Portrait de Jean-Jacques Le Franc de Pompignan à l’Académie des Jeux Floraux de Toulouse

Ode sur la mort de Jean-Baptiste Rousseau

La postérité a largement oublié le marquis de Pompignan (de même que celui à qui ce texte est adressé, Jean Baptiste Rousseau), sinon cette unique Ode, considérée comme un des plus grands chefs-d’œuvre français de poésie lyrique. La Harpe a dit du début qu’il était « beau comme l’antique, beau comme Horace et Pindare ». On respire dans ce poème toute la verve et le vocabulaire du beau verbe du Grand Siècle.

« Et dans les antres qui gémirent
Le lion répandit des pleurs. »


Consulter la version texte de ce livre audio.
Livre audio gratuit ajouté le 07/03/2010.
Consulté ~11866

Lu par Thomas de Châtillon

Suggestions

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *