Livres audio gratuits pour 'Octave Mirbeau' :


MIRBEAU, Octave – L’Épidémie

Donneurs de voix : Projet collectif | Durée : 34min | Genre : Théâtre


L'Épidémie

Le Conseil Municipal est en pleine séance. Tout à coup, arrive le docteur Triceps. Il a une mauvaise nouvelle à annoncer : une épidémie a commencé à ravager la ville. Pour le moment, le mal est circonscrit à la caserne. On peut discuter posément des mesures à prendre, si toutefois elles sont nécessaires. Mais un huissier surgit, à bout de souffle, porteur d’un message urgent, d’une affreuse nouvelle : un bourgeois vient de mourir à cause de l’épidémie. Grand émoi parmi les conseillers municipaux ! Alors, maintenant, il faut faire quelque chose, et vite !

Illustration : Libre théâtre L’Epidémie, par J.P. Carré

Tous nos remerciements à Plume, qui nous a suggéré cette pièce, à Christine, qui a déniché l’illustration parfaite et à Daniel Luttringer qui a réalisé la vignette.

L’Épidémie.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 596 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MIRBEAU, Octave – Chez l’illustre écrivain

Donneurs de voix : Projet collectif | Durée : 1h 10min | Genre : Théâtre


Chez l'illustre écrivain

Lié d’amitié avec Paul Bourget à ses débuts, Octave Mirbeau admire son intelligence et sa culture. De son côté Bourget consacre une critique très élogieuse au roman Le Calvaire.

Peu à peu, pourtant, cette amitié se dégrade. Mirbeau tourne son ancien ami en ridicule dans sa pièce intitulée Chez l’illustre écrivain. C’est une satire féroce de Paul Bourget, une caricature outrée.

« Le reporter : Vous ne pouvez pas faire cela ! Vous ne pouvez pas priver la patrie d’une œuvre de vous, d’un chef-d’œuvre de vous, mon cher et illustre maître ! Ce serait plus qu’une trahison envers la patrie, ce serait une forfaiture envers l’humanité !

L’illustre écrivain : Où donc aller pour me soustraire à toute cette agitation du succès ? partout où j vais, je suis connu. Ce sont des fêtes, des invitations, des acclamations ! l’année dernière, dans le désert saharien, j’ai du subir les persécutions enthousiastes des caravanes arabes. Même au désert, il m’est impossible de garder l’incognito ! C’est à devenir fou ! »

Illustration : Paul Bourget chez lui en 1894.

> Écouter un extrait : Scène 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 290 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MIRBEAU, Octave – Les Mémoires de mon ami

Donneuse de voix : Pomme | Durée : 2h 36min | Genre : Romans


Les Mémoires de mon ami

Texte court et noir qui met en scène un personnage bien ordinaire qui va cependant devenir un maître du détachement, suite à sa découverte de l’ignoble et révoltante misère humaine. Il passera alors sa vie comme étranger au monde et à lui-même.
Fidèle à lui-même, Mirbeau mêle savamment noirceur et drôlerie dans sa peinture de « cette fiction abominable et terrifiante qu’on appelle : la Société ! »

> Écouter un extrait : Partie 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 518 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MIRBEAU, Octave – L’Affaire Dreyfus

Donneur de voix : Christian Dousset | Durée : 3h 46min | Genre : Société


Alfred Dreyfus (1859-1935)

« Alors que nous caressons ce rêve magnifique d’abolir les frontières et de fraterniser avec les peuples, le stupide nationalisme multiplie les frontières, non seulement de peuple à peuple, de région à région, de village à village, mais d’homme à homme. C’est le retour à la barbarie, la régression aux époques de la force brutale, où l’homme fort, l’homme élu, celui qu’« ils »cherchent encore dans les ténèbres de la férocité humaine, était la brute horrible et sanglante qui avait le plus tué, le plus pillé, le plus massacré.
Ô patrie, idole toujours gorgée de viande humaine, quand donc auras-tu fini d’accomplir, sur l’humanité, ta besogne sinistre ? » L’Aurore, 22 juillet 1899.

