Page complète du livre audio gratuit :


FLAUBERT, Gustave – La Légende de Saint Julien l’hospitalier

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 14min | Genre : Contes


Luc-Olivier Merson - Saint Julien l'hospitalier

Nous sommes à l’époque médiévale. Alors que Julien, dans son instinct meurtrier, décime les animaux de la forêt, un grand cerf lui livre une prophétie : il assassinera ses parents. Affolé, il fuit du château familial.

Telle est l’histoire de Saint Julien l’hospitalier, l’un des Trois Contes de Gustave Flaubert (1821-1880), parus d’abord dans des revues avant d’être réunis en volumes.

> Écouter un extrait : Chapitre 1.


> Télécharger ce livre audio en intégralité (archive Zip, 33Mo)

> Télécharger ce livre audio par chapitres :

Chapitre 1.mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)
Chapitre 2.mp3
Chapitre 3.mp3


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Contes, Nouvelles, , ,

 

Page vue 38 208 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

14 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. [...] Ecoutez par exemple La légende de Saint Julien l’hospitalier de [...]

  2. GABRIEL le 26 janvier 2008

    Je viens de faire connaissance avec vous. Voyons!

  3. merry le 21 février 2008

    Très belle voix
    Au plaisir d’écouter encor et encor vos autre lecture.
    Merci pour le plaisir que vous nous donner.

  4. Niitii Sonkar le 29 février 2008

    C’est vraiment tres bien. J’apprends le francais et ce livre sonore m’aide beaucoup!!! Merci!!!

  5. Anne-Lise le 30 avril 2008

    tres belle histoire, tres belle lecture.
    Merci encore Monsieur Depasse

  6. lutun le 6 septembre 2008

    Mr, cela fait un petit moment que je vous écoute … et que je vous apprécie .
    Grace à vous aussi les auteurs .

    Voilà, je vais vous raconter une toute petite histoire .

    « - je fais mon pain, parce que j’ai vus mon père le faire, lui qui allait au fournil avec son père- » .

    Pourquoi vous parler de la confection du pain ?
    Parce que comme pour la poèsie, il faut l’apprécier; manipuler ses ingrédients ; prendre le temps de voir monter la pate ; en surveillier la cuisson ; et seulement l’exposer au désir de posséssion d’amateurs .

    Si je n’avais jamais lue, parce qu’aucun auteur n’ut écrit ; Si je n’avais jamais entendue lire ; parce que personne n’eu prét sa voix à un auteur ; je ne saurait pas aligner une ligne poètique .
    Si je n’avais pas rèvé ; parce que d’autres avaient rèvés avant moi ; jamais je n’aurais racconté des histoires à mes enfants . Et avant eux à ma soeur jumelle .

    Aujourd’huis, je vous écoute lire ce conte : La Légende …
    Et comme pour la mort du Loup, je pleure de l’attentat fait à la nature .
    Celà déplais peut-être à certains ; mais les poètes reconnaissent la place de l’Esprit de l’Amour … et la place de l’Esprit du Mal .
    Même si de nos jours ils se gardent bien d’employer le nom de dieu pour nomer l’esprit .

  7. Antoine le 9 novembre 2008

    Je t’aime rené continue !

  8. carla le 27 avril 2009

    merci à la voix! Je ne suis pas française, mais j’aime beaucoup votre lecture. Ciao…..

  9. Robert Larroque le 14 octobre 2009

    J’ai juste téléchargé cette lecture et attendre impatiemment de l’écouter et lire la version de texte pour m’aider dans l’apprentissage du français. Merci beaucoup!

  10. [...] étude historique et comparative de la nouvelle La Légende de Saint Julien l’hospitalier de Gustave Flaubert. Préface de la Légende de Saint Julien [...]

  11. kk le 8 novembre 2011

    merci grace a vous je n’est pas bession de le lire pour l’ecolee

  12. le faaa le 29 septembre 2012

    comment faire pour écoute la 2 ème partie

  13. Flaubardo le 19 mars 2014

    « Porcs-épics » prononcé « porZépik »…
    Attention, cher lecteur, le mieux est l’ennemi du bien.

  14. Flaubardo le 19 mars 2014

    Des « porZépik » sont soit des « ports épiques », soit des « porcs épiques », soit des « pores épiques », etc.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.