Plus de 6000 livres audio gratuits !


Rendre accessibles à tous les joies de la littérature : tel est le but de ce site internet, créé au sein de l'association Des Livres à Lire et à Entendre.

Nos livres audio sont gratuits et téléchargeables au format mp3 pour que vous puissiez les écouter partout, par exemple sur votre baladeur numérique.

Pensez à remercier les donneurs de voix, qui sont bénévoles, et n'hésitez pas à écrire un petit mot sur notre livre d'or ! Bonne visite à tous.


Du mal à choisir ? Consultez nos classements !


Afin de vous aider à choisir des livres audio dans notre vaste bibliothèque, retrouvez ici (à titre indicatif) les liens vers nos différents classements :

- Nos livres audio par donneur/donneuse de voix
- Nos livres audio les plus appréciés
- Nos livres audio les plus vus


À Découvrir :
GAUTIER, Théophile – La Cafetière (Version 3)

Donneur de voix : Lostania0 | Durée : 14min | Genre : Nouvelles


Théophile Gautier par Félix Nadar

« L’année dernière, je fus invité, ainsi que deux de mes camarades d’atelier, Arrigo Cohic et Pedrino Borgnioli, à passer quelques jours dans une terre au fond de la Normandie. Le temps, qui, à notre départ, promettait d’être superbe, s’avisa de changer tout à coup, et il tomba tant de pluie, que les chemins creux où nous marchions étaient comme le lit d’un torrent… »

La Cafetière.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 268 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

À Découvrir :
PUCCIANO, Pauline – Titania 3.0

Donneuse de voix : Pauline Pucciano | Durée : 6h 23min | Genre : Contemporains


Titania 3.0

« Que reste-t-il dans un monde où tout est artificiel ou à vendre ?
Dans un monde où le corps est à la fois traité comme un objet de culte et comme une marchandise jetable ?
Dans un monde où ceux qui ne jouissent pas des avantages du Réseau, qui régule toutes les interactions sociales, sont condamnés à végéter dans la rue ?

Paris, 22ème siècle. Il n’y a plus d’État.
Les citoyens, ou « libertons », sont invités à se préoccuper essentiellement de leur propre apparence et de leur plaisir, sources inépuisables de consommation : c’est ainsi qu’a été lancée la vogue de la « construction personnelle », body-art poussé à l’extrême, où chacun devient le créateur de son propre personnage.
Les réseaux sociaux, devenus de véritables univers virtuels, ont totalement envahi l’espace privé.
Les corporations sont toutes-puissantes et tous les trafics sont autorisés.
La police elle-même obéit à ses propres sponsors.
Les Hors-Réseau, qui n’ont plus d’Identité Informatique, ne jouissent plus d’aucun droit civique.

Morgane Corporation, une multinationale parmi tant d’autres, amasse tranquillement des millions en prélevant et en revendant des organes… Mais sa prospérité monstrueuse se verra compromise par la rencontre improbable entre un poète libertaire et une icône des réseaux sociaux.

C’est que, même au fond de cette décadence, certaines choses ne sont pas à vendre.
La poésie.
L’amour.
La révolte. »

Avec l’aimable autorisation des éditions Magnard.

NB : Titania 3.0 n’est pas la suite de Titania 2.0 mais sa transformation en une histoire plus ample et plus adaptée à un public jeune. Le récit est enrichi d’ajouts dès les premières pages, mais il bifurque véritablement à partir du chapitre 8.

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 504 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VERNE, Jules – P’tit Bonhomme

Donneuse de voix : Pomme | Durée : 13h 39min | Genre : Romans


P'tit Bonhomme

Irlande, 1875.

P’tit Bonhomme, c’est d’abord une manivelle enfermée dans une caisse pour faire tourner des marionnettes ! À 4 ans ! Un sort bien misérable. Ni plus ni moins que le précédent chez l’« éleveuse » ou que le suivant à la Ragged school.
Jules Verne nous fait découvrir une misère irlandaise effroyable.

Mais Pt’it Bonhomme est si intelligent ! et tellement bon !

Un Jules Verne héritier de Charles Dickens.

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 548 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VILLIERS DE L’ISLE-ADAM, Auguste (de) – Les Demoiselles de Bienfilâtre (Version 2)

Donneur de voix : Patrick Grégoire | Durée : 21min | Genre : Contes


Auguste de Villiers de L'Isle-Adam

L’histoire de deux sœurs de joie aussi sérieuses que professionnelles, aux affaires florissantes… jusqu’au jour où l’une d’elles, emportée par une passion amoureuse gratuite, met en danger leur commerce.

Un des Contes cruels d’Auguste de Villiers de L’Isle-Adam…

Les Demoiselles de Bienfilâtre.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 597 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BEAUME, Georges – Trottin de Paris

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 6h 10min | Genre : Romans


Jean Beraud - Parisienne place de la Concorde

Mathilde est la fille cadette d’une famille de onze enfants, très pauvre. Son père est mineur, il ne gagne pas beaucoup d’argent et la vie est difficile. Pour fuir la misère, Mathilde décide de monter à Paris, où elle espère faire fortune.
Elle trouve du travail chez une modiste, mais le métier de trottin ne rapporte guère. Comme elle est une très belle jeune fille, elle reçoit de nombreux regards flatteurs, mais cela ne va pas plus loin, et la fortune espérée est encore lointaine.
Sébastien est un petit employé, qui gagne deux cents francs par mois. Âgé de trente ans, il n’a guère de succès auprès des femmes car il est très petit, épais, avec une grosse tête. Pourtant, il ose aborder Mathilde, quoique sans beaucoup d’espoir. Il se présente comme un riche bourgeois, gagnant de beaux appointements dans un ministère. À sa grande surprise, Mathilde lui répond et accepte de le revoir.

Image : Jean Béraud, Parisienne, place de la Concorde (ca. 1885).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 822 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ARGENTIN, Charles – Sept Poèmes

Donneur de voix : Aurélien Ridon | Durée : 7min | Genre : Poésie


Charles Argentin - Sept Poèmes

Charles-Théophile-Arthur Argentin (1897-1919) est un poète normand.

Il a également écrit sous le pseudonyme de Théophile Defescan.

À la fin de sa courte vie, en juillet 1919, son unique ouvrage, ayant pour simple titre Poèmes, paraît.

Dans un numéro des Études normandes, publié en 1968 et intitulé Commémoration d’un jeune poète : Charles Argentin, l’écrivain André Chardine (1902-1971) nous en dit un peu plus sur la vie du poète de Fécamp :

« Charles-Théophile-Arthur Argentin était né à Fécamp le 28 janvier 1897, sous le signe marin du Verseau. Il y est mort le 10 octobre 1919, emporté par la tuberculose. Dans le climat rude de la ville, un refroidissement, mal soigné sans doute, l’avait atteint vers ses vingt ans. On peut penser qu’aujourd’hui il s’en serait remis. Hélas, la maladie le consuma inexorablement. Il était d’humble famille. Sa mère était ouvrière au poisson, son père voilier. Plus tard, celui-ci se lança dans la représentation des spiritueux, visitant davantage les cafés que les épiceries. Il exploita par la suite un café-bar, assez équivoque, à la jonction des rues Louis-Pasteur et Gustave-Nicole.
C’est là, dans la solitude d’une chambre du deuxième étage que le jeune Argentin passa ses dernières années.
[...]
Nous ne savons rien de son enfance, de sa prime jeunesse. Elle dut s’épanouir au grand air, dans le plaisir des évasions, des galopades à l’aube, des retours dans le recueillement des champs, quand s’étendent les ombres… Il vit, il travaille, il ne cesse d’enrichir ses lectures, d’élargir ses connaissances. Et de bonne heure il compose des vers. Il acquiert vite une étonnante maîtrise. Beau, romantique à souhait, il aime errer dans l’unique rue commerçante de la ville, qui livrait chaque soir ses intrigues et ses midinettes.
[...]
Dans les années 1917 à 1919, il se lie avec Gaston Demongé, son aîné de huit ans. L’auteur de paysanneries normandes et de poèmes en patois avait déjà conquis la notoriété dans la province. Que de fois Argentin venait le voir, bouillant d’idées, de poèmes ! Des deux, c’est Demongé qui paraissait le plus malade : de terribles crises d’asthme le clouaient au lit. Ils se confiaient leurs rêves, leurs projets. Argentin arpentait la chambre, récitait à pleine voix les vers innombrables. Ce furent « d’inoubliables années d’enthousiasme et de rêves ». [...] Avec le parrainage de Georges Normandy, ils avaient fondé ambitieusement « l’École de Fécamp » qui groupa dans l’amitié de jeunes poètes et artistes et de moins jeunes, tous de Fécamp ou venus y habiter. »

