Livres audio gratuits pour 'Marquis de Sade' :


DIVERS – Trois Nouvelles méconnues et divertissantes

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 15min | Genre : Nouvelles


Alfred Sisley - Petit Pont sur l'Orvanne

Ces trois brèves nouvelles, en général ignorées, sont divertissantes. Elles sont dues à deux romancières et au Marquis de Sade, célèbre, lui !

Jeanne Marais (1888-1919), pseudonyme de Lucienne Marfaing, est l’auteur d’une vingtaine d’œuvres, collaboratrice des Annales politiques et littéraires.
Le Reflet sur la vitre est une rosserie infligée à une jeune femme inculte et coquette.

Claude Varèze est le pseudonyme de Mme Louis Sonolet, née Madeleine Gigon (18?-19?).
Dépourvue de toute ironie, la charmante nouvelle Ma petite ville décrit avec amour et finesses des lieux chers à l’auteur :

« Attendons encore… Au sommet de la colline là-bas, les arbres ne sont plus que des ombres chinoises sur le ciel d’où le jour s’épuise… Dans l’eau brune et rose encore les lumières qui s’allument dans la ville s’allongent en zigzags d’or. » (Ci-joint le pont immortalisé par Sisley.)

On retrouve dans Soit fait ainsi qu’il est requis les habituelles coquineries du Marquis de Sade :

« Ma fille, dit la baronne de Fréval à l’aînée de ses enfants qui allait se marier le lendemain, vous êtes comme un ange, à peine atteignez-vous votre treizième année, il est impossible d’être plus fraîche et plus mignonne, il semble que l’amour même se soit plu à dessiner vos traits, et cependant vous voilà contrainte à devenir demain la femme d’un vieux robin dont les manies sont fort suspectes. »
Et la mère y va de ses conseils….

> Écouter un extrait : Le Reflet sur la vitre.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 200 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SADE, Marquis (de) – Le Mari-prêtre

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 15min | Genre : Nouvelles


Abbaye de Saint-Hilaire

« Entre la ville de Menerbe au comtat d’Avignon et celle d’Apt en Provence, est un petit couvent de carmes, isolé, qu’on appelle Saint-Hilaire, assis sur la croupe d’une montagne où les chèvres mêmes ont de la peine à brouter ; ce petit local est à peu près comme l’égout de toutes les communautés voisines de carmes, chacune y relègue ce qui la déshonore, d’où il est aisé de juger combien doit se trouver pure la société d’une telle maison : ivrognes, coureurs de filles, sodomites, joueurs, telle est à peu près la noble composition, des reclus qui dans ce scandaleux asile, offrent à Dieu comme ils le peuvent des cœurs dont le monde ne veut plus. »

Le marquis de Sade, fidèle à lui-même, choisit son héros, le Père Gabriel, parmi les moines plus ou moins crapuleux de Saunt-Hilaire…

Le Mari-prêtre.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 953 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SADE, Marquis (de) – Dorgeville, ou Le Criminel par vertu

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 10min | Genre : Nouvelles


Dorgeville, ou Le Criminel par vertu

Parmi Les Crimes de l’amour du « divin marquis » figure Dorgeville, ou Le Criminel par vertu, nouvelle, rédigée dans un style épuré, qui n’est absolument pas pornographique.
Vibrant plaidoyer pour déculpabiliser les jeunes filles qui « fautent » et sont abusées par des individus sans scrupules, ce récit étonnera plus d’un lecteur par son issue. Certes le message privé envoyé au domestique Saint-Surin par Cécile nous avait paru étrange et nous avons vite oublié l’existence de Virginie, la sœur cadette de Dorgeville. C’était un tort… !

Sade a bien raison de nous avertir que :
« Le malheur de Dorgeville était de juger toujours les autres d’après son cœur ; et ce système l’ayant rendu malheureux jusqu’alors, il n’était que trop vraisemblable qu’il achèverait de le rendre tel, le reste de ses jours. »

Dorgeville, ou Le Criminel par vertu.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 519 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SADE, Marquis (de) – Français, encore un effort si vous voulez être républicains

Donneur de voix : TLT | Durée : 1h 52min | Genre : Histoire


Le Marquis de Sade

Extrait de : La Philosophie Dans Le Boudoir, Cinquième dialogue.

En 1795 Sade est amer.
Après 13 années de prison, la révolution l’a libéré. Il a rejoint les anticléricaux de Robespierre. Mais le retournement de veste ce dernier le condamne à retourner en prison, et cette foi, il risque sa tête.
La disgrâce de Robespierre le sauvera, et il recouvrera pour quelques temps sa liberté.
Dans Français, encore un effort… le divin marquis, loin d’adoucir son discours, lâche toute sa hargne. De sophismes en sous-entendus perfides, il règle ses comptes avec certains républicains, et se laisse aller à décrire sa société idéale, sans aucune retenue, mais avec une bonne dose de provocation.

NB : le contenu de l’œuvre ne saurait être classé comme « adulte », mais les thèmes évoqués, et la vision très particulière que Sade a de la liberté, destinent le texte à un public averti.

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : 01. La Religion.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 10 358 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SADE, Marquis(de) – Le Président mystifié

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 2h 40min | Genre : Contes


Pierre-Antoine Baudoin - Le Carquois épuisé

Le marquis de Sade emprisonné à la Bastille signe Le Président mystifié le 16 juillet 1787. Il prétend y critiquer l’état de la justice et de son apparat en recourant au genre burlesque, à la farce et au comique traditionnel. Le point de départ remonte à la comédie antique : les stratagèmes de deux amoureux pour s’opposer à un mariage convenu.
Le président du parlement d’Aix, M. de Fontanis, un cuistre, vieux et laid, dépravé stupide et cruel, est l’objet de railleries de la part de tous les personnages de l’histoire qui veulent l’empêcher de consommer son mariage et à travers lui Sade fait le procès des magistrats, insulte les hommes de robe qu’il traite de scélérats, de poltrons, de coquins, ce faquins, d’imbéciles… De çà de là quelques allusions scatologiques et des références aux besoins physiologiques, mais rien de scabreux comme dans certaines œuvres du Marquis..
Les dernières paroles sont la moralité du conte :
« Ô souveraine Providence, pourquoi faut-il que les moyens de l’homme soient assez bornés pour ne pouvoir jamais parvenir au bien que par un peu de mal ! »

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 6 580 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SADE, Marquis (de) – Le Stratagème de l’amour (Version 2) – Il y a place pour deux

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 40min | Genre : Nouvelles


Jacob van Loo - Homme et femme nus

Une deuxième version d’Augustine de Villeblanche était inutile, mais la nouvelle ayant un autre titre Le Stratagème de l’amour a provoqué une confusion, d’où cette deuxième lecture « masculine » qui s’ajoute à la « féminine » !
Le plus drôle est que Sade raconte une histoire qui repose justement sur la confusion des sexes : comment un jeune homme épris d’une jeune fille qui n’aime que les femmes doit-il s’y prendre pour la conquérir ? La réponse est simple : en se faisant passer pour femme !

Il y a place pour deux est réservé aux adultes…

Le Stratagème de l’amour.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 15 342 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SADE, Marquis (de) – Idées sur le roman

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 47min | Genre : Histoire


Jean-Bernard Restout - Le Poète inspiré

Les premières lignes :
« On appelle roman, l’ouvrage fabuleux composé d’après les plus singulières aventures de la vie des hommes.
Mais pourquoi ce genre d’ouvrage porte-t-il le nom de roman ?
Chez quel peuple devons-nous en chercher la source, quels sont les plus célèbres ?
Et quelles sont, enfin, les règles qu’il faut suivre pour arriver à la perfection de l’art de l’écrire ?
Voilà les trois questions que nous nous proposons de traiter. »

La deuxième partie de son Idée sur le roman de 1799 est un cours d’histoire littéraire où le « professeur » Sade, prenant en compte les romans anglais de Richardson et de Fielding, essaie de montrer que « ce n’est pas toujours en faisant triompher la vertu qu’on intéresse. » La dernière partie pleine de fougue fourmille d’idées intéressantes pour les auteurs de romans à venir.

« Ô toi qui veux parcourir cette épineuse carrière ! ne perds pas de vue que le romancier est l’homme de la nature, elle l’a créé pour être son peintre ; s’il ne devient pas l’amant de sa mère dès que celle-ci l’a mis au monde, qu’il n’écrive jamais, nous ne le lirons point ; mais s’il éprouve cette soif ardente de tout peindre, s’il entr’ouvre avec frémissement le sein de la nature, pour y chercher son art et pour y puiser des modèles, s’il a la fièvre du talent et l’enthousiasme du génie, qu’il suive la main qui le conduit, il a deviné l’homme, il le peindra ; maîtrisé par son imagination qu’il y cède, qu’il embellisse ce qu’il voit : le sot cueille une rose et l’effeuille, l’homme de génie la respire et la peint : voilà celui que nous lirons. »

Idées sur le roman.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 7 250 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SADE, Marquis (de) – Augustine de Villeblanche

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 28min | Genre : Contes


Marquis de Sade - Augustine de Villeblanche

« Mlle Augustine de Villeblanche, restée maîtresse de ses actions à l’âge de vingt ans, et pouvant disposer de trente mille livres de rentes, s’était décidée par goût à ne se jamais marier ; sa naissance était bonne, elle était fille d’un homme qui s’était enrichi aux Indes, n’avait laissé qu’elle d’enfant, et était mort sans jamais pouvoir la décider à un mariage. Dans la répugnance qu’elle témoignait pour l’hymen ; soit conseil, soit éducation, soit disposition d’organe ou chaleur de sang (elle était née à Madras), soit inspiration de la nature, soit tout ce que l’on voudra enfin, Mlle de Villeblanche détestait les hommes, et totalement livrée à ce que les oreilles chastes entendront par le mot de saphotisme, elle ne trouvait de volupté qu’avec son sexe et ne se dédommageait qu’avec les Grâces du mépris qu’elle avait pour l’Amour. »

Augustine de Villeblanche.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 12 113 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Marquis de Sade :


123>