Frederic Edwin Church - La Magdalena

Osée

« Connaissons, cherchons à connaître l’Éternel ;
sa venue est aussi certaine que celle de l’aurore.
Il viendra pour nous comme la pluie,
comme la pluie du printemps qui arrose la terre…

Que celui qui est sage prenne garde à ces choses !
Que celui qui est intelligent les comprenne !
Car les voies de l’Éternel sont droites ;
les justes y marcheront,
mais les rebelles y tomberont. […] »

Traduction : Louis Segond (1810-1885).
Consulter la version texte de ce livre audio.
Illustration :

Frederic Edwin Church, La Magdalena

Références musicales :

Ludwig von Beethoven, Concerto N°1, BeOp015-02, interprété par Leon Fleisher et l’Orchestre de Cleveland, dirigé par George Szell (1961, domaine public).

Ludwig von Beethoven, Concerto pour violon et orchestre, BeOp061-02c, interprété par David Oistrakh et l’Orchestre de la Radiodiffusion Française, dirigé par André Cluytens (1958, domaine public).

Georg Haendel, Concerto Grosso N°3 HWV321-01, interprété par l’Orchestre du Festival de Bath, dirigé par Yehudi Menuhin (1961, domaine public).

Georg Haendel, Concerto Grosso N°1 HWV312-02, interprété par Gustav Scheck, Hans Martin Linde et l’ensemble Cappella Coloniensis de la RadioWDR, dirigé par August Wenziger (1959, domaine public).

Piotr Ilitch Tchaikovsky, Symphonie No. 6 « Pathétique », Op. 74 : IV. Adagio lamentoso, interprété par l’Orchestre Philharmonique de Léningrad, dirigé par Evgeny Mravinsky (1961, domaine public).

Giuseppe Verdi, Requiem 13, interprété par l’Orchestre et Chœurs Philharmonia, dirigé par Carlo Maria Giulini (1963, domaine public).

Livre audio ajouté le 11/04/2015.
Consulté ~7 070 fois

Lu par Bruissement

Suggestions

4 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. C’est très gentil à vous, Cocotte, de vous pencher si aimablement sur ce travail.
    Chez Osée, les paroles d’amour du Créateur vis-à-vis de l’homme de bonne volonté sont stupéfiantes de densité et mon souci a donc été de trouver la musique qui pouvait les souligner quelque peu.
    Je suis donc heureuse que vous ayez apprécié l’illustration musicale, chère Cocotte, et peut-être, pourra-t-on s’apercevoir à l’écoute de ce prophète, que le Dieu de l’Ancien Testament, n’est point qu’un Dieu lointain et terrible, comme on le pense assez souvent.