Envoyer un livre audio à un(e) ami(e)


Envoyez le livre audio 'MERLE D'AUBIGNÉ, Jean-Henri - Histoire de la Réformation du seizième siècle (Tomes 01 à 04)' à un(e) ami(e)


* Champ obligatoire






Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)



Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)


E-Mail Image Verification

Envoi en cours ... Envoi en cours ...

28 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Ahmed le 12 avril 2016

    Bonsoir cher ThèoTex ,

    Merci de votre choix ,une lecture claire et admirée à écouter .

    Bon courage pour la suite et une agréable soirée.
    Bien cordialement,
    Ahmed

  2. Claire-Marie le 12 avril 2016

    Bonsoir,
    Je ne parviens pas à charger les fichiers 6 et suivants. Je veux poursuivre l’écoute de cette excellente interprétation d’un document intéressant !

    J’ai systématiquement un message d’échec tant en utilisant une connexion wifi qu’une connexion 4G.

    D’autres audio lecteurs ont-ils rencontré ce problème ?
    Merci d’avance pour vos réponses.
    Bien cordialement .
    CM

  3. Mimile le 13 avril 2016

    Pourquoi de la musique ?

    Le texte ne se suffit-il pas à lui-même ?

  4. Claire-Marie le 13 avril 2016

    @ Mimile

    Bonjour

    De la musique ? Pourquoi pas! Elle est discrète .

    On n’est pas dans un roman où la musique peut « casser » l’attention de l’audio lecteur, le rythme du texte et/ou l’intensité du suspense.

    Certains donneurs de voix choisissent cette option et, le plus souvent(il y a toujours des exceptions ), le choix est judicieux. Le résultat est parfois bien meilleur que ce qu’on trouve sur le marché des professionnels !

    Il est vrai que certains textes d’une grande intensité émotionnelle ou fictionnelle ne supportent pas ce genre d’interruption. Pour ma part, je trouve que ce texte très serein et très bien lu supporte très bien la musique.
    Mais peut-être n’est-ce qu’une affaire de goût de l’audio lecteur.

    ThéoTex nous donnera certainement son point de vue sur la chose.
    Votre question pourra ainsi nous permettre d’en savoir plus sur la réalisation d’un audio livre…

  5. Mimile le 13 avril 2016

    @ Claire marie

    Pourquoi ne pas prévoir deux versions ?

    Une avce musique et l’autre sans ?

    C’est pas une idée qu’elle est bonne, ça ?

  6. Claire-Marie le 13 avril 2016

    @ Mimile
    J’espère que vous taquinez en disant cela…je veux le croire!
    Avez vous une idée du temps passé pour faire un audio livre?
    Les DV sont des bénévoles qui font un travail magnifique.
    Je crois que nous devrions déjà leur être reconnaissants du le temps qu’ils y consacrent pour nous donner des enregistrements de haute qualité.
    Après, si nous n’apprécions pas certains de leurs choix, nous avons la possibilité de ne pas écouter… En ce qui concerne le présent enregistrement, je continue l’écoute. Comme vous l’avez dit vous même, le texte se suffit à lui même et m’intéresse assez pour que je fasse abstraction de la musique. Mais comme elle ne me dérange pas, tout va bien!

  7. ThéoTeX le 13 avril 2016

    Merci à chacun de vos réactions et de vos encouragements. Sur la difficulté à télécharger, elle est évidemment liée à la « bande passante » du serveur, les fichiers mp3 sont en 128 kB, si les donneurs de voix étaient autorisés à fournir des fichiers en 64kB (qualité largement suffisante pour la voix), ce temps de téléchargement pourrait être divisé par deux, ce serait donc peut-être une question à envisager par les techniciens du site, sutout s’il croît en fréquentation.

    Quant à la musique il ne serait pas difficile de fournir deux versions, avec ou sans, car dans l’original voix et musique sont sur deux pistes séparées ; mais cela doublerait le stockage et les liens à mettre sur la page… comme on ne l’entend qu’en début et fin de chapitre l’inconvénient reste tout de même minime pour ceux qui préféreraient sans elle.

    Bien cordialement.

  8. Sans-Dents le 13 avril 2016

    Audacieux choix, merci.
    J’espère que la musique ne parasitera pas le texte, et qu’elle se limitera à l’introduction et à la fin des chapitres.
    D’autres ont mis de la musique de fond ou des bruitages qui ont, selon moi, gâché leur ouvrage, le rendant désagréable à écouter.

    P.-S. A lire attentivement votre commentaire, cher DDV, j’apprends que ce n’est pas une musique de fond. Ouf !

    Sans dents, mais avec des oneilles.

  9. Mimile le 14 avril 2016

    @ tous

    Puisque cela vous plaît, continuez à musicaliser vos textes !

    Régalez-vous au concert quand votre voisin tuberculeux tousse à s’en arracher les poumons et quand le téléphone de votre autre voisin sonne avant que ce dernier ne raconte à voix haute sa dernière virée à la manif.

