naquit vers 369 avant notre ère et mourut vers 286. C’est l’un des plus grands philosophes de la Chine.

Dans ce texte, il y a quelque chose d’étonnamment moderne. Tchouang-tseu y fait la critique de la civilisation en tant qu’asservissement de la nature. De plus, il s’agit sans doute du premier écrit où apparaît une prise de conscience de la souffrance animale.

Comme l’œuvre de Tocqueville peut être vue comme une réaction face aux excès du pouvoir absolu de la monarchie, l’œuvre de Tchouang-tseu peut être vue comme une réaction face à une société qui étouffe sous les rites. Tchouang-tseu est avant tout un homme libre qui s’emploie à briser toutes les chaînes.

Le grand historien Sima Qian ne s’y était d’ailleurs pas trompé, qui écrivait :
« Tchouang-tseu fut un auteur remarquable, d’une intelligence aiguë, aussi prompt dans ses traits que dans ses raisonnements. Il se servit de ces avantages pour attaquer les confucianistes et les mohistes ; aucun de ses contemporains ne put lui résister, même parmi les plus savants. Son langage déborde d’imagination, il ne suit que sa propre inspiration, de sorte que les puissants n’ont jamais pu faire de lui leur instrument. » (Mémoires historiques, chapitre LXIII)

On raconte d’ailleurs que le roi Wei de Chu envoya deux messagers, porteur d’une somme d’argent importante, accompagnée d’une invitation à venir diriger les affaires de l’état. Tchouang-tseu répondit : « N’y a-t-il pas au pays de Chu une tortue sacrée, morte il y a plus de trois mille ans, dont le roi conserve précieusement la carapace, entourée d’une pièce de tissu et serrée dans un panier d’osier, dans le temple ancestral de son palais ? Croyez-vous que la tortue soit plus heureuse, maintenant qu’elle est vénérée comme une relique, que lorsqu’elle était vivante et traînait sa queue dans la boue ? – Elle était plus heureuse vivante à traîner sa queue dans la boue ! », répondirent en chœur les envoyés. Tchouang-tseu dit alors : – Eh bien ! partez. Je préfère moi aussi traîner ma queue dans la boue ! »

Traduction : Léon Wieger (1856-1933), légèrement retouchée.

Illustration : Tchouang-tseu par Hua Zuli (actif au XIVe siècle, dynastie Yuan).

Chevaux dressés.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 547 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VAUVENARGUES, Luc de Clapiers (Marquis de) – Introduction à la connaissance de l’esprit humain

Donneuse de voix : Domi | Durée : 2h 19min | Genre : Essais


Vauvenargues

« Je me proposai d’abord de parcourir toutes les qualités de l’esprit, ensuite toutes les passions, et enfin toutes les vertus et tous les vices qui, n’étant que des qualités humaines, ne peuvent être connus que dans leur principe. Je méditai donc sur ce plan, et je posai les fondements d’un long travail. Les passions inséparables de la jeunesse, des infirmités continuelles, la guerre survenue dans ces circonstances, ont interrompu cette étude. Je me proposais de la reprendre un jour dans le repos, lorsque de nouveaux contre-temps m’ont ôté, en quelque manière, l’espérance de donner plus de perfection à cet ouvrage. Je me suis attaché, autant que j’ai pu, dans cette seconde édition, à corriger les fautes de langage qu’on m’a fait remarquer dans la première ; j’ai retouché le style en beaucoup d’endroits. » (Discours Préliminaire)

> Écouter un extrait : Livre premier.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 696 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DESCARTES, René – Les Passions de l’âme

Donneuse de voix : Domi | Durée : 5h 7min | Genre : Philosophie


René Descartes

Les Passions de l’âme (parfois appelé Traité des passions de l’âme) est un traité philosophique écrit par René Descartes et publié à Paris en 1649. Il s’agit du dernier livre de Descartes publié de son vivant. Celui-ci est écrit en français et dédié à la Princesse Élisabeth de Bohême.
Dans cette œuvre, Descartes se concentre sur la question des passions. Il s’agit donc d’un traité de philosophie morale, le dernier domaine de la philosophie abordé par Descartes. Celui-ci s’inscrit, avec cet ouvrage, dans la tradition de la réflexion philosophique sur les passions, tout en abordant ces dernières d’un point de vue physiologique novateur car précurseur de la neurophysiologie.

L’ouvrage est divisé en trois grandes parties intitulées :
1. Des passions en général, et par occasion de toute la nature de l’homme ;
2. Du nombre et de l’ordre des passions et l’explication des six primitives ;
3. Des passions particulières.

Le traité se subdivise, au sein de ces trois grandes parties, en 212 courts articles, qui font rarement plus de quelques paragraphes.
Partant, au début de l’ouvrage, d’une affirmation de la tradition selon laquelle action et passion sont deux noms pour une seule et même chose selon que nous considérons ce qui la produit (action) ou celui qui la supporte (passion), Descartes en déduit la nécessité de distinguer les fonctions (l’activité) du corps (articles 7 à 16) des fonctions de l’âme (articles 17 à 26), pour arriver à la définition des passions (articles 27 à 29) et pour étudier l’interaction de l’âme et du corps (articles 30 à 39), ce qui permettra d’affirmer le pouvoir de l’âme sur le corps (articles 41 à 50). (Source : Wikipédia)

> Écouter un extrait : Partie 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 286 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

THÉOPHRASTE – Les Caractères (Version 2)

Donneuse de voix : Domi | Durée : 1h 30min | Genre : Philosophie


Philippe Auguste Hennequin - Philosophes et élèves

Les Caractères est une œuvre du philosophe péripatéticien Théophraste (vers 371 av. J.C. – 287 av. J.C.), écrite probablement en 319 av. J.C. Cet ouvrage sur les mœurs unit la philosophie aux sciences et à la morale ; il a été de nombreuses fois imité au cours des siècles comme un regard aussi lucide qu’amusé sur les vices et les travers de l’humanité.
Platon, dans les Lois, explique le sens premier de ce mot en grec : la marque de reconnaissance infligée aux esclaves, « lorsqu’on aura pris un homme en train de piller un temple, qu’il soit esclave ou étranger, on lui mettra sur le visage et sur les mains la marque de son crime ». On comprend par là pourquoi chaque portrait de Théophraste est celui d’un défaut. Dans le caractère dont il est question dans le recueil, il s’agit de mettre sous les yeux les vices en action ; l’ouvrage n’est qu’une simple instruction sur les mœurs des hommes, visant moins à rendre savant qu’à rendre sage. (Source : Wikipédia)

Traduction : Jean de La Bruyère (1645-1696).

> Écouter un extrait : Partie 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 505 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CHAMFORT, Sébastien-Roch Nicolas (de) – Maximes et Pensées

Donneuse de voix : Domi | Durée : 4h 9min | Genre : Philosophie


Nicolas de Chamfort

Sébastien-Roch Nicolas, qui prit par la suite le nom de Chamfort, né probablement à Clermont-Ferrand le 6 avril 17411 et mort 13 avril 1794 à Paris, est un poète, journaliste et moraliste français.
Il fut aussi particulièrement apprécié et considéré comme un des plus grands moralistes, le maître des maximes en France, par deux autres penseurs adeptes de l’écriture fragmentaire : Nietzsche et Cioran, mais également admiré par Camus, qui parle de sa « supériorité qui se sépare des hommes », sa « rage de la pureté », et le considère comme « le moraliste de la révolte, dans la mesure précise où il a fait toute l’expérience de la révolte en la tournant contre lui-même, son idéal étant une sorte de sainteté désespérée. » (Source : Wikipédia)

