Livres audio gratuits pour 'Rémy de Gourmont' :


GOURMONT, Rémy (de) – La Robe

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 15min | Genre : Contes


George Barbier - La Jambe (192?)

L’Histoire magique de Rémy de Gourmont La Robe finit de manière vraiment inattendue…

« Ce jour-là, il la rencontra, – la robe nouvelle.
Elle était de très claire soie mauve en forme de cône que tronquait la ceinture, et vers le bas, adornée de trois rangs de rubans noirs dont le dernier, rasant le sol, semblait le minuscule piédestal de la jolie et captieuse statuette. La taille était fine, cerclée de noir aussi, et les épaules et les bras se couvraient d’une pèlerine à trois collets d’un..mauve plus sombre, d’où sortait, fleur pâle et blonde, la tête fine… Ayant rencontré la robe nouvelle, il en devint aussitôt amoureux. Son cœur battit très fort, un étourdissement soudain le fit chanceler : son rêve passait, sa joie se promenait. Oh ! si cette robe voulait se laisser aimer ! Si elle n’était pas de ces robes insolentes qui bousculent, dédaigneuses, les désirs les plus purs et les plus sincères ! »

Illustration : George Barbier, La Jambe (192?).

La Robe.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 465 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

GOURMONT, Rémi (de) – Deux Histoires magiques

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 24min | Genre : Nouvelles


Theodoor Verstraete - Après l'enterrement

Rémi de Gourmont nous donne les impressions d’un homme derrière le corbillard qui conduit sa maîtresse au cimetière dans Celle qu’on ne peut pas pleurer. Le dialogue avec le mari est assez surprenant…

« On suivait le corps le long d’un petit chemin bordé de sapins, d’une tristesse convenable, d’une désolation modérée, et à mesure que l’on approchait du cimetière, les conversations s’apaisaient, tombaient, comme les bruits d’une forêt avant l’orage, comme les murmures d’un troupeau à la porte de l’abattoir. L’inquiétude, peu à peu, imposa silence, et la foule entra dans la ville morte avec la peur de n’en pas sortir. »

Danaette pourrait être sous-titrée « Neige et volupté »:

« En vérité, la Neige la violait et la possédait, – et Danaette se laissait faire, curieuse de cet adultère nouveau, toute livrée au plaisir ineffable – et presque effroyable – d’être l’amoureuse proie d’un divin caprice et l’amante élue par le rêve de quelques anges devenus soudain pervers. »

Illustration : Theodoor Verstraete, Après l’enterrement (187?).

Celle qu’on ne peut pas pleurer.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 547 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

GOURMONT, Rémy (de) – Sur le seuil

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 21min | Genre : Nouvelles


Le Missionnaire

Sur le seuil, une des Histoires magiques de Rémy de Gourmont nous fait connaître un curieux personnage… Avez-vous déjà croisé un homme semblable à Monsieur de La Hogue ?
« Le vieillard s’était levé, secouant les longs cheveux gris qui pleuraient sur ses joues pâles et creuses ; puis, soudain calmé, il se laissa retomber dans son fauteuil.
Il répéta, très apaisé et un peu moqueur :
– Je suppose que vous ne me prenez pas pour un fou ? »

En cadeau, trois jolis petits poèmes de Rémy de Gourmont : Les Cheveux, Rondeau lyrique, Un songe.

Illustration : Pisanello, Codex Vallardi, Un héron debout, de profil vers la droite (XVe).

> Écouter un extrait : Sur le seuil.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 646 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

GOURMONT, Rémy (de) – Conversation du soir – La Marguerite rouge

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Nouvelles


Gaston de La Touche - Le Pianiste

Treize nouvelles de Rémy de Gourmont (1858-1915), poète symboliste et styliste érudit fleurissent sur notre site. Voici deux fleurs à ajouter au bouquet.

Conversation du soir joue avec le désir, le piano et les roses blanches, les magnolias, les violettes et les cyclamens.

