Livres audio gratuits pour 'Voltaire' :


VOLTAIRE – Dictionnaire philosophique : Femme – Polygamie

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 25min | Genre : Philosophie


Polygamie

Deux articles du Dictionnaire philosophique de Voltaire qui nous éclairent sur la pensée de nos ancêtres il y a cinq cents ans sur la Polygamie.

Un des vizirs du grand Soliman tint ce discours à un agent du grand Charles-Quint (1500-1558) :

« Chien de chrétien, pour qui j’ai d’ailleurs une estime toute particulière, peux-tu bien me reprocher d’avoir quatre femmes selon nos saintes lois, tandis que tu vides douze quartauts par an, et que je ne bois pas un verre de vin ? Quel bien fais-tu au monde en passant plus d’heures à table que je n’en passe au lit ? Je peux donner quatre enfants chaque année pour le service de mon auguste maître ; à peine en peux-tu fournir un. Et qu’est-ce que l’enfant d’un ivrogne ? »

Réponse de l’Allemand.

« Chien de musulman, pour qui je conserve une vénération profonde, avant d’achever mon café je veux confondre tes propos. Qui possède quatre femmes possède quatre harpies, toujours prêtes à se calomnier, à se nuire, à se battre : le logis est l’antre de la Discorde. Aucune d’elles ne peut t’aimer : chacune n’a qu’un quart de ta personne, et ne pourrait tout au plus te donner que le quart de son cœur. Aucune ne peut te rendre la vie agréable : ce sont des prisonnières qui, n’ayant jamais rien vu, n’ont rien à te dire. »

Les jugements sur la Femme ne laisseront pas indifférents Ne hurlez pas mesdames :

« Il n’est pas étonnant qu’en tout pays l’homme se soit rendu le maître de la femme, tout étant fondé sur la force. Il a d’ordinaire beaucoup de supériorité par celle du corps et même de l’esprit.
On a vu des femmes très-savantes comme il en fut de guerrières ; mais il n’y en a jamais eu d’inventrices. »

Femme – Polygamie.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 986 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ASSASSIN, selon Voltaire et L’Encyclopédie

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 19min | Genre : Histoire


William Hogarth - Le Crime

Trève de Noël pour la relation de meurtres, tueries, massacres, homicides, empoisonnements et assassinats de toutes sortes… Intéressons-nous au nom lui-même : Assassin

D’après L’Encyclopédie :

« Quelques-uns disent que le mot assassin vient du Levant, où il prit son origine d’un certain prince de la famille des Arsacides, appellés vulgairement assassins, habitant entre Antioche & Damas, dans un château où il élevoit un grand nombre de jeunes gens à obéir aveuglément à tous ses ordres : il les employoit à assassiner les princes ses ennemis. »

Selon le Dictionnaire philosophique de Voltaire :

« Il y avait du temps des croisades un malheureux petit peuple de montagnards, habitant dans des cavernes vers le chemin de Damas. Ces brigands élisaient un chef qu’ils nommaient Chik Elchassissin. On prétend que ce mot honorifique chik ou chek signifie vieux originairement ; de même que parmi nous le titre de seigneur vient de senior, vieillard, et que le mot graf, comte, veut dire vieux chez les Allemands : car anciennement le commandement civil fut toujours déféré aux vieillards chez presque tous les peuples. »

Wiktionnaire nous propose:

« De l’italien assassino, emprunté à l’arabe حشاشين[], (hachachin, pluriel de حشاش, hachech) : consommateurs de hachich, dérivé de حشيش, (« hachich») qui signifie en arabe (« herbe ») et (« cannabis »). « Hachachin » désignait initialement les membres d’une secte militante musulmane, également nommée Nizârites, particulièrement active au XIe siècle en Perse et qui assassinait publiquement ses opposants… Diverses étymologies furent proposées par le passé, la plupart fantaisistes, en raison surtout des orthographes variant d’un auteur à l’autre et de l’ignorance de l’arabe. »

L’Encyclopédie – Assassin.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 886 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DIVERS – Joyeux Noël !

Donneurs de voix : Projet collectif | Durée : –h –min | Genre : Contes


Theodor Severin Kittelsen - L'Arbre de Noël (191?)Notre collection de contes et récits de Noël ne cesse de s’étoffer d’année en année… Retrouvez-les tous ci-dessous…

Contes et romans :

AICARD, Jean – Les Étrennes
AICARD, Jean – Le Noël de Grand-père
ALLAIS, Alphonse – Conte de Noël (extrait de Plaisir d’humour)
ALLAIS, Alphonse – Conte de Noël (extrait de Allais… grement)
ALLAIS, Alphonse – Conte de Noël (extrait de Deux et deux font cinq)
ALLAIS, Alphonse – Conte de Noël (extrait de Faits divers)
ALLAIS, Alphonse – Histoire de Noël (extrait de Faits divers)
ALLAIS, Alphonse – Last Christmas (extrait de Faits divers)
ANDERSEN, Hans Christian – La Petite Fille et les allumettes
ANDERSEN, Hans Christian – Le Sapin
ARÈNE, Paul – Nouveaux Contes de Noël : La Vraie Tentation du grand Saint Antoine, Noël rétrospectif
ARÈNE, Paul – Nouveaux Contes de Noël : L’Évangile selon Saint Perrault, Le Noël du député, Le Pot de miel, Chien d’aveugle, Le Bon Gui, Courriers d’hiver, Plaisirs d’hiver
ARÈNE, Paul – Le Fifre rouge
AUDOUX, Marguerite – Soir de Noël
BÉCQUER, Gustavo Adolfo – Maître Pérez l’organiste
BOCCACE, Jean – Le Jardin enchanté
BOURGET, Paul – Simone, récit de Noël
BOURGET, Paul – Une nuit de Noël sous la terreur
COLLINS, Wilkie – Baisers furtifs, conte de Noël anglais
COLLODI, Carlo – La Festa di Natale
COLLODI, Carlo – La Fête de Noël
COPPÉE, François – L’Adoption
COPPÉE, François – Le Louis d’or
COPPÉE, François – L’Enfant perdu
COPPÉE, François – Les Sabots du petit Wolff
DANDURAND, Joséphine – Contes de Noël par Josette
DAUDET, Alphonse – L’Organiste
DAUDET, Alphonse – Les Trois Messes basses (Version 1, Version 2)
DAUDET, Alphonse – Salvette et Bernadou
DICKENS, Charles – Les Conteurs à la ronde
DICKENS, Charles – Cantique de Noël en prose
DICKENS, Charles – Histoire du sacristain, emporté par les goblins
DOSTOÏEVSKI, Fedor – L’Arbre de Noël
DOSTOÏEVSKI, Fedor – L’Arbre de Noël et le Mariage
DUMAS, Alexandre – Le Château d’Eppstein
FRANCE, Anatole – Balthasar
GASKELL, Elizabeth – Lisette Leigh
O. HENRY – Les Cadeaux inutiles
JEHAN-RICTUS – Les Ingrats
LA VILLE DE MIRMONT, Madame Henri (de) – Nuit de Noël
LAGERLÖF, Selma – L’Hôte de Noël
LE BRAZ, Anatole – La Noël de Marthe, L’Aventure du pilote
LENOTRE, G. – L’Extase (extrait de Légendes de Noël)
LEROUX, Gaston – Le Noël de Vincent Vincent
LEMONNIER, Camille – Le Noël du petit joueur de violon
MAUPASSANT, Guy (de) – Nuit de Noël
MAUPASSANT, Guy (de) – Conte de Noël
MENDÈS, Catulle – Le Cadeau de la petite Noël
MISTRAL, Frédéric – Les Rois
NOËL, Marie – Le Noël du riche honteux
PARDO BAZÁN, Emilia – Conte de Noël
PONSON DU TERRAIL, Pierre Alexis (de) – La Fée, conte de Noël
ROULLAUD, Henri – Le Noël de Philorôme
SALTYKOV_CHTCHEDRINE, Mikhail – Conte de Noël
STEINMANN, Philippe – Conte pour un Noël insolite
VAN LERBERGHE, Charles – Tale
VAN LERBERGHE, Charles – La Veillée
VERHAEREN, Émile – Noël blancÀ l’Eden

Poésie :

AICARD, Jean – La Légende du chevrier
AICARD, Jean – La Noël, bénédiction du feu
BRUISSEMENT – Étoile du matin (Poème)
GAGNAIRE, Paul – Le Rayon de Noël (Poème)

GAUTIER, Théophile – Noël (Version 1, Version2)
PÉGUY, Charles – Ève (fragment)
VICAIRE, Gabriel – Noël (extrait de Émaux bressans)

Traditions :

CHABOT, Alphonse – La Nuit de Noël (Trois Extraits)
CHABOT, Alphonse – Noël dans les pays étrangers
NOËL, selon Voltaire et L’Encyclopédie
VESLY, Léon (de) – Quelques Superstitions de Noël

Toute l’équipe de Littérature audio.com vous souhaite un Joyeux Noël et une Heureuse Année 2017 !


Page vue 11 593 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

L’ENCYCLOPÉDIE – Fausseté – Mensonge

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 10min | Genre : Philosophie


« On dit qu’il y a eu cent mille hommes écrasés dans le tremblement de terre de Lisbonne : ce n’est pas un mensonge, c’est une fausseté. »

Fausseté et Fausseté des vertus humaines, articles signés Voltaire dans L’Encyclopédie reprennent le même sujet, étoffé, que dans le Dictionnaire philosophique.

