Livres audio gratuits de la catégorie 'Poésie' :


CHENIER, André – Poèmes (Sélection)

Donneuse de voix : Emeraude | Durée : 6min | Genre : Poésie


Antonio Canova - Eros et Psyche

« Tu gémis sur l’Ida, mourante, échevelée,
Ô reine ! ô de Minos épouse désolée !
Heureuse si jamais, dans ses riches travaux,
Cérès n’eût pour le joug élevé des troupeaux !
Tu voles épier sous quelle yeuse obscure,
Tranquille, il ruminait son antique pâture. »

Partageons aujourd’hui la lecture des quatre poèmes suivants :

- Pasiphaé
- À l’hirondelle
- Bacchus
- Bel Astre de Venus

Bonne lecture à tous !

Poèmes.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 518 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

RIDON DU MONT AUX AIGLES, Aurélien – Sept poèmes

Donneur de voix : Aurélien Ridon | Durée : 21min | Genre : Poésie


Aurélien Ridon du Mont aux Aigles - Sept poèmes

Aurélien Ridon du Mont aux Aigles : né en 1983, diariste, autobiographe, poète et compositeur.

Ces sept poèmes sont issus de l’ouvrage Hors Liens, paru en juillet 2019.

Entre lien et chou (extrait)

« Le choix d’être indigent n’était plus de leur sphère
Contrainte et dispense n’avaient d’existence fragile
Sol et ciel étaient sûrs comme le temps qu’assimilent
Des espaces sporadiques d’infinis sans revers

La péréquation des félicités était inordinaire
Il semblait que nul n’avait jamais connu cette espèce d’exil
Dans l’esprit de chacun, des choses secondaires
Passaient et partaient au rythme de calmes battements de cils

Et lorsque leurs yeux demeuraient grands ouverts
C’étaient leurs purs sourires qui suivaient, faciles,
Les accords regradés des regards inhostiles
Qu’ils s’échangeaient parfois, écharpant les travers »

> Écouter un extrait : Ce qui est inconnu.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 904 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MICHEL, Louise – Poèmes dédiés à Victor Hugo

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 6min | Genre : Poésie


Victor Hugo

Trois poèmes de Louise Michel en hommage à Victor Hugo exilé.

À Victor Hugo

« Quand le poète prend tous les cris de son âme,
Tout le sang de son cœur, tout ce qu’il a de flamme,
Tout ce qu’il a de beau
Il l’enferme en un chant ou de harpe ou de cuivre,
Dans la strophe grondante, et le met dans un livre
Ainsi qu’en un tombeau. »

Guernesey

« Voyez-vous dans la brume un rocher couvert d’ombre :
C’est là qu’est le maître exilé. »

À Victor Hugo le poète

« Dans la poudreuse ornière, assis sur son vieux char,
S’endormait le Génie, et l’antique nectar
De ses dieux décrépits s’échappait des amphores. »

Illustration : Victor Hugo dans le jardin de Hauteville House à Guernesey (188?).

> Écouter un extrait : Guernesey.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 988 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VILLON, François – Dernière Ballade (Poème)

Donneuse de voix : Emeraude | Durée : 2min | Genre : Poésie


Dernière Ballade

François Villon est un homme qu’on ne présente plus. Néanmoins, venez vous promener en sa compagnie pour une ultime et funeste ballade…

« Ici se clôt le testament
Et finit le pauvre Villon.
Venez à son enterrement,
Quand vous oirez le carillon,
Vestuz rouge avec vermillon,
Car en amour mourut martyr. »

Alors en route !