« Mora jouait pour le plaisir des bruits agréables, pour l’excès de vibration que la musique importe dans les cellules cérébrales, pour l’intensité et l’activité que le rythme donne aux battements du cœur et à la circulation du sang ; Ida jouait pour broder un accompagnement à ses rêves et, pendant que la musique se dessinait en vives arabesques devant ses yeux éblouis, elle perdait quasiment la conscience de son être ; allégée et simplifiée, elle sortait d’elle-même, elle montait, mais pour redescendre bientôt, surprise et un peu suffoquée. Cette illusion était plus sûre encore lorsque, au lieu de jouer elle-même, elle écoutait sa sœur qui avait le génie des interprétations rythmiques. »

La Marguerite rouge est plus sombre :

« C’était la première fois de sa vie que Madame de Troène pleurait. À partir de ce moment, son caractère se modifia ; sa famille, peu à peu, lui devint indifférente ; elle s’enferma des mois entiers au château de Troène, sans voir personne, sans ouvrir ses lettres, sans écrire, lisant des manuels de dévotion, bientôt tout abandonnée aux mains du curé. » La découverte de « sa » marguerite rouge va tout bouleverser…

Illustration : Gaston de La Touche, Le Pianiste (détail, 1910).

Conversation du soir.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 955 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

GOURMONT, Rémy (de) – Stratagèmes

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Poésie


Edmond Aman-Jean - Farniente (1895)

Quelques pages très poétiques où la sensualité et l’érotisme se trouvent sublimés par l’érudition.

Stratagèmes (1894) (du recueil Histoires magiques, comme Celle qu’on ne peut pas pleurer ou L’Autre est une promenade dans des souvenirs amoureux qui peut ne pas affecter les lecteurs et les lectrices de la même manière.

« Nous recommençons à pétrir les amusantes soies. Les mystiques bleus surgissent, pâlissant les rouges et faussant les verts. Adieu, les herbes, les ombres virescentes promenant sur l’eau des reflets de retroussis ! Adieu les pourpres brûlés par le désir ! Adieu, charnels pourpres !… Les fenêtres ouvertes sont bleues, nous voici partis vers des ciels pâles… Pourtant, je reprends pied : au contact de ce velours bleu vert j’ai sauté de la nacelle et je te retrouve, Galathée, je baise le bleu vert des veines qui se ramifient à tes poignets… Vert ? De quel vert ? Non, bleu, décidément, ce poignet, par les bleus qui le ceignent de leurs ombres bleues… Ô Sang ! emporte-moi vers le cœur de Galathée, ô galop chimérique des veines, emporte-moi ! Et là prends-moi, galop chimérique des artères, prends-moi et promène-moi par les allées secrètes et par l’intimité de sa chair… »

Illustration : Edmond Aman-Jean, Farniente (1895).

Stratagèmes.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 217 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

GOURMONT, Rémy (de) – Le Secret de Don Juan – Celle qu’on ne peut pas pleurer – L’Autre

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Nouvelles


Eugène Delacroix - Le Naufrage de Don Juan

Difficile de ne pas succomber au charme du style de Rémy de Gourmont dans ces Histoires magiques (1894), même si la mort conclut tristement les trois.

Le Secret de Don Juan

« Don Juan entra dans la carrière armé et orné de cette devise : « Pour plaire, il faut prendre ce qui plaît à celles qui plaisent. »
À une défaillante blonde, il prit le geste de comprimer d’une main adroite le douloureux battement d’un cœur absent ;
À une autre, il prit un ironique clignement des paupières qui donnait l’illusion de l’impertinence ;
À une autre… »

Celle qu’on ne peut pas pleurer :

« Quel que soit le degré d’immoralité conventionnelle dont un honnête sot taxerait ma conduite, je la juge, moi, d’une moralité très haute et même absolue, – et je puis, fièrement et douloureusement, embrasser dans la chambre de ma femme morte celui que moi-même je fis son amant. »

L’Autre :

« Les deux sœurs ne s’étaient jamais aimées, et l’aînée, celle qui entrait, radieuse et insolente sous son air condoléant, n’avait jamais pardonné à sa cadette, elle restée fille, son précoce mariage. »

Illustration : Eugène Delacroix, Le Naufrage de Don Juan.

