Livres audio gratuits pour 'René Maizeroy' :


MAIZEROY, René – L’Amour qui saigne (Deuxième Sélection)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 32min | Genre : Nouvelles


La Victoire de Ninoche

En 1882 René Maizeroy publia L’Amour qui saigne, dix nouvelles dont trois sont sur notre site, les trente autres provenant de recueils différents.

Les trois actuelles restent dans le domaine mélancolique sans jamais de happy end !

Rien ne va plus !

« Lui n’ose pas prévoir la suite du drame. Il a le vertige du gouffre comme un homme ballotté dans la houle. La tentation d’en finir l’étreint sans trêve. Les babies inquiets comprennent vaguement qu’il se passe quelque chose de grave qu’on leur cache, et ils restent immobiles, délaissant même leurs joujoux épars. »

L’Abandounado

« Car chacun était dur pour la petite vendeuse d’écrevisses et la rudoyait. Les chiens dans la ville aboyaient lorsqu’elle passait, criant ses écrevisses. Les enfants se jouaient d’elle et la tournaient en dérision. Et jamais elle ne sentait une caresse effleurer sa chair, elle n’entendait une parole amie la consoler. Elle était bien l’abandonnée sans famille, sans le sou, qu’on méprisait, qu’on chassait comme une lépreuse. »

La Victoire de Ninoche

« Lagleize retourna dans sa petite ville. On ne le revit plus ni dans les rues, ni sur le Mail, ni au café National. Il ne disait plus une parole à sa vieille servante. Il ne mangeait pas. La nuit, il se promenait de long en large dans son salon. Il avait brûlé tous les portraits de son fils. Ils lui rappelaient sa honte. Et, un matin… »

Illustration : Paul Balluriau, Hantise.

Rien ne va plus !.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 600 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MAIZEROY, René – La Tresse blanche

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 25min | Genre : Nouvelles


Le Siège de Puebla en 1863

Parue dans la revue Je sais tout du 15 février 1908, La Tresse blanche, nouvelle de René Maizeroy, raconte le souvenir d’une amitié et le comportement sauvage et tragique d’un Breton pendant la guerre du Mexique (12000 Français morts).

Pour les amateurs d’Histoire, rappel des événements :

« L’intervention française au Mexique ou l’expédition du Mexique (espagnol : Segunda Intervención Francesa en México) est une expédition militaire française qui eut lieu de 1861 à 1867 et avait pour objectif de mettre en place au Mexique un régime favorable aux intérêts français. À l’origine de cette initiative se trouvent des conservateurs mexicains en Europe qui souhaitaient installer au Mexique un souverain européen catholique et conservateur pour contrebalancer le pouvoir des jeunes États-Unis protestants. José-Manuel Hidalgo y Esnaurrizar, l’un d’entre eux, fit la connaissance de l’impératrice Eugénie et réussit à l’intéresser à sa cause. Napoléon III, sous les conseils du duc de Morny, chercha et trouva, après avoir essuyé le refus d’autres princes, l’archiduc Maximilien de Habsbourg qui venait de refuser d’être roi de Grèce. Maximilien hésita, mais, encouragé par sa femme Charlotte, fille du roi des Belges Léopold Ier, il finit par accepter de devenir empereur du Mexique. » (Wikipédia)

La Tresse blanche.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 470 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MAIZEROY, René – L’Amour qui saigne (Sélection)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 36min | Genre : Nouvelles


Eugene de Blaas - Flirt autour du puits

Trois nouvelles qui finissent plutôt mal de René Maizeroy extraites de L’Amour qui saigne (1882).

L’Auberge hantée et Au village montrent les méfaits des cancans de village et le dernier pourrait bien s’appeler « la calomnie ».

Quant à La Tentation de Saint-Antoine, Maizeroy a repris le titre de Flaubert, œuvre magistrale enregistrée ici il y a six ans !

« Elle n’espère plus, mais elle aime et aimera le prêtre jusqu’à la mort. Elle s’affaiblit insensiblement, ne sortant pas de sa chambre, s’hypnotisant dans la contemplation silencieuse d’une photographie du R. P. Laterrade qu’il lui envoya jadis. Nuit et jour, elle lacère de coups d’aiguille son corps amaigri. Les piqûres de morphine l’enveloppent d’une somnolence morbide, lui donnent une jouissance lourde de folie, des hallucinations où elle le revoit, où elle l’entend. Un matin, ses grands yeux bleus ne se rouvriront pas et ce sera fini. »

Illustration : Eugene de Blaas, Flirt autour du puits (détail, 1902).

> Écouter un extrait : Au village.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 090 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DIVERS – Contes du « Gil Blas » (Sélection)

Donneuse de voix : Domi | Durée : 1h 6min | Genre : Nouvelles


La Demoiselle en deuil

Le journal Gil Blas, paru de 1879 à la fin de l’été 1914, a publié de nombreux contes dont les auteurs les plus célèbres sont Maupassant et Mirbeau.
En 1877, le journal publia en recueil quelques textes dont sont extraits les quatre morceaux suivants :

- Théodore de Banville : La Dame anglaise,
- Catulle Mendès : Le Prix de la gloire,
- René Maizeroy : Thérèse Vigneaux,
- Paul Ginisty : La Demoiselle en deuil.

> Écouter un extrait : La Dame anglaise.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 762 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MAIZEROY, René – La Mésaventure de don Juan – Le Mannequin – Les Montefiore

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 38min | Genre : Nouvelles


Le Mannequin

Trois nouvelles nouvelles « à la Maupassant » choisies dans l’immense production de René Maizeroy (1856-1918).

La Mésaventure de Don Juan, grand lieutenant qui s’appelait le vicomte Georges de Montereix.
« Don Juan ressuscité sous un casque de dragon, hautain, insolent, sabreur, subodorant toujours quelque odeur de femme, courant la brune et la blonde, s’en moquant cavalièrement, les trompant avec un art parfait, et gentilhomme de la tête aux pieds. Les belles l’adoraient. Les maris le craignaient. Et les chercheurs de romans étaient réduits au rôle ridicule d’amoureux transis. »

Le Mannequin :
« La figure en cire coiffée d’un chapeau de carnaval, le regardait de ses prunelles mortes et ternes, lui souriait de ses lèvres peinturlurées. En même temps, il entendit des éclats de rire étouffés qui bruissaient derrière une cloison, et comprenant enfin la comédie dont il était le personnage ridicule, honteux comme le renard de la fable, il se sauva par où il était entré, sans détourner la tête. »

Les Montefiore, plus érotique que les deux autres :
« Régine éprouva ces sensations multiples et elle en jouissait morbidement dans tout son être. Elle se serrait contre le tireur. Elle avait relevé sa voilette pour lui montrer qu’elle était belle, et jeune, et désirable. Ils ne se disaient pas un mot, comme des lutteurs avant le combat. Elle avait hâte d’être verrouillée avec lui, de se livrer, de connaître enfin la pourriture qu’elle ignorait dans sa virginité chaste d’épouse. »

> Écouter un extrait : La Mésaventure de don Juan.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 9 038 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MAIZEROY, René – La Victoire de Ninoche – Mâme Cachemire

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 25min | Genre : Nouvelles


Mâme Cachemire

Si l’on ne savait pas que ces deux histoires sont signées René Maizeroy, on les attribuerait volontiers (sujets et style) à son ami Guy de Maupassant.

La Victoire de Ninoche montre comment s’y prend une fille pour ensorceler Maxime et son père :

« Maxime, en effet, était dans la glu. De jour en jour il perdait ses dernières forces, heureux d’être vaincu, d’obéir aux caprices fantasques d’une femme, d’oublier tout ce qui n’était pas elle, le rire éclatant de ses lèvres, le rayonnement de sa toison, le parfum bestial de sa chair. Il l’avait rencontrée, un soir de mardi-gras, dans la cohue d’un bal masqué. On avait soupé ensemble. Puis, sans savoir pourquoi, ni comment, Maxime avait gardé la clef de la belle et les amoureux ne s’étaient plus désenlacés. »

Mâme Cachemire narre la destinée d’une femme riche tombée dans la misère :

« Les moineaux voletaient autour de la petite vieille, pépiant, se posant effrontément sur le banc, enhardis par sa pose de statue, par son grave silence, et comme s’ils eussent attendu qu’elle sortît une croûte de pain du cabas en tapisserie suspendu à sa main gauche.
Mais elle y pensait bien, la malheureuse, à émietter son pain aux moineaux, elle qui avait à peine quatre sous pour vivre, et qui les dépensait à acheter les drogues chimiques, des cornues et du charbon. »

La Victoire de Ninoche.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 461 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MAIZEROY, René – Vieille Histoire

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 17min | Genre : Contes


Croisades

Ce dix-septième récit de René Maizeroy,Vieille Histoire (1882), est un conte érotique du temps des Croisades.

« Durant ses veillées monotones, la baronne Stylite avait appris, dans des manuscrits enluminés, les douces doctrines qu’elle ignorait et, savante maintenant en l’art d’aimer, brûlée de désirs inéluctables, rêvant de se donner, de connaître la morsure divine des voluptés, elle cherchait partout le bien-aimé qui l’enlacerait une nuit de ses bras ardents. [...] Et, désespérée, malade, trempant ses oreillers de larmes, la très haute baronne Stylite se tordait les bras et se lamentait chaque nuit, dans son lit glacé, de ne pouvoir trouver l’adoré qui effeuillerait brutalement la floraison intacte de sa virginité… »

Vieille Histoire.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 753 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MAIZEROY,René – La Margarîdo

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 20min | Genre : Contes


cabane et vignes

« Moussû Marius vivait là, avec une vieille servante du pays. Il portait des sabots, une blouse rapiécée de ménager, et jouissait placidement de la vie sans songer aux lendemains pleins d’ombres. Il philosophait sans le savoir, ayant désappris depuis longtemps toutes les choses savantes, toutes les radotailles latines qu’il avait ramassées en son enfance sur les bancs usés des écoles. Son coin de terre lui semblait un paradis de joie. »
Dans ce « paradis de joie » arrive un jour La Margarîdo (1882), jeune gardienne de chèvres ; le bonheur partagé du couple illégitime est détruit par l’entourage « bien pensant » du village et l’histoire, très joliment racontée par Maizeroy,se termine en drame…

La Margarîdo.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 251 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour René Maizeroy :


12>