Plus de 4000 livres audio gratuits !


Rendre accessibles à tous les joies de la littérature : tel est le but de ce site internet, créé au sein de l'association Des Livres à Lire et à Entendre.

Nos livres audio sont gratuits et téléchargeables au format mp3 pour que vous puissiez les écouter partout, par exemple sur votre baladeur numérique.

Pensez à remercier les donneurs de voix, qui sont bénévoles, et n'hésitez pas à écrire un petit mot sur notre livre d'or ! Bonne visite à tous.


Du mal à choisir ? Consultez nos classements !


Afin de vous aider à choisir des livres audio dans notre vaste bibliothèque, retrouvez ici (à titre indicatif) les liens vers nos différents classements :

- Nos livres audio par donneur/donneuse de voix
- Nos livres audio les plus appréciés
- Nos livres audio les plus vus


À Découvrir :
COLLINS, Wilkie – La Femme en blanc

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 29h 22min | Genre : Romans


La Femme en blanc

La Femme en blanc, roman à sensation (« sensation novel ») ou à suspense, dont le succès ne s’est jamais démenti depuis sa parution en 1860, conte l’histoire très romantique d’un bel amour contrarié, qui tient à la fois du « thriller » – le mot n’avait pas encore été inventé – et de l’intrigue policière.

Walter Hartright, jeune professeur de dessin, tombe amoureux d’une de ses élèves, la jolie Laura Fairlie, hélas déjà promise par son père à Sir Percival Glyde, qu’elle déteste et qui l’épouse dans le seul but de lui extorquer sa fortune. Il y parviendra, du reste, avec l’aide de son ami italien, le Comte Fosco, et par le biais d’une sombre machination fondée sur la ressemblance physique étonnante entre deux jeunes femmes : Laura, la malheureuse épouse, et Anne Catherick, la mystérieuse « femme en blanc » rencontrée naguère en pleine nuit et sur une route déserte, par le héros, alors qu’elle venait de s’échapper d’un asile d’aliénés, où elle affirmait avoir été frauduleusement incarcérée. C’est la scène la plus célèbre du roman.
Après bien des épreuves et d’innombrables péripéties et rebondissements – parfois mortels -, les efforts conjugués de Walter Hartright et Marian Halcombe, maîtresse femme toute dévouée à sa demi-soeur Laura, auront-ils finalement raison de la scélératesse et de la turpitude des deux « méchants », Percival et Fosco ? C’est ce combat sans merci et longtemps indécis, qui fait l’objet de la troisième et dernière « époque » du roman.

On raconte que Gladstone (1809-1898), chef de file du parti libéral et quatre fois premier ministre, renonça inopinément à une soirée au théâtre prévue de longue date, afin de pouvoir achever la lecture du roman et connaître la fin de cette passionnante histoire !

Traduction : Paul-Émile Daurand-Forgues (1813-1883).

> Écouter un extrait : Préface.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 80 231 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

À Découvrir :
MAUPASSANT, Guy (de) – Bel-Ami

Donneuse de voix : Nicole Delage | Durée : 11h 31min | Genre : Romans


Willard Leroy Metcalf - Au Café

Le monde est une mascarade où le succès va de préférence aux crapules. La réussite, les honneurs, les femmes et le pouvoir: le monde n’a guère changé. On rencontre toujours – moins les moustaches – dans les salles de rédaction ou ailleurs, de ces jeunes aventuriers de l’arrivisme et du sexe. Comme Flaubert, mais en riant, Maupassant disait de son personnage, l’odieux Duroy : « Bel-Ami, c’est moi. » Mais si pour le cynisme, la fureur sensuelle, l’athéisme, la peur de la mort, ils se ressemblaient assez, Maupassant est un grand écrivain là où son personnage n’est au fond qu’un arriviste.

> Écouter un extrait : Chapitre 1.


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 176 001 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

RACINE, Jean – Phèdre

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 2h | Genre : Théâtre


Jean Racine - Phèdre

Phèdre est une tragédie en cinq actes et en vers de Jean Racine créée le 1er janvier 1677 à Paris.
Une nouvelle fois, Racine choisit un sujet de la mythologie antique déjà traité par les poètes tragiques grecs et romains.
Le personnage de Phèdre est l’un des plus remarquables des tragédies de Racine. Elle est à la fois victime de ses pulsions et coupable du malheur des autres, tout en aspirant à préserver toute son innocence.

Très vite Phèdre s’est imposée comme l’une des pièces les plus réussies de Racine et les plus souvent représentées sur scène.

Certains vers sont parmi les plus beaux de la poésie française.

« Le jour n’est pas plus pur que le fond de mon cœur
Tout m’afflige et me nuit et conspire à me nuire.
C’est Vénus tout entière à sa proie attachée.
Ariane, ma sœur, de quel amour blessée
Vous mourûtes aux bords où vous fûtes laissée ! »

Un chaleureux merci à René Depasse, qui a bien voulu me permettre d’insérer son beau Récit de Théramène La Mort d’Hippolyte.

> Écouter un extrait : Préface.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 127 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MONTAIGNE, Michel (de) – De juger de la mort d’autrui (Essais II, 13)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 17min | Genre : Essais


Luca Giordano - Mort de Caton d'Utique

Ces deux citations de l’Essai 13 du Livre II, De juger de la mort d’autrui sont une invitation à suivre la pensée de Montaigne sur un problème éternel.

« Quand nous jugeons de la fermeté des autres en face de la mort, ce qui est sans doute l’action la plus remarquable de la vie humaine, il faut prendre garde au fait que les gens croient difficilement qu’ils en sont arrivés là. Il en est peu qui meurent convaincus qu’ils ont atteint leur dernière heure, c’est là que l’illusion de l’espérance nous trompe le plus. Elle ne cesse de nous dire à l’oreille : « D’autres ont été bien plus malades sans mourir, l’affaire n’est pas aussi désespérée qu’on le pense, et au pis aller, Dieu a fait bien d’autres miracles. » C’est que nous faisons trop grand cas de nous. »

« Il n’est rien, à mon avis, de plus remarquable dans la vie de Socrate que d’avoir passé trente jours entiers à ruminer le décret qui le condamnait à mort, d’avoir envisagé celle-ci durant tout ce temps-là, de l’avoir attendue avec assurance, sans émoi, sans trouble, et avec un comportement et un discours montrant une attitude plutôt calme et nonchalante que tendue et agitée par le poids d’une telle méditation. »

Traduction en français moderne de Guy de Pernon.

De juger de la mort d’autrui.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 149 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TOURGUENIEV, Ivan – Histoire du lieutenant Yergounov

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 45min | Genre : Nouvelles


Karl Gampeln - Portrait d'un officierdu 13ème régiment de hussards

L’Histoire du lieutenant Yergounov est assez déroutante… Il faut en attendre la fin pour comprendre comment les « dames de Riga », parlant l’allemand, ont pu piéger le lieutenant russe qui prenait souvent plaisir à raconter cette aventure que ses auditeurs connaissaient par cœur et que nous conte Tourgueniev dans ses Nouvelles moscovites.

Traduction : Ivan Tourgueniev (1818-1883).

> Écouter un extrait : Chapitres 01 et 02.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 266 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MAUPASSANT, Guy (de) – Le Saut du berger – Pétition d’un viveur malgré lui

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 23min | Genre : Nouvelles


Le Saut du berger

Le Saut du berger nous révèle que Maupassant s’est inspiré de lui-même dans l’épisode fameux de la chute, du haut de la falaise, de la roulotte des amants, dans son roman Une vie publié en 1883 :

« Avec un geste forcené il (c’est le comte, jaloux) poussa le verrou qui fermait l’auvent au-dehors, et, saisissant les brancards, il se mit à secouer cette niche comme s’il eût voulu la briser en pièces. Puis soudain, il s’attela, pliant sa haute taille dans un effort désespéré, tirant comme un bœuf, et haletant ; et il entraîna, vers la pente rapide, la maison voyageuse et ceux qu’elle enfermait.
Ils criaient là-dedans, heurtant la cloison du poing, ne comprenant pas ce qui leur arrivait.
Lorsqu’il fut en haut de la descente, il lâcha la légère demeure qui se mit à rouler sur la côte inclinée. » (Une vie, Chapitre 10)

On lit, en effet, dans Le Saut du berger (1882), ces lignes presque semblables à celles qu’il utilisera dans le roman :

« Puis, s’attelant aux brancards, courbant sa taille maigre, tirant comme un cheval, et haletant sous sa robe de drap trempée, il (c’est l’abbé meurtrier) courut, entraînant vers la pente rapide, la pente mortelle, les jeunes gens surpris enlacés, qui heurtaient la cloison du poing, croyant sans doute à quelque farce d’un passant.
Lorsqu’il fut au haut de la descente, il lâcha la légère demeure, qui se mit à rouler sur la côte inclinée.
Elle précipitait sa course, emportée follement, allant toujours plus vite, sautant, trébuchant comme une bête, battant la terre de ses brancards. »

Intéressant pour qui est passionné par la création littéraire…

Pétition d’un viveur malgré lui est une nouvelle fois pour Maupassant l’occasion de prouver que dans une liaison « neuf fois sur dix c’est l’homme qui est séduit, capté, accaparé, enlacé de liens terribles… Il est la proie, la femme est le chasseur. »

Le Saut du berger.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 303 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

COURTELINE, Georges – L’Article 330

Donneurs de voix : Projet collectif | Durée : 27min | Genre : Théâtre


Georges Courteline - L'Article 330

Comédie en un acte, de Georges Courteline créée le 12 décembre 1900 au Théâtre Antoine.

Monsieur La Brige se trouve au Palais de Justice accusé d’outrage public à la pudeur par le Ministère Public (article 330 de l’ancien Code pénal), ce dernier expose sa vision des faits et organise sa défense face au Président d’audience, à l’huissier et au substitut.

« Neuf fois sur dix, la loi, cette bonne fille, sourit à celui qui la viole. » (La Brige)

Illustration : L’Article 330, par Adrien Barrère (1893).

L’Article 330.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 339 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

FRANCE, Anatole – Le Puits de Sainte Claire (Sélection 2)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 3min | Genre : Contes


Le Puits de Sainte Claire, illustration de Georges-Antoine Rochegrosse

Anatole France, en 1895, publie Le Puits de Sainte Claire en souvenir de sa rencontre avec le R.P. Adone Doni : « Depuis lors, je n’ai pas revu le R. P. Adone Doni, qui reste dans ma mémoire comme une figure de rêve. J’ai mis par écrit les contes qu’il me fit sur la route de Monte Oliveto. On les trouvera dans le présent livre. J’aurais voulu retenir, en les rédigeant, quelques restes de la grâce qu’ils avaient au Puits de Sainte Claire. »
Ces « restes de grâce » apparaissent dans deux de ces trois récits qui s’ajoutent aux sept déjà sur le site :

Messer Guido Cavalcanti se passe à Florence :
« Messer Guido Cavalcanti savait bien qu’on le raillait dans les compagnies de l’attachement qu’il avait aux choses éternelles. C’est pourquoi il fuyait les vivants et cherchait les morts. »

Mystère du sang a pour cadre Sienne, patrie de Catherine (1347-1380) sœur de la Pénitence, mettant en pratique son amour de Dieu en s’occupant des malades qu’elle soigne et des pauvres.
« Elle se rendit à la prison publique le matin du jour où ser Niccola Tuldo (de Pérouse) devait mourir…
- Va-t’en ! Je te hais, parce que tu es de Sienne, qui me tue.
Catherine lui répondit :
- Mon frère, qu’est-ce qu’une ville, et que sont toutes les cités de la terre, auprès de la cité de Dieu et des anges ? Je suis Catherine, et je viens te convier aux noces éternelles. »

Histoire de Doña Maria D’Alvalos et du duc d’Andria raconte une horrible vengeance à Naples qui n’est pas sans rappeler certains contes cruels de Boccace :
« Un moine dominicain, qui s’était tenu tout le jour devant la porte, se glissa dans l’escalier à la lueur fumeuse des torches de résine qui s’éteignaient, rampa jusqu’aux degrés où gisait doña Maria d’Alvalos, se jeta sur le cadavre et le viola. »
Sans commentaire.

> Écouter un extrait : Messer Guido Cavalcanti.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 423 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BICHET, René – Lettre du Petit B à Alain-Fournier

Donneur de voix : Alain Degandt | Durée : 11min | Genre : Correspondance


René Bichet

Cette lettre de René Bichet (1886-1912), communiquée par Mme Isabelle Rivière, sœur de l’auteur du Grand Meaulnes (version 1, version 2), est la réponse à l’une des Lettres au Petit B qu’Alain-Fournier avait adressées à son camarade du Lycée Lakanal (Lettre n°3, du 31 août 1906).

Licence Creative Commons

Version texte : René Bichet, Les Poèmes du Petit B, avec une lettre à Alain-Fournier, Préface de Raymond Schwab – Collection Yggdrasill – Éditions émile-Paul Frères, 1939

Lettre du Petit B à Alain-Founier.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 286 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

HAWTHORNE, Nathaniel – Les Portraits prophétiques

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 36min | Genre : Contes


Les Portraits prophétiques

De Nathaniel Hawthorne, un des seize Contes étranges qui mérite bien son nom Les Portraits prophétiques.

« Le véritable artiste, dit le peintre, dans l’évolution des deux portraits de Walter et d’Élinor doit lire sur les traits de son modèle les sentiments qui l’agitent. C’est le plus beau de ses attributs, mais souvent aussi le plus triste, de lire ainsi dans les cœurs, et, mu par une puissance plus forte que sa volonté, d’illuminer le regard ou de l’assombrir, en donnant aux yeux une expression en quelque sorte prophétique. »

Les déclarations du peintre trouveront leur confirmation dans « l’évolution des portraits » de Walter et d’Élinor et dans la fin tragique de leur couple :
« Walter restait silencieux devant sa propre image, se livrant dans une sorte de folie à la fatale influence que l’artiste avait répandue sur ses traits ; graduellement ses yeux s’enflammèrent pendant qu’Élinor regardait avec une terreur croissante l’expression de sauvage fureur qui se peignait sur son visage. »

Traduction : Édouard-Auguste Spoll (1833-?).

Les Portraits prophétiques.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 246 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous Nos Livres Audio Gratuits :