Trois hommes dans un bateau

Trois Hommes dans un bateau (Version 2)

Présenter le roman le plus désopilant du monde ? Allons…

Le (presque) début : « J’ai toujours en mémoire cette visite faite un jour au British Muséum. Je voulais me renseigner sur le traitement d’une légère indisposition dont j’étais plus ou moins atteint – c’était, je crois, le rhume des foins. Je consultai un dictionnaire médical et lus tout le chapitre qui me concernait. Puis, sans y penser, je me mis à tourner les pages d’un doigt machinal et à étudier d’un œil indolent les maladies, en général. J’ai oublié le nom de la première sur laquelle je tombai – c’était en tout cas un mal terrible et dévastateur – mais, avant même d’avoir lu la moitié des « symptômes prémonitoires », il m’apparut évident que j’en souffrais bel et bien. Un instant, je restai glacé d’horreur. Puis, dans un état de profonde affliction, je me remis à tourner les pages. J’arrivai à la fièvre typhoïde… m’informai des symptômes… et découvris que j’avais la fièvre typhoïde, que je devais l’avoir depuis des mois sans le savoir. Me demandant ce que je pouvais bien avoir encore, j’arrivai à la danse de Saint-Guy… et découvris – comme je m’y attendais – que j’en souffrais aussi. Je commençai à trouver mon cas intéressant et, déterminé à boire la coupe jusqu’à la lie, je repris depuis le début par ordre alphabétique… pour apprendre que j’avais contracté l’alopécie et que la période aiguë se déclarerait dans une quinzaine environ. Le mal de Bright – je fus soulagé de le constater – je n’en souffrais que sous une forme bénigne, et pourrais vivre encore des années. Le choléra, je l’avais, avec des complications graves. Quant à la diphtérie, il ne faisait aucun doute que j’en étais atteint depuis la naissance. Consciencieux, je persévérai tout au long des vingt-six lettres de l’alphabet et, pour finir, il s’avéra que la seule maladie me manquant était bel et bien l’hydarthrose des femmes de chambre. »

Traduction : Déodat Serval (pseudonyme de Théo Varlet, 1878-1938).
Consulter la version texte de ce livre audio.
Télécharger ce livre audio par archive Zip :
Remarques :

La mention « (Version 2) » à la suite du titre indique qu’il existe sur notre site un autre enregistrement de ce même texte, effectué par un donneur de voix différent. Voir aussi : Version 1.

Livre audio ajouté le 29/06/2018.
Consulté ~10 215 fois

Lu par Daniel Luttringer

Suggestions

28 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Quelle maîtrise!
    Alléger les moments difficiles de la vie en les pimentant, serait la définition de l’humour anglais et si bien lu!
    Il n’est pas question de choquer ou d’offenser, mais de rire, comme une médecine douce, face aux épreuves, avec bon goût, mêmes parfois sur des sujets ” macabres “, en toutes circonstances!
    Well done! Bravo!

  2. Drôle et si réjouissant ! Du coup, deuxième écoute. J’adore et recommandé fortement à ceux qui recherchent humour et légèreté. Avec la voix et l’interprétation de notre cher Daniel… Que demander de plus ?

  3. • • •More