Livres audio gratuits de la catégorie 'Nouvelles' :


BOURGET, Paul – Un remords

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 20min | Genre : Nouvelles


Un remords

Cette (plutôt) cruelle nouvelle est parue dans la Revue de famille en 1889.

Le début : « J’étais entré au cercle en sortant du théâtre, et je m’attardai devant la table de baccarat. Je regardais, juché sur une de ces chaises hautes à l’usage des joueurs qui n’ont pas trouvé de place près du tapis vert, ou aux simples curieux comme moi. C’était ce que l’on appelle, en termes de club, une belle partie. Le banquier, un joli jeune homme en tenue de soirée, la boutonnière fleurie d’un gardénia, perdait environ trois mille louis, mais sa physionomie de viveur de vingt-cinq ans se tendait à ne trahir aucune émotion. Seulement le coin de la bouche d’où tombaient les sacramentels : « J ‘en donne… En cartes… Baccarat… Voilà le point… » n’aurait pas mâchonné avec tant de nervosité un bout de cigare éteint, si la frénésie froide du jeu ne lui avait serré le cœur. »

Un remords.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 648 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ROULLAUD, Henri – Crime d’enfants

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 53min | Genre : Nouvelles


Crime d'enfants

Crime d’enfants, de Henri Roullaud, répond à la question ci-dessous en l’illustrant d’un exemple :

« Nos sentiments de bonté, que nous vantons si haut en toute occasion, ont-ils beaucoup progressé depuis cette antiquité reculée, soit envers les hommes que notre état social condamne à tant de tortures, soit envers l’innombrable troupeau que nous poussons à nos abattoirs ou que nous faisons périr sous le fouet pour la satisfaction de nos besoins ? La réponse à cette question est au moins douteuse. »

Crime d’enfants.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 643 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MENDÈS, Catulle – Il ne faut pas jouer avec la cendre

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 20min | Genre : Nouvelles


Il ne faut pas jouer avec la cendre

Cette mélancolique nouvelle d’amour est parue dans le recueil Les Folies amoureuses en 1883.

« Ils s’étaient retrouvés. Il était toujours beau. Elle était encore jeune. Elle l’avait fait suivre après le théâtre. Elle lui avait écrit : « Si vous reconnaissez mon écriture, venez dimanche là-bas, où l’on s’aimait ». S’il avait reconnu l’écriture ! Il l’eût reconnu entre mille. Lui aussi, il se rappelait la petite chambre au premier étage de l’auberge, la chambre au papier déteint, aux carreaux rouges ; il devina que c’était là qu’elle l’attendrait. Rien n’avait changé dans ce nid de leurs amours. Seulement la servante était devenue très vieille. Avec quel bon appétit, l’appétit de leur jeunesse, ils mangèrent le pain bis et burent le vin bleu. « Comme tu es belle ! » lui disait-il, et il ajouta : « Tiens, on a mis un verrou ». Elle rougit et sourit. Tout ce qu’ils avaient fait autrefois, ils le refirent. Ils recommençaient leur vie. Ils auraient voulu être pauvres pour souffrir comme ils avaient souffert. Ils firent semblant de l’être. »

Il ne faut pas jouer avec la cendre.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 832 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LABAT, Gaston-P. – L’Auberge de la mort

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 13min | Genre : Nouvelles


L'Auberge de la mort

Gaston-P. Labat (1843-1908) commence ainsi L’Auberge de la mort :

« Minuit !… heure du sommeil pour les consciences tranquilles, heure d’insomnie pour ceux qui souffrent, heure du crime pour les méchants et les mauvais, venait de sonner au beffroi de la Ville Sainte. C’était en l’an de grâce mil… et quelques cents ans… Donc, le dernier coup du beffroi annonçait la mort d’un siècle et la naissance d’un nouveau. Telle est la vie : tombeau et berceau, deux béquilles qui servent l’homme à passer du temps… à l’éternité. Un hibou réveilla de son cri nocturne trois êtres qui dormaient depuis cent ans. »

Illustration : Félix Vallotton, Verdun (1917).

