Livres audio gratuits pour 'René Boylesve' :


BOYLESVE, René – Le Carrosse aux deux lézards verts (Version 2)

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 2h 43min | Genre : Romans


Le Carrosse aux deux lézards verts

Ce conte de fées dénonce certains aspects de la société du début du XXe siècle où la technologie et le modernisme prennent, aux yeux de l’auteur, une importance exagérée. Paru en 1920, il résonne étonnement cent ans après…

« – On ne peut se déclarer grand clerc, dit Loys, que lorsqu’on a parcouru les diverses parties du monde.
- Oui, dit Gillonne, tant que celles-ci restent différentes de la vôtre. Mais dans l’important groupe de royaumes dont je vous ai parlé, et qui tient la tête des nations par les progrès de toutes sortes, notamment par celui de la locomotion, qui est prodigieuse, chacun passe sa vie à se déplacer d’une capitale à une autre, et dans chacune de ces capitales, on ne trouve rien qui ne ressemble exactement à ce qu’on connaît dans la ville qu’on vient de quitter. C’est logique, puisque chaque citoyen étant, pour ainsi dire, dans chacun des royaumes à la fois, y apporte ses goûts, son langage, sa religion et son habit ; tout se ressemble.
- Alors, dit le conseiller, en somme, ce grand effort et ce perfectionnement admirables qui aboutissent, je le vois, à s’enrichir, et à s’enrichir pour se pouvoir transporter, a pour dernière fin de se transporter dans des lieux qui sont les mêmes que ceux que vous venez de quitter ?
- Ils sont les mêmes. »

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 371 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOYLESVE, René – Souvenirs du jardin détruit

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 2h 14min | Genre : Romans


Souvenirs du jardin détruit

Subtile étude de psychologie amoureuse, ce court roman de René Boylesve (1867-1926) a été publié notamment dans la revue Demain en 1924.

« Mais, que Mme Barégère, amoureuse, n’eût rien à confier ou à dissimuler touchant son mari, c’est à dire que les énigmatiques particularités dont j’avais été frappé, moi, n’existassent pas à ses yeux, voilà qui tendait à détruire chez moi-même le prétendu mystère. Que diable ! cette femme, si amoureuse qu’elle fût, n’était ni aveugle ni sotte ; uniquement et constamment préoccupée de son mari, il était inadmissible qu’elle ne l’eût pas étudié, épié, soupçonné même, enfin connu jusqu’en ses plus secrets replis. Elle m’avait cité de lui maints traits qui allaient jusqu’à déceler chez elle une perspicacité bien aiguë. Rien pourtant chez elle, non plus que chez M. et Mme Desréaux, qui dénonçât ce passager et douloureux coup d’ombre, régulièrement constaté par moi sur le front du Docteur dans les moments même où le Docteur se révélait le plus épris de sa femme. »

> Écouter un extrait : Partie 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 500 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOYLESVE, René – Ovide, « L’Art d’aimer »

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 28min | Genre : Nouvelles


Les Nouvelles Leçons d'amour dans un parc

À La Leçon d’amour dans un parc (1902), enregistrée ici en 2015, René Boylesve a donné en 1924 une suite, Les Nouvelles Leçons d’amour dans un parc, où il fait revivre les héros du premier ouvrage en quatre récits dont le troisième, Ovide, « L’Art d’aimer », est semé de véritables hymnes d’amour pour les livres et leurs auteurs.

« Il est bon de savoir que ce que les meilleurs des hommes ont mis par écrit est meilleur qu’eux mêmes… Ils nous conduisent en d’autres pays ou en d’autres âmes, ce qui est la même chose ; et il importe beaucoup de savoir que les hommes comme leurs mœurs varient d’un lieu à un autre ; ils nous émerveillent par des aventures, ou bien nous suggèrent des réflexions que nous n’eussions jamais eues par nous-mêmes. Mieux encore que tout cela : ils sont beaux. Une page, un poème, un seul vers procurent plus de contentement que tous les plaisirs que nous acquérons à prix d’or.
La vertu subtile de la chose écrite, c’est notre viatique, à nous les vieux, mais à vous, c’est la révélation du sens même de la vie. »

Illustration : René Lelong, Les Nouvelles Leçons d’amour dans un parc (1930).

Ovide, « L’Art d’aimer ».

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 463 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOYLESVE, René – L’Enfant à la balustrade

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 6h 47min | Genre : Romans


L'Enfant à la balustrade

L’Enfant à la balustrade est la suite de La Becquée (1901). On y retrouve une partie des personnages. Cet ouvrage, comme le premier, est inspiré par les souvenirs d’enfance de René Boylesve.

Riquet Nadaud est un jeune garçon de 10 ans. Il est le fils d’un notaire de Beaumont, une petite ville de la Touraine. Deux ans après la mort de sa première femme, maître Nadaud s’est remarié avec une jeune et belle créole, ce qui a déplu à ses beaux-parents.

Leur appartement étant trop petit pour loger trois personnes, Riquet est confié à ses grands-parents. Un peu plus tard, Maître Nadaud achète la belle et vaste « maison Colivaut », qu’il ne pourra cependant occuper qu’à la mort de l’actuelle propriétaire. Malheureusement, un grand bourgeois de Beaumont, très influent, convoite aussi ce domaine, dans lequel il voudrait installer son neveu. Furieux d’avoir été devancé, M. Plancoulaine rompt toutes les relations avec le notaire et incite ses amis à en faire autant. Maître Nadaud voit très vite sa clientèle diminuer et ses amis se détourner de lui.

