Pierre Veber - Le Maître à aimer
: &

Le Maître à aimer

Lindor est un jeune homme de dix-sept ans, « coquebin encore », qui vient de terminer ses études. Ses parents chargent son oncle de l’accompagner à Paris, avec mission de le déniaiser et de « lui apprendre la manière d’agir avec audace et pourtant galamment ».
Son oncle le confie au marquis de Courvalin, expert en matière de séduction, qui va donc lui apprendre comment on séduit une femme.

Consulter la version texte de ce livre audio.
Remarques :

Donneurs de voix ayant participé au projet, par ordre de leur entrée en scène :

De Pelfrène, oncle de Lindor : Christophe Ménager,

Lindor : Florent,

Lisette, la femme de chambre : Domi,

Le Président : Jean-François Leblanc,

Le marquis de Courvalin, le Maître à aimer : Gustave,

La Présidente : Cocotte.

Avec l’aimable collaboration de Magali, qui a lu les didascalies.

Références musicales :

Scott Joplin, Pine Apple Rag (1908, domaine public).

Johann Sebastian Bach, Suite No. 2 pour violoncelle solo en Ré mineur, BWV1008: I. Prélude, interprétée par Paul Tortelier (1960, domaine public).

Bruitages extraits de Sound-Fishing.net.

Livre audio ajouté le 27/05/2014.
Consulté ~9 823 fois

Autres projets collectifs

Suggestions

9 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Toute l’équipe vous remercie chaleureusement pour votre commentaire. Nous nous sommes bien amusés en l’interprétant. Nous sommes heureux d’avoir partagé un bon moment avec vous.
    Bonne soirée!
    Bien amicalement
    Cocotte

  2. Toute l’équipe vous remercie chaleureusement, chère Christine.
    Oui, ce texte est drôle, même s’il n’est pas très moral. Heureusement, personne ne l’a pris très au sérieux. Nous nous sommes contentés de bien nous amuser.
    A bientôt!
    Cocotte

  3. Toute l’équipe vous remercie infiniment, Francine, Plume et Gilles de nous avoir fait l’amitié d’envoyer vos commentaires si encourageants.
    Oui, Plume, cette pièce est assez immorale, mais, à l’époque, les jeunes gens avaient leur premier contact avec la femme dans des établissements spécialisés. Lindor a la chance de trouver, avec la Présidente, quelque chose de mieux.
    Gilles, cette scène nous a beaucoup amusés, nous aussi. Pauvre femme délaissée … J’espère que Lindor lui apportera le bonheur auquel elle a droit et que n’ont pas su lui donner des messieurs plus âgés. Les jeunes gens ont beaucoup de qualités.
    Sincères amitiés à vous trois
    Cocotte

  4. Bonjour, Merci à toute l’équipe pour cette sympathique comédie vivace et très bien interprétée. Il y a des moments cocasses comme lorsque le mari plein de sagesse reproche à l’amant de délaisser sa femme. Je vous applaudis tous bien fort. Bien amicalement Gilles