John William Waterhouse, La Ceuilleuse de fleurs (1900)

Le Précieux Fléau

Mary Webb excelle à sonder le fond des cœurs et situe ses romans dans la campagne anglaise du début du 19ème siècle, qu’elle aime profondément et dont elle sait faire ressortir la poésie.
Le Précieux Fléau est un titre à double portée qui s’applique de façon tout à fait inverse aux deux personnages principaux qui évoluent tout au long de ce drame.
C’est la raison pour laquelle j’ai préféré garder le sens du titre original, The Precious Bane, choisi par l’auteure, plutôt que d’utiliser celui bien connu de Sarn donné dans la traduction française, non libre de droits, réalisée par Madeleine Guéritte et Jacques de Lacretelle.

Lecture dédiée à mon amie Hazel…

Archives téléchargeables :

Consulter la version texte du livre audio.

Traduction : Bruissement pour Litteratureaudio.com.

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Livre ajouté le 07/10/2019.
Consulté ~5 363 fois

Lu par Bruissement

Suggestions

27 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Chère Soisik,
    Je suis heureuse d’avoir pu vous offrir ce roman que vous cherchiez et que vous aimez à relire.
    Je vous remercie bien pour l’info qui concerne la série télévisée que je ne connaissais pas.
    Je vous souhaite encore beaucoup de plaisir en compagnie de Prue Sarn.

  2. J’ai très longtemps cherché en vain sur ce site ce roman de Mary Webb .
    Je suis ravie de le trouver aujourd’hui , vous avez une voix douce qui convient parfaitement à ce roman d’autrefois .
    C’est un livre que je relis avec toujours autant de plaisir et Prue Sarn a définitivement pour moi les traits de Dominique Labourier .
    On peut retrouver cette série télévisée sur le site de l’INA.

  3. Comme c’est gentil Merline!
    Je suis bien touchée de vous avoir offert cet enchantement dû en grande partie à la magie des mots de Mary Webb.
    Merci pour votre retour 🙂

  4. Merci Origan, pour votre écoute des plus attentives 🙂
    Vous avez raison pour “stress” j’aurais dû chercher un autre mot.
    Quant à votre perception du livre, je la trouve tout à fait exacte.
    Merci pour votre gentil compliment.

  5. Je finis le roman que vous avez traduit ( j’ai ri en entendant les mots ” j’en ai marre” et ” stress”) et lu. Je me rėjouis du sort de Prudence qui est un personnage ėtonnant. Dans le texte, j’ai cru trouver un mélange de poésie, d’obscurantisme, de passions humaines déchaînées sans que la dureté ne prévale. Je vais devoir “quitter” ce monde si bien décrit. Merci chaleureusement pour votre belle lecture.

  6. Merci beaucoup, cher Olivier pour votre aimable commentaire qui me fait grand plaisir puisque le plus important était de pouvoir restituer la magie poétique de Mary Webb, cette auteure, qu’il vaut la peine de connaître.
    Merci encore! 🙂

  7. Bonjour Bruissement,

    Superbe, et cette autrice que je ne connaissais pas et votre lecture qui restitue le texte magnifiquement. Il y a une belle force poétique qui se dégage de l’ensemble! Encore bravo.

    Olivier

  8. Un grand merci pour la découverte de ce superbe drame. J’ai cru replonger avec délices dans “Loin de la foule déchaînée” de mon cher Thomas Hardy.
    Une très belle voix pour une très belle lecture.

  9. Merci infiniment, Natacha, pour cette gentille appréciation de la traduction et de la lecture que j’ai faites, avec beaucoup de plaisir, il est vrai.
    Je suis aussi bien heureuse que voua ayez aimé le roman, finalement! 🙂
    Ah! il faut entrer dans un monde d’ailleurs et d’antan, ce qui peut déconcerter, mais le fond des cœurs est le même partout et toujours et ne manque pas d’intérêt.

  10. Bravo et merci pour cette délicieuse traduction et cette belle lecture. Même si j’ai eu un peu de mal à rentrer dans ce roman, au final, il m’a beaucoup plu. Merci, Bruissement, pour tout le temps que vous avez passé pour nous régaler ainsi !

  11. Madame Domi,
    Auriez-vous l’obligeance de consulter votre
    messagerie personnelle (forum).
    Vous avez un message qui ne pouvait être transmis
    parmi les commentaires. Merci

  12. Cher Gordon,
    Je suis désolée de répondre avec retard à un si délicieux commentaire!
    Car avoir offert un peu de charme à un voyage d’affaires m’est une belle satisfaction!
    Merci d’avoir pris la peine de poster ce retour 🙂
    Amicalement

  13. Cher Ahikar,
    L’appréciation que vous avez portée sur mon travail et que je découvre après une semaine d’absence, est des plus aimables et bien réconfortante.
    Ah! voyez comme un mot mal prononcé peut conduire à des complications…presque inextricables… ;)… mais bon vous avez heureusement consulté le mot écrit!
    Bien évidemment, j’ai ressenti un peu de fierté et de contentement quand j’ai appris qu’un des prix Nobel de littérature avait été attribué à Olga Tokarczuk! 🙂 même si, je ne la connaissais pas encore. “Shame on me”!
    Je vous remercie d’avoir, si gentiment, fait part de vos sentiments. Vous avez toujours de charmantes anecdotes à partager.
    Amitiés!

