William Blake - Agonie dans le jardin (The Agony in the Garden), 1800

Proverbs of Hell (Poèmes)

Proverbs of Hell est un recueil de soixante-dix aphorismes, présents dans le cinquième chapitre du recueil de poésie en prose The Marriage of Heaven and Hell (Le Mariage du Ciel et de l’Enfer) entre 1790 et 1793 par le poète, peintre et graveur William Blake. Blake s’inspire ici des versets bibliques, qu’il renverse de sa pensée ardente. Ce chef-d’œuvre au style lapidaire est l’un des livres « prophétiques » du grand lecteur de la Bible, de Dante et de Milton. William Butler Yeats et André Gide le firent connaître au monde.
En attendant une traduction française disponible, voici les Proverbes de l’Enfer dans la langue originale – et si personnelle – de leur auteur.


Consulter la version texte de ce livre audio.
Livre audio gratuit ajouté le 30/12/2014.
Consulté ~8643

Lu par Aerendil Nubigena

Suggestions

4 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Erratum : J’avais mal compris les intentions de Shmuel. Je cite in extenso pour que cela ne se reproduise plus : “Je voulais juste aider un peu le lecteur francophone en plaçant la traduction à côté ou au dessous du texte anglais. Il ne s’agit pas de la faire lire par qqn.” Mais bon, si quelqu’un veut la lire quand même, je pense qu’il n’y verra pas d’inconvénient.

  2. Si la poésie de Blake vous intrigue, vous êtes Légion :). De nombreux proverbes de l’Enfer sont l’objet de discussions qui tentent avec opiniâtreté de découvrir les multiples interprétations possibles de ces sentences. A propos de l’aphorisme 15 par exemple, No bird soars to high if he soars with his own wings (« Nul oiseau trop ne s’élève, si c’est de ses propres ailes »), voici un billet anonyme éclairant glâné sur le net (traduit):
    “Une chose que vous devez savoir à propos de William Blake est qu’il croyait être l’intermédiaire de puissances supérieures, qui lui transmettaient ces mots : fantômes, anges, démons. Il est donc hautement probable que cet aphorisme ait été pour lui, homme profondément croyant, une sentence insidieuse. Si vous n’êtes pas croyant, alors cet aphorisme peut être une phrase stimulante, édifiante, qui signifierait que tant que l’on utilise ses propres moyens pour s’élever, ses « ailes », alors on ne sera jamais dans l’excès, on sera toujours à sa place légitime. Au contraire, si vous êtes croyant et croyez à l’Enfer, c’est une sentence perfide, qu’un démon aura délivrée sous les atours d’une grande sagesse, afin de vous mener sur le chemin des damnés. Alors, selon cette interprétation – auquel le titre Proverbes de l’Enfer nous invite – l’aphorisme laisserait entendre que si vous croyez en vous, que vous ne vous reposez que sur vos forces et oubliez Dieu, jamais vous ne chuterez. L’idée sous-entendant un potentiel infini, loin de Lui, évoquerait également la cupidité et l’orgueil…”

    Chaque proverbe a son son pouvoir obscur et son propre scintillement…