Desaugiers
: , &

Deux Curiosités littéraires (Poèmes)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 8min | Genre : Poésie


Marc-Antoine Désaugiers

Marc-Antoine-Madeleine Désaugiers (1772 1827), chansonnier et vaudevilliste, aujourd’hui oublié, fut aussi célèbre de son temps que Béranger (1780-1857). Tableau de Paris à cinq heures du matin est un petit chef-d’œuvre réaliste, gai, insouciant dont la richesse des rimes nous amuse.
« L’huissier carillonne,
Attend, jure, sonne,
Ressonne, et la bonne,
Qui l’entend trop bien,
Maudissant le traître,
Du lit de son maître
Prompte à disparaître
Regagne le sien.

Gentille, accorte
Devant ma porte
Perrette apporte
Son lait encore chaud. […] »

Un siècle plus tôt Jean-Baptiste Panard (1691-1765) publiait Les Vieillards, poème de la même veine avec le refrain récurrent « Aujourd’hui, ce n’est plus cela », reprenant  le vieux thème éternel « O tempora ! o mores ! » ou bien « Ah ! de mon temps ! ».

« Une vieille

Dans ma jeunesse,
Quand deux cœurs amoureux
S’unissaient tous les deux
Ils sentaient mêmes feux ;
De l’hymen les doux nœuds
Augmentaient leur tendresse.

Aujourd’hui ce n’est plus cela :
Quand l’hymen s’en mêle,
L’ardeur la plus belle
N’est qu’une étincelle,
L’Amour bat de l’aile,
Et l’époux va
Cahin-caha. »

Deux curiosités littéraires à savourer…

Tableau de Paris à cinq heures du matin.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, “Enregistrer sous…”)


Les Vieillards (Jadis et aujourd’hui).

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, “Enregistrer sous…”)



> Consulter les  versions textes de ce livre audio : Tableau de Paris à cinq heures du matin, Les Vieillards (Jadis et aujourd’hui).
Livre audio ajouté le 28/06/2013.
Consulté ~8 245 fois

Lu par René Depasse

Suggestions

2 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Merci M. DEPASSE de nous charmer grâce à ces poèmes.
    J’ai bien souri à la lecture des Vieillards, faisant un parallèle vers les propos tenus hier encore par mon fils de 40 ans qui lui même tenait ce type de discours.
    Le tableau de Paris à cinq heures du matin, quant à lui, m’a remis en tête la musique de la chanson de Dutronc tant elle me semble coller au poème.
    Merci encore.