« Il y a de la fausseté dans le cœur quand on s’est accoutumé à flatter et à se parer de sentiments qu’on n’a pas ; cette fausseté est pire que la dissimulation, et c’est ce que les Latins appelaient simulatio.
Il y a beaucoup de faussetés dans les historiens, des erreurs chez les philosophes, des mensonges dans presque tous les écrits polémiques, et encore plus dans les satiriques.
Les esprits faux sont insupportables, et les cœurs faux sont en horreur. »

Mensonge de L’Encyclopédie est de la plume de Jaucourt :

« Concluons que si le mensonge, les équivoques & les restrictions mentales sont odieuses, il y a dans le discours des faussetés innocentes, que la prudence exige ou autorise ; car de ce que la parole est l’interprête de la pensée, il ne s’ensuit pas toujours qu’il faille dire tout ce que l’on pense. »

Illustration: Jacques-Philippe Le Bas, Ruines de l’église de São Paulo, après le tremblement de terre de Lisbonne en 1755 (1757).

Encyclopédie : Mensonge.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 887 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VÉRITÉ, selon Voltaire et l’Encyclopédie

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Philosophie


Giovanni Lanfranco - Veritas (1600-1625)

Même titre, Vérité, pour l’article de L’Encyclopédie de Jaucourt et pour celui du Dictionnaire philosophique de Voltaire, mais peu de ressemblance dans leur contenu.

Soyons précis :

Voltaire traite trois sujets : Sens de vérité, Vérités historiques et Des degrés de vérité selon lesquels on juge les accusés.

« La vérité est un mot abstrait que la plupart des hommes emploient indifféremment dans leurs livres et dans leurs jugements, pour erreur et mensonge. Cette définition aurait merveilleusement convenu à tous les faiseurs de systèmes. Ainsi le mot sagesse est pris souvent pour folie, et esprit pour sottise.

Humainement parlant, définissons la vérité, en attendant mieux, « ce qui est énoncé tel qu’il est ».

Celui qui a entendu dire la chose à douze mille témoins oculaires n’a que douze mille probabilités, égales à une forte probabilité, laquelle n’est pas égale à la certitude. »

Vérité de l’Encyclopédie est un article très philosophique demandant beaucoup d’attention, avec plusieurs sections dont nous ne donnons que la première… Les autres viendront, en particulier Vérités métaphysiques.

« Il faut considérer la vérité relativement à nos connoissances : considerée sous ce point de vue, on peut la définir une conformité de nos jugemens avec ce que sont les choses : en sorte que ce qu’elles sont en elles-mêmes, soit précisément ce que nous en jugeons.
Si la vérité est une conformité de notre pensée avec son objet, elle est donc une particularité ou circonstance de notre pensée ; elle en est donc dépendante, elle ne subsiste donc point par elle-même. S’il n’y avoit point de pensées & de connoissances au monde, il n’y auroit point de vérité. »

Dictionnaire philosophique : Vérité.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 072 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VOLTAIRE – Dictionnaire Philosophique : Huit Questions sur la religion

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Religion


Jamphel Gyatso (1754-1804), huitième Dalai Lama

Voltaire, dans l’article de l’édition 1769 de son Dictionnaire philosophique pose Huit Questions sur la religion. Chacune des citations ci-dessous appartient à chaque section (qui n’est pas intitulée).

Première Question :
« En effet si la Religion juive avait été bonne, pourquoi l’aurait-on abolie ? Une Religion vraie doit être pour tous les tems & pour tous les lieux, elle doit être comme la lumière du soleil, qui éclaire tous les peuples & toutes les générations. »

Deuxième Question :
« J’ose croire, au contraire, qu’on a commencé d’abord par reconnaître un seul Dieu, & qu’ensuite la faiblesse humaine en a adopté plusieurs. »

Troisième Question :
« On commença dès le second siècle, par chasser les démons au nom de Jésus ; auparavant on les chassait au nom de Jehovah, ou Yhaho. »

Quatrième Question :
« L’ancienne maxime était qu’il vaut mieux obéïr à Dieu qu’aux hommes ; la maxime opposée est reçue, que c’est obéir à Dieu que de suivre les loix de l’État. »

Cinquième Question :
« La religion la moins mauvaise ne serait-elle point celle qui ne soutiendrait pas sa créance par des bourreaux, & qui n’inonderait pas la terre de sang pour des sophismes inintelligibles ? »

Sixième Question :
« Les sacrifices humains sont très rares chez les anciens Romains ; en un mot, la religion payenne a fait répandre très peu de sang, & la nôtre en a couvert la terre. »

