Auguste Rodin - Mains

Un fou ?

« Quand on me dit : “Vous savez que Jacques Parent est mort fou dans une maison de santé”, un frisson douloureux, un frisson de peur et d’angoisse me courut le long des os ; et je le revis brusquement, ce grand garçon étrange, fou depuis longtemps peut-être, maniaque inquiétant, effrayant même. […] »


Consulter la version texte de ce livre audio.
Livre audio gratuit ajouté le 19/08/2009.
Consulté ~28424

Lu par Pomme

Suggestions

12 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Pascalette, vous êtes partout! Je n’arrive plus à vous suivre!!!
    Mais comme c’est bon de fidéliser ainsi une audio-lectrice…

  2. A Manon: il me semble que la simplicité de ce conte et sa brièveté devraient t’encourager à le résumer toi-même sans grande difficulté. Allez, un petit effort!
    Ce site propose de nombreuses lectures-audio, mais ne fait pas le travail des élèves.
    ( En revanche, en tant qu’ex professeur de français, je me permets de signaler tes fautes: “un résumé”, “s’il vs plait”)
    Et je te souhaite de découvrir, grâce au site peut-être, la richesse de la palette de Maupassant.
    Bonnes lectures, Manon!
    Pomme.

  3. A Nina: Vous souhaitez savoir si cette histoire est issue d’un fait réel? Sincèrement je ne sais pas. Vraie, peut-être non, vraisemblable, peut-être oui!
    Pomme

  4. franchement chapeau vous m’avez donnez des frissons j’aimerais savoir si cette nouvelle est réelle ou pas ?

  5. A LOL, vous avez sans doute remarqué le point d’interrogation dans le titre. Ainsi, Maupassant, et ses contemporains avec lui, s’interrogeaient-ils sur le magnétisme, comme sur tout pouvoir que la science n’expliquait pas mais tentait de comprendre. Bien sûr, Maupassant ajoute, à ce questionnement scientifique, son talent de conteur.
    Bien à vous, Pomme.

  6. Chère Mariza, je suis ravie que le conte de Maupassant vous ait bien plu. Et je vous souhaite beaucoup d’autres agréables frissons sur ce site.

  7. Merci, Hervé, pour votre commentaire. Il est vrai que Maupassant a toujours redouté de tomber dans la folie (lourde hérédité familiale) et qu’ainsi il s’est abondamment renseigné sur ces maladies mentales et leurs soins tout nouveaux à l’époque. Ce qui lui a inspiré de nombreux contes.
    Bien amicalement, Pomme

  8. Sans flatterie je suis ému par la qualité du texte et également l’interprétation remarquable grâce à vos inflexions de votre voix votre vivacité de timbre de voix
    Vous faites honneur à vos admirateurs et ayons une pensé à g de maupassant qui eut hélas la fin décrite dans ce texte
    Le pauvre devait avoir conscience qu’un épouvantable orage allait éclater dans sa tête et qu’ainsi il rentrerait tel un ange déchu dans le royaume des brouillards
    Je suis ému car il était beau adulé et aisé quand il écrit ” Bel Ami”
    Bien respectueusement hervé