Paul Gauguin - Manao tupapau (L'esprit des morts veille, en tahitien) - 1892

Les Fleurs du mal (Œuvre intégrale, Version 2)

Donneuse de voix : Pauline Pucciano | Durée : 3h 24min | Genre : Poésie


Paul Gauguin - Manao tupapau (1892)

Texte intégral de 1861, augmenté des pièces condamnées.

On ne présente plus l’œuvre majeure de Charles Baudelaire, recueil fondamental de la poésie moderne.

> Écouter un extrait : Chapitre 1.




> Remarque

Plusieurs autres lectures, nombreux poèmes indépendants, sélections (voir en particulier les enregistrements proposés par René DepasseGuy Marcy et Francis) ou intégrale (Version 1), de cet ouvrage sont disponibles sur notre site.



> Références musicales :

Franz Schubert, Fantaisie Op. post. 103 (European Archive, domaine public).


> Consulter la version texte de ce livre audio.

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Livre ajouté le 27/03/2017.
Consulté ~27 281 fois

Lu par Pauline Pucciano

Suggestions

23 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Chère Pauline,

    Je n’avais pas fréquenté le site ces derniers jours, et suis donc un peu en retard pour vous remercier chaleureusement d’avoir mis à notre disposition, moyennant un travail supplémentaire, les Fleurs du mal non plus sous forme de bouquets composés par l’auteur, mais en séparant chacune de ces fleurs que vous lisez si bien.
    Chacun pourra ainsi recomposer un florilège ou une anthologie à sa convenance, ou se laisser surprendre par les rapprochements inattendus de la lecture aléatoire – et après tout, n’est-ce pas Baudelaire lui-même qui nous invite à établir des “correspondances” inouïes ?
    Amicalement.

    Paul

  2. Chers audio-lecteurs, un petit mot pour vous signaler qu’à la demande de Masque de Chair, que je remercie de cette initiative utile, j’ai découpé tous les fichiers afin que les poèmes soient séparés les uns des autres et accessibles isolément…

  3. Pour écrire un message personnel à un DDV, il vous suffit d’aller dans votre espace personnel, dans la rubrique “boîte de réception” puis “écrire un message privé” : ensuite, vous choisissez parmi la liste des destinataires celui que vous voulez. À bientôt !

  4. Voilà levé le mystère des féeries baudelairiennes… Merci pour cette intéressante réponse !

  5. à propos de la question que vous aviez posée en 2017 (Le temps s’en va, Madame,…) sur la prononciation de “féerique”, voici l’explication : au XIXe siècle, ce mot est un néologisme, et se prononce effectivement “férique”, comme l’indique le dictionnaire de Littré (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5406698m/f698).
    Par ailleurs, le Trésor de la langue Française, achevé dans les années 1990, remarque que le mot se prononce [fe(e)ʀik] (donc “férik” ou “féérik”) et signale que seul le Petit Robert admet “féérik” comme prononciation courante.

  6. Il faut être jeune de cœur, femme, et qui sait, posséder le si poétique prénom qu’à mes yeux vous portez, et il faut aimer profondément la poésie pour lire ces Fleurs comme vous les lisez. La beauté, c’est une des victoires de la vie sur la mort, victoire à laquelle Baudelaire aspirait par son oeuvre, et l’on peut dire que par ce travail, vous contribuez à son immortalité.
    Merci beaucoup.
    Paul

  7. C’est beau et émouvant; c’est un vrai plaisir d’entendre les poèmes de Baudelaire; un grand merci.

  8. Une remarque qui m’est venue à la lecture : alors que Baudelaire fait tant de diérèses, il utilise toujours une synérèse pour “féerique”, comme si le mot, au 19ème siècle, se prononçait “férique”, et non, comme aujourd’hui’hui, “féérique”… Quelqu’un peut-il m’éclairer sur ce point ?

  9. Bonjour chère Pauline Pucciano,

    Le premier fichier MP3 incomplet , il s arrête à la 34 mn 21 , début 24 .
    Pourriez vous revoir ,et le reste tout ok.
    Bien amicalement,
    Ahmed

  10. Bonsoir chère Pauline Pucciano,

    Merci infiniment et je vous souhaite une agréable soirée et un beau printemps .

    Bien cordialement,
    Ahmed

  11. Merci beaucoup, chers amis… Cela faisait un moment que j’en avais envie et je suis heureuse de l’avoir fait…