Julie, ou La Nouvelle Héloïse

Julie, ou La Nouvelle Héloïse (Livre 06)

En dépit du genre romanesque sous lequel se présente La Nouvelle Héloïse, l’œuvre baigne dans une théorie philosophique où Rousseau explore les valeurs morales d’autonomie et d’authenticité pour accorder la préférence à l’éthique de l’authenticité contre les principes moraux rationnels : n’accomplir ce qu’exige la société que conformément à ses propres « principes secrets » et aux sentiments qui constituent l’identité profonde.

Dans le livre 6, Claire répond à Julie qu’elle aime Saint-Preux sans l’aimer. Ses sentiments pour lui sont plus que de l’amitié, mais sans être de l’amour et, quand elle le voit, ce qu’elle pourrait ressentir pour lui s’évanouit. Quant à Saint-Preux, il ressent pour elle une affection mêlée de tendresse mais ce n’est pas de l’amour non plus. Il ne peut donc être question de mariage. (Wikipédia)

Consulter la version texte du livre audio.

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Remarques :

Accéder à l’œuvre intégrale…

Donneurs de voix ayant participé au projet, par ordre de leur entrée en scène :

Madame d’Orbes : Domi,

Milord Edouard : Vincent de l’Épine,

M. de Wolmar : René Depasse,

Fanchon : Plume,

Madame de Wolmar : Pauline Pucciano,

Saint-Preux : Aymeric,

Coordination : Cocotte.

Références musicales :

Georg Philipp Telemann, Partita in Bb, interprété par Paul Arden-Taylor, Keith Lewis et Carol Holt (domaine public).

Livre ajouté le 28/04/2015.
Consulté ~10 457 fois

Autres projets collectifs

Suggestions

21 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Chère Marjoliane
    Oups! Désolée, mon message est parti trop tôt! Je voulais dire que je rate quelquefois un message qui s’efface de la liste des derniers commentaires car il y en a beaucoup, et c’est très sympathique d’ailleurs.
    Ceci dit, je vous remercie, au nom de toute l’équipe de “Julie” pour votre chaleureux et encourageant commentaire. Nous avons pris beaucoup de plaisir à l’enregistrer. Chaque donneur de voix a mis tout son coeur et tout son talent à “servir” Rousseau le mieux possible. Nous sommes heureux et fiers de vous avoir plu.
    Merci encore, chère Marjolaine, et à bientôt!Amitiés
    Cocotte

  2. Chère Marjolaine
    Que vous êtes gentille de vous inquiéter de ma santé! Je suis très sensible à cette attention et je vous en remercie de tout mon coeur.
    Rassurez-vous, je vais très bien, enfin autant qu’on puisse bien aller dans le contexte actuel.
    Je réponds régulièrement aux commentaires que j’ai la joie de recevoir.
    Malheureusement, il peut arriver que j’en rate un ou deux car, si je regarde régulièrement la colonne de droite, je n’ai pas le temps d’aller consulterla

  3. Comment vous remercier ? Je suis éblouie par l’exploit réalisé par l’équipe de LA . Quelle découverte ! Combien ai-je entendu ou lu de commentaires sur cette oeuvre de Rousseau, sans avoir jamais pu me décider à la lire, non plus que les autres ? Cela en raison des stupides préjugés dénoncés par Christiane. Vous permettez de combattre l’ignorance et la bêtise. Bravo de tout coeur.

    Je me permets de former des voeux pour Cocotte, dont je ne lis plus aucune réponse aux commentaires depuis quelque temps. Pourvu qu’elle aille bien !

  4. Merci à vous, Cathy, pour cet aimable commentaire.
    En effet, tous les donneurs de voix ont fait un travail formidable, et de longue haleine. J’ai été très fière de notre collaboration car le résultat m’a comblée.
    Amicalement
    Cocotte.

  5. Merci pour ce fabuleux travail de lecture. Le rendu est impeccable. Pour ma part, je me suis régalée et j’aimerais pouvoir savoir lire avec autant de talent.

    Bravo et encore merci

  6. Pas grave! Tout le monde peut se tromper. Moi, je m’étais effectivement trompée en envoyant le zip pas relu après corrections. Mais maintenant, tout est O.K.
    Merci pour vos remarques, elles ont été très utiles.
    Pour le remplacement du livre 5, il faut attendre un peu plus longtemps. La DropBox se remplit vite et, je suis obligée de libérer un peu d’espace pour les projets collectifs suivants. Dès que j’aurai récupéré la lettre manquante, je la rajouterai.
    Cordialement
    Cocotte

  7. En fait je m’étais trompé, il y avait un bout de la lettre 6 après la lettre 2 (je crois), et un autre bout de cette lettre après la lettre 5, enfin quelque chose comme ça. Vous voyez qu’il est difficile de s’y retrouver pour tout le monde dans cette oeuvre monumentale !

  8. Je me permets au fil de mon écoute de signaler les petits points défectueux du fichier : Après la lettre 5 de ce 6ème livre, il manque l’annonce de la lettre 6, de Mme de Wolmar, ainsi que les deux tiers du contenu de cette lettre 6.