L’Auberge de la mort.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 727 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

FRIÈS, Charles – Le Souffleur

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 16min | Genre : Nouvelles


Le Souffleur

Charles Friès vous dit tout sur Le Souffleur de théâtre et termine son article par une anecdote savoureuse.

« S’il est au monde une profession modeste, ignorée, et qui ne satisfasse point l’amour-propre, c’est celle de souffleur dans un théâtre. Aussi ne compte-t-on guère de souffleurs par vocation : l’idée de s’ensevelir vivants dans un trou affriande fort peu de gens. »

NOTE : Aujourd’hui, le souffleur existe toujours sous une forme modernisée : il s’agit d’un régisseur assistant qui communique avec les acteurs par l’intermédiaire d’une oreillette.

Illustration : Le Souffleur (1840-1842).

Le Souffleur.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 702 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

JACOBSEN, Jens Peter – La Peste de Bergame (Version 2)

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 17min | Genre : Nouvelles


La Peste de Bergame

Nouvelle parue dans la Revue politique et littéraire en 1892.

« Et jour après jour la peste gagnait, le soleil de l’été consumait la ville, il ne tombait pas une goutte d’eau, pas un souffle n’agitait l’air, et, des cadavres qui pourrissaient dans les maisons comme des cadavres qui étaient mal enterrés, montait une puanteur suffocante qui se mêlait à l’atmosphère immobile des rues et avait attiré corbeaux et corneilles par essaims et par nuées, si bien que les murailles et les toits en étaient noirs. Et tout alentour, sur le mur d’enceinte de la ville, se tenaient isolément de grands oiseaux étranges, venus de très loin par delà les frontières, au bec rapace, aux serres recourbées et attentives, et, immobiles, ils plongeaient leurs regards tranquilles et féroces dans le cœur de l’infortunée cité, comme s’ils attendaient qu’elle fût devenue un seul et grand charnier. »

Traduction anonyme (1892).

La Peste de Bergame.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 905 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MONTET, Joseph – La Lune folle

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 22min | Genre : Nouvelles


La Lune folle

Joseph Montet dans La Lune folle assiste avec deux témoins en 1885 à un phénomène extraordinaire inconnu de la météorologie.

« La lune qu’il venait de voir deux minutes auparavant, émergeant à peine au-dessus de la ligne noire des collines, était maintenant au beau milieu de la voûte céleste. Et quelle lune ! Une lune formidable, prodigieuse, grosse comme trois ou quatre lunes ordinaires, et large non plus comme un fromage de Camembert, mais comme un de ces potirons géants que les paysans des environs apportaient le samedi matin au marché de la Ferté-sous-Cloche… »

Illustration : Edward Ancourt, Le Voyage dans la Lune (1875).

La Lune folle.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 687 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LOTI, Pierre – Profanation

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 12min | Genre : Nouvelles


Profanation

Paru dans la Revue des deux mondes en 1894, ce croquis d’un déterrement de cadavres de matelots…

« Définitivement cette fois, l’horreur s’en va ; la révolte, le dégoût, font place à je ne sais quelle résignation grave, et il me semble que, moi-même, s’il le fallait pour quelque pieux devoir ou pour quelque agreste besogne de culture, j’oserais toucher à de tels débris. C’est presque une impression apaisante que de surprendre ainsi, à la lueur du grand soleil, le mystère des transformations souterraines ; de voir que ce n’est que cela, un cadavre, qu’au bout de trois ou quatre années c’est déjà si peu humain, si proche du terreau et des pierres. Et on comprend mieux les dernières volontés de certains penseurs, d’Alphonse Karr entre autres : être enfoui entre des planches très minces, à peine solides, pour pouvoir retourner plus vite à la terre… »

Profanation.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 205 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Nouvelles :