Livres audio gratuits de la catégorie 'Philosophie' :


DIDEROT, Denis – Pensées philosophiques

Donneuse de voix : Domi | Durée : 2h 40min | Genre : Essais


Denis Diderot

Les Pensées philosophiques sont un recueil d’aphorismes que l’écrivain français Denis Diderot publia en 1746 ; c’est sa première œuvre personnelle, mais publiée anonymement et clandestinement avec une adresse fictive (La Haye). C’est l’éditeur parisien Laurent Durand, rue Saint Jacques, qui l’édite clandestinement.
« Piscis hic non est omnium » : ce poisson-là n’est pas pour tout le monde. Cette phrase qui figure sur la page de titre de la première édition montre que l’auteur a bien conscience d’y tenir des propos qui vont déranger la vision établie de la religion. L’ouvrage est d’ailleurs publié anonymement, soi-disant à La Haye. Diderot ne s’y était pas trompé : ce livre connut un succès retentissant et fut condamné au feu par arrêt du parlement de Paris du 7 juillet 1746.

L’Addition aux Pensées philosophiques est un recueil de 72 aphorismes de Denis Diderot rédigé en 1762 et paru anonymement en 1770. Comme son titre l’indique, il fait suite aux Pensées philosophiques. (Source : Wikipédia)

« On y voit un philosophe profondément affligé des obstacles de toute espèce que les préjugés religieux ont opposés aux progrès des Lumières, employer tour à tour les armes du raisonnement et du ridicule pour détruire une superstition qui, depuis vingt siècles, pèse sur l’esprit humain… » (Naingeon dans Recueil philosophique)

> Écouter un extrait : Partie 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 669 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

WEIL, Simone – Cahiers (Extraits)

Donneur de voix : Un veilleur | Durée : 55min | Genre : Philosophie


Simone Weil

Ces extraits sont tirés des Cahiers de 1940 et 1941, ainsi que des premiers mois de 1942. Simone Weil n’écrivait que pour elle, et dans le dessein de retrouver des idées et des vues qu’elle avait.

> Écouter un extrait : Cahiers T1 (Extraits).

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 742 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

WEIL, Simone – L’Enracinement (Deuxième Partie)

Donneur de voix : Ludovic Coudert | Durée : 9h | Genre : Philosophie


Simone Weil

« Notre époque a pour mission propre, pour vocation, la constitution d’une civilisation fondée sur la spiritualité du travail. Les pensées qui se rapportent au pressentiment de cette vocation, et qui sont éparses chez Rousseau, George Sand, Tolstoï, Proudhon, Marx, dans les encycliques des papes, et ailleurs, sont les seules pensées originales de notre temps, les seules que nous n’ayons pas empruntées aux grecs. C’est parce que nous n’avons pas été à la hauteur de cette grande chose qui était en train d’être enfantée en nous que nous nous sommes jetés dans l’abîme des systèmes totalitaires. Mais, si l’Allemagne est vaincue, peut-être que notre faillite n’est pas définitive. Peut-être avons-nous encore une occasion. On ne peut pas y penser sans angoisse ; si nous l’avons, médiocres comme nous sommes, comment ferons-nous pour ne pas la manquer ?

Cette vocation est la seule chose assez grande pour la proposer aux peuples au lieu de l’idole totalitaire. Si on ne la propose pas de manière à en faire sentir la grandeur, ils resteront sous l’emprise de l’idole ; elle sera seulement peinte en rouge au lieu de brun. »

Simone Weil (1909-1943), L’Enracinement, ou Prélude à une déclaration des devoirs envers l’être humain (extrait tiré de la p. 161, éditions Champs-Flammarion, 1943).

Accéder à la première partie…

> Écouter un extrait : Partie 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 024 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

WEIL, Simone – Méditations sur l’économie

Donneur de voix : Ludovic Coudert | Durée : 20min | Genre : Philosophie


Simone Weil

Dans le contexte actuel de crise sanitaire et sociale, nos dettes explosent, et la France était déjà très endettée à environ 100 % de son PIB. Les États et les particuliers regardent donc l’avenir avec inquiétude. Qui pourra prêter ? rembourser ? pourra-t-on emprunter ? Mais des questions éthiques aussi ressurgissent. Comment juger de la responsabilité en matière de dettes ? La justice consiste-t-elle uniquement à payer ses dettes ? Distinguer rigoureusement et sans faiblir entre créancier et débiteur est-il le signe d’un véritable début d’équilibre économique ?