> Écouter un extrait : Le Secret de Don Juan.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 864 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

GOURMONT, Rémy (de) – Un cœur virginal

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 4h 45min | Genre : Romans


Un cœur virginal

Certes Rémy de Gourmont (1858-1915) a écrit Physique de l’amour, Lettres d’un satyre et Un cœur virginal, mais son œuvre où romans, pièces de théâtre, poèmes et essais érudits (voir Le Dit des arbres et Le Pèlerin du silence) abondent ne peut être classée comme érotique.

Un cœur virginal, achevé le 10 octobre 1906, est un roman que Gourmont présente ainsi dans sa préface :

« Roman, c’est un roman. Et ce ne serait que cela, si l’on n’avait tenté, par une analyse sans scrupules, d’y dévoiler, si l’on peut dire, les dessous d’un « cœur virginal », d’y montrer que l’innocence a ses instincts, ses besoins, ses obéissances physiologiques.
Une jeune fille n’est pas seulement un jeune cœur, c’est un jeune corps humain tout entier.
Tel est le sujet de ce roman, qu’il faut bien, tout de même, appeler « physiologique ». »

Le thème est la découverte de l’amour par une jolie jeune fille, Rose, de vingt ans, provocante en le sachant et sans le savoir, éprise d’un quadragénaire M. Hervart conservateur de la sculpture grecque au Louvre et entomologiste qui connaît bien les femmes et faisant vibrer le cœur d’un jeune architecte Léonor qui lui non plus n’est pas innocent dans les jeux de l’amour.
Comment ces intrigues amoureuses vont-elles finir ?

Ajoutez à cette étude de la sensualité et de la sexualité, les passions d’Hortense et de Gratienne (que nous regrettons d’avoir nommée GraTienne, au lieu de GraSSienne) et des déclarations du genre :
« Il n’y a pas, reprit Bouret, plusieurs sortes d’amours. Il n’y en a qu’un. L’amour est physique. Le plus éthéré retentit dans l’organisme avec autant de certitude que le plus brutal. La nature ne connaît qu’une fin, la procréation, et si le chemin que vous prenez n’y conduit pas, elle vous arrête et vous condamne au moins à quelque simulacre : c’est sa vengeance. Tout sentiment intersexuel tend à l’amour, à moins que son caractère initial ne soit bien défini ou que les partenaires soient dans la phase finale de la vie où l’amour est impossible… »

> Écouter un extrait : Chapitres 01 à 03.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 758 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

GOURMONT, Rémy (de) – Sélection de poèmes en prose

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 20min | Genre : Poésie


Rémy de Gourmont par Joseph Quesnel

Nous retrouvons dans ces cinq poèmes en prose symbolistes de Rémy de Gourmont (1858-1915) la délicatesse et la sensualité de Le Pèlerin du silence et de Le Dit des arbres. Mais pas de trace d’humour comme dans Le Devoir.

« Pense, disait le poète, pense au pâle abandon… » (Prose pour un poète)

« Là ! mon cher, chuchotait la voix du lointain, te l’avais-je dit ? D’or, de marbre, de chair, je m’évanouis à l’épreuve d’un contact. Je suis l’Intouchable, c’est-à-dire la Femme. » (Vision)

« Doucement, avec des précautions insidieuses, le ciel s’avive ; la ligne du dôme animée d’un peu de violet, le sein, pivoine qui va s’ouvrir, éclate soudain en halo de pourpre ; tout le corps de l’idole saigne sous les griffes du lion, et la crinière surgit, les naseaux étincellent, les yeux fulgurent. » (La Neige)

« Ah ! lance métaphorique du soldat romain qui tous les jours transperces
Jésus, et toi, épée mortuaire, n’êtes-vous pas du même fer ? » (L’Opérateur de mort)

« Jadis, au temps des Antoine et des Paphnuce, la Thébaïde l’eût tenté, avec ses cavernes et ses arènes muettes. Presque seul, vraiment seul, dans le désarroi des deuils récents et la survivance illogique des vieilles habitudes, – mort à ce qui n’était pas très loin, très haut ou très absurde, – il habitait une grande maison carrée, couvent égyptien, lourde blancheur écrasée dans l’or pâle des sables. » (Une maison dans les dunes)

> Écouter un extrait : Prose pour un poète.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 464 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Rémy de Gourmont :


12>