Stevenson - Le Mort vivant

Le Mort vivant

Quelle famille que la famille Finsbury ! Deux neveux, pour hériter de leur oncle, dissimulent sa mort accidentelle. Le cadavre qu’ils croient celui de l’oncle, est expédié à Londres dans un baril, mais un plaisantin a changé l’étiquette du colis qui arrive chez un autre destinataire !

Une histoire divertissante pour tous publics, sans meurtre ni police, rocambolesque, avec de fréquents clins d’yeux de l’auteur de L’Île au trésor faisant du lecteur son complice.

« On dit volontiers que les Anglais sont un peuple sans musique : mais, pour ne point parler de la faveur exceptionnelle accordée par ce peuple aux virtuoses de l’orgue de Barbarie, il y a tout au moins un instrument que nous pouvons considérer comme national dans toute l’acception de ce mot : c’est, à savoir, le flageolet, communément appelé le sifflet d’un sou. Le jeune pâtre des bruyères , — déjà musical au temps de nos plus anciens poètes, — réveille (et peut-être désole) l’alouette avec son flageolet ; et je voudrais qu’on me citât un seul briquetier ne sachant pas exécuter, sur le sifflet d’un sou, les Grenadiers anglais ou Cerise mûre. »

Traduction : Théodore de Wyzewa (1862-1917).

Consulter la version texte de ce livre audio.
Télécharger ce livre audio par archive Zip :
Livre audio gratuit ajouté le 05/07/2010.
Consulté ~22027

Lu par René Depasse

Suggestions

5 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Merci. Beaucoup de finesse dans une histoire un peu complexe. A remarquer: La ville de Manchester se caractérise par une cathédrale, un évèque, décédé il y a quelques années, mais qu’on a dû remplacer depuis…

  2. DE-LI-CIEUX ! Lecture impeccable d’un roman extravagant. Merci pour ces moments de fou rire, M. Depasse !