L’Île au trésor (Version 2)

« Profitant de ce répit, je rechargeai sans plus attendre l’amorce de mon pistolet qui avait raté, et lorsque celui-ci fut en état, pour plus de sécurité je me mis à vider l’autre et à le recharger entièrement de frais.

En présence de ma nouvelle occupation, Hands demeura tout ébaubi : il commençait à s’apercevoir que la chance tournait contre lui ; et après une hésitation visible, lui aussi se hissa pesamment dans les haubans et, le poignard entre les dents, se mit à monter avec lenteur et maladresse. Cela lui coûta un temps infini et maint grognement, de tirer après lui sa jambe blessée ; et j’avais achevé en paix mes préparatifs, qu’il n’avait pas encore dépassé le tiers du trajet. À ce moment, un pistolet dans chaque main, je l’interpellai :
– Un pas de plus, maître Hands, et je vous fais sauter la cervelle !… Les morts ne mordent pas, vous savez bien, ajoutai-je avec un ricanement. »

Dans L’Île au Trésor, Stevenson montre son immense talent de narrateur : il sait trouver l’exact équilibre entre le réalisme et le romanesque, et les aventures du jeune Jim Hawkins sont palpitantes tout en restant ancrées dans une réalité toujours crédible.
Stevenson sait aussi peupler son univers de personnages réalistes, toujours complexes et ambivalents… Et puis surtout il y a Long John Silver !

Un immense merci aux Cap Horniers de Quimper, qui m’ont autorisé à utiliser leur interprétation de Quinze Marins, la chanson de Michel Tonnerre qui est une adaptation française de la célèbre chanson des pirates de L’Île au trésor. Merci également aux enfants de Michel Tonnerre pour leur autorisation.

Vous pouvez suivre les aventures de Jim Hawkins sur la carte de l’île au trésor, dessinée par Stevenson.

Consulter la version texte du livre audio.

Traduction : Déodat Serval (1878-1938).

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Remarques :

La mention « (Version 2) » à la suite du titre indique qu’il existe sur notre site un autre enregistrement de ce même texte, effectué par un donneur de voix différent. Voir aussi : Version 1.

Références musicales :

Introduction des parties :
Quinze Marins, chanson de Michel Tonnerre, interprétée par les Cap Horniers, avec l’aimable autorisation des Cap Horniers et des ayant-droit de Michel Tonnerre. Tous droits réservés.

Introduction des chapitres :
The Grave of the Unknown Clansman ; The Highlands of Banffshire ; Trip to Skye ; Logie Bridge, interprété par Jock Tamson’s Bairns (licence Cc-By-Nc-Sa-2.5 Scotland).

Livre ajouté le 15/03/2017.
Consulté ~65 254 fois

Lu par Vincent de l'Épine

Suggestions

62 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Merci Sylvie de votre long commentaire, qui me ravit !
    Désolé que Robert Louis et moi-même vous ayons causé quelques problèmes de sommeil :-).
    J’ai suivi un peu le même cheminement que vous. Dans mes souvenirs de jeunesse, c’étaient des mousquets et des voiles qui claquaient au vent. A cette relecture (et l’enregistrement d’un roman permet je crois de bien rentrer dans l’histoire !), j’ai plus été frappé par le réalisme des personnages et par la qualité des dialogues. Dans L’île au Trésor, on a l’impression que chaque personnage, même le plus secondaire, “vit sa vie” et n’est pas là seulement pour servir d’arrière-plan aux aventures du héros. Il a ses propres motivations, son passé. Cela est perceptible aussi dans “Les aventures de David Balfour”.
    Merci beaucoup pour votre retour, et à bientôt pour de nouvelles aventures !

  2. Merci Vincent de l’Epine d’avoir lu cette œuvre pour nous. C’était tout à fait formidable !
    Je l’avais fait lire à mes élèves de collège autrefois et je leur aurais conseillé de vous écouter si cela avait existé à l’époque (d’ailleurs je vois qu’il y a plusieurs jeunes élèves qui vous remercient !). Je trouvais déjà que c’était un roman de grande qualité ; c’était surtout la force de la description des visages, des corps et des actes des ‘méchants’ qui m’avaient frappée, alors.
    Mais là j’hésitais à me remettre à cette œuvre, qui me semblait malgré tout concerner surtout la jeunesse. Eh bien pas du tout, j’ai été tout à fait enchantée.
    Ce sont d’autres choses qui m’ont charmée cette fois-ci, comme les paysages vénéneux de l’île (je pense au marécage malsain où les méchants préparent leurs mauvais coups, épiés par Jim, sous le bruissement de l’envol des canards sauvages, dans le chapitre 14).
    Quel conteur, ce Stevenson et quelle qualité d’écriture !
    Et puis alors votre lecture tout à fait épatante, sans parler de la musique.
    Normalement je suis censée utiliser des livres audio pour m’endormir, mais là je vous ai écouté pratiquement toute la nuit.
    C’était super ! Merci !

  3. Bonjour je dois lire ce livre pour le collège, et cette version audio ma beaucoup aidé. Je vous en remercie

  4. Ça ne fonctionne pazs je suis déçu…
    Je testerais une prochaine fois, j’espère que cela fonctionnera.

  5. • • •More