On pourra se rappeler qu’en 2008 la question de l’annulation des dettes s’était posée. En fait, elle s’est toujours posée. Dans l’Antiquité, l’esclavage pour dettes a posé de multiples problèmes. Chez les Hébreux, l’annulation des dettes était périodiquement prévue. Tout récemment, lors d’une de ses déclarations télévisées pendant le confinement, le chef de l’État français a annoncé que la dette des pays d’Afrique serait annulée. Est-ce surprenant ?

La réflexion de Simone Weil sur l’économie a pour mérite principal d’éclairer le caractère inéluctable des reports et annulations partielles ou totales des dettes. Beaucoup de situations et d’intérêts nous incitent à oublier périodiquement cela, mais ce n’est pas un hasard.

« L’économie est chose singulière. Combien de fois, depuis un certain nombre d’années, ne parle-t-on pas, soit à propos de tel ou tel pays, soit à propos du monde capitaliste dans son ensemble, d’effondrement économique ? On a ainsi l’impression, excitante et romantique, de vivre dans une maison qui, d’un jour à l’autre, peut s’écrouler. Pourtant, qu’on s’arrête un instant pour réfléchir au sens des mots, et qu’on se demande s’il y a jamais eu effondrement économique. Comme toutes les questions extrêmement simples, si simples qu’on ne songe jamais à les poser, celle-ci est propre à jeter dans un abîme de réflexions. […]

L’économie n’est pas comparable à une architecture ni les malheurs de l’économie à des effondrements.

Dans tous les domaines auxquels s’applique la pensée et l’activité humaine, la clef est constituée par une certaine notion de l’équilibre, sans laquelle il n’y a que misérables tâtonnements.»

Simone Weil, Quelques réflexions sur l’économie, 1937.

> Écouter un extrait : Partie 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 742 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

WEIL, Simone – Quelques réflexions autour de la notion de valeur

Donneur de voix : Ludovic Coudert | Durée : 24min | Genre : Philosophie


Simone Weil

Surmonter les contradictions essentielles de la pensée, en les éliminant, c’est peut-être la valeur propre du travail et de l’œuvre poétique, si l’on en croit Paul Valéry, dans son Cours de poétique. Mais est-ce le propre de la démarche du philosophe et le sens de son travail ? « La valeur est au centre de la philosophie » déclare Simone Weil, dans la première ligne de ces Quelques réflexions autour de la notion de valeur, vraisemblablement inspirées par le propos de Valéry dont elle eut connaissance. Dans un texte, tiré du premier des Cahiers de Marseille, elle écrit en effet : « Valéry : Cours de poétique. Commence par faire entièrement abstraction de toute considération de valeur (alors qu’il ne s’agit que de valeurs), puis décrit. Procédé très instructif (mais comme procédé) pour déceler la marque en creux de la valeur. »
En considérant que, d’un côté, la philosophie a partie liée avec la valeur et que, d’un autre côté, la vie ne se sépare pas de l’affirmation de valeurs (on ne peut les traiter séparément de la vie elle-même, pour les connaître) Simone Weil relève une contradiction entre le désir de connaître la valeur et son impossible satisfaction. Elle soutient que cette contradiction appartient en propre à la valeur supérieure de la philosophie elle-même. En étant aspiration à la vérité, elle est attachement au détachement, attachement à une vie détachée et attachement à la mort finalement. C’est cette situation paradoxale qui permet au philosophe d’atteindre la vérité et la valeur de chaque chose dans une hiérarchie des biens, en libérant l’attention.
« La notion de valeur est au centre de la philosophie. Toute réflexion portant sur la notion de valeur, sur une hiérarchie de valeurs, est philosophique ; tout effort de pensée portant sur un objet autre que la valeur est, si on l’examine de près, étranger à la philosophie. Par là, la valeur de la philosophie elle-même est hors de discussion. » Le manuscrit du texte s’interrompt brutalement, après que Simone Weil a cité enfin le nom de Paul Valéry, ayant situé la doctrine élaborée par lui dans sa leçon de poétique. « Quant aux systèmes complets construits dans le dessein d’éliminer toutes les contradictions essentielles de la pensée, on comprendrait que s’ils ont une valeur, elle ne peut être que poétique ; c’est ici que l’affirmation de Valéry est tout à fait juste. » (Simone Weil, Quelques réflexions autour de la notion de valeur, 1941 Œuvres, Quarto Gallimard, p. 121).
« La tempête qui nous entoure a déraciné les valeurs, en a défait la hiérarchie, et les met toutes en question pour les peser sur la balance toujours fausse de la force. Nous du moins, pendant ce temps, mettons-les toutes en question nous aussi, chacun de nous pour son compte, pesons-les en nous-mêmes dans le silence de l’attention, et souhaitons qu’il nous soit accordé de faire de notre conscience une balance juste. » (Simone Weil, À propos de la théorie des quanta, derniers mots de ce texte signé du pseudonyme Emile Novis, dans l’édition des Œuvres en Quarto Gallimard, p. 592)

