Lorado Taft, Solitude de l'Âme

L’Isolement (Poème)

« J’écrivis cette première méditation
un soir du mois de septembre 1819,
au coucher du soleil,
sur la montagne qui domine la maison de mon père,
à Milly.
J’étais isolé depuis plusieurs mois
dans cette solitude ».

L’Elvire du Lac, Julie Charles,
une femme mariée avec qui il vécut
une idylle intense mais brève,
est morte de phtisie l’année précédente.

Le poète se déclare désormais indifférent aux beautés de la nature.
Après avoir exhalé sa détresse, il appelle de ses vœux la mort libératrice.

Ces vers se veulent comme « dans un miroir magique l’image de mon âme ».
« Je puis dire que je vivais en ce temps-là
avec les morts plus qu’avec les vivants ».


Consulter la version texte de ce livre audio.
Remarques :
La mention « (Version 2) » à la suite du titre indique qu’il existe sur notre site un autre enregistrement de ce même texte, effectué par un donneur de voix différent. Voir aussi : Version 1.
Références musicales :

Extraits du Prélude no. 4 op. 28 de Chopin. À sa demande, ce Prélude, ainsi que le Requiem de Mozart, fut joué aux funérailles du compositeur.
Porticodoro / SmartCGArt Media Productions.
Sous licence CC Paternité 3.0 Unported.

Livre audio gratuit ajouté le 09/02/2011.
Consulté ~19650

Lu par Gilles-Claude Thériault

Suggestions

• • •More

3 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Le texte est très bien lu, malheureusement, les “e” ne sont pas tous prononcés, ce qui fait défaut à la rigueur de la métrique. Ce sont des alexandrins, il faut faire attention à ce que chaque vers fasse bien 12 pieds.