Un pessimisme radical
Tout au long de son recueil, Chamfort accumule les traits et les pointes satiriques. Il se présente comme un écrivain en rupture, qui refuse d’être l’amuseur déconsidéré d’un public et d’une société qu’il méprise. Il se veut juge, comme Jean-Jacques Rousseau. Classés selon leurs thèmes, il est impossible de distinguer les maximes, les pensées, les caractères et les anecdotes. Chez Chamfort, on trouve même un refus de la maxime au sens traditionnel, qu’il estime « l’ouvrage des gens d’esprit qui ont travaillé [...] à l’usage des esprits médiocres et paresseux », et à laquelle il reproche de permettre au lecteur de généraliser trop vite. Il convient donc de considérer cet ensemble comme des notes rédigées au fil de la plume sur la décadence telle qu’elle se trouve saisie à travers les comportements, les croyances et les échanges de la vie sociale. Cohabitent observation des symptômes et énoncé du diagnostic.
L’idée de corruption obsède Chamfort. Elle tient aux préjugés et aux superstitions qui imprègnent toute société. Dès lors, pour lui, « il est impossible de vivre sans jouer de temps en temps la comédie ». C’est dire que, si Chamfort emprunte aux hommes des Lumières leur mise à distance critique, son constat n’est pas le leur. Au fond, là encore, il est plus proche de La Bruyère que de Voltaire. Des Caractères, il a retenu le sens du portrait ridicule réduit à l’essentiel, ce besoin aigu de montrer sous le masque social le néant de l’individu, et l’hypocrisie des mécanismes sociaux. (Source : Encyclopedia universalis)

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 642 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CHAMFORT, Sébastien-Roch Nicolas (de) – Petits Dialogues philosophiques

Donneuse de voix : Domi | Durée : 33min | Genre : Discours


Sébastien-Roch Nicolas de Chamfort

« A. – Comment avez-vous fait pour n’être plus sensible ?

B. – Cela s’est fait par degrés.

A. – Comment ?

B. – Dieu m’a fait la grâce de n’être plus aimable ; je m’en suis aperçu, et le reste a été tout seul.

[...]

A. – Vous avez trop mauvaise opinion des hommes : il se fait beaucoup de bien.

B. – Le diable ne peut pas être partout. »

Que d’ironie ! Mais que justesse !

Petits Dialogues philosophiques.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 696 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

NIETZSCHE, Friedrich – Humain trop humain : Le Voyageur et son ombre

Donneuse de voix : Domi | Durée : 7h 15min | Genre : Philosophie


Friedrich Partie 0(1875)

Le Voyageur et son ombre. Ce recueil, publié la première fois en décembre 1880, contient 350 aphorismes sans séparation en chapitres.

Partie 0y aborde des sujets de tous ordres : l’enseignement, la mode, le christianisme, le châtiment, les Grecs. Sous les aphorismes, il se livre à une étude des mœurs et, à travers elle, à une critique de la morale traditionnelle qui a masqué les pulsions, l’irrationnel, l’« ombre » en chacun de nous qui constituent la réalité profonde de la vie.

Ce texte constitue la seconde partie de Humain trop humain.

Traduction : Henri Albert (1869-1821).

> Écouter un extrait : Partie 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 302 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

NIETZSCHE, Friedrich – Humain trop humain : Opinions et sentences mêlées

Donneuse de voix : Domi | Durée : 6h 39min | Genre : Philosophie


Friedrich Nietzsche

Humain, trop humain. Un livre pour esprits libres, Tome2, comprend une préface nouvelle, datée « Sils-Maria, Haute-Engadine, septembre 1886 » ; le contenu (en aphorismes) reprend celui de deux recueils déjà publiés séparément :

- Opinions et sentences mêlées. Ce recueil, publié la première fois en mars 1879, contient 408 aphorismes sans séparation en chapitres,
- Le Voyageur et son ombre. Ce recueil, publié la première fois en décembre1880, contient 350 aphorismes sans séparation en chapitres.

Nietzsche y aborde des sujets de tous ordres : l’enseignement, la mode, le christianisme, le châtiment, les Grecs. Sous les aphorismes, il se livre à une étude des mœurs et, à travers elle, à une critique de la morale traditionnelle qui a masqué les pulsions, l’irrationnel, l’« ombre » en chacun de nous qui constituent la réalité profonde de la vie.

On trouvera ici la première partie. Accéder à la deuxième partie.

Traduction : Henri Albert (1869-1821).

> Écouter un extrait : Avant-Propos.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 364 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Philosophie :