Adresse à Alfred Dreyfus dans L’Aurore du 11 septembre 1899 :
« Ne craignez pas que nous vous abandonnions : nous prenons l’engagement de rester fidèles à la cause de la justice et de la vérité. »

À travers ces 34 documents, en majorité des chroniques parues dans la presse de novembre 1897 à septembre 1899, Octave Mirbeau nous plonge dans l’atmosphère haineuse et viciée de la France de « L’affaire Dreyfus ». C’est dans un style vigoureux qu’il dénonce antisémitisme et nationalisme. On aimerait tant considérer qu’il s’agit d’une époque révolue…

N.B. : les textes Pétition au Président de la chambre, Adresse à Émile Zola, Aux hommes libres, Lettre à Adrien Hébrard, Lettre à monsieur le Président du Conseil et À Alfred Dreyfus ont été écrits par plusieurs auteurs, dont Octave Mirbeau.

Illustration : Alfred Dreyfus (ca. 1894).

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 484 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MIRBEAU, Octave – L’Abbé Jules (Version 2)

Donneuse de voix : Pomme | Durée : 9h 34min | Genre : Romans


'Abbé Jules

« Ses projets les plus sérieux tournaient en farces amères, ses idées les plus rares avaient une cruelle mystification pour aboutissement. Ses émotions elles-mêmes, ses enthousiasmes, fleurs généreuses et spontanées de son âme, ne tardaient pas à se tordre dans l’insulte d’une grimace, à se flétrir sous la bave d’une colère. Aussi, avec de très brillantes qualités intellectuelles, il n’était rien ; avec une activité incessante, il ne cherchait rien ; avec une énergie qui allait jusqu’à la férocité, il ne voulait rien. Son éloquence, ses passions, ses facultés créatrices, ses sensibilités, ce qui remuait en lui de rêves grandioses et d’aspirations hautaines, autant de forces perdues ; tout cela se consumait dans la fièvre stérile du caprice, dans le délire de ses fantaisies de déclassé. Être à rebours de lui-même, parodiste de sa propre personnalité, il vivait en un perpétuel déséquilibrement de l’esprit et du cœur. [...] »

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 806 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MIRBEAU, Octave – Le Pont

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 17min | Genre : Contes


Le Pont

Octave Mirbeau ajoute un conte à une liste déjà copieuse !

Le Pont

« Laure était ma sixième épouse… Oui, ma sixième, en vérité ! Deux étaient mortes, je ne sais pourquoi ; les autres m’avaient quitté, un beau soir… Pourquoi ? je n’en sais rien non plus. Et ce que j’ignore plus encore, c’est la raison secrète et défavorable qui me poussa, impérieusement, à ce mariage, car je connaissais à l’avance ce qui m’y attendait. »

Un homme vraiment « poursuivi par les malchances » conjugales.

Illustration : George Ames Aldrich, Coming Twilight (fin XIXe, début XXe).

Le Pont.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 657 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MIRBEAU, Octave – Les Millions de Jean Loqueteux

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 13min | Genre : Nouvelles


Les Millions de Jean Loqueteux

Le célèbre Octave Mirbeau nous offre une histoire de fous : Les Millions de Jean Loqueteux.

« Sa santé revenue, le médecin établit, dans une consultation savante, le dérangement des facultés mentales du pauvre diable et conclut à son admission immédiate dans un asile de fous. »

Illustration : Théophile Alexandre Steinlen, Chemineau assis (1913).

Les Millions de Jean Loqueteux.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 686 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MIRBEAU, Octave – Les Abandonnés

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 32min | Genre : Nouvelles


Les Abandonnés

Octave Mirbeau revêt son gilet jaune de 1900 et condamne les lois qui favorisent les riches et maltraitent les pauvres.

Il termine Les Abandonnés par :

« Il regarda la nuit qui enveloppait les champs, la forêt, les villages ; et il sentit s’élever en lui, du fond de son être, une pitié immense, et un immense amour, pour les pauvres voleurs et les pauvres putains, qui rôdent dans les ténèbres amies. »

Illustration : Octave Tassaert, L’Abandonnée (1852).

Les Abandonnés.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 715 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Octave Mirbeau :