Livres audio gratuits pour 'Paul Valéry' :


VALÉRY, Paul – Charmes (Poèmes)

Donneuse de voix : Pauline Pucciano | Durée : 1h 14min | Genre : Poésie


Vassily Kandinsky - Composition VII

Publié en 1922 par Paul Valéry, le recueil Charmes fait référence aux « Carmina », signifiant en latin à la fois « poèmes » et « chants magiques ». Une forte spiritualité imprègne le recueil, dont la quête de soi, la libération des entraves, mais aussi la remontée à « la source du poème », forment des thèmes majeurs.

> Écouter un extrait : Poème 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 916 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VALÉRY, Paul – Propos sur l’intelligence

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 37min | Genre : Philosophie


Propos sur l'intelligence

En 1926, dans son opuscule Propos sur l’intelligence, Paul Valéry se propose de répondre « à quelques questions posées dans la Revue de France par M. Jean Laporte au cours d’une enquête sur la Crise des Professions Libérales ».

Que de résonances, près d’un siècle plus tard, de ces raisonnements !
Les deux parties des jugements exprimés sont De l’intelligence-faculté et De l’intelligence-classe.

« Chacun se sert de l’esprit qu’il a. Un manœuvre se sert du sien, par rapport à soi, autant que quiconque, philosophe ou géomètre. Si ses discours nous semblent grossiers et trop simples, les nôtres lui sont étranges ou absurdes ; chacun de nous est un manœuvre pour quelqu’un.

Nous vivons sur des notions très vagues et très grossières, qui d’ailleurs vivent de nous. Ce que nous savons, nous le savons par l’opération de ce que nous ne savons pas.

L’Intelligence est l’une de ces notions qui ne prennent leur valeur que des autres termes auxquels elles sont jointes dans quelque discours qui les compose ou les oppose. On l’oppose parfois à la sensibilité, parfois à la mémoire, parfois à l’instinct, et parfois à la sottise. Tantôt c’est une faculté, et tantôt un degré de cette faculté.

L’attente et la constance pèsent à notre époque, qui essaye de se délivrer de sa tâche à grands frais d’énergie.La mise en jeu, la mise en train de cette énergie exigent le machinisme, et le machinisme est le véritable gouvernant de notre époque. Il faut voir de quel prix nous payons ses immenses services, en quelle monnaie l’Intelligence se libère, et si l’accroissement de puissance, de précision et de vitesse ne va pas réagir sur l’être qui le désire et qui l’obtient de la nature.

Il y a une sorte de pacte entre la machine et nous-mêmes, pacte comparable à ces terribles engagements que contracte le système nerveux avec les démons subtils de la classe des toxiques. Plus la machine nous semble utile, plus elle le devient ; plus elle le devient, plus nous devenons incomplets, incapables de nous en priver. »

Que dirait aujourd’hui Valéry de l’ordinateur et des robots fortifiant sa thèse ?

Propos sur l’intelligence.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 381 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VALÉRY, Paul – Inspirations méditerranéennes

Donneur de voix : Cyprien | Durée : 32min | Genre : Essais


Théo van Rysselberghe - Pin méditerranéen (1916)

Inspirations méditerranéennes compte parmi ces textes inclassables rassemblés dans les 5 volumes de Variété. Essai qui tient autant de l’autobiographie, de la méditation historique et de la rêverie philosophique, il dévoile un Paul Valéry profondément attaché aux décors de son enfance sétoise. La sensualité du poète voisine la sagacité du penseur dans ce texte daté de 1933.

Licence Creative Commons

Inspirations méditerranéennes.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 786 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VALERY, Paul – Propos sur la poésie

