John Everett Millais - Portrait de Wilkie Collins (1850)

Le Secret

• • •More

En cette nuit d’été du 23 août 1829, sur la côte déchiquetée des Cornouailles, la résidence d’été des Treverton n’est que silence et ténèbres.
En effet, le manoir tout entier est suspendu aux battements de cœur de la maîtresse de maison, qui ne tarde pas à rendre son dernier souffle, laissant derrière elle un époux accablé, une fille en pleurs, mais aussi un certain nombre de questions.
Que contient donc cette mystérieuse lettre, confiée par Mrs Treverton à sa femme de chambre avant de mourir ? Quel terrible secret Sarah Leeson préfère-t-elle, avant de disparaître, dissimuler dans la demeure familiale, s’opposant ainsi à la dernière volonté de la défunte ?
Un secret en tout cas suffisamment destructeur pour que, des années plus tard, la domestique sorte de son silence afin d’empêcher Rosamond Treverton de retourner sur les lieux de son enfance, au risque d’y perdre son âme…

Traduction : Paul-Émile Daurand-Forgues (1813-1883).

Consulter la version texte de ce livre audio.
Télécharger ce livre audio par archive Zip :
Illustration :

John Everett Millais, Portrait de Wilkie Collins (1850).

Livre audio gratuit ajouté le 06/02/2017.
Consulté ~10572

Lu par Daniel Luttringer

Suggestions

33 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Bonjour catherineb,
    Vous avez raison, le chapitre 3 de la 2ème partie était un doublon ; il n’y a pas de chapitre 4. J’ai corrigé.
    J’en ai profité pour “migrer” ce livre vers la nouvelle présentation de notre site, plus facile à écouter en ligne.
    En vous remerciant de votre remarque, et aussi du clin d’oeil cinématographique… L’inventaire des perfections de Rosamond n’est donc pas aussi complet que celui des perfections de Brigitte Bardot !

  2. Dans la partie 2 chapitre 4 (mais qui est en vérité le chapitre 3, il y a eu un problème de numérotation) Rosamond demande à son mari de décrire son portrait tel qu’il s’en souvient juste avant de devenir aveugle il y a environ un an.
    “Et mes yeux ?” dit-elle,
    “Et mon nez ?”
    “Et ma bouche ?”
    Je n’ai pas pu m’empêcher de penser à Brigitte Bardot qui demande à Michel Piccoli dans le film Le Mépris de Godard :
    “Et mes fesses tu les aimes mes fesses ?”
    Mais non Rosamond a sagement demandé à son mari d’arrêter le portrait une fois qu’il lui a dit que sa bouche approchait la perfection absolue 🙂

    Voilà, c’était le petit clin d’œil cinématographique du jour !

  3. Décidément, ce Wilkie Collins finit toujours par nous arracher les larmes des yeux .
    Merci de nous faire partager votre grande aptitude à donner tant de vie aux ouvrages littéraires!
    Très bonne continuation, au plaisir et encore bravo cher Daniel!

  4. Mais oui, emilieemilie, Collins aurait pu resserer son oeuvre. Quant à des personnages “hermétiques au péché”, à défaut d’en rencontrer (rarement) dans la (vraie) vie, au moins pouvons-nous en côtoyer ici !

  5. Ravie de vous retrouver ici DanielLuttringer en compagnie de Wilkie Collins!

    Comme tous les romans de cet auteur, le début est vraiment prenant mais je trouve que l’histoire s’essouffle un peu vers la cinquième partie. Quant aux personnages, quel plaisir de suivre les aventures d’êtres si purs hermétiques au péché…;)

  6. « Désolée de vous avoir froissé M. Luttringer »
    Coqueliot, rassurez-vous, la réaction de M. Luttringer montre, avant tout, qu’il est nullement froissé par votre commentaire sur sa lecture. 🙂

  7. Désolée de vous avoir froissé M. Luttringer, ce n’était pas mon intention. J’ai effectivement bien lu que tous les autres commentaires louaient votre lecture et que ma note était désaccordée. Mon commentaire devait être trop acide.
    M. Retbi, j’en conclu que toute critique négative est à proscrire sur le site.
    Merci pour votre soutien Georges 🙂

    Je remercie tous les donneurs de voix (même ceux que je n’aime pas écouter, car d’autres aiment les écouter) de votre participation bénévole, de donner de votre temps pour les autres.
    Certaines personnes sont dans l’incapacité physique de lire, d’autres les écoute pour le côté pratique. Mais cela fait partie des plus qui comptent dans notre quotidien.

  8. Shmuel vous devriez aller vivre en Corée du Nord. Là-bas les critiques sont interdites. Tous les avis sont toujours positifs. Le paradis quoi! Coquelicot a bien le droit de dire ce qu’il pense sans qu’immédiatement on lui saute dessus.

  9. Merci Daniel pour cette excellente lecture. Comme dit un sage de mon village : Tout ce qu’on pense n’est )as toujours à dire. Tout ce qu’on dit n’est )as toujours à écrire. Tout ce qu’on écrit n’est pas toujours à publier. J’ajouterai que nous autres lecteurs ferions bien de garder nos commentaires pour nous (C’est valable pour moi aussi, qu’il n’y ait pas de malentendu).

  10. • • •More