Livres audio gratuits pour 'Emmanuel Bove' :


BOVE, Emmanuel – Le Pressentiment

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 3h 35min | Genre : Romans


Robert Delaunay - Portrait du poète Philippe Soupault

Charles Benesteau, un avocat parisien, décide de rompre avec la bourgeoisie à laquelle il appartient. Il en a assez de ne voir autour de lui que des gens injustes et avares, incapables d’un mouvement de générosité. Il quitte femme, enfants, amis, situation et richesse pour chercher la liberté dans la solitude et l’exil. Pas très loin, tout de même : de son immeuble chic et hausmannien dans le 18e, l’avocat déménage porte de Vanves dans le 14e et y loue un petit appartement dans un immeuble pauvre pour y écrire et passer inaperçu. Là, il rencontre tout un monde qu’il n’a jamais côtoyé de sa vie.
Ses voisins de rue et de palier (telle madame Chevasse) ne sont pas moins aussi méchants et odieux que ceux et celles de son ancien beau quartier. Pourquoi tant de haine ? Il n’arrive pas à comprendre.
La mort arrivera vite au rendez-vous.

La famille, comme il se doit, fit face aux obligations et sut être à la hauteur ; l’enterrement fut grandiose. Jamais la rue dans laquelle il avait décidé d’habiter n’en avait vu de pareil ; à la grande satisfaction des habitants de la rue qui purent assister, gratuitement de leur fenêtre, à tout ce spectacle. « Immédiatement après les fleurs venaient les frères du défunt, en habit, ses confrères, les amis. L’un d’eux disait : « Maintenant je comprends beaucoup de choses. Charles devait avoir Le Pressentiment de sa mort. »», d’où le titre.

> Écouter un extrait : Chapitres 01 à 04.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 303 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOVE, Emmanuel – Un Raskolnikoff

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 50min | Genre : Nouvelles


Un Raskolnikoff

Crime et châtiment (27 heures de lecture) de Dostoïevski (1866) est sur le site depuis 2010. Bref résumé pour éclairer notre nouvelle actuelle :

Rodion Romanovitch Raskolnikov est un ancien étudiant en Droit de 23 ans. Rongé par la pauvreté, il vend son dernier bien, la montre de son père, à une usurière ; s’il la tuait, il se demande si moralement il n’améliorerait pas la condition humaine. Il l’assassine, mais, terrassé par le remords et la culpabilité, il passe du crime au châtiment. La conscience de son meurtre le rend presque fou. Une jeune prostituée qu’il aime l’aide, mais en vain, à la rédemption et il ne peut se racheter que par l’aveu du crime avant d’être déporté en Sibérie.

En 1931, Emmanuel Bove s’inspire du roman russe en écrivant Un Raskolnikoff : sujet peu étonnant quand on sait que de son vrai nom Emmanuel Bobovnikoff était né d’un père russe et d’une mère luxembourgeoise.

Espérons que, après Un Raskolnikoff et Mes amis nous aiderons au vœu de l’auteur qui écrivait dans Mémoires d’un homme singulier :

« Je n’ai rien demandé à l’existence d’extraordinaire. Je n’ai demandé qu’une chose. Elle m’a toujours été refusée. J’ai lutté pour l’obtenir, vraiment. Cette chose, mes semblables l’ont sans la chercher. Cette chose n’est ni l’argent, ni l’amitié, ni la gloire. C’est une place parmi les hommes, une place à moi, une place qu’ils reconnaîtraient comme mienne sans l’envier, puisqu’elle n’aurait rien d’enviable. Elle ne se distinguerait pas de celles qu’ils occupent. Elle serait tout simplement respectable. »

> Écouter un extrait : Première Partie.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 089 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOVE, Emmanuel – Mes amis

Donneur de voix : Christian Dousset | Durée : 3h 45min | Genre : Romans


Emmanuel Bove (1928)

Durant sa courte vie – il décède à 47 ans -, Emmanuel Bove (1898-1945) va passer pour l’un des espoirs littéraires du 20ème siècle. Remarqué par Colette lors de la parution de l’une de ses nouvelles, il connaîtra le succès avec Mes amis, en 1924. Néanmoins, il tombe dans l’oubli après 1945. Pourtant, son style bouscule le roman psychologique par une phrase dépouillée, des notations parfois très réalistes et des descriptions qui rappellent l’écriture cinématographique.
Dans ce récit à la première personne, le héros velléitaire, qui passe ses journées à ne rien faire, consacre son temps à la recherche d’une relation affective pérenne. Spectateur de sa souffrance morale, le lecteur navigue alors entre ses enthousiasmes, ses déceptions et ses épanchements plaintifs.
De nos jours, ce roman d’Emmanuel Bove semble retrouver un certain public comme en témoignent les diverses traductions de l’œuvre. D’ailleurs, certains critiques littéraires établissent parfois un parallèle entre Bâton et Meursault, le héros de L’Étranger.

Illustration: Emmanuel Bove en 1928.

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 646 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |