Jean-Léon Gérôme, La Mort de César (1859-1867)

Jules César (Le Discours d’Antoine)

À l’acte III du drame de Shakespeare Jules César (ou La Mort de César) nous assistons à l’assassinat, au Capitole, de celui que Casca, Cassius , Brutus et d’autres conjurés accusent d’avoit voulu renverser la république. On apporte son corps sur la place publique. Arrive Marc-Antoine qui pleure sur le cadavre de son ami et offre sa vie ; Brutus le rassure « Nos bras, forts pour l’amitié comme pour la haine, nos cœurs frères par l’affection, vous accueillent avec l’empressement de la sympathie, de l’estime et de la déférence », puis il harangue ensuite le peuple pour justifier ce meurtre et se fait acclamer comme défenseur de la liberté. Hypocritement Antoine feint d’entrer dans le jeu des conjurés et Brutus lui donne la parole. Il harangue à son tour l’auditoire et retourne complètement l’opinion contre les assassins.

Consulter la version texte du livre audio.

Traduction : François-Victor Hugo (1828-1873).

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Livre ajouté le 18/07/2011.
Consulté ~23 277 fois

Lu par René Depasse

Suggestions

3 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Mon cher Olifax,rendons à Cesar(c’est le cas de le dire!) ce qui est à César.Cette traduction est due à un des fils de Victor Hugo,pas au père! Si vous en connaissez une autre libre de droits ,n’hésitez pas à me le signaler.

  2. Combien de temps la traduction ratée de Hugo sévira-t-elle ?

    Hugo est l’un des plus magnifiques écrivains de la langue française, mais il faut oser le dire, en anglais, c’était une quiche.

    Il casse la musicalité de la langue et a fait quelques erreurs grossières.

    Un exemple en tête :

    O, beware, my lord, of jealousy;
    It is the green-ey’d monster, which doth mock
    The meat it feeds on.

    Trad maison :

    Prenez garde mon seigneur, de la jalousie; ce monstre aux yeux verts qui se moque de la viande dont il se nourrit.

    Trad de hugo :

    … qui fait la viande dont il se nourrit.

    Mock est devenu Make.

    Alors pitié. Trouvez d’autres traductions de Shakespeare qu’Hugo.

    Merci tout de même pour votre peine.