Plus de 5000 livres audio gratuits !


Rendre accessibles à tous les joies de la littérature : tel est le but de ce site internet, créé au sein de l'association Des Livres à Lire et à Entendre.

Nos livres audio sont gratuits et téléchargeables au format mp3 pour que vous puissiez les écouter partout, par exemple sur votre baladeur numérique.

Pensez à remercier les donneurs de voix, qui sont bénévoles, et n'hésitez pas à écrire un petit mot sur notre livre d'or ! Bonne visite à tous.


Du mal à choisir ? Consultez nos classements !


Afin de vous aider à choisir des livres audio dans notre vaste bibliothèque, retrouvez ici (à titre indicatif) les liens vers nos différents classements :

- Nos livres audio par donneur/donneuse de voix
- Nos livres audio les plus appréciés
- Nos livres audio les plus vus


À Découvrir :
RODENBACH, Georges – L’Arbre

Donneuse de voix : Pomme | Durée : 1h 41min | Genre : Nouvelles


Arbre 2c

« Joos et Neele s’enlacèrent de nouveau et ne parlèrent plus… L’enchantement du grand chêne des Trois-Chemins opérait. [...]
Le vieux chêne de l’île était chargé d’amour, tout l’amour exhalé ici par des millions d’amants, au long des siècles. »

Hélas, à l’arrivée d’étrangers sur l’île, l’arbre devient lourd de la mort…

L’Arbre.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 7 868 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

À Découvrir :
VAN LERBERGHE, Charles – Quatre Contes hors du temps et dix poèmes

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h | Genre : Poésie


Reine illusion

Charles Van Lerberghe (1861-1907), est un poète et écrivain symboliste belge francophone, conteur et dramaturge, qui n’a pas la notoriété de Maeterlinck, de Verhaeren ni de Rodenbach, mais son œuvre a un style fluide et une grâce exquise très personnels.
Sa réussite poétique la plus connue est La Chanson d’Ève, gros recueil de poèmes dont quelques-uns figurent dans notre sélection de dix. Van Lerberghe mérite vraiment d’être appelé symboliste, comme Mallarmé dont il a parfois l’obscurité.
Ses huit Contes hors du temps (nous en avons choisi quatre ) révèlent un prosateur subtil qui demeure grand poète.

Immoralité légendaire reprend le thème du Fils du roi et de la grenouille des frères Grimm, mais en prend le contre-pied. Si j’étais Dieu, ou Comment je devins écrivain est un souvenir d’enfance qui nous rappelle, comme souvent, l’éducation religieuse que reçut l’enfant à Gand. Reine illusion tient du fantastique et fait rêver :
« La jeune fille, en effet, était nue… La lune, maintenant très haute, l’enveloppait de ses reflets, s’éparpillait dans sa chevelure, s’élargissait au miroir infini des eaux et de ses yeux. Longtemps elle la regarda : il lui semblait que doucement elle s’en rapprochait, et tout à coup une ondulation la souleva, une vague immense, sous elle, sourde, d’une volupté rare, roulant dans ses cheveux et la laissant frémissante et pâmée. »

> Écouter un extrait : Reine illusion.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 388 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VERLAINE, Paul – Mémoires d’un veuf (Œuvre intégrale)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 10h 19min | Genre : Essais


Paul Verlaine - Memoires d un veuf

« C’est moi le quitté », disait déjà la lettre du 4 octobre 1872 à Victor Hugo. Mais, veuf, ce n’est pas de Mathilde seulement que Verlaine l’est : c’est de tout ce qu’il a connu et aimé, et l’élaboration des Mémoires d’un veuf s’étend sur plus de 20 ans.

« J’entreprends de décrire aussi minutieusement que possible quelques-uns de mes rêves de chaque nuit, ceux, bien entendu, qui m’en paraissent dignes par leur allure arrêtée ou par leur évolution dans une atmosphère quelque peu respirable à des gens réveillés. Je vois souvent Paris… Jamais comme il est. C’est une ville inconnue, absurde et de tous aspects. Je l’entoure d’une rivière étroite très encaissée entre deux files d’arbres quelconques. Des toits rouges luisent entre des verdures très vertes. Il fait un lourd temps d’été, avec de gros nuages extrêmement foncés, à ramages, comme dans les ciels des paysages historiques, et du soleil des plus jaunes à travers. Un paysage paysan, vous voyez. »

Trente-quatre tableaux parisiens, champêtres, descriptifs, ironiques, fantaisies, rêveries, sensations, hallucinations, petites débauches spirituelles, souvenirs attendris, rancunes personnelles, quelques pages de critique littéraire comme Du Parnasse contemporain

01. Quelques-uns de mes rêves
02. Cheval de retour
03. Chiens
04. Palinodie, ou Mon hameau
05. Nuit noire
06. Nuit blanche
07. Un bon coin
08. Par la croisée
09. Auteuil
10. Bons Bourgeois
11. Formes
12. À la mémoire de mon ami ***
13. La Morte
14. Mal’aria
15. Ma fille
16. À la campagne
17. Apologie
18. Mon testament
19. Un héros
20. Monomane
21. Les Estampes
22. Les Fleurs artificielles
23. L’Hystérique
24. Jeux d’enfants
25. Corbillard au galop
26. Scénario pour ballet
27. L’autre un peu
28. Lui toujours — et assez !
29. Du Parnasse contemporain
30. D’après Greuze
31. Caprice
32. Panthéonades
33. Motif de pantomime (Pierrot gamin)
34. Humble Envoi


