John William Waterhouse - The Soul of the Rose (1908)

Un portrait de femme

• • •More

Paru en 1881, Portrait of a Lady est considéré comme le chef d’œuvre d’Henry James, par la profondeur de ses personnages et la finesse de ses analyses psychologiques. Le roman, par sa trame de mondanités, d’héritages et de demandes en mariage, plaira aux amateurs de l’époque victorienne où toutes les passions, et même la méchanceté, sont bridées par les conventions.
Isabelle Archer est une jeune américaine passionnée, désireuse de vivre pour elle-même, qui considère tous ses prétendants, même les plus charmants, comme des menaces pour sa liberté. Elle définira ainsi sa conception du bonheur : «  Une voiture à quatre chevaux qui file vivement par une nuit sombre sur des routes invisibles ».

Lorsque le destin, par l’intermédiaire de son cousin, la dotera de l’indépendance financière qui lui faisait défaut, Isabelle sera paradoxalement mise en danger. Pauvre, elle était entourée d’hommes trop protecteurs. Riche, elle devient la proie des coureurs de dot… Où la mènera donc sa quête éperdue d’indépendance ?

Traduction : Philippe Néel (1882-1941).

Consulter la version texte de ce livre audio.
Références musicales :

Franz Schubert, Impromptu en sol bémol majeur D. 899 n°3, interprété par Clifford Curzon (1941, domaine public).

Livre audio gratuit ajouté le 27/06/2014.
Consulté ~37474

Lu par Pauline Pucciano

Suggestions

50 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Chère madame Pauline Pucciano,
    Je suis vraiment comblée par votre lecture !
    J’ai déjà vu le film “The Portrait of a Lady” de la talentueuse Jane Campion,
    avec une Nicole Kidman magistrale dans le rôle d’Isabel Archer.
    Je revois donc les merveilleuses images du film en vous écoutant.

    -Je constate qu’il y a déjà quelques années que vous avez présenté
    cette lecture, mais rien n’empêche de vous féliciter et de vous
    remercier maintenant (espérant que cela incitera
    d’autres audiolecteurs à écouter cette magnifique lecture ! 😉 )

    Amicales salutations et joyeuses fêtes de Pâques ! 🌷(-‿-)🌷

  2. Cher Julien, vous avez raison, j’ai fait beaucoup de progrès techniques – notamment au contact de Vincent! Je suis heureuse que cette moindre qualité n’altère pas trop l’intérêt de ce livre audio, qui était particulièrement long. Pour répondre à votre question, je suis désolée de vous décevoir, mais non, point de rocking-chair ni de balancelle pendant la lecture… On m’a dit souvent qu’on entendait les grenouilles en fond sonore : peut-être leur chant grince-t-il ?

  3. Un grand roman porté par une remarquable lectrice.
    Merci.
    À l’époque vous aviez quelques soucis techniques qui n’entravent pas le plaisir de l’écoute.

    J’ai une question à vous poser, il y a lors de certains chapitres un petit grincement qui me faisait vous imaginer lire dans une balancelle ou un rocking-chair. Était ce le cas ?

  4. Ravie d’avoir passé ce week-end avec vous, Oreilles attentives ! Et merci beaucoup d’avoir pris le temps de m’écrire ce mot très encourageant.

  5. qu’ajouter qui n’ait déjà été dit?
    Des félicitations et des remerciements pour ces heures d’écoute que j’ai englouties sans retenue et avec délice en un weekend ! Je venais de terminer la réécoute du cabinet des antiques qui est une petite merveille en soi, et n’ai pas été déçue par cette découverte! Merci et bravo!

  6. Merci à vous, Bernadette… En lisant votre message, je suis tombée sur celui de Catherine, que je n’avais pas lu, et qui m’a beaucoup touchée, car la voix de Victoria est pour moi un modèle indépassable et ô combien regretté.

  7. Merci mille fois pour cette magnifique lecture. Ce beau texte si riche est parfaitement mis en scène par votre voix si claire et limpide ! J’ai tant aimé Victoria …… et je suis tellement heureuse de retrouver une voix qui me touche autant …..
    Merci pour ces magnifiques cadeaux que vous nous faites de façon si généreuse !!!!

  8. C’est moi qui vous remercie, Véronique… C’est un vrai plaisir de pouvoir partager de telles oeuvres – j’ai un attachement tout particulier pour celle-ci.

  9. • • •More