Livres audio gratuits pour 'Maurice Rollinat' :


ROLLINAT, Maurice – La Fille aux pieds nus (Poème)

Donneur de voix : Gilles-Claude Thériault | Durée : 1min | Genre : Poésie


Survilliers, chemin des vaches et champs de colza

Je vous offre ce clin d’œil coquin…
ce rondel…
que j’avais promis au jeune poète
Paul Gagnaire (1990 – 2011) de dire.

« Je t’envoie, m’avait-il un jour écrit,
un poème de Maurice Rollinat,
car je m’étonnais que tu ne l’aies pas encore interprété.

« Mon objectif…
que Rollinat soit à l’honneur dans tes vidéos ! ».

Maurice ROLLINAT, oublié de ses contemporains,
dédie son premier recueil à la mémoire de George Sand,
morte un an plus tôt en 1876
et considérée comme sa marraine littéraire.

Illustration :
Chemin des Vaches et champ de Colza, Survilliers (France).
Photographie : P.poschadel
sous licence CC BY-SA 2.0

La Fille aux pieds nus.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 697 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ROLLINAT, Maurice – La Ruine (Poème)

Donneur de voix : Alain Degandt | Durée : 8min | Genre : Poésie


Victor Hugo - Château

La fin du XIXème siècle voit apparaître une génération désabusée, pessimiste : après la défaite de 70 et face aux crises politiques, à l’essor d’une bourgeoisie avide de profits et à la montée du matérialisme, les poètes décadents prennent une distance ironique avec le lyrisme, pratiquant le sarcasme, la dérision, voire l’auto-dérision. Ils s’émancipent des règles académiques, inventent de nouvelles formes, ne dédaignent pas le saugrenu, le fantastique, le diabolique, le macabre. « La Nature » est ici « transfigurée sous la pression d’un imaginaire de l’étrange. » (Wikipédia). L’esthétique des ruines prend alors un tour sinistre et grinçant. La Ruine, extrait du recueil Les Névroses (1883), est un poème curieux qui mérite, je pense, notre curiosité.

La Ruine.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 263 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

POE, Edgar Allan – Le Corbeau (Poème, Traduction : Rollinat)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 11min | Genre : Poésie


Maurice Rollinat

Les deux traductions en prose du Corbeau d’Edgar Allan Poe par Baudelaire et Mallarmé sont bien plus connues que celle en vers de Maurice Rollinat (1846-1903) auteur de poésies fantastiques et souvent macabres et pianiste connu pour avoir mis en musique des poèmes de Baudelaire.
Cette mise en vers du Corbeau respecte l’original tout autant que les traductions de ses illustres prédécesseurs.

« Lors, j’ouvris la fenêtre et voilà qu’à grand bruit,
Un corbeau de la plus merveilleuse apparence
Entra, majestueux et noir comme la nuit.
Il ne s’arrêta pas, mais plein d’irrévérence
Brusque, d’un air de lord ou de lady, s’en vint
S’abattre et se percher sur le buste divin
De Pallas, sur le buste à couleur pâle, en sorte
Qu’il se jucha tout juste au-dessus de ma porte…
Il s’installa, puis rien de plus. »

Le Corbeau.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 11 318 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |