Pélican et ses petits - Mosaïque de la Cathédrale d’Aix-la-Chapelle (Allemagne)

Allégorie du Pélican (Poème)

Dans cet extrait de La Nuit de mai, Musset emprunte à la symbolique religieuse le thème du pélican où la douleur devient une « sainte blessure » offerte, par le poète, en un « divin sacrifice ».

Cette légende du pélican, qui donne ses entrailles pour nourrir ses petits, remonte à l’Égypte ancienne. Reprise par les bestiaires grecs et médiévaux, elle deviendra liée au Christianisme. Elle figure également dans la symbolique des Rose-Croix, des Francs-Maçons et des Cathares.

Musset en fait ici l’apologie d’une esthétique de la douleur.


Consulter la version texte de ce livre audio.
Remarques :

Il existe sur notre site un autre enregistrement de ce même texte, effectué par un donneur de voix différent. Voir aussi : Version 1.

Illustration :

Pélican et ses petits – Mosaïque de la Cathédrale d’Aix-la-Chapelle (Allemagne).

Références musicales :

Antonín Dvořák, Concerto pour violoncelle n° 2 en si mineur, op. 104 (extraits du 2e mouvement), avec l’aimable permission du violoncelliste John Michel.

Livre audio gratuit ajouté le 15/04/2010.
Consulté ~25785

Lu par Gilles-Claude Thériault

Suggestions

15 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. BONJOUR, L’âme se sent véritablement étreinte de beauté à l’écoute de cette poésie… La voix chaude et grave, la musique… OUI, moi aussi je m’incline… J’aurais aimée pouvoir garder (orth ?) de Monsieur ALFRED DE MUSSET l’image que j’en avais adolescente , qu’elle n’en fut (orth?)pas terni par quelques faits lu dans “les mémoires de la vie littéraire” d’EDMOND ET JULES DE GONCOURT……… merci PASCALE GAUMONDIE

  2. C’est moi, Serge, qui m’incline. Avec un égo gros comme le mien, c’est tout un travail que d’apprendre à s’effacer devant la poésie.

    C’est dans le silence qu’elle nous parle.
    Et pour peu qu’on l’écoute, elle nous guide ;
    elle nous apprend à savoir suivre son cœur.
    Simplement.
    Et ainsi, on y gagne toujours, car elle sait ‘tourner nos vies vers le soleil levant de l’invisible’, comme dit Christian Bobin.
    Et la qualité de votre commentaire me laisse entendre que vous avez cette oreille.

    Merci encore ! Et je m’incline.

  3. La lecture est sublime, la voix raisonne dans les consciences et frappe là où le désire propre à chacun de nous de mourrir pour laisser vivre le prochain par amour.

    Je m’incline car j’ai entendu plusieurs versions, mais celle-là est de très loin la meilleur!

    Bravo à vous Gilles-Claude!

  4. Merci Alexandre K, Mostafa Chebraoui et Yassine Brahim pour votre commentaire.
    Dire la poésie sera toujours apprendre à s’effacer pour qu’éclate le silence au milieu de paroles immenses.
    Le silence comme la plus haute forme de la connaissance et de l’émotion.
    Une émotion sans nom.
    Un silence comme un coup porté au cœur.
    Merci !

  5. une allégorie vocale. Voilà ce que devient le poète-pélican. j’ai beaucoup aimé. merci pour cette grâce de lecture tout exquise que délicate.Imaginez si ce style vocal se servait de l’accompagnement du texte lu de telle sorte que l’auditeur ne puisse lire du texte que ce qu’il entend de la voix (et ou voie ) allégorique. ce serait un enseignement! Merci encore pour la qualité de lecture.
    ciao!

  6. Merci d’avoir choisi ce poème d’une beauté étonnante et douloureuse pour le dire de ta façon unique. Cette idée du sacrifice du pélican pour son espèce et cette allégorie merveilleuse du don du poète me touchent en profondeur.

    Inattendue aussi cette note piquée sur le mot “sang” qui, en toute fin de partition, libère le silence qui va suivre.

  7. Gilles-Claude, cette lecture est véritablement superbe: sobre, mais avec des sentiments, simple claire, intelligente.
    JL