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 48min | Genre : Poésie


La poesie est une danse

« Considérez les attitudes comparées du lecteur de romans et du lecteur de poèmes. Il peut être le même homme, mais qui diffère excessivement de soi-même quand il lit l’un ou l’autre ouvrage. Voyez le lecteur de roman quand il se plonge dans la vie imaginaire que lui intime sa lecture. Son corps n’existe plus. Il soutient son front de ses deux mains. Il est, il se meut, il agit et pâtit dans l’esprit seul. Il est absorbé par ce qu’il dévore ; il ne peut se retenir, car je ne sais quel démon le presse d’avancer. Il veut la suite, et la fin, il est en proie à une sorte d’aliénation : il prend parti, il triomphe, il s’attriste, il n’est plus lui-même, il n’est plus qu’un cerveau séparé de ses forces extérieures, c’est-à-dire livré à ses images, traversant une sorte de crise de crédulité.
Tout autre est le lecteur de poèmes.
Si la poésie agit véritablement sur quelqu’un, ce n’est point en le divisant dans sa nature, en lui communiquant les illusions d’une vie feinte et purement mentale. Elle ne lui impose pas une fausse réalité qui exige la docilité de l’âme, et donc l’abstention du corps. La poésie doit s’étendre à tout l’être ; elle excite son organisation musculaire par les rythmes, délivre ou déchaîne ses facultés verbales dont elle exalte le jeu total, elle l’ordonne en profondeur, car elle vise à provoquer ou à reproduire l’unité et l’harmonie de la personne vivante, unité extraordinaire, qui se manifeste quand l’homme est possédé par un sentiment intense qui ne laisse aucune de ses puissances à l’écart.
En somme, entre l’action du poème et celle du récit ordinaire, la différence est d’ordre physiologique. Le poème se déploie dans un domaine plus riche de nos fonctions de mouvement, il exige de nous une participation qui est plus proche de l’action complète, cependant que le conte et le roman nous transforment plutôt en sujets du rêve et de notre faculté d’être hallucinés. »

Après avoir lu ces lignes sur votre comportement de lecteur, vous devriez avoir envie de connaître la suite de ce cours-conférence Propos sur la poésie prononcé par Paul Valéry sans doute au Collège de France vers les années 1936-38.

Propos sur la poésie.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 716 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VALÉRY, Paul – Mauvaises Pensées et autres (Sélection)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 18min | Genre : Essais


Mauvaises Pensées et autres

Paul Valéry vous invite à méditer, parfois avec humour…

Mauvaises Pensées et autres (1941-1942) est présenté en 20 sections (non de 1 à 20, mais de A à T). C’est une mosaïque de citations à lire lentement, avec des arrêts pour réfléchir et les illustrer de vos réactions.

Voici la deuxième liste, B, de ces réflexions, boutades et profonde philosophie mélangées.

« Beau titre pour un grand artiste : Exécuteur de Hautes Œuvres. »

« En France, on n’a jamais pris les poètes au sérieux. Il n’y a donc pas en France de poète national. Voltaire a failli l’être.
Mais le poète est le personnage le plus vulnérable de la création. En effet, il marche sur les mains. »

« Le besoin de nouveau est signe de fatigue ou de faiblesse de l’esprit, qui demande ce qui lui manque.
Car il n’est rien qui ne soit nouveau. »

« Le roman exclut microscope et télescope, prisme et polarimètre.
Quand donc il prétend au « réalisme », il prétend s’en tenir à l’observation naïve et à ce que permet d’enregistrer de cette observation le langage ordinaire.
Mais si le lecteur devient difficile, le langage ordinaire ne suffit plus à l’émouvoir. Le réaliste cherche alors à obtenir le trompe-l’œil par l’excessif du « style ». Goncourt, Huysmans paraissent… Un langage extraordinaire est appelé à suggérer des objets ordinaires. Il les métamorphose. Un chapeau devient un monstre, que le Héros réaliste armé d’épithètes invincibles chevauche, et fait bondir du réel dans l’épopée de l’aventure stylistique. »

« Il est impossible de penser – sérieusement – avec des mots comme Classicisme, Romantisme, Humanisme, Réalisme…
On ne s’enivre ni ne se désaltère avec des étiquettes de bouteilles. »

Mauvaises Pensées et autres (Sélection).

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 708 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VALÉRY, Paul – Fragments du Narcisse (Poème)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 21min | Genre : Poésie


Le Caravage - Narcisse (1599)