    Encore merci pour tout

  9. Cher Adem, chère Christiane, cher Gauthier T
    Tout d’abord, veuillez m’excuser si je n’ai pas répondu plus tôt à vos aimables commentaires. Il m’arrive de ne pas les voir. Début mai, mon ordinateur est tombé en panne. C’est seulement aujourd’hui que je découvre vos commentaires, grâce à Gauthier.
    Je suis contente de voir que ce roman de Rousseau a recueilli autant de témoignages de satisfaction. Il est long et a demandé beaucoup de temps, surtout à Pauline et à Aymeric, qui ont fait un énorme et excellent travail. Tous les donneurs de voix ont été magnifiques, à tous les points de vue et je les en remercie encore. Ce fut une joie de préparer avec eux ce roman-fleuve, qui manquait à la bibliothèque de Littérature audio.
    Merci, au nom de toute l’équipe, d’avoir bien voulu nous dire votre satisfaction.
    Très cordialement
    Cocotte

  10. merci infiniment pour ce travail titanesque !
    c’est une découverte très riche que je n’aurais jamais pu faire seul.
    un immense bravo à tous les collaborateurs

  11. le commentaire de Jean-Pierre m’a bien fait rire, et si j’avais su où dénicher ces jolis smileys que vous utilisez tous avec tant d’aisance, j’en aurais mis un avec la bouche qui se fend jusqu’aux oreilles… Pourvoyeur de joie et de sourires, tel est votre site, sans oublier les nombreux morceaux musique que vous m’avez fait découvrir et que j’écoute jusqu’à en être saoule ! bien à vous !

  12. Quel plaisir de constater de plus en plus que tous vos projets collectifs vont bon train, aussi réussis que ceux du monologue,ce qui me procure beaucoup d’espoir de voir d’ici peu de temps un nombre considérable d’œuvres qui, jadis donnaient des frissons à l’aborder par le simple fait de son volume (considérable). Alors, les murs et barricades sont tombés? Oui à ce que je vois. Tous les honneurs vous reviennent. Merci pour vos efforts et vous prie en mon nom et aux noms de tous les auditeurs de cet aimable site de nous pardonner d’avoir usé de votre temps afin de nous sacré fier quelques moments de bonheur. Quand je dis vous, mes pensées vont à tout le personnel du site sans exception; bien sur ceux et celles qui ont donné leur voix (méritent un peu plus, ça c’est entre nous et pas de jaloux!). Merci à tous.
    Adem

  13. Je me joins à l’équipe pour vous remercier également pour vos commentaires, Christiane, Jean-Pierre, Alessandra, et au passage, je remercie également et spécialement Cocotte pour avoir m’avoir proposé de participer à ce merveilleux marathon !
    A très bientôt, j’espère.

  14. Comme Jean-Pierre Baillot, je me réjouis d’apprendre par votre entremise, Christiane, ce beau mot d’aliboron, trop peu usité à mon avis… Ces aliborons en troupeau ont des airs d’alligators… La bêtise et l’ignorance sont-elles aussi dangereuses que la férocité ?

  15. Nous sommes extrêmement touchés par vos commentaires. J’en suis tout émue!
    En effet, l’équipe de L.A. est formidable! J’apprécie de plus en plus chaque membre. Quelle que soit la longueur de son rôle, chacun a donné le meilleur de soi.
    C’est grâce à René que ce roman est sorti du placard où il languissait depuis des années. C’est lui qui l’a lancé. J’ai repris le flambeau et c’est un vrai bonheur pour moi d’avoir pu mener le projet à son terme, mais, sans les membres de l’équipe, leur générosité, leur professionnalisme et leur amitié, et sans l’aide cordiale et inlassable de Christine Sétrin, jamais il n’aurait pu voir le jour.
    Nous sommes très heureux de voir que nos efforts ont apporté quelque chose aux audio lecteurs, qui l’ont apprécié.
    Merci encore, du fond du cœur!
    Cocotte

  16. Grâce au beau travail de l’équipe et à la mise en garde de Christiane, je m’extirpe (à grand peine et après consultation du dictionnaire, tout de même) du troupeau des aliborons ! 😉

  17. Merci chère Christiane d’avoir pris le temps de réécrire ce message perdu ! Il nous touche beaucoup…

  18. Cette”mission impossible” est chose faite!malgré sa grande difficulté et après avoir sué sang et eau pour l’accomplir ! Votre profond attachement aux belles-lettres vous a donné la foi nécessaire pour croire à ce projet et le mener à terme coûte que coûte. En contrepartie, ce roman, qui prend à des endroits des allures de Sphynx, dense, long et difficile, je l’écoute lentement, sans rien passer, en pauvre remerciement pour le grand cadeau que vous nous faites.Aussi,quand maintenant “on” me dit que Rousseau “est nul avec sa théorie du Bon sauvage”je me pense”mon pauvre petit ou ma pauvre petite, tu n’as pas dû lire grand chose de lui !” Moi aussi, avant de vous fréquenter, j’aurais pu parler de la même façon mais je peux dire que grâce à vous, il y a un “avant” et un “après” Rousseau ; ce fut une révélation ; mon univers intellectuel s’est comme dégagé d’à priori et il a élargi son horizon. Désormais ceux qui fréquentent votre site n’auront aucune excuse s’ils font partie du troupeau des aliborons qui bavassent sur ce qu’ils ne connaissent pas. Vous ouvrez grand les portes de la culture, et des gens (écoliers,étudiants ou autres) incapables de lire de leurs yeux, le font désormais sans peine et gratuitement. Je vous donne 5 étoiles, mes chers amis, car vous me permettez de vous appeler ainsi ? et je vous exhorte à être fiers de vous !