Illustration : Frontispice de l’édition Calmann Lévy-Nelson (1913).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 659 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOYLESVE, René – Ah ! Le beau chien ! – Le Rayon de soleil

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 20min | Genre : Nouvelles


Pierre-Auguste Renoir - Le Déjeuner des canotiers (détail, 1880-1881)

Ces deux récits font partie du recueil de René Boylesve, Le Bonheur à cinq sous.

Trois nouvelles sont déjà publiées : Le Bonheur à cinq sous, Les Pommes de terre, Les Deux Aveugles.

En voici deux autres, Ah ! Le beau chien !, ou comment un malheureux chien qu’on allait noyer trouve enfin le bonheur.

Le Rayon de soleil, où, malgré les épreuves, on peut apporter un peu d’espoir et un moment de bonheur à plus malheureux que soi.

Illustration : Pierre-Auguste Renoir, Le Déjeuner des canotiers (détail, 1880-1881).

Ah ! Le beau chien.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 897 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOYLESVE, René – Mademoiselle Cloque

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 9h | Genre : Romans


Mademoiselle Cloque

Mademoiselle Cloque, âgée de 70 ans au début du roman et toujours célibataire, « basilicienne» fervente, vit entre sa servante Mariette et le vieux marquis d’Aubrebie, un voisin et ami avec qui les disputes sont pourtant continuelles. Elle vit dans le souvenir de sa rencontre avec le vicomte de Châteaubriand, mais surtout elle consacre toute son énergie au projet de reconstruction d’une grande basilique. Elle n’hésite pas, pour cela, à sacrifier le bonheur de sa nièce Geneviève, orpheline dont elle est la tutrice et qui aurait dû épouser le riche fils d’un notable local, malheureusement gagné à la cause des partisans d’une église modeste, ce qui rend aux yeux de mademoiselle Cloque le mariage inconcevable. (Source : Wikipédia)

Illustration : Couverture de l’édition 1911, d’après une aquarelle d’Adolphe Gumery.

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 030 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOYLESVE, René – Nouvelles (Troisième Sélection)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 38min | Genre : Nouvelles


Ruines de Suippes (Marne), 1915

Quatre nouvelles de René Boylesve (1867-1926) plus ou moins inspirées par la guerre de 14-18.

« À Jean-Louis Vaudoyer
De votre observatoire d’artillerie, mon cher ami, vous m’avez, à plusieurs reprises, affirmé que le journal qui vous apportait ces contes était pour vous et pour certains de vos camarades une cause de détente heureuse. D’autres lettres, reçues du front et de combattants que je n’avais pas l’honneur de connaître, ont contribué avec les vôtres à me laisser croire que notre vieille besogne littéraire, ingrate à accomplir par le temps qui court, pouvait cependant n’être pas tout à fait vaine. C’est ce qui me donne l’audace, en un moment pareil, de réunir ces feuilles disparates, certaines écrites avant la guerre, les autres inspirées par ses lointains échos, quelques-unes volontairement étrangères à ce grand sujet, afin de procurer aux pauvres hommes, durant cinq minutes, l’illusion qu’il en existe encore un autre. »

- Les Deux Aveugles
- Cherchez
- Un miracle
- Les Pommes de terre

« La guerre vous prive de tout, c’est connu; on y est fait: mon pauvre homme avait bien une balle dans les reins depuis 70 et qui l’asticotait par le mauvais temps, aussi quand c’est qu’il a vu partir ses trois garçons, il a dit: «A eux trois, ils leur en f… toujours plus que je n’en ai reçu!» Et c’est tout. Mais les Boches sont passés chez nous, mesdames, saouls comme des gorets déjà avant de nous avoir vidé la cave… Ça, je m’en souviendrai! Quand le père Souriau a vu tous ses fûts à sec, ça lui a porté un coup. De ce moment-là, c’était un homme fini; ne fallait même plus lui parler de tailler ses plants de vigne ni de bêcher son clos: c’est moi, telle que vous me voyez, qui ai semé les pommes de terre »…

La pauvre femme !

Illustration : Ruines de Suippes (Marne), 1915.

> Écouter un extrait : Les Deux Aveugles.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 841 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOYLESVE, René – La Leçon d’amour dans un parc

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 5h 45min | Genre : Contes


La Leçon d'amour dans un parc, illustration de René Lelong

« Je sais que votre désir secret, en ouvrant un livre, est de trouver un ami qui vous parle et qui volontiers vous laisse croire qu’il ne parle qu’à vous. Et moi, quand j’écris, je voudrais composer mes récits comme une lettre, où l’on rapporte ce que l’on veut, au gré de son humeur, en ayant présente à l’esprit l’image de celui qui demain brisera l’enveloppe à son réveil. Aussi je vais m’offrir le plaisir, entre de graves romans qui sont difficiles, de raconter − une fois− ce qu’il me plaira, comme on improvise de jolis contes aux enfants.
Par exemple, je vous avertis, puisque j’adopte le sujet de mon goût, que je me risque à vous raconter une aventure délicate. Oh ! Comme il est périlleux de raconter une aventure délicate, à une époque où la licence dans les ouvrages romanesques est sans bornes. »
Ainsi commence La Leçon d’amour dans un parc (1902).

Ce conte libre, en 20 chapitres ici regroupés en six parties, est érotique, coquin, libertin mais jamais grossier ni obscène. Boylesve a l’air d’inventer à mesure qu’il écrit et s’adresse souvent au lecteur en ami. Les dernières pages de ce récit consacré à l’amour pourront surprendre par leur caractère tragique. Ce n’est pas l’habitude du romancier dans le cours de l’histoire ni dans la quinzaine de ses textes publiés sur le site. (Par exemple Le Parfum des îles Borromées.)

> Écouter un extrait : Première Partie.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 141 608 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour René Boylesve :


123>