Page complète du livre audio gratuit :


AHIKAR – Dies irae (Poème)

Donneur de voix : Ahikar | Durée : 6min | Genre : Poésie


Dies irae

« Un bel éléphant tué par des braconniers
Gisait dans un gué, horriblement mutilé,
La trompe coupée sur le sol abandonnée,
Et les défenses pour l’ivoire arrachées.
Devant pareille cruauté,
L’humanité tout entière semblait entachée.
Quelle triste réalité !… »

Ce texte fait suite à :

- Le Tigre, le Singe et les Périophtalmes,
- Jonas le Singe,
- La Panthère et l’Ours blanc.

Illustration : Photographie de Stéphanie Vergniault, fondatrice et directrice générale de SOS Éléphants du Tchad et SOS Éléphants du Congo (avec son autorisation).

Dies irae.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)





> Références musicales :

Wolfgang Amadeus Mozart, Requiem en Ré mineur, K626, Dies irae, interprété par les ensembles Westminster Choir et New York Philharmonic, dirigés par Bruno Walter (1956, domaine public).


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 8. XXIe siècle, Contemporains, Poésie, ,

 

Page vue 1 580 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

14 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Lïat le 30 juillet 2021

    Étrange parenté avec les ortolans du président… Brrrr

  2. Sautillant le 30 juillet 2021

    @ LÏAT…  » Bonjour « …

    Vous me dissuadez d ‘ écouter…

     » Bonne nuit « …

  3. Lïat le 30 juillet 2021

    @ Sautillant
    Ce n’était vraiment pas mon but (⊙_☉)
    L’immense talent d’Ahikar ne doit jamais être mis de côté.
    -C’est de mon émotivité dont il est question ici.
    Pour employer une expression de mes compatriotes:
    « Je n’ai pas la couenne dure ».

    Il plus que temps pour moi d’aller au lit.

    Bonne journée à vous et à Ahikar🌸

  4. Sautillant le 30 juillet 2021

    @ LÏAT… réveillée…

    Vous n ‘ avez pas la carapace de ce GOLIATH du GABON… qu’ AHIKAR nous présente par ailleurs ( belle image à la clé )… c ‘ est tres bien ainsi ! … ne changez pas… supportez les souffrances inevitables… agissez-en intérieurement comme dans ces combats de l’ art martial ( j ‘ ai oublié son nom ) auquel vous avez été initiée … À ce propos… mon beau-frère… viet-namien… est maître de Viet-vu-dao… art martial de son pays d ‘ origine…
    Il a des ecoles un peu partout dans le monde… au QUEBEC je sais pas… lui demanderai…

    Lïant salut…

  5. Untel le 31 juillet 2021

    LÏAT a au moins évoqué ses sensations à l’endroit de la sauvagerie humaine que ce beau texte déplore.
    Les deux autres interventions sont en marge du contenu, de l’essentiel et confirment, si besoin est, que la légèreté apparente du masque cache la pesanteur caractérielle de celui qui le porte et dont l’agressivité récurrente envers la gente féminine donne la nausée.

  6. quidam le 1 août 2021

    RFI
    Kenya: un lion égaré sème la panique dans la banlieue de Nairobi

    Des habitants de la banlieue de Nairobi ont eu une belle frayeur mercredi 28 juillet 2021 au matin. Un lion s’était aventuré en pleine zone résidentielle, entraînant un début de panique. Le service des parcs a finalement dépêché des gardiens et des vétérinaires. Le félin a été endormi et capturé avant d’être relâché. Un incident qui pourrait illustrer l’avancée des zones urbaines sur la nature.

    Des dizaines de personnes se sont massées à Ongata Rongai pour observer les employés de KWS endormir le lion à l’aide d’une fléchette tranquillisante. Le jeune mâle avait été aperçu dans ce quartier résidentiel du sud de Nairobi en pleine heure de pointe, créant un début de panique, retardant l’arrivée des enfants à l’école et le travail des riverains.

    Le lion s’est finalement retrouvé coincé entre un mur de béton et des feuilles de taule, facilitant sa capture. Il a été transféré dans un centre vétérinaire pour observation avant d’être relâché avec un collier dans le Parc national de Nairobi.

