Plus de 4000 livres audio gratuits !


Rendre accessibles à tous les joies de la littérature : tel est le but de ce site internet, créé au sein de l'association Des Livres à Lire et à Entendre.

Nos livres audio sont gratuits et téléchargeables au format mp3 pour que vous puissiez les écouter partout, par exemple sur votre baladeur numérique.

Pensez à remercier les donneurs de voix, qui sont bénévoles, et n'hésitez pas à écrire un petit mot sur notre livre d'or ! Bonne visite à tous.


Du mal à choisir ? Consultez nos classements !


Afin de vous aider à choisir des livres audio dans notre vaste bibliothèque, retrouvez ici (à titre indicatif) les liens vers nos différents classements :

- Nos livres audio par donneur/donneuse de voix
- Nos livres audio les plus appréciés
- Nos livres audio les plus vus


À Découvrir :
ANONYME – Les Aventures du gourou Paramarta : Le Passage de la rivière

Donneuse de voix : Karine | Durée : 20min | Genre : Contes


Bhagavad Gita

Extrait d’un recueil de contes indiens, Le Passage de la rivière nous raconte comment le gourou Paramarta et ses cinq disciples traversèrent un jour avec grand mal une rivière.

Traduction : Jean-Antoine Dubois (1765-1848).

Le Passage de la rivière.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 037 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

À Découvrir :
FRANCE, Anatole – Poèmes (Sélection)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 22min | Genre : Poésie


La Lumière

Ce ne sont pas ses vers qui ont fait la renommée d’Anatole France. Il y en a pourtant de très beaux, comme le prouvent ces six poèmes : À la lumière, Le Désir, La Mort du singe, Le Chêne abandonné, Marine et Vénus, Étoile du soir.

« Sous les molles pâleurs qui voilaient en silence
La falaise, la mer et le sable, dans l’anse
Les embarcations se réveillaient déjà.
Du gouffre oriental le soleil émergea
Et couvrit l’Océan d’une nappe embrasée.
La dune au loin sourit, ondoyante et rosée.
On voyait des éclairs aux vitres des maisons.
Au sommet des coteaux les jeunes frondaisons
Commençaient à verdir dans la clarté première.
Et le ciel aspirait largement la lumière.
Il se fit dans l’espace une vague rumeur
Où le travail humain vint jeter sa clameur.
Les femmes en sabots descendent du village,
Les pêcheurs font sécher leurs filets sur la plage,
Et le soleil allume, au dos des mariniers,
Les spasmes des poissons dans l’osier des paniers.
Dans un creux de falaise où voltige l’étoupe,
Un vieil homme calfate, en chantant, sa chaloupe,
Tandis que tout en haut, parmi les chardons blancs,
Cheminent deux douaniers, au pas, graves et lents.
Dans un bateau pêcheur dont la voile latine.
Blanc triangle, reluit à travers la bruine,
Un vieux marin, debout sur le gaillard d’avant,
Tendant le bras au large, interroge le vent. » (Marine)

Ne croirait-on pas lire du Victor Hugo décrivant Guernesey ?

> Écouter un extrait : À la lumière.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 055 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LONDON, Jack – Loup brun

Donneuse de voix : Saperlipopette | Durée : 35min | Genre : Nouvelles


Jack London

« Elle était restée en arrière à mettre ses caoutchoucs, à cause de l’herbe chargée de rosée, et, lorsqu’elle sortit de la maison, elle trouva son mari absorbé d’admiration devant un bourgeon d’amandier qui s’ouvrait. Elle promena un regard chercheur au-dessus de l’herbe haute et parmi les arbres du verger.
- Où est Loup ? demanda-t-elle
- Il était ici il y a un moment. »

Traduction : Paul Wenz (1869-1939).

Loup brun.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 105 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MONTAIGNE, Michel (de) – Des mauvais moyens employés à bonne fin – Nous ne goûtons rien de pur (Essais II, 20, 23)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 12min | Genre : Essais


Gladiateurs

Des mauvais moyens employés à bonne fin (Livre II, Chapitre 23) :

« La faiblesse de notre nature humaine nous pousse souvent à cette nécessité d’utiliser de vils moyens pour une noble fin… Les Romains, par exemple, enseignaient au peuple la vaillance, le mépris du danger et de la mort par de furieux combats de gladiateurs et d’escrimeurs qui se battaient jusqu’à la mort, se tailladaient et s’entretuaient devant eux. »

Le chapitre 20 Nous ne goûtons rien de pur nous invite à méditer sur le fait que « parmi les plaisirs et les biens que nous avons, il n’en est aucun qui soit exempt de quelque mélange de peine et de désagrément… Même les lois de la justice ne peuvent subsister sans quelque mélange d’injustice : et comme dit Platon, ceux qui prétendent ôter des lois tous leurs désagréments et leurs inconvénients entreprennent de couper la tête de l’Hydre. »

Traduction en français moderne de Guy de Pernon.

Des mauvais moyens employés à bonne fin.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 135 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MILTON, John – Sur la liberté de la presse

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 56min | Genre : Essais


Milton Aeropagitica

Le titre complet de ce pamphlet, publié en 1644, est Aréopagitique : Discours de M. John Milton pour la liberté de la presse non autorisée au Parlement d’Angleterre.
Ce titre fait référence à l’Aréopage, ce prestigieux tribunal d’Athènes qui siégeait sur la colline d’Arès (Mars, selon la mythologie latine). Ayant aboli en 1641 la Chambre Etoilée (Star Chamber), instrument honni de la tyrannie royale, et partant libéré la presse, le Parlement – en guerre avec le roi Charles 1er depuis août 1642, et comprenant la Chambre des Lords et la Chambre des Communes – venait en 1643 de réintroduire la censure. Milton ouvre son adresse aux parlementaires, tous protestants, en leur démontrant qu’ils reprenaient ainsi les méthodes de leurs pires ennemis, à savoir la papauté et l’Église catholique. Il argumente que la censure n’avait jamais été exercée, si ce n’est de manière quasi fortuite, ni par les Grecs ni par les Romains, et qu’elle était née de la conjonction du Concile de Trente (1545-1563) et de l’Inquisition, ce tribunal ecclésiastique chargé depuis le XIIIe siècle de lutter contre les hérésies.
La liberté d’encourager le savoir est, dit-il, une partie essentielle de l’éthique chrétienne. La lecture sans contrainte et la diversité d’opinions sont nécessaires au développement de la vertu, et de toute façon la censure des seuls livres et autres publications serait totalement inefficace. Elle ne pourrait en outre que ralentir le progrès de la science, ainsi que le montre le cas de Galilée, rencontré par Milton au cours de son récent voyage en Italie. Milton, futur auteur du Paradis perdu, s’exprime en érudit ami des livres, qu’il considère comme des êtres vivants, et affirme par-dessus tout sa confiance dans le pouvoir de la vérité de triompher dans tout combat loyal avec l’erreur.
En 1788, le comte de Mirabeau reprendra à son compte l’argumentation de Milton, pour dénoncer la censure qui sape les efforts du roi Louis XVI pour s’informer de l’avis de ses sujets concernant la convocation des États Généraux. Il s’en explique dans un avant-propos à sa traduction, d’ailleurs abrégée, du texte de Milton. Celle-ci sera rééditée, sans que soit cité le nom du traducteur, en 1826, lorsque le gouvernement de Charles X envisagera de limiter derechef la liberté de la presse.
Aujourd’hui encore, ce célèbre pamphlet est considéré comme une des meilleures critiques de toute forme de censure.

Traducteur : Honoré Gabriel Riqueti, comte de Mirabeau (1749-1791).

Sur la liberté de la presse.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 182 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MÉRY, Joseph – Trois Poèmes

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 15min | Genre : Poésie


Jeu-d-echecs

Joseph Méry, connu sur notre site par 7 nouvelles, a aussi écrit quelques poésies ignorées et de registres variés dont :

Le Ballet des heures, gracieux poème à la gloire du temps qui passe :

« Les heures sont des fleurs l’une après l’autre écloses
Dans l’éternel hymen de la nuit et du jour ;
Il faut donc les cueillir comme on cueille les roses
Et ne les donner qu’à l’amour. »

Règle du jeu d’échecs, exposé didactique sur la marche des pièces :

« Puis la dame se place et garde sa couleur ;
Nul combattant du jeu ne l’égale en valeur :
Elle vole d’un bond de l’une à l’autre zone…
[...]
Huit modestes pions, soldats de même taille,
Gardent l’état-major sur un front de bataille ;
Un pas leur est permis ; un ou deux, jamais trois ;
Troupe vile immolée aux caprices des rois :
Ils ne prennent qu’en pointe ; et pourtant il arrive
Qu’un d’eux, soldat heureux, aborde l’autre rive. »

Ode à Marseille. Voyage marin imaginaire autour du monde où rien, en définitive, n’est aussi beau que le retour à Marseille, où le poète naquit en 1797 :

« Restons dans la Cité que tant d’azur couronne,
Qu’éclaire un beau soleil, que la mer environne :
Le rivage natal est un si doux lien !
Pourquoi, si tout ici surpasse notre envie,
De relais en relais tourmenter une vie ?
Pourquoi changer quand on est bien ? »

> Écouter un extrait : Le Ballet des heures.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 316 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SAND, George – Histoire du véritable Gribouille

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 2h 10min | Genre : Contes


Gribouille

Histoire du véritable Gribouille est un joli conte de George Sand sur le bien et le mal. Le jeune Gribouille, enfant doux et attentif, a quitté à 12 ans ses parents, méchants et voleurs, et ses frères et sœurs odieux avec lui, et a cédé par trop de confiance au mal symbolisé par M. Bourdon, le roi des insectes piqueurs, mais est revenu vite au bien symbolisé par la reine des prés et sa fée messagère.

La morale est que l’homme possède en lui-même le bien et le mal et que tout dépend de ses décisions pour qu’il devienne bon et heureux ou méchant et vil.

Cette promenade bucolique et satirique se divise en deux parties :

1. Comment Gribouille se jeta dans la rivière par crainte de se mouiller,
2. Comment Gribouille se jeta dans le feu par crainte d’être brûlé.

et n’est pas réservée aux enfants.

> Écouter un extrait : Première Partie.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 427 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

FLAUBERT, Gustave – Correspondance : 1851-1858, les années Bovary (Extraits)

Donneur de voix : Guy Marcy | Durée : 6h 57min | Genre : Correspondance


Gustave Flaubert par Giraud

L’écriture de Madame Bovary, que de nombreux auditeurs de notre site ont pu découvrir grâce à la lecture exemplaire de Victoria, fut pour Flaubert un véritable tourment.

Le 23 mai 1852 il écrit à Louise Colet : « Je suis aussi découragé que toi pour le moment. Mon roman m’ennuie ; je suis stérile comme un caillou. Cette première partie qui devait être finie d’abord à la fin de février, puis en avril, puis en mai, ira jusqu’à la fin de juillet. À chaque page je découvre dix obstacles. Le commencement de la deuxième partie m’inquiète beaucoup. Je me donne un mal de chien pour des misères ; les phrases les plus simples me torturent ».

Ajoutons à cela les intermittences de l’amour, jusqu’à la rupture avec celle qu’il appelait sa « chère muse » ; les difficultés matérielles, l’argent qu’il faut compter . Et le corps, « cette guenille », avec ses souffrances, les maux de tête, les crises de nerfs, les dents qu’il faut extraire, les abcès, les « clous », les rhumatismes à l’épaule , le pouce creusé par les efforts de l’écriture…

À fréquenter l’auteur dans sa correspondance c’est un homme, souvent inattendu, que l’on découvre. Un Flaubert « torturé » qui « souffre atrocement quelquefois du mal qu’[il] se donne et des doutes qui [lui] viennent. »

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 683 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

O. HENRY – Chambre meublée

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 22min | Genre : Nouvelles


West side

Chambre meublée est une nouvelle plutôt sombre d’O. Henry, extraite de New York Tic Tac.

« La chambre meublée accueillit tout d’abord son nouvel hôte avec un semblant d’hospitalité familière, aussi vulgaire, frivole et mercenaire que le sourire de clinquant d’une courtisane. Un fallacieux confort semblait émaner confusément du mobilier délabré, du brocart élimé qui recouvrait le divan et les deux chaises, du miroir grimaçant étriqué entre les deux fenêtres, de deux ou trois chromos encadrés de cuivre, et d’un petit lit de fer niché dans un coin. »

Dans cette minable chambre de West-Side, le jeune nouveau locataire est alerté par l’odeur persistante de réséda, parfum préféré de la jeune fille qu’il aimait et dont il a perdu la trace. Aurait-elle par hasard vécu dans ce logis ?

Traduction : F.R.

Chambre meublée.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 387 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MESLIER, Jean – Testament

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 25min | Genre : Religion


Testament de Meslier

En 1762 Voltaire fit publier des extraits du Testament de Jean Meslier en les édulcorant et les transformant en un déisme prudent, car ils étaient l’expression d’un athéisme radical. Le texte de ce philosophe des lumières (1664-1729) est considéré comme fondateur de l’athéisme et de l’anticléricalisme militant en France. Penseur libertin, il annonce la Révolution française et, bien au-delà la pensée anarchiste.
Il se déclare clairement athée et attaque directement la religion chrétienne (et les autres religions). Ce n’est pas très étonnant à une époque où la foi était très malmenée, mais ce qui peut surprendre c’est que Jean Meslier fut nommé à 25 ans curé d’Étrépigny et de Balaives dans ses Ardennes natales, où il restera jusqu’à sa mort !
Son testament de 1000 pages en trois volumes a beaucoup été remanié, et nous en donnons ici des extraits « non voltarisés ». Jugez plutôt :

« N’est-ce pas la misère que cette quantité prodigieuse d’ecclésiastiques et de prêtres inutiles,d’abbés, de prieurs et de chanoines, de moines et de moinesses, qui ne sont d’aucune nécessité ? Quels services rendent-ils au public ? Aucun. Comme si on avait à faire de tous ces gens-là, de tous ces diseurs de messes et de bréviaires, d’oraisons et de chapelets. »

« Sur quelles bases ont-ils fondé cette prétendue certitude de l’existence d’un Dieu ? Sur la beauté, l’ordre,sur les perfections des ouvrages de la nature ? Mais pourquoi aller chercher un Dieu invisible et inconnu pour créateur des êtres et des choses, alors que les êtres et les choses existent et que, par conséquent, il est bien plus simple d’attribuer la force créatrice, organisatrice, à ce que nous voyons, à ce que nous touchons, c’est à dire à la matière elle-même. »

« Le monde est un mélange confus de bien et mal ; il s’ensuit évidemment qu’il n’a pas été créé par un être infiniment parfait, et, par conséquent, il n’y a pas de Dieu. »

Vous voilà éclairés sur la pensée de ce curé « pas comme les autres » !

Le Testament.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 483 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous Nos Livres Audio Gratuits :