Jules Barbey d'Aurevilly - Portrait par William Haussoullier, vers 1845

Le Rideau cramoisi

Leur diligence immobilisée de nuit dans une petite ville, les voyageurs doivent patienter. À la vue d’une fenêtre voilée par un rideau cramoisi, la mémoire du vicomte de Brassard s’éveille soudain. Il raconte à son voisin l’histoire qui s’est déroulée derrière ce rideau, bien des années auparavant.

Tout jeune sous-lieutenant, le vicomte logeait là, dans cette maison, chez de vieilles gens. Un jour, leur fille Alberte revient de quelque pensionnat pour vivre auprès d’eux. Alberte est beaucoup plus qu’une très belle fille. Elle est impassible, paraît une archiduchesse égarée, bien élevée, sans affectation, plutôt silencieuse. Quand elle parle, elle dit ce qu’elle doit dire, sans plus. Son air n’est ni fier, ni méprisant, ni dédaigneux. Cet air dit : « Pour moi, vous n’existez pas. » Jugeant la fille inaccessible, le jeune homme se laisse aller à l’indifférence.
Chaque soir, il dîne à la table familiale sans prêter attention au fait qu’il est assis auprès d’Alberte. Un mois se passe avant que, sous la table, la main d’Alberte ne se pose sur la sienne.
Le cœur du vicomte s’enflamme. Comment faire ? ….


Consulter la version texte de ce livre audio.
Télécharger ce livre audio par archive Zip :
Remarques :

La mention « (Version 2) » à la suite du titre indique qu’il existe sur notre site un autre enregistrement de ce même texte, effectué par un donneur de voix différent. Voir aussi : Version 1.

Livre audio gratuit ajouté le 13/09/2011.
Consulté ~15611

Lu par Ritou

• • •More

Suggestions

5 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Chère Cecilia, version 2 veut simplement dire que ce texte a déjà été lu par un autre donneur de voix. L’auditeur peut ainsi choisir le genre de voix qu’il préfère !

  2. > Réponse au commentaire précédent :

    Bonjour, je viens d’essayer à l’instant, l’archive s’ouvre bien sans mot de passe. Assurez-vous d’avoir téléchargé le fichier en entier.

    Bien cordialement,

    Augustin.