Quelques réflexions autour de la notion de valeur.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 653 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DIVERS – Citations du Livre d’Or de Littératureaudio

Donneuse de voix : Christine Treille | Durée : 5min | Genre : Philosophie


Citations du Livre d'Or de Littératureaudio

Vous trouverez dans cet enregistrement quelques citations proposées par certains de nos auditeurs désireux de faire passer à tout le peuple de Littératureaudio.com, auditeurs et donneurs de voix, quelques instants de réflexion ou de réconfort.

Citations du Livre d’Or de Littératureaudio.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 988 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LA HONTAN, Louis Armand de Lom d’Arce – Dialogues, ou Entretiens entre un Sauvage et le baron de Lahontan

Donneur de voix : Félix Tanguay | Durée : 2h 58min | Genre : Philosophie


Cornelius Krieghoff - Huron appelant l'orignal

Le baron de Lahontan (1666-1716) est un explorateur, anthropologue, écrivain et militaire français. Il fait un séjour de dix ans en Nouvelle-France. Il rencontre les Premières Nations, dont possiblement Kondiaronk, dont il s’inspire pour la rédaction de ses dialogues, lesquelles mettent en scène un chef Huron et un Français qui discutent de la valeur de leur culture respective. On assiste à la rencontre de deux esprits, deux sociétés, deux univers, qui s’observent, qui se jaugent, qui débattent.

Les entretiens de Lahontan sont jubilatoires. L’auteur utilise un procédé littéraire et philosophique déjà connu à l’époque : le dialogue entre le « fou » et le « sauvage », c’est-à-dire le supposé civilisé versus le supposé simplet, qui s’avère finalement imprégné d’une sagacité qui décontenance son interlocuteur. La plume de Lahontan et son procédé littéraire sont d’une surprenante efficacité. D’une part, Lahontan arrive à faire une critique en règle de sa propre société ; d’autre part, il dresse un portrait captivant de la vie huronne. Malgré les arguments qui fusent de toutes parts, c’est Adario qui semble remporter la mise, mais les pointes d’ironie transpercent çà et là le tableau idéalisé. Par exemple, les Hurons jouissent, disent-ils, d’une grande liberté, mais ils possèdent des esclaves… Par ailleurs, Lahontan se donne le rôle d’un bonhomme un peu borné, or cela ne correspond pas au Lahontan historique, comme le prouvent ses échanges épistolaires. De plus, si le beau rôle est donné à l’Amérindien, la démarche de Lahontan ne révèle-t-elle pas en trame de fond une des forces monumentales de l’esprit français : la capacité à l’autocritique ? Ainsi, « les Dialogues sont une œuvre ouverte, une œuvre dont on ne peut tirer de thèse centrale parce que l’ironie empêche le sens de se coaguler. »

L’influence des écrits de Lahontan est considérable. Une quantité impressionnante d’articles, d’études, d’analyses, d’essais y feront suite, et cela encore aujourd’hui. Qui plus est, les dialogues ont eu un immense succès lors de leur parution, influençant les grands auteurs de l’époque : Voltaire, Diderot, Chateaubriand, Rousseau, Leibniz, etc. La plume du baron pourrait en ce sens être considéré comme « le vif coup d’archet qui, vingt ans avant les Lettres persanes [de Montesquieu], ouvre le dix-huitième. »

> Écouter un extrait : 01. De la religion.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 924 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ARISTOTE – Herménéia, ou Traité de la proposition

Donneuse de voix : Domi | Durée : 1h 25min | Genre : Philosophie


Aristote

Dans le plan de l’Herménéia, Jules Barthélémy Saint-Hilaire écrit : « Le nom, le verbe, l’affirmation et la négation, l’énonciation et le jugement, tels sont les objets divers dont il sera question dans ce traité. »

Le texte fait suite aux Catégories et est constitué de 14 chapitres.

Traducteur : Jules Barthélémy Saint-Hilaire (1805-1895).

Herménéia, ou Traité de la proposition.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 982 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Philosophie :