water-lily-895948
: , , , , , &

Un bouquet de nénuphars poétiques

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 30min | Genre : Poésie


Nénuphar

« Et dans l’air parfumé leur tige se balance… » Edmond Rostand.

Le nénuphar ou nénufar est une plante aquatique de l’ordre des Nymphéales.
Nénuphar est un nom vernaculaire ambigu en français, car désignant tant des espèces du genre Nymphaea, telle le blanc, que du genre Nuphar, telles le jaune le nain et de Spenner.

Nénuphar est emprunté, par l’intermédiaire du latin médiéval, à l’arabe nainufar, ninufar, au persan nilufar emprunté au sanskrit nilotpala, lotus bleu.

L’Académie française écrit « nénufar » de 1762 à 1935.
Puis, par rapprochement sémantique, avec les nymphes et les Nymphaea, « nénuphar » est adopté.
Les rectifications de 1990 préconisent de revenir à « nénufar », du fait de l’origine arabo-persanne.
En 1991, éclate… la « guerre du nénuphar/far », polémiques à propos des rectifications orthographiques. (Wikipédia).

Le Lotus symbolise l’accomplissement spirituel de l’être.
Le lotus bleu était une fleur sacrée, en Égypte, attribut de Néfertem, « Seigneur des Parfums », et appelé nen-nufer. (Source : Lotus).

… etc…

Car… le symbolisme associé à cette plante, et à sa fleur, est vaste et varié.

Laissons la poésie entrer en scène… avec Rostand, Dantin, Silvestre, Barbey d’Aurevilly, Rodenbach, Haraucourt et Mallarmé.

Illustration : Nénuphar (Pixabay).

> Écouter un extrait : L’Intégrale.


> Télécharger ce livre audio par archive(s) Zip [Aide] :

Un bouquet de nénuphars poétiques.zip




> Références musicales :

Claude Debussy, Fantaisie pour piano et orchestre, interprétée par W. Gieseking et K. Schröder (chef d’orchestre) (1951, domaine public).

Claude Debussy, La Plus que lente, interprétée par C. Reiner et H. Szeryng (1962, domaine public).


> Consulter la version texte de ce livre audio.
Livre audio ajouté le 25/02/2016.
Consulté ~30 222 fois

Lu par Christiane-Jehanne

Suggestions

8 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Cher Ahmed,bonsoir,le texte d’E.Rostand ,que j’ai choisi d’enregistrer ,est celui du site Poésies.webnet.,avec ces deux seules strophes. Il est complet.

    Le texte qui est sur le forum s’intitule ,aussi ,parfois,L’Etang,,me semble-t-il, est beaucoup plus long.,et provient,d’un autre site.
    L’installation de ces textes ne fut pas simple,pour Christine,que je remercie.
    Et je serai tout à fait ravie de l’enregistrer, et j’ajouterai d’autres
    textes d’Edmond Rostand.
    Je suis contente que ce petit travail vous convienne par
    ailleurs.Je vous remercie de votre compréhension.
    Très belle soirée à vous,cher Ahmed,et encore merci
    de votre gentil commentaire qui m’encourage à continuer.
    Bien amicalement.

  2. Chère Christiane-Jehane ,

    La lecture d’Edmond Rostand s arrête au :
    L’eau frissonnante affleure aux bords de leur calice.

    Le reste est parfait …

    Bonne soirée

    Bien cordialement ,
    Ahmed

  3. Bonsoir chère Christiane-Jehane,

    Merci infiniment de ce choix et cette voix adorable à entendre …

    Merci aussi à chère Christine-Sétrin de voir le Fichier ZIP éclaté en d autres fichiers ‘Zip’ pour un MP3.

    Bien cordialement ,
    Ahmed