Clarence Underwood - The Last Waltz together (1912)

La Cafetière

“La Cafetière” est une nouvelle fantastique de Théophile Gautier publiée pour la première fois dans le recueil Contes humoristiques en 1831, et sous-titrée “Conte fantastique”.

« Une terreur insurmontable s’empara de moi, mes cheveux se hérissèrent sur mon front, mes dents s’entre-choquèrent à se briser, une sueur froide inonda tout mon corps.
La pendule sonna onze heures. Le vibrement du dernier coup retentit longtemps, et, lorsqu’il fut éteint tout à fait…
Oh ! non, je n’ose pas dire ce qui arriva, personne ne me croirait, et l’on me prendrait pour un fou. »

Donneurs de voix ayant participé au projet :

Le narrateur, Théodore : Ludovic Coudert,
La Pendule : C.-Anne C.
Avec l’aimable participation de François C. dans les rôles de Arrigo Cohic et l’hôte, de Sylvain B. dans le rôle de Pedrino Borgnioli et d’Isabelle C. dans le rôle d’Angéla.


Consulter la version texte de ce livre audio.
Remarques :

La mention « (Version 2) » à la suite du titre indique qu’il existe sur notre site un autre enregistrement de ce même texte, effectué par un donneur de voix différent. Voir aussi : Version 1.

Illustration :

Clarence Underwood, The Last Waltz together (1912).

Références musicales :

Isaac Albeniz, Suite Española Op. 47, Leyenda, interprété par Gordon Rowland (domaine public).

Livre audio gratuit ajouté le 05/11/2012.
Consulté ~21318

Autres projets collectifs

Suggestions

7 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Encore une histoire d’amour entre un jeune homme plein de vie et une demoiselle trop morte… Quel gâchis alors qu’il y a tant de femmes célibataires!
    Walt Disney s’est sûrement inspiré de ce roman pour recréer l’ambiance du château de la belle et la bête;)

    Merci pour cette agréable lecture avec des acteurs très impliqués.

  2. Bonjour Marie,
    ce qui plaît à l’un ne plaît pas à l’autre. J’ai, pour ma part, aimé la version de Mr Depasse, et non seulement elle m’a fait découvrir le texte mais a donné envie aussi, à quelques uns de mes amis et à moi-même, de nous essayer à un projet collectif sur cette nouvelle fantastique de T.Gautier. L’idée de la proposer dans une version 2 nous est venue avec l’idée que cette brève nouvelle, souvent étudiée en classe, méritait de bénéficier d’un enregistrement encore plus soigné. D’après votre commentaire, il semble que cet objectif ait été atteint, et j’en suis très heureux.
    Mais je me serais pleinement réjouis de votre commentaire et de vos encouragements (dont je vous remercie au passage quand même) si vous aviez eu de plus de la délicatesse vis-à-vis des donneurs de voix du site. Il faut s’efforcer, je pense, d’écrire des commentaires aussi riches d’appréciations sur les qualités et défauts d’un enregistrement que respectueux et encourageants pour les personnes qui font de leur mieux pour apporter des contributions de qualité. Ne méritent-elles pas d’être remerciées d’abord, encouragées, et éventuellement conseillées? Et tout cela ne doit-il pas être dit avec le plus de nuance et de délicatesse possible? A cet égard, on fera bien de relativiser et de présenter l’expression de son point de vue comme tel.
    Un donneur de voix aussi généreux que Mr Depasse mérite autre chose. Qu’il trouve aussi ici l’expression de ma gratitude pour les nombreuses lectures qu’il a faites et qui m’ont fait découvrir des textes délicieux. Ecoutez, pour le plaisir, “Le mot et la chose” de l’Abbé de Lattaignant lu par R Depasse. Nulle voix ne convenait mieux à mon sens que la sienne avec ce ton pour ce poème, et son interprétation y est tout simplement réjouissante! On n’est pas obligé par ailleurs d’aimer toutes les lectures d’un donneur de voix. Ce qui compte ici au fond ce sont des œuvres et des enregistrements plutôt que l’interprète. L’interprète en effet existe pour l’œuvre et non pas l’œuvre pour montrer l’interprète. Il faut s’en rappeler dans nos jugements, et mettre de la nuance.

    PS: je suis désolé aussi de n’avoir pas pu vous répondre avant Mr Depasse. J’ai découvert vos deux commentaires aujourd’hui.

  3. Chère et délicate Marie Caffi,le mieux est en effet pour vous d’éviter une voix qui écorche vos oreilles non francophones,parce que l’auteur du texte pourrait souffrir de votre répugnance pour le lecteur interprète.Votre commentaire -peu agréable ,certes,pour moi-justifie en tout cas l’encouragement à donner des versions multiples d’un même texte,de préférence,naturellement, avec une voix ” excellente claire,jolie et exquise”.Désolé de ne pas l’avoir.Encore merci pour votre jugement très constructif

  4. Nous avons aimé la Version 2 !! La voix du donneur est excellente : très claire et jolie. La diction exquise. (Par contre, la Version 1 de René Depasse … on ne comprend presque rien: voix trop chargée et pas claire pour ceux qui ne sommes pas francophones. On évite les contes lus par M.Depasse.)
    Merci beaucoup pour ce cadeau LitteratureAudio.

  5. merci trés bonne diction pour mes élèves brésiliens de français qui adore la littérature française.
    dominique