Livres audio gratuits pour 'Italie' :


BOCCACE, Jean – Le Psautier de l’abbesse – Cornes pour cornes – Perronnelle, ou La Femme avisée

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 29min | Genre : Contes


Le Psautier de l'abbesse

Trois histoires de femmes peu sages.

Le Psautier de l’abbesse (Journée IX, Nouvelle 02) :

« Il y a en Lombardie un monastère fameux par sa sainteté et l’austérité de la règle qu’on y observe. Une femme, nommée Isabeau, qui réunissait en elle la noblesse et la beauté, l’habitait depuis quelque temps. Un jour un de ses parents vint la voir à la grille avec un ami, cet ami était jeune et bien fait. La nonain le sentit, et en devint dès ce moment éperdument amoureuse. »

NB: Le mot Psautier a trois sens :

1. Recueil des psaumes.
2. Espèce de voile dont quelques religieuses se couvrent la tête et les épaules.
3. Grand chapelet monastique, inventé, dit-on, par saint Dominique, et nommé psautier parce qu’il contient autant de grains que David a composé de psaumes (150).

Cornes pour cornes (Journée VIII, Nouvelle 08) :

« Depuis ce jour, chaque femme eut deux maris, et chaque mari eut deux femmes, sans qu’il s’élevât jamais la moindre contestation entre eux pour la jouissance. »

Perronnelle, ou La Femme avisée (Journée VII, Nouvelle 02) est achevé par un Boccace coquin et libertin.

Traduction : Antoine Sabatier de Castres (1742-1817).

Illustration : Le Psautier de l’abbesse (Éditions Barbier, 1846).

> Écouter un extrait : Le Psautier de l’abbesse.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 863 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CASANOVA, Giacomo – Casanova à Paris (Œuvre intégrale)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 15h 15min | Genre : Biographies


Anton Raphael Mengs - Giacomo Casanova

Giacomo Girolamo Casanova (1725-1798), aventurier vénitien fut tour à tour violoniste, écrivain, magicien, espion, diplomate, puis bibliothécaire ; il publia en français sous le nom de « Jacques Casanova de Seingalt ». Grand séducteur, il mentionne cent quarante-deux femmes avec lesquelles il aurait eu des relations sexuelles, dont des filles à peine pubères et sa propre fille, alors mariée à l’un de ses « frères » francs-maçons, avec laquelle il aurait eu le seul fils dont il eût connaissance. Ses premiers succès furent grands, mais sa déchéance aussi.

Les Mémoires de ma vie en 10 volumes servent de source aux 13 chapitres de Casanova à Paris publiés sur notre site.

« Je n’ai jamais dans ma vie fait autre chose que travailler pour me rendre malade quand je jouissais de ma santé, et travailler pour regagner ma santé quand je l’avais perdue. »

- Chapitre 01,
- Chapitre 02,
- Chapitre 03,
- Chapitre 04,
- Chapitre 05,
- Chapitre 06,
- Chapitre 07,
- Chapitre 08,
- Chapitre 09,
- Chapitre 10,
- Chapitre 11,
- Chapitre 12,
- Chapitre 13.

Illustration : Anton Raphael Mengs, portrait de Giacomo Casanova (1860).

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 119 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SVEVO, Italo – Argo et son maître

Donneuse de voix : Saperlipopette | Durée : 48min | Genre : Romans


Italo Svevo

« Le docteur m’avait exilé là-bas : je devais rester pendant toute une année en haute montagne, me déplaçant lorsque le temps le permettait, me reposant lorsqu’il l’imposait. Idée géniale mais qui ne me fut d’aucune aide. Le mouvement que l’été m’avait abondamment permis ne me fit pas de bien et le repos imposé par les premières bourrasques, qui me parut au début agréable, fut rapidement excessif, ennuyeux, épuisant. Puis l’ennui me poussa à avoir une aventure avec une femme de ce rude pays. Elle finit mal, comme on le verra, et à l’ennui s’ajouta une rancœur envers ce pays qui aurait dû me servir de médecine. »

Traduction : Sandrine de Lignerolles (avec l’aide amicale de Giuseppe S.).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 266 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CASANOVA, Giacomo – Casanova à Paris (Chapitre 13)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 22min | Genre : Biographies


Strasbourg en 1750

Le chapitre XIII clôt la collection de Casanova à Paris. À la différence des douze autres, il n’est pas achevé par l’auteur et les dernières pages de sa confession alternent avec des notes ajoutées par son commentateur.

Chapitre 13 : Autres voyages
Mme d’Urfé. – Mlle Romans. – Le ménage François Casanova. – Le chevalier de Santis et autres brelandiers. – Départ pour Strasbourg. – Retour à Paris. – Mme du Rumain. – Expulsé de l’ordre du Roi

Casanova est mort en 1798 à Dux, aujourd’hui en République tchèque, où il a rédigé une grande partie des treize épisodes.

Illustration : Strasbourg en 1750.

Chapitre 13.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 086 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOCCACE, Jean – Le Mari en pénitence – Le Trompeur trompé

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 29min | Genre : Contes


Le Mari en pénitence

Deux contes à titre double, ce qui est fréquent dans le Décaméron.

Le Mari en pénitence, ou Le Chemin du Paradis (Troisième journée, Nouvelle 4) :

« Pucio ne fut pas plutôt de retour au logis qu’il raconta tout à sa femme, qui, moins simple que lui, comprit d’abord que c’était une ruse du moine pour se ménager la liberté de pouvoir passer d’heureux moments auprès d’elle. L’invention lui parut ingénieuse et assez conforme à l’esprit d’un dévot imbécile. Elle dit à son mari qu’elle était charmée des progrès qu’il allait faire pour mériter le ciel, et que, pour avoir part à sa pénitence, elle voulait jeûner avec lui, en attendant de pouvoir pratiquer elle-même les autres mortifications. »

Le Trompeur trompé, ou Le Faux Perclus puni (Deuxième journée, Nouvelle première) :

« Il n’y a pas longtemps qu’il y avait à Trévise un Allemand nommé Arrigne. La misère l’avait réduit à l’état de portefaix ; mais, dans sa pauvreté, il était généralement estimé, à cause de ses bonnes mœurs et de la sainteté de sa vie. Qu’il ait réellement vécu en saint ou non, les Trévisans assurent qu’à l’heure de sa mort, les cloches de la grande église de Trévise sonnèrent d’elles-mêmes. On cria au miracle, et tout le monde disait que c’était là une preuve incontestable que cet Arrigne avait vécu en saint, et qu’il était au nombre des bienheureux. Le peuple court en foule à la maison où il était décédé, et on le porte en la grande église avec la même pompe que si c’eût été le corps d’un saint canonisé. »

Traduction : Antoine Sabatier de Castres (1742-1817).

Illustration : Le Mari en pénitence, éditions Barbier (1846).

Le Mari en pénitence.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 998 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOCCACE, Jean – Les Amants réunis – La Culotte du juge

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 29min | Genre : Contes


La Culotte du juge

Sourions de la fin…
Les Amants réunis (Journée V, nouvelle 7)

« Messire Émeri avait une fille nommée Violante, qui à beaucoup d’honnêteté joignait une figure des plus intéressantes. Elle était dans cet âge heureux où l’on commence à éprouver le besoin d’aimer. Souffrant de ce que son père ne songeait point à la marier, elle devint amoureuse de Pierre, et lui aurait déclaré bien volontiers son amour, si la pudeur ne l’eût arrêtée. Les égards qu’elle avait pour ce jeune affranchi, joints aux heureuses qualités dont la nature l’avait pourvue, avaient fait naître dans le cœur de celui-ci une inclination pour elle, qui ne tarda pas à devenir une passion dans toutes les règles. »

Rions du début…
La Culotte du juge (Journée VIII, nouvelle 5)

« Nicolas portait un chapeau vert tout enfumé, avait une écritoire à sa ceinture, un pourpoint plus long que sa robe, et plusieurs autres choses que ne porte point un juge qui se pique d’être décemment habillé. Mais ce que Macé lui trouva de plus grotesque fut ses hauts-de-chausses, qui lui tombaient jusqu’à mi-jambe, et ses habits si étroits, qu’ils étaient tout ouverts par devant. Un juge ainsi fagoté… »

Traduction : Antoine Sabatier de Castres (1742-1817).

Illustration : La Culotte du juge, Éditions Barbier (1846).

Les Amants réunis.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 037 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LEOPARDI, Giacomo – Éloge des oiseaux

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 23min | Genre : Essais


Mandarin-diamant

L’Éloge des Oiseaux, Œuvre morale numéro XVII, est un fort joli texte, sur le chant des oiseaux, « cette marque d’allégresse » et sur l’homme, qui, « de toutes les créatures est la plus tourmentée et la plus malheureuse possède celle de rire ».
Giacomo Leopardi nous offre ici un texte court, « aérien » oserons-nous dire et de profonde réflexion philosophique.
Et si « Anacréon désirait pouvoir se changer en miroir » quel joli rêve que d’« être changé en oiseau pour éprouver ce contentement et cette joie qu’ils ont à vivre », nous dit Giacomo Leopardi.

Traduction : Alphonse Aulard (1849-1928).

Illustration : Un mandarin-diamant, doué d’une ouïe exceptionnelle, photo de Jim Bendon (licence Cc-By-Sa-2.0).

Éloge des oiseaux.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 167 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LEOPARDI, Giacomo – Dialogue de Plotin et de Porphyre

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 41min | Genre : Essais


Plotin

Giacomo Leopardi est né en 1798 à Recanati et est mort en 1837 à Naples.
C’est un poète, philosophe et écrivain dont la méditation métaphysique et lyrique sur le tragique de l’existence en fait un précurseur de Freud ou Cioran.
Ce texte, très riche, évoque différents thèmes, certaines idées de Platon, l’art du bonheur, dans le présent, le passé et les souvenirs, l’avenir et l’espérance, le règne animal, les hommes dits primitifs, ceux dits civilisés avec leur seconde nature, les barbares contre-nature, l’ennui et le vide psychique, le dégoût de la vie jusqu’au suicide comme option légitime ou ne serait-ce pas un choix égoïste de celui, ou de celle, qui oublierait la belle amitié ?

Depuis peu finalement, Leopardi est considéré comme un philosophe à part entière.

Ce dialogue entre Porphyre et son maître Plotin témoigne de la qualité de réflexion de Giacomo Leopardi.

Traduction : Alphonse Aulard (1849-1928).

Illustration : Plotin.

Licence Creative Commons

Dialogue de Plotin et de Porphyre.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 461 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Italie :