Le personnage de Narcisse parcourt l’intégralité de l’œuvre de Valéry. Cinquante ans séparent le premier poème (1891) du dernier, quatre ans avant sa mort ; 8 poèmes avec trois variations principales : Narcisse parle, Fragments du Narcisse et Cantate de Narcisse. Valéry est convaincu qu’il est recommandé de produire plusieurs versions d’une même pièce pour une perfection achevée.
Le mythe de Narcisse évoque l’amour et l’érotisme, thèmes qui sont par ailleurs presque totalement absents de l’œuvre de Valéry. Ce personnage, qui caractérise la conception de la poésie selon Valéry est également le seul en qui les aspirations érotiques et amoureuses de l’auteur se réalisent… Il pose la question du rapport de soi à soi-même, de Narcisse à son reflet.
« Je concevrais fort bien qu’un poète amoureux de son art se contentât de refaire, sa vie durant, toujours le même poème, en donnant tous les trois, quatre ou cinq ans, une variation nouvelle d’un thème une fois choisi. » Valéry rapproche donc Narcisse à la fois de la figure du poète (« un poète amoureux de son art »), mais également, au sein de son œuvre, de la réalisation poétique de ce poète amoureux. L’art poétique se fait donc ici art d’aimer, et l’on assiste à une sorte de mise en abyme autour du personnage de Narcisse : Narcisse est l’aimé et l’amant, celui qui se regarde et voit celui qu’il regarde le regarder…
Certes tout n’est pas limpide dans ce Fragments du Narcisse.

En remerciement de votre persévérance, vous vous offrons quelques minutes de Valéry lisant lui même des strophes de ce poème.

Fragments du Narcisse.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 530 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VALÉRY, Paul – La Soirée avec monsieur Teste

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 33min | Genre : Philosophie


Album de Monsieur Teste, gravure de Paul Valéry (1945)

« La bêtise n’est pas mon fort. » Paul Valéry commençant par cette affirmation, est un homme qui a vécu. Il aurait pu être valablement célèbre. Mais, dit-il, « je me suis préféré ». Il rêve « que les têtes les plus fortes, les inventeurs les plus sagaces, les connaisseurs le plus exactement de la pensée devaient être des inconnus, des avares, des hommes qui meurent sans avouer ». Monsieur Teste, qu’il rencontre dans un café, est un de ces héros silencieux.

Henri Breton disait savoir par cœur Une soirée avec monsieur Teste et André Gide y voyait « une éthique ».
Mallarmé, Rimbaud, les découvertes scientifiques provoquent chez Valéry, à vingt ans, une crise intellectuelle profonde engendrant deux idées fondamentales : le « fonctionnement » de l’être intérieur obéit à des lois mathématisables et universalisables ; seule une dissociation du Moi d’avec lui-même peut permettre la distance, la maîtrise et la lucidité nécessaires à la compréhension de ces lois.
« Teste », c’est à la fois « tête », (« Je confesse que j’ai fait une idole de mon esprit… ») et « témoin » (testis) (« Je suis étant, et me voyant ; me voyant me voir et ainsi de suite… »).
« À force d’y penser, dit le poète, j’ai fini par croire que M. Teste était arrivé à découvrir des lois de l’esprit que nous ignorons », en vue de répondre – ou plus exactement de devenir la réponse même – à cette question : « Que peut un homme ? »

À réécouter plusieurs fois certains passages….

Illustration : Album de Monsieur Teste, gravure de Paul Valéry (1945).

La Soirée avec monsieur Teste.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 199 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VALÉRY, Paul – La Jeune Parque (Poème)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 36min | Genre : Poésie


Pierre-Auguste Renoir - Baigneuse assise

Œuvre difficile d’accès, La Jeune Parque (1917) est un poème en alexandrins sur la vie intérieure d’une jeune femme déchirée entre ses désirs et innocence. La métaphore montre le drame de Valéry, partagé entre la quête de l’intellect pur et son désir de sensualité.

Ce long poème de plus de cinq cents vers, dédié à André Gide, passe pour un des poèmes les plus obscurs de la poésie française, avec L’Après-midi d’un faune de Mallarmé (1876).

Ici encore, cet autre article d’AlbertThibaudet vous aidera à comprendre quelques énigmes de l’œuvre :

« Il y a dans La Jeune Parque un singulier contraste entre l’obscurité du poème et la beauté évidente, extraordinaire, des vers et des images pris séparément. »

« Nous sentons dans La Jeune Parque un poids de réalité intérieure d’une originalité et d’une indépendance uniques. La conversion de l’intérieur en extérieur est une nécessité du langage et de la poésie: conversion à laquelle Valéry se refuse, employant au contraire la poésie à renforcer, à maçonner, à embaumer cet intérieur. »

La Jeune Parque.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 252 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Paul Valéry :


12>