Vallanches

Là-haut

Julien Sterny, Suisse ayant toujours vécu à Paris, arrive dans le petit village montagnard du Bas Valais, Vallanches, où il espère se libérer d’un passé obsédant. Nous découvrons alors un village de paysans traditionnels, avec ses deux petits hôtels qui accueillent chaque été des touristes passionnés de montagne. Ainsi il rencontre une jeune fille aussi triste que belle.
Julien reviendra quatre étés et il assistera à la métamorphose du village : l’arrivée d’un promoteur partage les opinions des villageois, qui ne sont pas tous d’accord pour faire de Vallanches une station touristique. Et cela ne se fera pas sans douleur, en effet.

Archives téléchargeables :

Consulter la version texte du livre audio.

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Références musicales :

Edvard Grieg, Peer Gynt Suite no. 1, Op. 46 – II. Aase’s Death (Musopen Symphony, domaine public).

Livre ajouté le 22/04/2021.
Consulté ~3 545 fois

Lu par Pomme

Suggestions

13 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Je conçois bien, Marc, que, de votre plat pays, vous soyez attiré par les cimes. J’espère que vous trouverez d’autres récits apaisants. Votre message m’a bien touchée.

  2. J’ai beaucoup apprécié votre lecture .Elle m’a apporté un peu g’evasion dans les moments parfois difficiles de la vie..
    Grâce aux lecteurs bénévoles je découvre les auteurs suisses (Combe Ramuz et maintenant Rod) qui parlent si bien de la montagne à un belge dont le pays culmine à 600 mètres…
    Merci encore.

    Marc

  3. Chère Isabelle, je comprends mieux votre amour pour E. Rod: vous êtes suisse! Eh bien sachez que je reviens tout juste d’un séjour dans le Valais, la vallée du Rhône, Sion, charmante ville, et surtout les collines si pentues où s’accrochent vignes et villages. Comme c’est beau! Nous revenons éblouis.

  4. Chère Pomme,

    J’ai savouré l’écoute de “Là-haut”. MERCI! Votre lecture de ce texte m’a donné le plaisir que vous m’offrez lors de chacune de vos interprétations. Quand mon moral flanche, si l’angoisse pointe son vilain nez, votre voix m’apaise et me redonne du courage.

    L’analyse de l’évolution sentimentale de Julien et de Madeleine m’a paru moins bonne que celle des héros d’un autre roman de Rod “L’ombre s’étend sur la montagne” qui m’avait fait découvrir cet auteur célèbre au début du XXe siècle, mais malheureusement presque oublié de nos jours.

    Cependant, dans le roman “Là-haut”, j’ai trouvé remarquables la description du village et de ses habitants et celle de leur transformation à cause de l’arrivée du développement touristique. Quand je constate ce qui est arrivé aux villages valaisans livrés aux promoteurs immobiliers, j’admire la vision prémonitoire d’Edouard Rod qui exprimait en 1897 déjà le souci de la protection de la nature et des paysages.

    J’ai beaucoup aimé aussi l’évocation de la Fête des Vignerons et du contexte historique de mon pays, la Suisse, à cette époque de bouleversements.

    MERCI DE TOUT COEUR!

  5. Eh oui! Isabelle. Je me suis régalée à lire Edouard Rod, grâce à vous. 3 autres nouvelles vont arriver dans les jours prochains.
    Grand merci pour votre gros compliment.
    A bientôt, sans doute!

  6. Chère Pomme,

    Je viens de voir que vous avez déjà comblé mon désir exprimé au début du mois d’enregistrer une œuvre d’Edouard Rod! Comment vous dire ma joie et ma gratitude? C’est Noël avec de nombreux mois d’avance !

    Je me réjouis de vous écouter ! Votre voix et votre interprétation rendent encore plus beaux tous les écrits que vous lisez avec un talent et une sensibilité extraordinaires. MERCI !

  7. J’avais beaucoup apprécié la nouvelle lue par Gaëlle et le roman L’innocente dont vous venez de nous offrir la lecture. Direction les montagnes suisses que j’auraient tellement aimé visiter. Merci chère Pomme et bonne journée !

  8. Chère Claryssandre, je suis à peu près sûre que ce roman, ainsi que les nouvelles d’Edouard Rod vous plairont. Il nous transporte chaque fois dans un petit village suisse, sur les hauteurs de Lausanne, dans ces Alpes magnifiques, et il croque les moeurs des paysans avec tellement de tendresse.