Page complète du livre audio gratuit :


BAZIN, René – Madame Dor

Donneuse de voix : Gaëlle | Durée : 1h | Genre : Nouvelles


René Bazin - Madame Dor

Madame Dor est la propriétaire de l’Hôtel de la Marine, à Camaret, où le narrateur s’est arrêté quelques jours. Il y découvre la joie vive des jeunes filles se promenant le soir le long du quai qui contraste avec la beauté mélancolique des paysages du Finistère. Et il comprend la jalousie féroce que Madame Dor, « fille, veuve et mère de naufragés », éprouve envers la mer qui a lui pris ceux qu’elle aimait. Son petit-fils, Guillaume, est à présent l’objet de toutes ses attentions. « Il sera tout ce qu’il voudra, mais pas marin ! »
Plus encore que le courage, c’est l’amour de Mme Dor pour son petit-fils, qu’elle veut protéger et garder pour elle seule, qui transcende cette nouvelle de René Bazin, publiée en 1894 dans le recueil Humble Amour.
Elle est accompagnée d’une composition de Yann-Fañch Perroches, accordéoniste diatonique breton, avec son aimable autorisation.

Illustration : Mareyeuse en manteau de deuil attendant les bateaux de pêche (Le Guilvinec, Finistère, début XXe).

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.


> Télécharger ce livre audio par archive(s) Zip [Aide] :

Madame Dor.zip


> Télécharger ce livre audio par chapitres [Aide] :

Chapitre 01.mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)
Chapitre 02.mp3
Chapitre 03.mp3



> Références musicales :

Yann-Fañch Perroches, An Droug Hirnez, avec l’aimable autorisation de l’artiste.

Bruitages extraits des sites Universal-soundbank.com et Sound-fishing.net.


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Nouvelles, ,

 

Page vue 2 132 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

13 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Claryssandre le 18 octobre 2019

    On est jamais déçu avec Bazin…ni avec vous! Très beau texte admirablement servi par votre voix si délicieuse . Un grand Merci !

  2. Gaëlle le 18 octobre 2019

    Je vous remercie bien de votre fidélité et de votre message, Claryssandre, d’autant que j’ai enregistré l’essentiel de ce texte après une longue laryngite, avec une voix encore un peu voilée, et alors que je désespérais de ne pouvoir me remettre au micro ! Je suis ravie de savoir que cela n’a pas nui à cette lecture.

  3. Georje le 20 octobre 2019

    René Bazin se reconnaîtrait certainement à travers ce livre audio. Nul besoin d’aller en Bretagne quand on écoute votre voix, la musique et le bruit des vagues. Quelle réussite!

  4. Gaëlle le 21 octobre 2019

    Votre commentaire me comble de joie, cher Georje ! Ce texte m’a particulièrement touché, et j’ai fait de mon mieux pour en transmettre l’atmosphère. J’ai dans ma famille de ces femmes de Bretagne qui ont attendu au port le retour des pêcheurs, et sans doute cela m’a inspirée …

  5. Cocotte le 26 octobre 2019

    Chère Gaelle
    Youpi! Le serveur est réparé. Je n’attends pas plus longtemps pour vous dire combien j’ai adoré le texte de madame Dor, ainsi que votre interprétation.
    René Bazin et vous-même, chère Gaelle, ne décevez jamais.
    Un grand merci pour ces belles heures passées en votre compagnie.
    Amicalement
    Cocotte

  6. Gaëlle le 27 octobre 2019

    Chère Cocotte, je vous remercie de tout mon cœur pour votre message ! C’est par vous que j’ai découvert tout à la fois René Bazin et le recueil de textes dont est extrait Madame Dor, vous avez donc une part dans cette lecture, et j’en suis d’autant plus enchantée si elle vous a plu !

  7. Plume le 17 novembre 2019

    Quelle jolie voix ! Et quelle belle diction ! Je ne me souvenais pas vous avoir déjà entendue (alors qu’en fait si, dans Lady Susan). J’ai été sous le charme ! Et, oui, à travers ce texte, on se sent transportés en Bretagne, même quand on y habite déjà !
    Merci pour cette belle lecture !

  8. Gaëlle le 18 novembre 2019

    Merci beaucoup, Pomme, pour votre appréciation de cette lecture ! Je suis ravie si j’ai pu y transmettre un peu de l’ambiance de la Bretagne – il me semble que la musique de Y-F Perroches y contribue, et je lui suis sincèrement reconnaissante de n’avoir fait aucune difficulté à ce que je puisse l’utiliser ici.
    Oserais-je vous proposer de poursuivre la promenade bretonne en ma compagnie en écoutant l’une ou l’autre de mes lectures d’Anatole Le Braz ? ;-)

  9. Nadia Ceccotti le 11 décembre 2019

    Bonjour Gaëlle,

    Superbe lecture! L’accompagnement musical et sonore est aussi très réussi et épouse ce beau texte fort avec bonheur.
    Mon coeur se serre à l’évocation du destin tragique de ces fiers marins et de leurs famille auxquels ta voix désormais experte as su si bien redonner vie. Et tu m’as fait découvrir un auteur inconnu! Merci mille fois.

  10. Gaëlle le 12 décembre 2019

    Merci beaucoup, chère Nadia, pour ce retour ! Madame Dor est une belle personne qui n’a pas été épargnée par la vie, et la lecture de ce texte m’a particulièrement émue aussi.

  11. Christian Dousset le 19 décembre 2019

    Chère Gaëlle,
    C’est chaque fois avec un plaisir renouvelé que je vous écoute. La finesse de votre lecture trouve sa juste mesure dans l’écrin sonore que vous avez su créé avec tant de bonheur. Non, décidément, ce beau texte, n’est pas « joliment » dit, il est superbement interprété! Merci encore Gaëlle, pour ce don.

  12. Christian Dousset le 19 décembre 2019

    Désolé pour cette énorme erreur orthographique dans mon précédent message! Il faut évidemment lire « créER », l’infinitif s’imposant ici.
    Amitiés.
    Christian.

  13. Gaëlle le 19 décembre 2019

    Votre commentaire, cher Christian, m’émeut et me touche au plus haut point ; derrière chacun de vos mots se glisse un magnifique compliment ! C’est Noël avant l’heure que de le découvrir ce soir ! Je suis bien récompensée du temps passé, avec des auditeurs tels que vous, et je m’empresse de me remettre à ma prochaine lecture, en espérant qu’elle ne vous décevra pas.
    Merci mille fois, et joyeuses fêtes de fin d’année !

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.