> Consulter la version texte de ce livre audio.
Page vue 91 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CHATEAUBRIAND, François-René (de) – Mémoires d’outre-tombe (Troisième Partie, Livre 31)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 1h 10min | Genre : Biographies


Céleste de Chateaubriand

Dans ce Livre 31, Chateaubriand évoque son retour à Paris, fin mai 1829 ; puis pensant retourner à Rome, il descend vers les Pyrénées, séjourne à Cauterets, mais la vie politique le ramène à Paris : « à Lourdes, au lieu de tourner au midi et de rouler vers l’Italie, je pris le chemin de Pau, mes yeux se remplirent de larmes ».

Il retrouve son épouse, Céleste, à Paris. Celle-ci avait fondé, en 1819, une institution pour les prêtres âgés et les nobles devenues veuves suite à la Révolution : l’Infirmerie Marie-Thérèse, où elle sera enterrée en 1847.
Chateaubriand à cette époque de mai 1829 prépare un legs pour que cette propriété soit plus tard destinée à quelques artistes et gens de lettres malades.

La vie politique en France est traitée dans ce Livre 31 jusqu’aux Ordonnances Polignac de juillet 1830. Chateaubriand revient alors de Dieppe, où il avait vu madame Récamier.
La 1ère Ordonnance établit la suppression de la liberté de la presse, « la presse [...] c’est la parole à l’état de foudre ; c’est l’électricité sociale. Pouvez-vous faire qu’elle n’existe pas ? » écrit-il.
Et lire sa brochure si passionnante Du rétablissement de la censure… sur notre site, car la liberté de la presse est toujours abordée par Chateaubriand avec passion et vivacité.

Le livre suivant, le Livre 32, est consacré aux journées historiques de la Révolution de Juillet.

Illustration : Céleste de Chateaubriand.

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 111 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VERLAINE, Paul – Mémoires d’un veuf (Troisième Sélection)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 10min | Genre : Biographies


Paul Verlaine, par Dornac (1892)

Ainsi s’achève la liste de l’œuvre autobiographique de Paul Verlaine Mémoires d’un veuf parue en 1886, dix ans avant sa mort.

Mon testament

« Je ne donne rien aux pauvres parce que je suis un pauvre moi-même.
Je crois en Dieu.
PAUL VERLAINE

CODICILLE. — Quant à ce qui concerne mes obsèques, je désire être mené au lieu du dernier repos dans une voiture Lesage et que mes restes soient déposés dans la crypte de l’Odéon. Comme mes lauriers n’ont jamais empêché personne de dormir, des chœurs pourront chanter pendant la triste cérémonie sur un air de Gossec, l’ode célèbre : « La France a perdu son
Morphée. »
Fait à Paris, juin 1885. »

> Écouter un extrait : Par la croisée.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 225 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DUMAS, Alexandre – César (Livre 02)

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 8h 20min | Genre : Histoire


La mort de Jules César

« Pendant les neuf ans qui viennent de s’écouler, pendant ces neuf ans où il n’a pas revu Rome, et qui l’ont conduit de l’âge de trente-neuf ans à l’âge de quarante-huit, pendant ces neuf ans, il a fait des miracles.
Il a pris d’assaut huit cent villes, il a soumis trois cents nations différentes, il a combattu trois millions d’ennemis, il en a tué un million, fait prisonniers un million, mis en fuite un million.
Tout cela avec cinquante mille hommes ! »

« César attend les députés des Gaulois sur son tribunal.
Vercingétorix se couvre alors de ses plus belles armes, sort de la ville sur un cheval richement caparaçonné, le fait caracoler autour de César, saute à terre, jette son épée, ses javelots, son casque, son arc et ses flèches aux pieds du vainqueur et, sans dire un seul mot, vient s’asseoir sur les marches de son tribunal.
-Pour mon triomphe ! dit César en le montrant du doigt à ses soldats. »

Accéder à la première partie de cet épisode des Grands Hommes en robe de chambre

> Écouter un extrait : Chapitre 48.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 259 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LITTRÉ, Émile – Pathologie verbale, ou Lésions de certains mots dans le cours de l’usage (Troisième Partie)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 22min | Genre : Essais


Un fripon

Suite de la Pathologie verbale d’Émile Littré

Épeler – Épiloguer – Espiègle – Fille – Finance – Flagorner – Flatter – Franchir – Fripon – Fronder – Gagner – Galetas – Garce – Garçon – Gars – Garnement

Finance :

« D’un côté, l’imagination populaire se porta sur le verbe latin pacare, [apaiser], pour lui imposer le sens de payer ; et, en effet, un payement est un apaisement entre le créancier et le débiteur. En même temps, l’ancienne langue prenait le verbe finer, qui signifie finir, et s’en servait pour dire : payer une somme d’argent ; en effet, effectuer un payement c’est finir une affaire. Du participe présent de ce verbe finer, aujourd’hui inusité, vient le substantif finance. »
Vous le saviez ?

Illustration : Le Gourmand, gravure du XIXe.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 188 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

HORNUNG, Ernest William – Celui qu’on n’attendait pas

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Nouvelles


La prison de Portland, au début du XXème siècle

Celui qu’on n’attendait pas est une courte nouvelle policière de Ernest William Hornung (1866-1920), père imaginaire du cambrioleur Raffles et beau-frère réel d’Arthur Conan Doyle (1855-1930).

Il s’agit de la rencontre d’un forçat évadé avec le vrai coupable du meurtre qui lui avait valu le bagne. Inutile de dire que le dialogue fut « difficile ».

Traduction : René Lécuyer (1887-1939).

Illustration : La prison de Portland, au début du XXème siècle.

Celui qu’on n’attendait pas.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 219 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VERLAINE, Paul – Du Parnasse contemporain

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 29min | Genre : Histoire


Henri Fantin-Latour - Coin de table (1872)

Avec Du Parnasse contemporain, un des articles des Mémoires d’un veuf (Première Sélection, Deuxième Sélection), Paul Verlaine illustre de précisions historiques et de moments vécus ce résumé de Wikipédia :

« Le Parnasse contemporain se compose de trois volumes collectifs de poésie, publiés en 1866, 1871 et 1876 par l’éditeur Alphonse Lemerre, auxquels participèrent une centaine de poètes, notamment : Leconte de Lisle, Théodore de Banville, Heredia, Gautier, Catulle Mendès, Baudelaire, Sully Prudhomme, Mallarmé, François Coppée, Charles Cros, Léon Dierx, Louis Ménard, Verlaine, Villiers de L’Isle-Adam et Anatole France. »

N’oublions pas, pour comprendre ses propos agressifs à l’égard de son époque, que Verlaine est l’auteur des Poèmes saturniens (1867) (qui n’eut pas dès l’abord un succès considérable) et retenons sa fameuse interrogation triomphante :

« Pauvres gens ! l’Art n’est pas d’éparpiller son âme :
Est-elle en marbre, ou non, la Vénus de Milo ? »

Illustration : Henri Fantin-Latour, Coin de table (1872).

Du Parnasse contemporain.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 262 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

GAUTIER, Théophile – Monographie du bourgeois parisien

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 40min | Genre : Société


Honoré Daumier - Les Bons Bourgeois : comment se termine, après dîner, une conversation conjugale (1846)

Définition courante du Bourgeois : Celui qui n’est ni noble, ni ecclésiastique, ni militaire, mais les artistes, depuis l’époque romantique, emploient ce mot pour désigner quelqu’un qui est peu versé dans les arts et qu’ils accusent d’avoir le goût vulgaire.
Pendant la Restauration le bourgeois est sujet de rire avec sa bedaine, sa cupidité, sa suffisance ; très caricaturé par les Daumier, Gavarni, Monnier il devient vite personnage littéraire.

Théodore de Banville précise :

« Je partage avec les hommes de 1830 la haine invétérée et irréconciliable de ce que l’on appela alors les bourgeois, mot qu’il ne faut pas prendre dans sa signification politique et historique, et comme signifiant tiers-état ; car, en langage romantique, bourgeois signifiait l’homme qui n’a d’autre culte que celui de la pièce de cent sous, d’autre idéal que la conservation de sa peau, et qui en poésie aime la romance sentimentale et dans les arts plastiques, la lithographie coloriée. »

Dans sa Monographie du bourgeois parisien (La Peau de tigre), Gautier commence en exprimant de façon humoristique son dégoût, puis arrivent agacement et colère, quand, au nom des Jeunes-France, il établit la supériorité particulière des gens de lettres et des artistes sur la bourgeoisie : « c’est que le bourgeois est totalement fermé à la poésie et à l’art ».

« Je voudrais bien donner une description exacte et succincte de l’animal ; mais cela ne laisse pas que d’être difficile. Le bourgeois est un et multiple, et, dans son espèce, il est ce que sont les chiens dans la leur.
Il y a des chiens noirs, il y a des chiens blancs, il y en a de pies ; les uns ont les pattes tortues et les oreilles traînantes, les autres ont le museau pointu et le poil ras ; mais lévriers, caniches, bassets, dogues, carlins, quoique très-différents entre eux, se font aisément reconnaître pour chiens, et personne ne s’y trompe.
Il en est de même du bourgeois : chauve, ventru, avec ou sans favoris, le nez rouge ou bleu, l’œil vert ou jaune, la jambe circonflexe et l’échine prolixe, il n’en est pas moins un bourgeois ; et tout homme qui passe et le voit marcher ou s’asseoir, dit avec un ricanement singulier : « C’est un bourgeois. »»

Viendront les bourges, les bcbg, les bobos…

Monographie du bourgeois parisien.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 239 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous Nos Livres Audio Gratuits :