Ce qui se passa au pont d’Owl Creek

« Il voyagea toute la journée, se guidant à la course du soleil. La forêt semblait interminable ; nulle part il ne découvrit la moindre clairière, même pas un sentier de forestier. Il ne s’était jamais rendu compte qu’il habitait une région aussi sauvage. Il y avait quelque chose de sinistre dans cette révélation. […] Au-dessus de sa tête, entre les arbres, brillaient de grandes étoiles dorées, qui semblaient inhabituelles, et s’assemblaient en d’étranges constellations. Il était certain qu’elles étaient disposées dans un ordre qui avait une secrète et maléfique signification. »

Ambrose Bierce, romancier et journaliste américain, participa dès l’âge de 19 ans à la Guerre de Sécession, durant laquelle il fut blessé à la bataille de Kennesaw Montain en 1864, et cette expérience de la guerre et de ses massacres est très présente dans ses œuvres.

Il est l’auteur de nombreuses nouvelles, souvent fantastiques, mettant en scène des individus seuls face à l’absurdité de la mort. Ce qui se passa au Pont d’Owl Creek, avec sa fin très forte, est typique de l’originalité de son œuvre qui balance entre merveilleux, humanisme et désespoir. Peu connu de nos jours en France, il est cependant cité par H.P. Lovecraft, dans Épouvante et surnaturel en littérature, comme un auteur fantastique majeur.

Ambrose Bierce disparut mystérieusement pendant la révolution mexicaine en 1913.

Consulter la version texte du livre audio.

Traduction : Vincent de l'Épine.

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Références musicales :

Le bruit de la rivière au début du récit est issu du site Universal Soundbank.

Livre ajouté le 28/08/2014.
Consulté ~13 358 fois

Lu par Vincent de l'Épine

Suggestions

26 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Merci Patty de votre retour sur cette lecture ! Et heureux de vous avoir fait découvrir cette belle nouvelle d’Ambrose Bierce. Un auteur prolifique et fascinant, dont il nous reste beaucoup de beaux textes à publier (à condition d’avoir un peu de temps pour les traduire !).

  2. Cette ” mort en direct ” est consternante et comme toujours magistralement lue.
    Derrière cette histoire, une réflexion s’impose aussi. Et quel vaste sujet, un être humain a-t-il le droit de tuer un autre être humain?
    On parle aujourd’hui d’humanisme, mais le chemin est long: n’est-il pas?
    Merci cher Vincent,pour cette autre découverte.

  3. Bonjour à vous deux Coraline et “Le Barbon”.
    Oui, la fin de cette nouvelle est assez elliptique. Elle donne aussi, je trouve, son charme à ce récit.
    J’envisage de lire d’autres textes d’Ambrose Bierce, qui est un auteur fantastique majeur.
    Le Barbon, prenez soin de vous !

  4. Je me méfie de Vincent de l’Épine, ses lectures me donnent des palpitations. Pas envie de finir encore aux urgences.

  5. Merci Vincent pour cette découverte, j’ai beaucoup aimé mais regrette seulement qu’il ne soit pas plus long et plus développé !
    Au moment où l’intrigue fantastique se développe l’histoire se termine, quel dommage !!
    A bientôt !

  6. Merci Gaëlle, ravi que cette nouvelle vous ait plu (et merci aussi à Régis d’avoir servi de rabatteur 🙂 ).
    J’aime beaucoup ces nouvelles avec une fin forte et qui renverse la situation (à voir aussi “Fièvre Romaine” et “Xingu” d’Edith Wharton, si vous aimez ce genre de “sensation”, quoi que dans un tout autre style).
    Ah, diable, vous avez donc remarqué que je ne tiens pas toutes mes promesses ! C’est vrai que je comptais lire d’autres nouvelles de Bierce. Il faut que je m’y attèle ! J’avais aussi promis une autre nouvelle de Montague Rhodes James, que j’ai traduite depuis longtemps et que je n’ai pas encore lue…
    Merci en tout cas pour votre retour.

  7. Belle, terrible et stupéfiante – je m’inscris totalement dans les mots de Patty et Régis (dont le récent commentaire m’avait donné envie de vous écouter).
    Mais je vois, cher Vincent, que vous n’avez pas tenu vos promesses : une seule autre nouvelle de Bierce sur LA ? 😉 Peut-on espérer une autre lecture dans les prochains mois ?
    Un grand merci, en tout cas, pour cette très belle lecture.

  8. oui vous avez raison, vous pouvez modifier mon commentaire.. je me disais aussi que j’avais un peu tendance à faire des résumés , ce qui n’est pas souhaitable effectivement..la dernière phrase en dit trop, vous pouvez la supprimer. Et encore merci !

  9. Merci Régis !
    Oui, c’est une nouvelle stupéfiante comme vous le dites. Ce fut un choc pour moi quand je la découvris il y a quelques années. A noter (voir les commentaires un peu plus haut) qu’il en existe une adaptation télévisée qui ne manque pas d’intérêt.
    Régis, me permettriez-vous de modifier quelque peu votre commentaire (les mots qui suivent “J’ai même cru à un moment que…”) par ceux que vous m’indiquerez ? Votre commentaire en effet révèle une partie de l’histoire, ce qui pourrait être dommage pour les autres audiolecteurs. merci de votre compréhension, et surtout de vos encouragements qui me sont très précieux !

  10. Merci à vous Patty !
    Vous avez trouvé les mots qui conviennent pour cette histoire : belle et terrible. Cette nouvelle m’a profondément touché lorsque je l’ai écoutée pour la première fois il y a bien longtemps déjà.
    Merci à vous de m’avoir laissé ce petit mot.
    Amicalement

  11. belle,terrible et pour finir éblouissante, que cette lecture des derniers instants de vie d’un être humain.
    a l’accoutumée toute particulière votre diction ce qui en fait son charme. Merci

  12. Merci Jérémy de vos encouragements ; je suis heureux que mes enregistrements vous plaisent. Cette nouvelle était particulièrement agréable à enregistrer car elle est magnifiquement écrite.
    Merci à vous d’avoir pris quelques instants pour ce retour.

  13. Merci Monsieur de L’Épine.
    Vous ne trouvez pas d’égal sur ce site à votre lecture dévouée, ponctuée et sans nulle doute, grâce à vous, imagée de tel sorte que mon esprit en est enjoué. Merci pour toutes ces lectures fantastiques qui aujourd’hui et pour longtemps me donne beaucoup de plaisir à entendre.

  14. Merci Samy !!!
    C’est M. Bierce qui est un artiste et qu’on peut remercier de nous avoir offert cette nouvelle d’une grande force. Je suis très heureux qu’elle vous ait plu.
    Je suis en train de continuer à lire son oeuvre en anglais et certaines nouvelles sont aussi très intéressantes. Peut-être en proposerai-je une traduction à nouveau.
    Merci pour vos encouragements.
    Vincent

  15. Merci HPL (est-ce vraiment vous 🙂 ?)

    Je trouve comme vous que cette nouvelle est d’une grande beauté, et très émouvante.
    Je ne suis pas certain de mériter la comparaison avec JLF ! Mais je prends quand même le compliment et je vous en remercie 🙂
    J’enregistre une nouvelle d’Edith Wharton, et je lirai certainement ensuite “La Cité sans Nom”, dont la traduction est terminée.
    Un grand merci pour vos encouragements, ils sont mon “carburant”.

  16. Une nouvelle tout simplement magnifique. Je trouve votre lecture très bonne, votre voix agréable à l’oreille, et je peux maintenant dire que vous êtes un de mes lecteurs favoris parmi tout le site. Vous et Jean-Luc Fischer embellissez mes fins de soirées, merci beaucoup !

    (non non je ne dis pas ça uniquement car vous lisez les œuvres de Seigneur Lovecraft, c’est très sincère :p )

  17. Bonjour John !
    Heureux que cette nouvelle vous ait plu.
    Je crois que vous avez raison et que je vais suivre votre conseil en supprimant la “signature” à la fin du récit. En effet, elle enlève un peu de sa force à la conclusion de ce récit.
    Merci à vous !

  18. J’attendais le dernier Lovecraft mais je ne suis vraiment ça déçu.
    C’était vraiment très bien.
    La signature à la fin est dispensable et sort un peu de l’effet voulu mais à part ça très très très bien comme d’habitude !

  19. Bonjour! A part José MOSELLI, les auteurs cités ne me semblent pas si oubliés que cela.
    Pour voir le court métrage de Robert Enrico il suffit de taper Robert Enrico “La rivière du hibou” dans You Tube.

  20. Bonjour, et merci de vos encouragements.

    Conjecturax, j’essaie en effet de faire connaître certains auteurs un peu oubliés de nos jours en France.
    J’ai déjà entendu parler du film de Robert Enrico, mais ne l’ayant pas vu, j’ai préféré ne pas en parler dans mon article… votre commentaire apporte donc un complément utile à ma petite présentation, merci à vous !

    Vincent

  21. Bonjour! Moselli, Lovecraft, Hogdson, Poe, et d’autres auteurs plus “classiques”, et maintenant Ambrose BIERCE, merci Monsieur de l’Epine pour vos choix littéraire. Egalement merci pour votre nouvelle traduction.
    A signaler que ce texte de Bierce a été filmé par Robert Enrico en 1962 sous le titre de : La Rivière du Hibou, et que, hasard, ce court métrage fait également 28 minutes. Il avait été inclus avec deux autres courts-métrages du même réalisateur, sur le sujet identique de la guerre de Secession et sous le titre générique de : Au coeur de la vie. Encore une fois un grand merci