> Écouter un extrait : Aurore.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 839 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MIRBEAU, Octave – L’Affaire Dreyfus

Donneur de voix : Christian Dousset | Durée : 3h 46min | Genre : Société


Alfred Dreyfus (1859-1935)

« Alors que nous caressons ce rêve magnifique d’abolir les frontières et de fraterniser avec les peuples, le stupide nationalisme multiplie les frontières, non seulement de peuple à peuple, de région à région, de village à village, mais d’homme à homme. C’est le retour à la barbarie, la régression aux époques de la force brutale, où l’homme fort, l’homme élu, celui qu’« ils »cherchent encore dans les ténèbres de la férocité humaine, était la brute horrible et sanglante qui avait le plus tué, le plus pillé, le plus massacré.
Ô patrie, idole toujours gorgée de viande humaine, quand donc auras-tu fini d’accomplir, sur l’humanité, ta besogne sinistre ? » L’Aurore, 22 juillet 1899.

Adresse à Alfred Dreyfus dans L’Aurore du 11 septembre 1899 :
« Ne craignez pas que nous vous abandonnions : nous prenons l’engagement de rester fidèles à la cause de la justice et de la vérité. »

À travers ces 34 documents, en majorité des chroniques parues dans la presse de novembre 1897 à septembre 1899, Octave Mirbeau nous plonge dans l’atmosphère haineuse et viciée de la France de « L’affaire Dreyfus ». C’est dans un style vigoureux qu’il dénonce antisémitisme et nationalisme. On aimerait tant considérer qu’il s’agit d’une époque révolue…

N.B. : les textes Pétition au Président de la chambre, Adresse à Émile Zola, Aux hommes libres, Lettre à Adrien Hébrard, Lettre à monsieur le Président du Conseil et À Alfred Dreyfus ont été écrits par plusieurs auteurs, dont Octave Mirbeau.

Illustration : Alfred Dreyfus (ca. 1894).

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 129 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BERNANOS, Georges – Un crime

Donneuse de voix : Gaëlle | Durée : 5h 26min | Genre : Romans


Georges Bernanos - Un crime

Au château de Mégère, un crime a été commis : une riche veuve a été assassinée dans la nuit. Mais qui est l’inconnu trouvé gisant dans le parc, dévêtu et sans chaussures ? Quels secrets dissimule le nouveau curé de Mégère, arrivé la nuit même du drame ? Qui est cette jeune pensionnaire dont on a retrouvé la photographie ? Autant de mystères au travers desquels le juge Frescheville a bien du mal à déceler la vérité – le pourrait-il seulement, tant l’affaire est complexe et « crée autour [d’elle] comme une sorte de tourbillon qui attire invinciblement vers son centre innocents ou coupables » ?

Plus que la résolution de cette curieuse intrigue, ce sont tous ceux qui y participent – le procureur, le brigadier, la vieille bonne, ou le clergeon – qui intéressent réellement Georges Bernanos dans ce récit dont la clef n’est dévoilée que par la confession finale du personnage principal. « Rêver, c’est se mentir à soi-même, et pour se mentir à soi-même il faut d’abord apprendre à mentir à tous ».

Illustration : Dessin de Victor Hugo (L’Art et L’Idée, 1892).

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 533 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

RICHEBOURG, Émile – Deux Amis

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 1h 16min | Genre : Nouvelles


Deux Amis

Cette nouvelle est extraite du recueil d’Émile Richebourg : Les Amours de village.

Étienne et Jacques étaient des amis, presque des frères. Ils étaient nés le même mois, dans un petit village de l’Est de la France. Jacques était le fils d’un riche fermier. Le père d’Étienne était un pauvre journalier, qui avait beaucoup de mal à faire vivre sa femme et ses cinq enfants.
Les deux enfants grandirent et devinrent des hommes. Mais quand le jour de la conscription arriva, ils tirèrent tous deux un mauvais numéro. Le père de Jacques racheta son fils et proposa à son ami de lui trouver, à lui aussi, un remplaçant. Mais Étienne ne pouvait pas se charger d’une telle responsabilité. Il était fiancé à une jeune couturière qui travaillait dur toute la journée, pour faire vivre sa mère et elle-même. Il ne voulait pas lui imposer la lourde charge de sa dette.
Il partit donc, pour faire ses sept ans de service. Et la guerre était proche…

Image : Eugène Burnand, Lieutenant Vallette du 44ème Régiment Territorial (début XXème).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 764 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CHEVRY, Arsène – Six Poèmes

Donneur de voix : Aurélien Ridon | Durée : 12min | Genre : Poésie


Arsene Chevry - 6 poemes vignette LA

Arsène Chevry (1867-1915) est un poète haïtien.

Il est l’auteur de quatre ouvrages de poésies :

- Les Areytos, poésies indiennes, 1892.
- Les Voix perdues, 1896.
- La Voix du centenaire, 1905.
- Les Voix de l’exil, 1908.

Dans un article paru en 2007, le journaliste haïtien Pierre-Raymond Dumas écrit à son propos :

« D’une élégance suprême, Arsène Chevry n’est pas assez connu en Haïti. On méconnaît superbement cet illustre ancêtre, qui fut poète, journaliste et critique. Mais cela remonte très loin. Car Arsène Chevry n’a jamais trouvé, et sans doute jamais voulu trouver, l’harmonie, le succès et le repos dans le monde et la vie publique de son temps. »

Puis plus loin :

« Jusqu’à la fin de sa vie, il tenait volontiers le monde intellectuel pour un théâtre d’envieux, de petits malgré les enflures égocentriques, de missionnaires sans véritable évangile dont il ne lui déplaisait pourtant pas de suivre l’évolution. »

Promenade (extrait) :

« Et souvent nous faisions des courses éperdues,
Tels deux enfants, au fond des vertes étendues
Dont le luxe éternel émerveille les yeux.
Parfois nous gravissions, agiles et joyeux,
Le Mont couvert d’arbres et d’ombre solennelle,
Où d’un silence mort plane la majesté.
Les oiseaux devant nous s’envolaient à pleine aile,
Leur fuite froufroutait sous le dôme agité.
Toujours plus haut nous ascendions, le cœur en fête,
Comme si nous allions au ciel voisin du faîte.
De longs cris jaillissaient de nos ravissements,
Lorsqu’au bout d’un sentier, à nos yeux, brusquement
Se montrait, là-bas, sous la céleste coupole,
Port-au-Prince qui dort comme une nécropole,
Entre l’onde sonore et les massifs profonds :
L’azur orne ses pieds, l’émeraude son front ! »


> Écouter un extrait : Promenade.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 646 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous Nos Livres Audio Gratuits :