Septième Question :
« Un homme blessé de vingt coups de fusil dans une bataille, ne se met point en colère ; mais un docteur blessé du refus d’un suffrage devient furieux & implacable. »

Huitième Question :
« Ne faut-il pas soigneusement distinguer la religion de l’État & la religion théologique ? [...] Il n’en est pas ainsi de la religion théologique ; celle-ci est la source de toutes les sottises, & de tous les troubles imaginables ; c’est la mère du fanatisme & de la discorde civile, c’est l’ennemie du genre humain. »

> Écouter un extrait : Questions 01 et 02.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 872 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VOLTAIRE – Dictionnaire philosophique : Génie des langues – Harmonie des langues – Littérature

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 22min | Genre : Philosophie


Œuvres de Voltaire

Les lecteurs intéressés par la langue de Molière et de Voltaire auront plaisir à retrouver le dernier dans ces trois articles du Dictionnaire philosophique.

Extraits de Langues :

Génie des langues : « On appelle génie d’une langue son aptitude à dire de la manière la plus courte et la plus harmonieuse ce que les autres langages expriment moins heureusement. »

Harmonie des langues : « J’ai connu plus d’un Anglais et plus d’un Allemand qui ne trouvaient d’harmonie que dans leurs langues. La langue russe, qui est la slavonne, mêlée de plusieurs mots grecs et de quelques-uns tartares, paraît mélodieuse aux oreilles russes.
Cependant un Allemand, un Anglais qui aura de l’oreille et du goût, sera plus content d’ouranos que de heaven et de himmel ; d’anthropos que de man ; de Theos que de God ou Gott ; d’aristos que de goud. »

L’article Littérature est riche en suggestions : « On appelle la belle littérature celle qui s’attache aux objets qui ont de la beauté, à la poésie, à l’éloquence, à l’histoire bien écrite. La simple critique, la polymathie, les diverses interprétations des auteurs, les sentiments des anciens philosophes, la chronologie, ne sont point de la belle littérature, parce que ces recherches sont sans beauté. »
parfois discutables :
« Parmi les arts libéraux, qu’on appelle les beaux-arts par cette raison-là même qu’ils cessent presque d’être des arts dès qu’ils n’ont point de beauté, dès qu’ils manquent le grand but de plaire, il y en a beaucoup qui ne sont point l’objet de la littérature : tels sont la peinture, l’architecture, la musique, etc. ; ces arts, par eux-mêmes, n’ont point de rapports aux lettres. »

> Écouter un extrait : Génie des langues.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 046 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VOLTAIRE – Dictionnaire philosophique : Livres

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 22min | Genre : Philosophie


Charles Emmanuel Biset - Nature morte avec des livres, une lettre et une tulipe (2e moitié XVIIe)

L’article Livres du Dictionnaire philosophique de Voltaire comprend trois sections.

La première est riche de considérations historiques, telles :

« Avant l’admirable invention de l’imprimerie, les livres étaient plus rares et plus chers que les pierres précieuses. Presque point de livres chez nos nations barbares jusqu’à Charlemagne, et depuis lui jusqu’au roi de France Charles V, dit le Sage ; et depuis ce Charles jusqu’à François Ier c’est une disette extrême.
Les Arabes seuls en eurent depuis le VIIIe siècle de notre ère jusqu’au XIIIe.
La Chine en était pleine quand nous ne savions ni lire ni écrire. »

Mais les deux autres prennent une direction plus « voltairienne ».

Croirait-on qu’un jour le docteur Tamponet dit à plusieurs docteurs : « Je me ferais fort de trouver une foule d’hérésies dans le Pater noster, si on ne savait pas de quelle bouche divine sortit cette prière, et si c’était un jésuite qui l’imprimât pour la première fois.
Voici comme je m’y prendrais :
Notre père qui êtes aux cieux. Proposition sentant l’hérésie, puisque Dieu est partout. On peut même trouver dans cet énoncé un levain de socinianisme, puisqu’il n’y est rien dit de la Trinité. » (Section II : Le docteur Tamponet est un pseudonyme de Voltaire !)

« Étant évident par l’expérience que si la Bible traduite en langue vulgaire était permise indifféremment à tout le monde, la témérité des hommes serait cause qu’il en arriverait plus de mal que de bien, nous voulons que l’on s’en rapporte au jugement de l’évêque ou de l’inquisiteur, qui, sur l’avis du curé ou du confesseur, pourront accorder la permission de lire la Bible, traduite par des auteurs catholiques en langue vulgaire, à ceux à qui ils jugeront que cette lecture n’apportera aucun dommage. » (Section III)

Illustration : Charles Emmanuel Biset, Nature morte avec des livres, une lettre et une tulipe (2e moitié XVIIe)

Livres.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 767 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Voltaire :