Livres audio gratuits pour 'Anthony Trollope' :


TROLLOPE, Anthony – Le Domaine de Belton (Version 2)

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 4h 34min | Genre : Romans


Le Domaine de Belton

Le début : « Mistress Amadroz, femme de Bernard Amadroz de Belton et mère de Charles et de Clara, mourut quand ses enfants avaient huit et six ans, leur faisant ainsi éprouver le plus grand malheur qui puisse atteindre des enfants nés dans une telle position sociale. Ce malheur fut encore aggravé par le caractère du père. M. Amadroz n’était pourtant pas un méchant homme, ni même ce qu’on appelle un homme vicieux ; mais il était paresseux, insouciant, et, à l’âge de soixante-sept ans, âge auquel le lecteur fait sa connaissance, il n’avait encore fait aucun bien en ce monde. Il avait fait un grand mal, car son fils Charles s’était suicidé, et cet affreux événement avait été amené en partie par l’incurie du père.

Le château de Belton est une jolie résidence située au milieu d’un parc bien boisé, au pied des collines de Quanton, dans le comté de Somerset. Les maisons de la petite ville de Belton sont groupées aux portes du parc.

Peu d’Anglais connaissent bien les beautés de leur pays, et cette partie du comté de Somerset est une des plus ignorées. Rien de charmant pourtant comme ses riches vallées, ses ravins au fond desquels court une petite rivière aux eaux profondes, et sur les pentes abruptes ses vieux chênes dont la vie semble s’être retirée depuis des années, mais qui chaque printemps se couvrent encore d’un maigre feuillage… »

Traduction : Eugène Dailhac (S. XIX).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 466 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TROLLOPE, Anthony – La Fille du pasteur d’Oxney Colne

Donneur de voix : Vincent de l’Épine | Durée : 1h 29min | Genre : Nouvelles


Patience Woolsworthy

« – Tout ce que j’ai fait, dit-il, c’était pour entendre un mot de vous.
- Un seul de mes mots peut donc avoir tant de pouvoir ! Mais marchons, voulez-vous, ou mon père va nous prendre pour l’une de ces pierres levées de la lande. […]
- Patty , dit-il, s’arrêtant à nouveau sur le chemin, répondez à ma question. J’ai droit à une réponse. M’aimez-vous ?
- Et dans ce cas ? Et si j’ai été assez sotte pour que vos perfections soient trop nombreuses pour mon faible cœur ? Dans ce cas, Capitaine Broughton ?
- Vous ne m’aimez pas, sinon vous ne vous moqueriez pas de moi en ce moment.
- Peut-être pas, c’est vrai, dit-elle. Elle ne semblait pas prête à abandonner un pouce sur le terrain de l’humour. Et ils se remirent à marcher. »

La fille du Pasteur d’Oxney Colne (The Parsons’s Daughter of Oxney Colne, 1861), c’est Patience Woolsworthy, jeune fille de fort tempérament comme aime à les dépeindre Anthony Trollope, orgueilleuse et indépendante d’esprit.
La liberté peut-elle exister pour les jeunes filles de l’Angleterre victorienne, totalement enchaînées par la perspective du mariage ?

Traduction : Vincent de l’Épine pour Littératureaudio.com.

Illustration : Frederic Leighton (1830-1896), Study of a Lady.

> Écouter un extrait : Première Partie.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 231 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TROLLOPE, Anthony – Le Cousin Henry

Donneur de voix : Vincent de l’Épine | Durée : 6h 36min | Genre : Romans


Le Cousin Henry

«En revenant dans la voiture de louage à Llanfeare, il se faisait bien des réflexions : M. Apjohn savait qu’il y avait eu un testament, que ce testament existait encore, et qu’il se trouvait être accidentellement caché […]. Il était terrifié de voir que l’avoué avait lu si habilement son secret. […] Il n’avait rien fait, il n’avait commis aucun crime ; il connaissait simplement l’existence d’un papier que les autres, et non lui, avaient le devoir de trouver ; et voilà que cet avoué, aussi malfaisant que fin, avait tout découvert ! »

Anthony Trollope nous offre avec Le Cousin Henry une passionnante histoire de testament perdu. De ce document dépend l’avenir de la fière Isabel Brodick, mais aussi celui de son cousin, le faible et tourmenté Henry Jones… Comme souvent Trollope nous dépeint un monde victorien fort peu manichéen : la rectitude morale d’Isabel pourrait bien n’être qu’un orgueil démesuré ; quant aux actes délictueux, ils sont bien souvent le résultat de la faiblesse ou de la peur.

Le Cousin Henry réalise le tour de force d’être un roman essentiellement psychologique mais en même temps plein d’action et de rebondissements.

Traduction : Honorine Martel (1881).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 10 855 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TROLLOPE, Anthony – Le Domaine de Belton

Donneur de voix : Vincent de l’Épine | Durée : 4h 20min | Genre : Romans


Miss Amadroz

« Le troisième jour, les manières de lady Aylmer changèrent tout à coup ; elle se mit à combler Clara d’attentions au lunch, et si elle ne la nomma pas par son nom de baptême, elle l’appela ma chère. Clara vit à ce signe qu’il y avait de l’orage dans l’air.

À trois heures, la voiture fut annoncée, et […] lady Aylmer et miss Amadroz y montèrent seules. Dès que les chevaux furent partis, Lady Aylmer commença la tâche qu’elle s’était imposée. Elle fit entendre à Clara que son fils cédait au désir de mistresss Winterfield en se mariant, qu’il n’avait pas assez de fortune pour épouser une femme sans dot, mais que si Clara, acceptant l’offre de son cousin, devenait propriétaire de Belton, il n’existerait plus d’obstacle au mariage.

« Lady Aylmer, dit Clara résolument, aucune considération dans le monde ne me fera dépouiller mon cousin de ce qui est à lui.

— Je pense que vous comprendrez, ma chère, que dès lors il ne doit plus être question de mariage entre vous et mon fils… au moins pour plusieurs années. »

Anthony Trollope (1815-1882) était un auteur britannique prolifique et controversé. Ses romans abordent fréquemment le problème de la liberté, particulièrement celle des femmes, dans une société entièrement dominée par l’argent.
Tolstoï admirait sa maîtrise. W.H. Auden disait de lui que « De tous les romanciers de n’importe quel pays, c’est Trollope qui comprend le mieux le rôle de l’argent. ».

Traduction : Eugène Dailhac (S. XIX).

Illustration : John Waterhouse (1849-1917), The Lady Clare (study).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 14 008 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |