Livres audio gratuits pour 'Charles Baudelaire' :


BAUDELAIRE, Charles – L’Albatros (Poème, Version 6)

Donneuse de voix : Sisyphe | Durée : 1min | Genre : Poésie


Charles Baudelaire

Les génies ne sont pas faits pour vivre en ce monde mais ils lui sont indispensables.

L’Albatros.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 699 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BAUDELAIRE, Charles – Les Fleurs du mal (Œuvre intégrale, Version 2)

Donneuse de voix : Pauline Pucciano | Durée : 3h 24min | Genre : Poésie


Paul Gauguin - Manao tupapau (1892)

Texte intégral de 1861, augmenté des pièces condamnées.

On ne présente plus l’œuvre majeure de Charles Baudelaire, recueil fondamental de la poésie moderne.

> Écouter un extrait : Chapitre 1.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 032 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BAUDELAIRE, Charles – Petits Poèmes en prose (Sélection, Version 2)

Donneur de voix : Pomme & Ricou | Durée : 41min | Genre : Poésie


cumulus

Le titre Petits Poèmes en prose est celui de l’édition posthume de 1869. Mais Baudelaire lui-même avait évoqué à plusieurs reprises le titre Le Spleen de Paris pour désigner le recueil qu’il complétait au gré de son inspiration et de ses publications.

Cette sélection comprend :

- L’Étranger
- Les Yeux des pauvres
- Les Projets
- Les Fenêtres
- Les Bienfaits de la lune
- Anywere out of the world
- Chacun sa chimère
- Un Plaisant
- Le Gâteau
- Le Joujou du pauvre
- La Solitude
- Enivrez-vous

Petits Poèmes en prose.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 491 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BAUDELAIRE, Charles – Le Haschisch

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 28min | Genre : Essais


Charles Baudelaire - Autoportrait sous l'effet du haschisch

La troisième section des Paradis artificiels est intitulée par Baudelaire Du vin et du haschisch comparés comme moyens de multiplication de l’individualité.
Le chapitre sur Le Vin a été publié sur notre site et voici celui sur Le Haschisch (préparation obtenue à partir du cannabis).

« L’idée m’est venue de parler du vin et du haschisch dans le même article, parce qu’en effet il y a en eux quelque chose de commun : le développement poétique excessif de l’homme. »

Mais Baudelaire qui connaît bien les effets des deux substances (il a découvert le haschich en 1843 à 22 ans, c’est-à-dire sa première cuillère de confiture verte cannabique) insiste sur leur opposition : « Le vin exalte la volonté ; le haschisch l’annihile. Le vin est support physique ; le haschisch est une arme pour le suicide. Le vin rend bon et sociable ; le haschisch est isolant… Le vin est utile, il produit des résultats fructifiants. Le haschisch est inutile et dangereux. »

Il décrit clairement les trois phases par lesquelles passe le fumeur (hilarité, sensation de fraîcheur aux extrémités, hallucinations) et précise :
« J’ai raconté à peu de chose près les phénomènes qui se produisent généralement, sauf quelques variantes, chez les esprits artistiques et philosophiques. Mais il y a des tempéraments chez qui cette drogue ne développe qu’une folie tapageuse. »

Une mise en garde pour finir :
« On dit que cette substance ne cause aucun mal physique. Cela est vrai, jusqu’à présent du moins. Car je ne sais pas jusqu’à quel point on peut dire qu’un homme qui ne ferait que rêver et serait incapable d’action, se porterait bien… Mais c’est la volonté qui est attaquée, et c’est l’organe le plus précieux. »

Le Haschisch.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 7 503 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BAUDELAIRE, Charles – Mon cœur mis à nu

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 5min | Genre : Essais


Édouard Manet - Charles Baudelaire

On ne peut adhérer à tous les jugements émis par Baudelaire dans Mon cœur mis à nu, journal intime (publication posthume en 1864), ouvrage autobiographique, certes, mais surtout notes prises pour un travail futur. Thèmes abordés : l’amour et les femmes, Dieu, la peine de mort, le progrès, l’histoire de la France, etc, et en même temps des notes pour divers projets.

Voici deux réflexions très acceptables :
« Il est impossible de parcourir une gazette quelconque, de n’importe quel jour, ou quel mois, ou quelle année, sans y trouver, à chaque ligne, les signes de la perversité humaine la plus épouvantable, en même temps que les vanteries les plus surprenantes de probité, de bonté, de charité, et les affirmations les plus effrontées, relatives au progrès et à la civilisation.
Tout journal, de la première ligne à la dernière, n’est qu’un tissu d’horreurs. Guerres, crimes, vols, impudicités, tortures, crimes des princes, crimes des nations, crimes des particuliers, une ivresse d’atrocité universelle.
Et c’est de ce dégoûtant apéritif que l’homme civilisé accompagne son repas de chaque matin. Tout, en ce monde, sue le crime : le journal, la muraille et le visage de l’homme.
Je ne comprends pas qu’une main puisse toucher un journal sans une convulsion de dégoût. »

« Il n’y a de grand parmi les hommes que le poète, le prêtre et le soldat.
L’homme qui chante, l’homme qui sacrifie et se sacrifie.
Le reste est fait pour le fouet.
Défions-nous du peuple, du bon sens, du cœur, de l’inspiration et de l’évidence. »

Mais le jugement suivant ne grandit pas le poète :

« George Sand n’a jamais été artiste. Elle a le fameux style coulant, cher aux bourgeois.
Elle est bête, elle est lourde, elle est bavarde. Elle a, dans les idées morales, la même profondeur de jugement et la même délicatesse de sentiment que les concierges et les filles entretenues. [...] Je ne puis penser à cette stupide créature, sans un certain frémissement d’horreur. Si je la rencontrais, je ne pourrais m’empêcher de lui jeter un bénitier à la tête. »

Mon cœur mis à nu.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 6 907 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BAUDELAIRE, Charles – Amœnitates belgicæ (Œuvre intégrale)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 15min | Genre : Poésie


Baudelaire, par Nadar

Poèmes mordants, satiriques, méchants parfois et même grossiers traduisant la haine de Baudelaire pour les Belges, les Amœnitates belgicæ (« les charmes de la Belgique ») sont un recueil de la vengeance. En 1864 ses soucis d’argent s’aggravant et sa santé se détériorant, Baudelaire s’installe en Belgique pour donner des conférences qui ne lui rapportent rien, l’humilient et il reporte toute sa colère sur le mauvais français, la bêtise, la saleté des habitants et leurs habitudes latrinesques ; il s’amuse de la mort du roi Léopold et décharge toute sa rancune envers son pays et son siècle. Une petite facette peu honorable du grand poète des Fleurs du mal qui ne sera révélée qu’en 1908 dans ses œuvres posthumes, avec Mon cœur mis à nu et Fusées. Voici le sonnet le moins virulent des 21 poèmes :

« Les Belges et la lune

On n’a jamais connu de race si baroque
Que ces Belges. Devant le joli, le charmant,
Ils roulent de gros yeux et grognent sourdement.
Tout ce qui réjouit nos cœurs mortels les choque.

Dites un mot plaisant, et leur œil devient gris
Et terne comme l’œil d’un poisson qu’on fait frire ;
Une histoire touchante ; ils éclatent de rire,
Pour faire voir qu’ils ont parfaitement compris.

Comme l’esprit, ils ont en horreur les lumières ;
Parfois sous la clarté calme du firmament,
J’en ai vu, qui rongés d’un bizarre tourment,

Dans l’horreur de la fange et du vomissement,
Et gorgés jusqu’aux dents de genièvre et de bières,
Aboyaient à la Lune, assis sur leurs derrières. »

> Écouter un extrait : Venus belga.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 9 818 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BAUDELAIRE, Charles – Les Fleurs du mal (Poèmes, Sélection)

Donneur de voix : Francis | Durée : 10min | Genre : Poésie


Charles Baudelaire

À une passante

« La rue assourdissante autour de moi hurlait.
Longue, mince, en grand deuil, douleur majestueuse,
Une femme passa, d’une main fastueuse
Soulevant, balançant le feston et l’ourlet ;

Agile et noble, avec sa jambe de statue.
Moi, je buvais, crispé comme un extravagant [...] »

> Écouter un extrait : À une passante (Version 3).

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 15 665 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

POE, Edgar Allan – L’Ile de la fée

Donneuse de voix : Océane | Durée : 11min | Genre : Nouvelles


Barque

« Ce fut dans un de mes voyages solitaires, dans une région fort lointaine, – montagnes compliquées par des montagnes, méandres de rivières mélancoliques, lacs sombres et dormants, – que je tombai sur certain petit ruisseau avec une île. J’y arrivai soudainement dans un mois de juin, le mois du feuillage, et je me jetai sur le sol, sous les branches d’un arbuste odorant qui m’était inconnu, de manière à m’assoupir en contemplant le tableau. Je sentis que je ne pourrais le bien voir que de cette façon, – tant il portait le caractère d’une vision. »

Traduction : Charles Baudelaire (1821-1867).

L’Île de la fée.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 9 734 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Charles Baudelaire :