    On ne va pas y passer la semaine.

    Moi, ce qui m’intéresse, c’est le texte BRUT. Pour la musique j’ai d’autres sources où je peux choisir le morceau et le moment pour l’écouter… sans quelqu’un qui bavarde, tousse, rote ou pète à côté.

  10. Carole Bassani-Adibzadeh le 14 avril 2016

    « Mimile », ne pouvez-vous exprimer un point de vue dans le respect de celui des autres ?
    Je ne comprends pas votre emportement sur cet espace.
    Votre idée d’une version sans musique n’est pas pionnière mais il appartient à chaque donneur de voix de souhaiter la réaliser ou pas, car cela oblige, comme le souligne ThéoTeX, en particulier dans le cas de lectures longues, à des temps de travail de fichiers, d’exports, de paramétrages techniques, de chargements sur le serveur et de programmations plus importants.
    Par ailleurs, les donneurs de voix partagent aussi leurs lectures par plaisir personnel et se laissent porter par leur sensibilité. Certains aiment ajouter de la musique, d’autres pas. C’est pourquoi, dans le respect de votre sensibilité, vous conservez la possibilité d’exprimer (poliment) un souhait de version 2 sans musique sur le forum des suggestions de lecture.
    Je n’ai malheureusement pas trouvé de lien vers un autre support audio susceptible de vous permettre d’écouter cette oeuvre sans musique. Peut-être d’autres auront-ils plus de chance…
    Je vous souhaite de profiter agréablement des possibilités offertes par ce site,
    Cordialement,
    Carole

  11. jleturmy le 29 avril 2016

    Merci pour cette découverte! Il n’y a vraiment que sur litteratureaudio.com qu’on peut trouver des raretés comme celle-là!
    A tout hasard… j’aimerais bien vous entendre lire le Port-Royal de Sainte-Beuve…
    Cordialement, JL

  12. ThéoTeX le 30 avril 2016

    Merci beaucoup, JL, de votre appréciation encourageante. Je n’ai jamais lu Le Port de Royal de Sainte-Beuve, mais tapant ce titre dans Google, je m’aperçois qu’Alexandre Vinet en a dit beaucoup de bien, ce qui pour moi fait référence. Donc je retiens l’idée, et peut-être un jour…

  13. Nestor Plasma le 2 mai 2016

    « Défense de déposer de la musique le long de mes vers », disait Victor Hugo.
    Je l’ai bien connu, car nous jouions dans le même club de football ; lui était dans les buts.
    Si la musique se limite à l’introduction et à la conclusion des chapitres, comme le dit Sans-Dents, et qu’elle ne se plaque pas sur le texte en l’oblitérant, elle est acceptable.

    Nestor Plasma, c’est pour ça qu’on l’aime !

  14. Plume le 5 mai 2016

    Je n’ai écouté que l’avant-propos et, déjà, je suis conquise. Le texte m’intéresse, déjà, par le choix de parler de la « Réformation » et non du « Protestantisme », c’est-à-dire d’aborder cette grande révolution sous son angle spirituel autant, sinon plus, qu’historique. La volonté de l’auteur de voir l’action de Dieu dans l’Histoire est aussi intéressante et c’est vrai que même les chrétiens ont tendance à oublier le rôle joué par Dieu quand ils s’intéressent à l’histoire. Enfin, j’apprécie votre voix et la netteté de votre diction. Bravo et merci pour cette belle idée de rendre disponible cette oeuvre dense mais trop peu connue.

  15. Enzo le 27 juin 2016

    Bonjour,
    merci pour cette lecture claire et fluide que je viens d’achever (et vraiment il n’y a pas de polémique sur la musique, cela représente 2% de la durée du texte et fait office de générique discret, on ne peut pas être gêné par si peu)! Pouvons nous espérer un tome 2 prochainement ?

    Au revoir.

  16. ThéoTeX le 3 juillet 2016

    Bonjour Enzo,

    Merci de votre soutien. L’enregistrement de cet ouvrage s’est transformé en projet collectif : le tome 2 viendra sous peu, et les autres suivront, « Dieu voulant », comme on dit en bon prostestant.

  17. ThéoTeX le 12 juillet 2016

    Avis aux habitants du seizième (s.) :

    Le tome 2 d’Histoire de la Réformation vient de sortir. Bonne écoute et bonnes vacances !

  18. ThéoTeX le 2 septembre 2016

    Et cette Histoire de la Réformation continue avec le tome III, conté par Christiane-Jehanne. Partant des sombres forêts de la Wartbourg où Luther est enfermé, elle nous conduit à travers l’Allemagne, l’Italie et la Suisse, pour arriver à la cour de François Ier. Là on y apprendra les tendres sympathies de sa soeur, Marguerite de Valois, pour les huguenots, et aussi, hélas, les cruautés du terrible docteur Béda de la Sorbonne.