    Localisé à sept kilomètres du centre-ville, le PNN occupe 117 km2. C’est le seul parc de safari du monde situé à l’intérieur d’une capitale. Or certains riverains se sont plaints, demandant qu’il soit mieux clôturé. Le PNN est en effet protégé sur trois côtés, avec une façade Sud ouverte, pour permettre la reproduction et migration des animaux. Mais le parc est désormais traversé par une nouvelle route et une grande ligne de chemin de fer que certains spécialistes accusent de perturber le comportement de la faune.

    La zone urbaine de Nairobi elle ne cesse de s’étendre. La capitale kenyane est l’une des villes africaines à la croissance la plus rapide, ce qui aggrave l’empiétement sur le parc national.
    correspondant régional RFI à Nairobi, Sébastien Németh

  7. Stéphanie le 3 août 2021

    C’est horrible les éléphants ont le droit de vivre libre. L’humanité, le pire cancer de la Terre..

  8. Sautillant le 3 août 2021

    @ UNTEL… une vieille connaissance qui… lorsque le temps le permet… m ‘ adresse ses yodels… par-delà les hautes montagnes de son beau pays…

    J’ espère de tout coeur que vous… vous en portez un de masque ! ( inutile de preciser lequel)… parce que… si c ‘ est votre vrai visage… very very bad karma !

  9. Sandrine Seyller le 3 août 2021

    Cette fable est bouleversante !
    Merci à Patrick d’avoir convaincu Ahikar de nous en faire la lecture (cf. son commentaire sur «Jonas Le Singe»).
    Si elle peut déranger à la première écoute, elle n’est que plus forte à la seconde où l’on prend conscience de la profondeur du message.
    L’homme a toujours besoin d’être bousculé. Et là, Ahikar bouscule notre être.
    La chute est d’une puissance extraordinaire. Brrrr…

  10. Georje le 3 août 2021

    Une lecture en live comme Ahikar en a le secret. L’histoire de l’humanité est une grande tragédie..

  11. Marc Bonetto le 7 août 2021

    Pour ceux qui aiment la popowésie actuelle, je conseille d’écouter Julien d’Abrigeon sur

    http://tapin2.org/c-etait-la-haut-mais_-sombre-aux-abords

    puis de taper (fort) au hasard.

    C’est sûr, y a pas l’extrait du « Requiem », mais c’est tout pareil, bien qu’à l’opposé.

  12. Corine le 12 août 2021

    Très beau plaidoyer pour la survie de l’éléphant d’Afrique. Merci

  13. Ahikar le 12 août 2021

    Merci à tous pour vos chaleureux commentaires.

    @Georje
    Concernant la « prestation en live », je dois dire que cet enregistrement me laissait dubitatif. Je le trouvais trop véhément. J’ai essayé de le réenregistrer il y a un mois, mais du coup, le résultat était bien fade. J’ai finalement choisi de conserver l’enregistrement de 2013, réalisé peu après l’écriture du texte.

    @Marc Bonetto
    J’ai écouté plusieurs des prestations de Julien d’Abrigeon. Je ne me sens pas qualifié pour donner un avis. Jeune, j’ai beaucoup fréquenté le Centre Pompidou, j’ai entendu des lectures futuristes de Marinetti, des lectures des Cantos d’Ezra Pound… j’étais alors comme une éponge qui buvait toute cette modernité, et tout me plaisait ou presque. En fait je ne me disais pas « Ça c’est bien… ça, non », je me laissais imbiber, traverser par toutes ces expériences sonores… Maintenant, malheureusement, j’ai vieilli, et ne suis plus aussi réceptif.

    Merci encore à Lïat, Sandrine, Stéphanie et Corine, Untel, Quidam et Sautillant.

    Une précision encore, ce texte est une fable et fait partie d’un ensemble. En l’écoutant seul, la réponse faite par le roi des éléphants peut sembler étrange.

    Bonne soirée à tous ! :)

  14. Georje le 15 août 2021

    Ce serait donc le secret.. Difficile de retrouver la spontanéité d’une première lecture.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.