Livres audio gratuits pour 'Etats-Unis' :


JAMES, Henry – L’Américain à Paris (Tome 02)

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 6h 4min | Genre : Romans


L'Américain à Paris

Dans lequel notre américain se heurte à la dureté fossile de l’aristocratie héréditaire.

Extrait : « – Notre opinion sur vous est la même qu’au premier jour, dit la marquise, exactement la même. Nous n’avons aucun mauvais vouloir à votre égard. Nous sommes bien loin de vous accuser de quoi que ce soit. Depuis que nous vous connaissons, nous vous avons trouvé, je l’avoue franchement, moins… moins étrange que nous ne nous y attendions. Ce n’est pas à votre caractère que nous faisons des objections, mais à vos antécédents. Nous ne pouvons réellement nous habituer à l’idée de marier ma fille à un commerçant. Nous avions pensé, dans une heure de malheur, pouvoir nous y accoutumer. Ce fut là une grande erreur. Nous nous sommes décidés cependant à aller jusqu’au bout et à vous laisser tous les avantages. J’étais résolue à agir de façon que vous ne pussiez avoir l’ombre d’une raison de m’accuser de déloyauté. Nous vous avons présenté à nos amis. Pour dire la vérité, c’est cela qui m’a ouvert les yeux. Je n’ai pas eu le courage de supporter la scène qui a eu lieu ici même jeudi soir. Vous m’excuserez si mes paroles vous sont désagréables. Mais nous ne pouvons nous dégager sans une explication catégorique. »

Traduction : Léon Bochet (18?-19?).

Accéder au tome 01…

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 144 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

JAMES, Henry – L’Américain à Paris (Tome 01)

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 6h 10min | Genre : Romans


L'Américain à Paris

Christopher Newman, riche Américain, s’installe en Europe avec l’intention de se marier. Il rencontre une jeune veuve, la marquise Claire de Cintré, dont il s’éprend.

Le début : « Par une belle matinée de mai de l’année 1868, un gentleman se reposait, prenant ses aises sur le grand divan circulaire qui, à cette époque, occupait le centre du salon carré au Musée du Louvre. Ce confortable canapé a depuis — je ne sais pourquoi — été supprimé, au grand regret des amateurs de peinture faibles des jarrets ; mais le gentleman en question, tranquillement installé à la meilleure place, la tête renversée contre le dossier et les jambes allongées, regardait l’admirable Assomption de la Vierge de Murillo, avec un air de profonde satisfaction… d’avoir enfin trouvé un siège confortable. »

Traduction : Léon Bochet (18?-19?).

À suivre…

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 322 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BIERCE, Ambrose – La Mort du lieutenant Brayle

Donneur de voix : Vincent de l’Épine | Durée : 21min | Genre : Nouvelles


La Mort du lieutenant Brayle

« Il restait assis sur son cheval, tel une statue équestre, sous un déluge de balles et de mitraille, aux endroits les plus exposés – en tout cas partout où son devoir l’appelait et lui permettait de rester, alors que sans aucune honte, il aurait pu se mettre en sécurité. […]

Quand il était à pied, que ce soit par nécessité ou par déférence envers ses camarades ou ses supérieurs qui avaient dû quitter leurs montures, sa conduite était la même. Il restait debout comme un roc, à découvert, alors que les officiers et les soldats se mettaient à couvert. »

Quelles blessures secrètes peuvent se cacher derrière l’indomptable courage du Lieutenant Brayle ?

La Mort du lieutenant Brayle (Killed at Resaca) est extrait du recueil Tales of Soldiers and Civilians (1891). Les amateurs de cinéma y verront peut-être l’inspiration de la très belle scène d’ouverture du film Danse avec les Loups, l’adaptation au cinéma du livre de Michael Blake réalisée par Kevin Kostner.

Traduction : Vincent de l’Épine pour Littératureaudio.com.

Illustration : William Morris Hunt, Le Capitaine William Madigan (1866).

La Mort du lieutenant Brayle.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 694 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LONDON, Jack – Les Bords du Sacramento

Donneur de voix : Alain Degandt | Durée : 23min | Genre : Nouvelles


The Banks Of the Sacramento

« Soufflez, ô vents, soufflez, aï, ho !
Vers la Californie, ho !
Car il y a de l’or à boisseaux
Sur les bords du Sacramento. »

Le gamin qui fredonne ce sempiternel refrain, appris de son père, c’est le « petit » Jerry, seul à l’entrée de sa cabane, sur la rive du Sacramento. Son père, le passeur d’eau de la compagnie minière du « Rêve d’Or », dont il garde les installations quasi abandonnées, a dû s’absenter pour régler la succession de son défunt frère.
Afin de venir en aide à un couple de fermiers du voisinage, qui veut à tout prix traverser le fleuve pour se rendre au chevet d’un parent mourant, Jerry se trouve contraint de faire fonctionner le système de nacelles, de tambours et de câbles transbordeurs, malgré l’interdiction. Et ce, en pleine tempête !

Dans ce court récit, écrit de main de maître, London aborde de concert le thème de l’épreuve initiatique, celui de la transgression et celui de la transmission. Ici, le passage de flambeau entre deux générations est traité sur un mode plus positif que dans Une tranche de bifteck, bien qu’il soit souligné et encadré par l’évocation d’une mort récente et d’une autre, imminente.

Traduction : Louis Postif (1887-1942), parue dans Gringoire n°555 du 20 juin 1939.
Titre original : The Banks of the Sacramento, publié en mars 1904 dans The Youth’s Companion.

Licence Creative Commons

Les Bords du Sacramento.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 876 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TWAIN, Mark – La Fête dispendieuse du colonel Moses Grice

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 43min | Genre : Contes


Affiche de cirque au États-Unis (1899)

Le Grand Cirque Universel fin de siècle, si apprécié à Londres, à Paris et à New-York s’installe un jour dans la toute petite cité de Dukesborough (« le directeur du cirque avoua, à sa grande honte, qu’il n’avait jamais entendu parler de cette localité »).
On imagine l’événement, l’émoi de la population, toutes les complications que provoqua La Fête dispendieuse du colonel Moses Grice que nous conte Twain avec sa verve habituelle.

« Le Cirque Universel comportait aussi une petite ménagerie d’animaux qui devait être exhibée au public dès l’ouverture des portes. Il y avait un chameau, un zèbre, un lion, une hyène, deux léopards, un porc-épic, six singes, un vautour et quelques perroquets. Pendant le défilé de la cavalcade, il fallait voir avec quelle rapidité les curieux arrivés en retard dans leurs voitures firent faire demi-tour à leurs chevaux par crainte de la musique et de l’odeur des bêtes fauves. »

Traduction : François de Gail (1910).

Illustration : Affiche de cirque au États-Unis (1899).

La Fête dispendieuse du colonel Moses Grice.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 710 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CHOLEM ALEICHEM – Un bon conseil

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 27min | Genre : Nouvelles


Un bon conseil170 220.gif

Le début : « Vous apprenez que, durant trois jours de suite, un jeune homme s’est pointé chez vous matin, midi et soir, et ne vous a jamais trouvé à la maison. Selon lui, il lui importe grandement de vous rencontrer.

C’est aussi le message que je reçois un jour en rentrant de voyage. Je me dis : évidemment, un écrivaillon avec une œuvre à la main !

Je m’installe à mon bureau pour travailler et vlan ! On sonne à la porte d’entrée. Celle-ci s’ouvre et j’entends le bruit de quelqu’un qui commence à s’occuper de soi-même : il ôte ses guêtres, il tousse, il se mouche, en bref, tous les symptômes de l’écrivain amateur. Je me sens tout de même piqué d’une certaine curiosité. Mon homme fait son entrée et fait une jolie courbette de politesse. Le geste est d’ailleurs assez réussi. Cela consiste en un petit recul discret, accompagné d’un mouvement délicat et d’un frottement des mains. Puis il se présente à moi, en utilisant un nom sorti de quelque légende, un de ces patronymes qu’on oublie juste après les avoir entendus.

- Asseyez-vous. En quoi puis-je vous être utile ?

- C’est un besoin urgent qui m’amène… enfin, urgent… Pour moi. C’est vraiment urgent ! Ma vie elle-même en dépend. Je crois que vous seul pouvez me comprendre. Vous écrivez tellement que, selon moi, vous devez tout connaître et tout comprendre. Enfin, je ne le pense pas, j’en suis sûr. »

Traduction : Shmuel Retbi, pour Littératureaudio.com.

Un bon conseil.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 881 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

POE, Edgar Allan – Le portrait ovale (Version 2)

Donneur de voix : Lostania0 | Durée : 8min | Genre : Nouvelles


Edgar Allan Poe

« Le château dans lequel mon domestique s’était avisé de pénétrer de force, plutôt que de me permettre, déplorablement blessé comme je l’étais, de passer une nuit en plein air, était un de ces bâtiments, mélange de grandeur et de mélancolie, qui ont si longtemps dressé leurs fronts sourcilleux au milieu des Apennins, aussi bien dans la réalité que dans l’imagination de Mistress Radcliffe… »

Traduction : Charles Baudelaire (1821-1867).

Le Portrait ovale.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 131 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

POE, Edgar Allan – Bérénice (Version 3)

Donneur de voix : Lostania0 | Durée : 24min | Genre : Nouvelles


Edgar Allan Poe

« Le malheur est divers. La misère sur terre est multiforme. Dominant le vaste horizon comme l’arc-en-ciel, ses couleurs sont aussi variées, – aussi distinctes, et toutefois aussi intimement fondues. Dominant le vaste horizon comme l’arc-en-ciel ! Comment d’un exemple de beauté ai-je pu tirer un type de laideur ? du signe d’alliance et de paix une similitude de la douleur ?… »

Traduction : Charles Baudelaire (1821-1867).

Bérénice.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 142 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Etats-Unis :