Joaquín Sorolla, Aureliano de Beruete y Moret, hijo (1902)

Henry Dunbar (Tome 2)

• • •More

« Il y avait une chaise inoccupée en face du fauteuil sur lequel était assis le banquier […]. Margaret s’en approcha doucement et posa les mains sur le dossier ; son pas fut assourdi par l’épais tapis de Turquie. Le banquier ne fut pas tiré de son assoupissement et le chien lui-même continua à dormir.
« Monsieur Dunbar ! » s’écria Margaret d’une voix claire et résolue, « éveillez-vous ; c’est moi, Margaret Wilmot, la fille de l’homme qui a été assassiné dans le petit bois près de Winchester ! » »

Dans ce deuxième et dernier tome du roman de Mary Elizabeth Braddon (dont la première partie est déjà disponible sur notre site), le lecteur suivra les efforts de Margaret pour retrouver et châtier le meurtrier de son père. L’originalité de la situation déjà installée par l’auteur lors du tome précédent rendra particulièrement savoureuses cette confrontation ainsi que ses conséquences, parmi lesquelles une poursuite en train, guide Bradshaw sous le bras, tout à fait haletante… au sens victorien du terme.

Traduction : Charles Bernard-Derosne (1825-1904).
Consulter la version texte de ce livre audio.
Télécharger ce livre audio par archive Zip :
Références musicales :

Ludwig van Beethoven, Violin Concerto in D major, Op. 61 : II. Larghetto, interprété par l’ensemble US Marine Chamber Orchestra (licence Cc-Pd).

Livre audio ajouté le 02/11/2019.
Consulté ~9514

Lu par Vincent de l'Épine

Suggestions

37 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Merci Maririe !
    C’est une caractéristique des romans à sensation de l’époque victorienne, que la solution de l’énigme est souvent assez facile à deviner pour le lecteur contemporain, mais l’un des talents de Mary Elizabeth Braddon est justement d’être capable sur cette trame de rajouter une incertitude, un mystère, qui font qu’on n’est jamais complètement certain de tenir tous les fils de l’intrigue.
    Ce roman à ce titre est pour moi l’un des plus aboutis, avec son intrigue solide et son sujet finalement assez original. Je le préfère même au plus célèbre “Secret de Lady Audley”.
    Et je vous rejoins aussi sur la poursuite du suspect : ce long passage du roman est particulièrement jubilatoire : une “poursuite victorienne”, qui révèle elle aussi une belle surprise narrative.
    Je suis très heureux que vous ayez aimé ce roman, merci à vous de m’en avoir fait part !
    A très bientôt.

  2. Merci pour votre lecture, toujours excellente.
    L’histoire, même si on devine rapidement la solution, est vraiment bien menée, et d’une modernité surprenante, par exemple dans les chapitres consacrés à la poursuite du suspect.

  3. Cher Vincent, j’avais également écouté Vixen il y a quelques mois, plus léger dans le ton, et Le Secret de Lady Audley. Je crois que c’est celui-ci que j’ai préféré, même s’ils sont très réussis aussi. Je jetterai une oreille du côté des lectures de Cocotte et Daniel, merci du conseil, en attendant vos prochaines lectures.

  4. Merci Gaëlle, cela me fait bien plaisir que vous ayez aimé ce roman. Comme vous le dites, on comprend assez vite les ficelles de l’intrigue. Mais rien n’est jamais dit explicitement. Et cela donne des situations particulièrement riches et savoureuses : par exemple la traque de l’assassin par Margaret et la confrontation longtemps attendue qui s’ensuit !
    J’ai épuisé avec “Vixen” les romans vraiment intéressants (à mon sens) de ME Braddon, mais vous en trouverez d’autres fort bien lus par Daniel ou Cocotte. Peut-être lirai-je plus tard “Le testament de John Marchmont” et ce sera tout. En attendant, dès que j’aurai fini “1984”, je vous proposerai cette année “La bienfaitrice”, d’Elizabeth Von Arnim, qui devrait vous plaire.
    A très bientôt et merci pour votre soutien !

  5. Une belle lecture, comme à votre habitude, cher Vincent, qui m’a accompagnée pendant plus de deux semaines, soir après soir. Encore une histoire comme sait si bien les raconter ME Braddon dont on comprend très vite les dessous, et qui pourtant réussit à maintenir l’intérêt jusqu’à la fin !
    Merci beaucoup du temps que vous consacrez pour partager ces longs romans, je ne les aurai sans doute jamais ouverts seule ; votre voix est maintenant attachée dans mon esprit à ces romans victoriens.

  6. Merci à vous Hélène,
    Miss Braddon et moi-même sommes heureux de faire votre connaissance :-). Vous avez eu la main heureuse car il y a beaucoup de bons romans de cette auteure sur notre site, lus par moi ou par d’autres donneurs de voix. Je vous souhaite de très agréables découvertes et je vous dis à bientôt !
    Amicalement

  7. • • •More