Dernière Ballade.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 815 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

PUGET, Louis (de) – Le Chien politique (Poème)

Donneur de voix : Lemoko | Durée : 2min | Genre : Poésie


Le Chien politique

Correspondance de Brossette à Boileau. Lyon, 21 décembre 1706.
« Vous connaissez, Monsieur, la fable de La Fontaine intitulée : Le chien qui porte à son cou le dîner de son maître. Le sujet en est tiré d’une des lettres de M. Sorbière qui assure que l’aventure décrite dans cette Fable, M. de Puget avait déjà mis ce sujet en vers pour faire allusion à la mauvaise administration des deniers publics dont on accusait nos Magistrats. La Fontaine étant venu à Lyon chez un riche Banquier de ses amis, il y voyait souvent M. de Puget qui lui montra la Fable qu’il avait composée. La Fontaine en approuva fort l’idée, et mit ce même sujet en vers à sa manière. Vous pouvez remarquer l’application qu’il fait, quand il dit à la fin de sa fable :

Je crois voir en ceci l’image d’une ville
Où l’on met les deniers à la merci des gens ;
Échevins, Prévôt des marchands,
Tout fait sa main, etc… »

Voici la Fable de M. de Puget (1629-1709).

Le Chien politique.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 846 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

HARAUCOURT, Edmond – Rondel de l’adieu (Poème)

Donneuse de voix : Pomme | Durée : 2min | Genre : Poésie


Partir

« Partir, c’est mourir un peu. [...] »

Rondel de l’adieu.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 109 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

HUGO, Victor – Ce que c’est que la mort (Poème)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 4min | Genre : Poésie


Ce que c'est que la mort

Un poème cueilli dans Les Contemplations de Victor Hugo pour célébrer la Fête des morts.

« Si c’est cela la mort, alors elle semble belle ! » (Verlaine)

Ce que c’est que la mort

« Ne dites pas : mourir ; dites : naître. Croyez.
On voit ce que je vois et ce que vous voyez ;
On est l’homme mauvais que je suis, que vous êtes ;
On se rue aux plaisirs, aux tourbillons, aux fêtes ;
On tâche d’oublier le bas, la fin, l’écueil,
La sombre égalité du mal et du cercueil ;
Quoique le plus petit vaille le plus prospère ;
Car tous les hommes sont les fils du même père ;
Ils sont la même larme et sortent du même œil.
On vit, usant ses jours à se remplir d’orgueil ;
On marche, on court, on rêve, on souffre, on penche, on tombe,
On monte. Quelle est donc cette aube ? C’est la tombe.
Où suis-je ? Dans la mort. Viens ! Un vent inconnu
Vous jette au seuil des cieux. On tremble ; on se voit nu,
Impur, hideux, noué des mille nœuds funèbres
De ses torts, de ses maux honteux, de ses ténèbres ;
Et soudain on entend quelqu’un dans l’infini
Qui chante, et par quelqu’un on sent qu’on est béni,
Sans voir la main d’où tombe à notre âme méchante
L’amour, et sans savoir quelle est la voix qui chante.
On arrive homme, deuil, glaçon, neige ; on se sent
Fondre et vivre ; et, d’extase et d’azur s’emplissant,
Tout notre être frémit de la défaite étrange
Du monstre qui devient dans la lumière un ange. »

Illustration : Nuages (photographie de Wingchi Poon, licence Cc-By-Sa-3.0).

Ce que c’est que la mort.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 453 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DUGAS, Marcel – Matins – Soirs (Poèmes)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 11min | Genre : Poésie


Marcel Dugas

L’œuvre poétique de Marcel Dugas comporte quelque quatre-vingts poèmes en prose, publiés dans neuf volumes.

Faisons connaissance avec ce poète canadien décédé en 1947. Les deux poèmes en belle prose choisis au hasard sont extraits du recueil Paroles en liberté, paru en 1944.

Matins

«Matins de la naissance du monde qui se levaient dans le rire du paradis terrestre où, sur un lit de roses, Ève, nue, endormie, bouche close, ignorait encore le baiser de l’homme… »

Soirs

« Soirs où la chair n’est qu’une grande plainte désolée vers les étoiles… Soirs où meurent toutes les âmes vaines, lasses de frémir et d’adorer. »

Illustration : Marcel Dugas en 1944.

Matins.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 401 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Poésie :