  14. Chère dame Bruissement,
    J’ai adoré votre lecture !
    Les dernières heures ont été écoutées dans les nuages,
    pendant un voyage d’affaires: un enchantement !
    Merci

  15. Merci chère Bruissement pour ce beau travail. J’ai trouvé votre traduction très belle et très fluide. L’apparition de Vénus est vraiment un morceau d’anthologie. Je voulais d’ailleurs le proposer en devinette, mais il n’était pas facile d’isoler un morceau assez court. À un moment, vous lisez « longue et maigre comme une goule » ; je me suis demandé : pourquoi une goule serait-elle longue et maigre ? J’ai fait des recherches, et ne trouvant rien, je me suis même demandé s’il ne pouvait pas s’agir d’une goule végétale (une plante carnivore)… Puis j’ai voulu savoir quel mot anglais vous aviez traduit par goule… Tout cela, pour finir par découvrir qu’il s’agissait en réalité juste d’une petite faute de prononciation, car dans votre traduction il est bel et bien écrit : « Durant ce temps, je me mis à grandir longue et maigre comme une gaule. » Du coup, mes interrogations sur la nature et forme des goules se sont envolées ! 😉

    Sinon, je pense que le prix Nobel d’Olga Tokarczuk a dû vous faire plaisir, et ce, d’autant plus qu’elle est présentée comme militante et mystique… engagée sur plusieurs fronts, comme la politique, l’environnement ou la cause animale. Je dois avouer que je ne la connaissais absolument pas, mais je vais me dépêcher de pallier ce manque.

    Merci encore pour ce très beau travail !

    Je vous souhaite un excellent week-end.

    Amitiés 🙂

    Ahikar

  16. Chère Anne-Marie,
    Votre enthousiasme est un grand plaisir pour moi!
    De savoir que cette lecture de Mary Webb vous a apporté un peu d'”enchantement” m’est une très belle récompense! 🙂
    Et c’est bien le mot que l’on peut employer pour Mary Webb qui a le don d’enchanter!
    La traduction de ses autres romans n’étant pas non plus, libre de droits, il faudra, pour qu’ils deviennent publiables, soit attendre, soit les traduire, ce qui demande aussi beaucoup de temps.
    Merci d’avoir pris la peine de ce retour encourageant.

    PS:Il est vrai que cet ouvrage est mon premier roman mis à disposition sur Litterature Audio, cependant j’y ai déjà lu quelques autres textes. Il suffit de cliquer sur mon nom pour les voir défiler et choisir, parmi eux, ceux qui pourraient vous intéresser.

    Bien amicalement

  17. Un nouvel auteur…une nouvelle voix…et quelle voix!quelle narration!vous vivez l’histoire en la lisant.Je suis en train d’écouter ce livre et quelquefois je me force à arrêter pour ne pas avoir fini trop vite!Oh non vos auditeurs ne seront pas déçus!Et Mary Webb est unique,je ne la connaissais pas mais j’espère que nous pourront écouter d’autres de ses romans.J’espère aussi que nous vous entendrons de nouveau.Vraiment,c’est un enchantement.

  18. Chère Lyse, vous y allez un peu fort et vous êtes décidément très gentille pour avoir tant exagéré.
    Mais vous savez sans doute que votre exquise intervention a nimbé de joie tout l’effort des derniers mois…
    Pour tout dire l’effort était déjà agréable car Mary Webb, s’exprime avec beaucoup de joliesse et de poésie, de profondeur et d’intérêt… j’étais donc bien en sa compagnie.
    J’espère cependant que le rendu, quoique amateur, sera à la hauteur et que vous ne serez pas déçue.

  19. Chère Bruissement,
    Vous êtes entrée en octobre par la grande porte!…
    …Une traduction et une lecture de plus de 12 heures !
    Vous méritez une médaille d’honneur!

    Grand merci pour votre travail et votre temps.
    Je suis certaine que cette lecture sera très appréciée.
    Pour ma part, je télécharge et j’entre dans l’histoire avec le plaisir d’entendre votre si agréable voix !
    Amitiés de Lyse ❣️

  20. Eh bien! chère Claryssandre, votre intérêt pour la nouveauté fait déjà plaisir.
    J’espère que vous apprécierez ce roman de Mary Webb dont c’est le premier ouvrage publié sur ce site.
    Je vous remercie d’avoir pris la peine d’écrire ce petit mot
    Amicalement

  21. Je ne connais pas cette auteur… Je ne crois pas avoir eu le plaisir de vous écouter auparavant (mais ma mémoire me joue peut être des tours). Je vais donc avoir la joie d’une double découverte. Je vous en remercie très chaleureusement !