    Merci Christiane ! si dans l’autre monde on a le wifi, je suis certain qu’Alain Decaux vous écoute avec plaisir et approbation, comme nous tous.

  19. Christiane-Jehanne le 2 septembre 2016

    Cher TheoTex, bonsoir, je vous remercie beaucoup de votre gentillesse et de m’avoir confié ce Tome Trois ;
    ce texte est extrêmement intéressant, riche de multiples facettes, littéraires, religieuses, historiques…etc…
    Il m’a passionnée, et si ma modeste participation à votre grand et beau projet peut convenir, je ne pourrais qu’en être bien contente.
    Merci à vous!
    Très belle soiree, et bien amicalement.
    Christiane-Jehannee.

  20. ThéoTeX le 23 septembre 2016

    Le volume IV de l’Histoire de la Réformation du seizième siècle vient d’être ajouté : Chaleureux remerciements à Domi, dont la douce voix vous amènera sans crainte de la protestation de Spire, en Rhénanie, jusqu’à la catastrophe de Cappel, en Suisse.
    Quelle catastrophe ? Ah, il faut écouter pour le savoir…

  21. Elb-Mohamed le 25 septembre 2016

    J’ai toujours cru que le sacré honte la distance, s’inscrit dans la distance: Et que par la traduction de la Bible dans les langues « vulgaires », les protestants ont réduit cette distance rhétorique qui met les Écritures sur un piédestal et, en conséquence, ont plus ou moins désacralisé le Texte et, chemin faisant, ont donné à l’Europe un nouveau souffle, le souffle civilisationnel et positiviste qui se répond petit à petit sur toute la planète.

    Merci énormément pour l’effort que vous faite pour lire et partager ces textes.

  22. Domi le 25 septembre 2016

    Merci cher TheoTex pour tout le travail de mise en forme de ma lecture.
    Je vous remercie de m’avoir fait connaître ce texte qui m’a beaucoup appris.
    amicalement
    Domi

  23. ThéoTeX le 25 septembre 2016

    Merci Elb-Mohammed, de vos pertinentes remarques. Les langues bibliques ont toujours été elles-mêmes des langues « vulgaires » dans le sens de communes : c’est d’ailleurs la signification du mot « koinè », qui désigne le grec biblique, dialecte du commerce, parlé par beaucoup de gens. Quant à l’hébreu, c’était une langue « primitive », sans déclinaisons ni raffinements, passé, présent, futur, pas d’article indéfini, et voilà. Il est donc en effet assez curieux et un peu vain d’en avoir fait des langues « sacrées », objets de fiertés académiques.

    D’autre part la traduction de la Bible a beaucoup contribué à la construction des langues européennes modernes : c’est bien connu avec l’allemand de Luther et l’anglais de la King James, mais c’est aussi vrai pour le français, de manière indirecte par l’intermédiaire de l’Institution Chrétienne de Calvin, des Psaumes de Marot, des maguerites de la Marguerite etc.

  24. [...] Le lien pour écouter en audio Jean-Henry Merle D’Aubigné. [...]

  25. Richard Lemay le 11 décembre 2018

    Dernièrement je ne pouvais pas accéder à un lien de votre site web: https://theotex.org/perl/theotex_pgsvg.pl?bk=merle_reformation_seizieme_1_2#top
    car je recevais cette réponse que ce site web était utilisé pour aller chercher des mots de passe, des numéro de compte bancaires et des informations confidentielles. Ce matin tout semble être revenu à la normale. Merci.

  26. Richard Lemay le 13 décembre 2018

    Encore aujourd’hui je ne peux pas accéder à un lien de votre site web:
    https://theotex.org/perl/theotex_pgsvg.pl?bk=merle_reformation_seizieme_1_2#top
    et voici le message que je reçois:
    « Des individus malveillants tentent peut-être de subtiliser vos informations personnelles sur le site theotex.org (mots de passe, messages ou numéros de carte de crédit, par exemple). »
    J’aimerais bien poursuivre ma lecture. Merci.

  27. Christine Sétrin le 13 décembre 2018

    Bonsoir Richard,
    Je viens de tester les deux liens et ils fonctionnent bien.
    De toutes façons, il existe une version numérisée de cet ouvrage sur Gallica et vous pouvez télécharger les exemplaires ou suivre le texte en ligne.
    Il m’a semblé que le découpage des chapitres était le même que dans l’édition proposée par TheoTex.
    Bonne soirée,
    Ch.

  28. ThéoTeX le 14 décembre 2018

    Bonjour Richard,

    Le problème que vous mentionnez n’est pas dû au site theotex mais à un bug de certains antivirus pour Windows, comme Avast ou Bit-Defender qui ne sont pas compatibles avec Google Chrome. La solution est de les désinstaller, pour les remplacer par Windows Defender, par exemple ; ou plus radicalement, de passer à Linux…

    Bien cordialement.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.