livre

Lucile de Chateaubriand : Ses contes, ses poèmes, ses lettres, précédés d’une étude sur sa vie

« Je pourrais prendre, pour emblème de ma vie, la lune dans un nuage, avec cette devise : Souvent obscurcie, jamais ternie. » Lucile, Lettre III à son frère.

Lucile est née en 1764 à Saint-Malo et est décédée en 1804, à Paris, décès mystérieux, peut-être un suicide. (Wikipédia).

Son mariage avec M. de Caud est court et malheureux, il la chasse au bout de quelques semaines. « L’explication de cette étrange union… Lucile était sans ressource et presque sans abri… son caractère inégal et difficile ne lui permettait pas de résider de façon stable et de se trouver heureuse chez sa mère ou chez ses sœurs. » (Annales de Bretagne).

Son amour pour Chenedollé est sincère et réciproque, mais il s’est marié religieusement à Liège pendant son exil, Lucile refuse cette situation.

Lucile et son frère François-René ont une affection profonde et réciproque, il l’évoque dans les Livres 1, 3, 4, 5, 9, 10, 12, 13, 15 et surtout le Livre 17 des Mémoires d’outre-tombe. Enfance, écrits, lettres, vie de famille.
« …aux heures les plus noires de son exil, Chateaubriand parait ne s’être guère souvenu que d’elle… » (Annales de Bretagne, 1932, Vol.40, Num.1).

Lucile, une belle personne, fragile, sensible, attachante : « l’influence de la belle, étrange, douloureuse et mystérieuse Lucile et la longue compression d’une âme réduite au rêve aux heures où d’inépuisables réserves de volonté et d’énergie tendaient ardemment vers l’action ». (Annales de Bretagne, discours à Combourg).
Lucile douée d’un réel goût pour l’écriture.

Illustration: Portrait de Lucile de Chateaubriand, avec la très aimable autorisation de la Société d’Histoire et d’Archéologie du Pays de Fougères.

Texte : Lucile de Chateaubriand, extrait du site Rivages de Bohème.

Tous mes sincères remerciements à ces deux sites pour leur très aimable autorisation.


Consulter la version texte de ce livre audio.
Télécharger ce livre audio par archive Zip :
Références musicales :

Wolfgang Amadeus Mozart, Serenade no. 5 in D, K. 204/213a, II. Andante moderato (European Archive, domaine public).

Livre audio gratuit ajouté le 01/02/2016.
Consulté ~8519

Lu par Christiane-Jehanne

Suggestions

• • •More

4 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Cher Ahmed,bonjour et merci de votre message qui me touche beaucoup.

    Je suis contente de partager ce livre consacré à Lucile,si proche de son frère,mais ayant aussi son existence propre et fragile.Et,si cela vous convient,j’en suis très heureuse.
    Étant…parfois infidèle à notre “Enchanteur”,….ce sera pour etre avec lui…plus d’un an….Un authentique “régal” pour moi.
    Et,le partager un plaisir.

    Merci de vos pensées à notre égard,cher Ahmed,et nous pensons aussi à vous.
    Toutes nos amities ,Domi se joint certainement à moi.

    Je vous remercie beaucoup,votre gentillesse me soutient vraiment!
    Très belle fin de journée.

  2. Bonjour chère Christiane-Jehane ,

    Un professeur nous conseille toujours de réserver une année entière à un écrivain et/ou un philosophe .Et chaque fois je pense à vous et aussi à Domi…

    Merci de ce courage et cette initiative …

    Bien cordialement ,
    Ahmed

  3. Merci infiniment,chere Cocotte.
    Votre si gentil commentaire m’encourage.Cela me touche.
    Ce livre consacré à Lucile est un bel hommage d’A.France,c’était une personnalité attachante et si fragile.
    Avec Chateaubriand si riche,varié,on n’en finit pas d’apprendre,de découvrir…
    ,et lui même est si étudié,que c’est un vrai plaisir de le suivre…
    Ce “discours prononcé à Combourg”,hommage à Chateaubriand,en 1930,,dans les Annales de Bretagne,est très intéressant,…je le lirai volontiers un jour…!si cela intéresse notre site,naturellement.
    Merci beaucoup,chere Cocotte,très belle soiree á vous.!
    Amities.
    Christiane-Jehanne.

  4. Cette lecture complète très agréablement les Mémoires d’Outre-Tombe. Je ne connaissais rien de Lucile. c’est très intéressant d’apprendre tout ce que vous dites dans le billet, et encore plus d’écouter tut ce que vous avez trouvé.
    Merci de nous avoir fait découvrir cette face presque ignorée de la famille Châteaubriant. Il s’agit d’un auteur incontournable de la littérature française. C’est un bel apport à la bibliothèque de L.A.
    Mais quel travail de lecture, relecture et montage tout cela représente. Bravo pour votre courage!
    merci, Christiane-Jehanne.
    Amitiés
    Cocotte